Maître des âmes 27 : Avertissement

Auteur : Nightgale
Check: Miss X


Je tiens à préciser que je suis une gentille personne qui ne recherche pas les conflits.


Sous les yeux de toutes les personnes présentes, Shang retira le drap et révéla alors ce qui se dissimulait en dessous.

Tous ses membres étaient désarticulés, comme une poupée brisée. Sa peau était pâle et avait perdu toute trace de vie. Son corps était totalement mis à nu, révélant par la même occasion de multiples gonflements et hématomes qui témoignaient des sévices par lesquels il était passé.

Mais l’aspect le plus choquant restait son visage. On pouvait encore voir de la terreur qui subsistait au travers de ses yeux grands ouverts, et le sourire béat que formaient ses lèvres était loin d’être une expression de bonheur, mais ressemblait davantage au rictus de quelqu’un dont la folie avait eu raison.

Pour couronner le tout, son nez était écrasé, sa mâchoire disloquée et la fente située en plein milieu de son front était clairement visible. Il était évident que cette blessure sur son front était le coup de grâce qui avait mis fin à sa vie.

« HOOONG !!! » Hurla Shang.

Malgré l’état dans lequel se trouvait son corps, tout le monde pouvait facilement reconnaître qu’il s’agissait du fils du chef en second : Hong !

« Qui… QUI a osé faire ça !!! »

Tout en poussant son hurlement, Shang relâcha une vague d’énergie naturelle si puissante qu’elle projeta à elle seule Rao ainsi que les autres gardes de Mura à proximité. Elle repoussa même le cercle créé par la foule de plusieurs mètres.

Seul le chef Han ne semblait pas avoir été affecté par l’accès de rage de Shang. Il était resté immobile et silencieux, observant le corps de Hong d’un air pensif. Nul ne savait à quoi il pensait.

Shang recouvrit ensuite rapidement le corps de son fils avec le drap. Puis il commença à lancer un regard meurtrier tout autour de lui, espérant y trouver le coupable pour pouvoir le déchiqueter en mille morceaux.

Ceux qui croisaient son regard détournaient aussitôt leurs visages, comme si le fait de voir ses yeux était synonyme de mort. Après cette démonstration de puissance, tout le monde était ébahi, mais surtout effrayé.

Tous les villageois savaient que parmi eux, seuls Shang et Han avaient réussi à passer au stade supérieur : le stade guerrier. Ils étaient à la fois les entités les plus puissantes et les plus craintes de Mura.

Ils avaient tous entendu de nombreux récits sur le pouvoir de ceux qui avaient atteint le stade guerrier. Cependant, entendre des histoires et avoir la réalité en face de soi étaient deux choses complètement différentes.

Maintenant qu’ils avaient eu une démonstration directe de ce que Shang pouvait faire, le respect et la peur qu’ils ressentaient à son égard n’avaient fait que s’amplifier. Il en valait également de même pour le chef Han, qui n’avait pas été affecté le moins du monde par Shang.

Un long silence s’était alors imposé. Personne n’osait plus prononcer le moindre mot ou même émettre le moindre son. Tous attendaient un geste de la part de Shang ou de Han avant de savoir comment réagir.

Plus loin, Fang laissa échapper un léger sifflement quand il vit les répercussions causées par un simple cri de Shang.

« C’est donc à ça que ressemble le stade guerrier », dit-il doucement.

Ses yeux brillaient d’une lueur qui ne représentait ni frayeur ni vénération, mais simplement de la fascination. Il avait hâte de parvenir à ce stade dans le futur.

« Ne te monte pas la tête petit. Tu as encore du chemin avant d’en arriver là. » Comme à son habitude, Shen intervint pour refroidir les ardeurs du jeune garçon.

« Maintenant que tout le monde a vu le cadavre de Hong, qu’est-ce que tu comptes faire ? Je doute que Shang en reste là. Qui plus est, tu es le principal suspect », poursuivit-il.

Fang ne répondit pas et se contenta d’esquisser un faible sourire. Il avait aperçu quelqu’un de familier parmi la foule et se mit aussitôt en mouvement pour aller à sa rencontre. Aussi bien les habitants que les gardes de Mura étaient concentrés sur Shang, à tel point que Fang se faufila habilement de personne en personne sans attirer la moindre attention.

Il s’approcha lentement d’un jeune garçon. Ceui-ci avait le même âge que Fang, et il se distinguait particulièrement malgré la foule par le fait qu’il avait ses deux bras entièrement recouverts de bandages. Comme tous les autres, lui aussi avait son regard fixé au pied du pilier sacré. C’est pourquoi il ne s’aperçut de la présence de Fang que quand celui-ci lui chuchota à l’oreille.

« Alors comment ça va, Dizz ? »

Quand Dizz entendit cette voix, il se retourna frénétiquement avec un regard apeuré. Ces derniers temps, il lui arrivait de se réveiller en pleine nuit en repensant à ce qu’il avait subi. Sa crainte envers Fang n’avait fait que s’exacerber avec le temps. Et à présent, ce même Fang était justement à côté de lui. Comment ne pouvait-il pas être effrayé ?

« F-Fang, q-qu’est-ce que tu veux ? » Demanda Dizz tout en reculant d’un pas.

« Voir comment tu allais, bien sûr. Et discuter un peu avec toi à l’occasion. Je ne peux pas ? » Demanda-t-il à son tour d’un air innocent.

Cependant pour Dizz, le ton employé par Fang n’avait rien d’amical, loin de là. À ses yeux, son expression actuelle était encore plus terrifiante que le visage impassible qu’il avait montré lorsque celui-ci lui avait cassé ses bras.

Fang contempla le garçon un moment, puis tourna son regard vers le pilier sacré avant de poursuivre la conversation.

« Je me demande ce qui a bien pu arriver à Hong… Une vraie tragédie… Mais le connaissant, il a du finir par provoquer quelqu’un qu’il n’aurait pas dû… et il en a payé le prix fort. Tu ne crois pas, Dizz ? »

Dizz saisit rapidement les sous-entendus derrière les paroles de Fang. Comme tout le monde, il avait vu le cadavre de Hong et dans quel état celui-ci avait fini. Mais avec la soudaine explosion colérique de Shang, il n’avait pas eu le temps de réfléchir à la personne qui avait eu le cran de faire une chose pareille. Cependant, il était logique de penser que Fang était le suspect principal dans cette affaire !

Dizz avait assisté à l’affrontement de Fang le jour du marché. Il savait très bien que celui-ci avait toutes les raisons du monde, ainsi que les capacités nécessaires pour tuer Hong. En repensant à la scène à laquelle il venait d’assister, et à la manière dont celui-ci était mort, ses jambes se mirent alors à trembler inconsciemment.

En le voyant réagir ainsi, Fang était certain que Dizz avait une vague idée de ce que Hong avait pu subir. C’était là exactement la réaction qu’il espérait. Il décida alors de frapper le fer tant qu’il était encore chaud et continua à parler.

« Hong a fait deux erreurs fatales : premièrement, il a tenté de s’en prendre à ma mère. Et deuxièmement, il a tué mon meilleur ami. Grave-toi profondément l’image de son cadavre dans ton esprit… et fait passer le message : si quelqu’un essaie de s’en prendre à moi de quelque façon que ce soit… voici le sort qui l’attend. »

Cette fois, le sourire de Fang avait disparu et le ton de sa voix était devenu glacial.

« J-j-je le jure. Je ne ferai rien c-contre toi et je p-passerai le message. T-Tu as ma parole. »

Les tremblements de Dizz parcouraient tout son corps. La terreur que lui inspirait Fang avait maintenant atteint un niveau indescriptible, si bien qu’il était prêt à accéder à toutes ses demandes sans poser la moindre complainte.

« Je vois », pensait Shen en observant la scène.

Fang avait exhibé volontairement le cadavre de Hong pour s’en servir comme d’un exemple. Peu de personnes au sein de Mura représentaient une menace pour lui désormais. Cependant, ce n’était pas le même cas pour sa mère.

En agissant ainsi, Fang voulait s’assurer que personne d’autre n’aurait l’idée de s’en prendre à elle. Et à voir comment les choses s’étaient déroulées avec Dizz, on pouvait dire que ça avait eu l’effet escompté !

Maintenant que Fang avait fait passer son message, Shen s’attendait à ce que celui-ci se retire discrètement. Mais telle ne fut pas sa surprise quand il remarqua que le jeune garçon poursuivait tranquillement son chemin vers le pilier sacré !

Fang avançait d’un pas calme et serein. Bien évidemment, en se rapprochant ainsi, il ne fallut pas longtemps à Shang pour l’avoir dans sa ligne de mire. Tous évitait de le regarder dans les yeux, mais ce garçon était le seul à soutenir son regard et il semblait même avancer dans sa direction.

« Qui est ce garçon ? » Se demanda Shang.

Rao, remarquant que Shang fixait du regard un endroit en particulier, tourna sa tête pour voir ce qui avait bien pu attirer son attention. Quand il reconnut le visage du garçon qui se rapprochait, il prononça alors son nom à haute voix sous l’effet de la surprise :

« Fang !? »

« Fang ? »

Au moment où son nom fut prononcé, tout le monde se tourna vers lui. Les rumeurs à son sujet avaient eu le temps de faire le tour du village. À présent, la majorité des villageois savaient ce qui s’était déroulé le jour du marché. Ils avaient également entendu parler du conflit entre Fang et Hong.

À cet instant, sans avoir besoin de le communiquer, tout le monde fit le lien entre Fang et la situation actuelle. Si quelqu’un avait pu tuer Hong, c’était bien lui ! La foule se sépara alors rapidement pour lui faire de la place.

De son côté, Fang continuait à avancer paisiblement comme s’il était en train de faire une simple promenade. Une fois la foule écartée, il ne lui fallut que quelques secondes pour atteindre le périmètre tenu par les gardes.

« Laissez-le passer », ordonna Shang, et ils laissèrent immédiatement une ouverture sans poser de questions.

Une atmosphère étrange régnait autour du pilier sacré tandis que Fang subissait les regards soutenus de Rao, Shang et Han.

C’était la première fois que Shang voyait Fang en chair et en os. Au travers des dires de ses fils, il savait très bien que celui-ci représentait une menace potentielle. Qui plus est, il était l’ennemi juré de Hong !

Pour Shang, ça ne faisait aucun doute : Fang était le meurtrier ! Personne dans Mura n’aurait le courage de s’en prendre à son fils, sans parler du fait de l’avoir tué après l’avoir longuement torturé, pour finalement exposer son cadavre cruellement aux yeux de tous. Il n’avait qu’une envie en cet instant, et c’était de se jeter sur Fang pour lui faire subir les mêmes souffrances que son fils avait enduré, et pire encore !

Seulement, Shang était d’un tempérament froid et calculateur. Plus que son envie de venger son fils, l’existence possible d’un « expert » dissimulé dans l’ombre du garçon le dissuadait d’agir sous le coup de l’émotion.

Alors que Shang était en train de peser mentalement le pour et le contre, ainsi que les actions possibles à entreprendre à l’encontre de Fang, une nouvelle disturbance vint bouleverser une nouvelle fois la situation.

Avant que qui que ce soit n’ait eu le temps de réagir, une ombre avait traversé la foule. Elle passa ensuite par delà la zone surveillée par les gardes de Mura comme si de rien n’était. Une fois arrêté, tous avaient reconnu l’identité du nouveau venu : il s’agissait de Sung.

L’atmosphère déjà tendue monta encore d’un cran avec son arrivée. Sans tenir compte de personne, il se précipita soudainement vers le drap blanc qui recouvrait la dépouille de Hong.

« Sung, attends… » Avertit Shang, mais il était déjà trop tard.

Quand Sung souleva le drap, il se figea alors comme une statue, gardant ses yeux grands ouverts. L’expression de son visage refléta parfaitement son choc, avant de se tordre ensuite horriblement, comme s’il était en proie à souffrance atroce. Puis finalement, il poussa un hurlement frénétique.

« AAAAAHHHH !!! »

Même si son cri avait beaucoup moins d’impact que celui de Shang, on pouvait toutefois ressentir les émotions qui s’y cachaient derrière : Tristesse ! Indignation ! Rage ! Haine !

Ensuite, comme l’avait fait précédemment son père, il commença à balayer les environs du regard. Mais contrairement à celui-ci, il trouva rapidement un réceptacle à sa fureur.

« FAAAANNNGG !!! » Hurla alors Sung.

Shang voulait prévenir son fils de ne rien faire d’inconsidéré pour le moment, mais celui-ci était déjà en train de se ruer sur Fang. Son envie de tuer débordait tellement que personne n’avait besoin de se demander quelles étaient ses intentions.

Toujours impassible, Fang regardait calmement Sung approcher et ne put s’empêcher de faire partager son avis.

« Décidément, tu réagis exactement comme ton frère… Il faut croire que c’est de famille », fit remarquer Fang avec un léger sourire en coin.

Chapitre Précédent <~~ Sommaire ~~> Chapitre Suivant

Publicités

9 commentaires sur “Maître des âmes 27 : Avertissement

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s