Death March 6-12 : Le Peuple du Territoire du Baron Muno (3)

Traducteur : HarkenEliwood
Adapt : Soreyawari
Check : Nekoyashiki-san


Voici votre chapitre de DM tant attendu ! ^^ Après deux semaines d’attente ceci sera votre premier cadeau du mois ! Profitez bien petits veinards ! 😉

Amicalement vôtre,                                                                                                               Nekoyashiki-san


Ici Satou. Les scènes où les gens pleurent tout en mangeant leur repas sont des histoires de temps de guerre ou d’après-guerre, mais personnellement, cela me rappelle seulement la fois où j’ai consolé un ami au cœur brisé qui engloutissait du sucre dans une frénésie alimentaire.

« Grand-père, on a eu de la nourriture.
– Ce ne sont pas des mauvaises herbes aujourd’hui~ »

Les enfants que nous avons croisés dans l’après-midi déboulent alors que nous mangeons céréales, légumes et viande de loup avec les personnes âgées. Ces personnes âgées m’ont parlé des enfants, mais comme ils ne savaient pas quand ils allaient revenir, nous avons commencé notre repas avant eux.

« Ah, c’est ceux de tout à l’heure.
– Sont-ils venus reprendre la nourriture ?
– Ils nous attendent. »

Les enfants se cachent avec inquiétude dans le dos du leader.
Ces enfants ne voient-ils pas l’atmosphère paisible de ce repas ?

« Nous avons beaucoup de porridge, pourquoi ne pas manger avec nous ?
– C’est vrai, mangez aussi, les enfants.
– Allez, asseyez-vous rapidement, les enfants. »

Les enfants se montrent prudents face à mon invitation, mais comme les personnes âgées les appellent aussi, et surtout, parce qu’ils sont captivés par le porridge qu’on leur tend, très vite ils se joignent à notre repas.

« C-c’est bon.
– Ce ne sont pas des mauvaises herbes ?
– Uwah, il y a quelque chose qui sent bon.
– Il y a de la viande bouillie dedans.
– Tu mens ?
– C’est vrai, c’est de la viande~.
– Vraiment délicieux … Uuuu »

Je suis content que vous soyez ravis, mais s’il vous plaît arrêtez d’être émus au point de verser des larmes.

Pochi qui a fini son assiette la plus vite déclenche la guerre avec quelques mots.

« Une autre s’il vous plaît ~ nanodesu ! »

À ces mots, les enfants se figent.
N’ayant probablement que subtilement ressenti cette tension, ou peut-être pas du tout, Nana, toujours sans expression demande une autre portion.

« Ne vous gênez pas, les enfants. Mangez plus—
– Il nous en reste beaucoup, alors si vous voulez une autre portion, demandez. »

Une acclamation s’élève après les mots d’Arisa, laissant ma phrase inachevée. Les enfants se mettent à manger plus vite. Les personnes âgées grondent les garçons qui s’étouffent sur leur nourriture, “Mâchez bien.”

Comme il semble que la quantité actuelle ne suffira pas, je retourne au wagon pour faire cuire des pommes de terre.
J’épluche environ 20 pommes de terre et les fais bouillir avec Lulu qui est venue pour m’aider. En entendant des bruissements, je regarde sur le côté et y trouve Mia.

« Satou.
– Tu veux aussi une autre portion, Mia ? »

Mia nie en secouant légèrement la tête.

« Humains… pourquoi. »

Elle s’efforce de mettre des mots ensemble.

« Jeter… enfants… anciens? »

Quand je lui demande plus en détail, il semble que les elfes chérissent leurs enfants et leurs aînés, donc elle est choquée par cette situation.
Laissons ce genre de sujet difficile à Arisa-sensei.

« As-tu demandé à Arisa ?
– Nn.
– Qu’a-t-elle dit ?
– Je ne comprends pas. Des choses comme les riches et les pauvres, ou la structure sociale. »

Bon sang Arisa, n’utilise pas des mots compliqués pour te sortir d’affaire.

« Mia, ce ne sont pas seulement les humains, toutes les races qui produisent beaucoup d’enfants sont faibles par définition.
– Nn.
– Et parce qu’ils sont faibles, ils doivent lutter et survivre, même aux dépens de beaucoup d’autres.
– Tous ?
– Oui, puisqu’ils ne peuvent pas tous être sauvés, ils laissent une partie devenir le sacrifice.
– … D’accord. »

Si ça l’a convaincue tant mieux, mais moi-même je n’y ai pas beaucoup réfléchi. Même ce que je viens de dire n’est rien d’autre que des informations vues sur internet et la télévision.

« Si quelqu’un comme le maître devient un roi, ce serait vraiment paisible. »

Dit Lulu en souriant, mais elle me surestime. Si quelqu’un comme moi devenait roi, tout le pays ferait immédiatement faillite, fin de l’histoire.

« Hou, je me demandais pourquoi elle portait une capuche pendant le repas, c’est une elfe, hein. »

Une vieille femme s’approche seule. Mia se couvre rapidement avec la capuche même s’il est trop tard.

« Elle est timide.
– Je vois, jeune fille, je ne dirai rien aux autres alors s’il vous plaît pardonnez-moi.
– Nn. »

Mia acquiesce, et court se réfugier dans le dos de Lulu qui surveille la marmite.

« Me suis-je attirée sa haine ?
– Elle est juste timide. Sinon, quelque chose ne va pas ?
– Il est douloureux de simplement accepter ainsi votre gentillesse et manger, donc je me demandais si je pouvais vous aider pour quoi que ce soit.
– Nous venons de mettre à bouillir d’autres pommes de terre, donc nous avons assez de main d’oeuvre.
– Je pensais que vous étiez sur le point de ranger, ce n’est vraiment pas un problème ? Je n’ai rien pour vous rembourser, alors même que vous nous avez traités avec tant d’égards.
– C’est juste un de mes caprices, n’y faites pas attention. »

La vieille femme semble perdue pendant un moment, mais semblant s’être décidée sur quelque chose, elle reprend.

« Marchand-san, ne feriez-vous pas de ces enfants vos esclaves ?
– Je suis désolé vieille dame, j’ai déjà assez d’esclaves, je n’ai pas besoin d’en avoir plus.
– Même un ou deux cela irait, s’il vous plaît prenez-les. S’ils sont laissés seuls ici, ils mourront de faim tôt ou tard. Ça ne me dérange pas si ce sont des vieux os comme les miens, mais il est douloureux de voir les enfants mourir. »

Je suis désolé pour la vieille femme, mais je refuse.
Pour être franc, voyager dans ce monde est trop dangereux. Si je ne dois protéger que Lulu et Nana, alors je pourrais faire quelque chose, mais s’il y a 9 personnes de plus comme ces enfants, je ne pourrais rien faire.
Pour calmer mon cœur, je mets de côté la nourriture un instant.

« Ce serait bien si les enfants pouvaient cultiver leurs propres légumes n’est-ce pas.
– C’est vrai, ce serait bien s’il y avait un champ où nous pourrions cultiver des légumes.
– Le sol ici ne convient pas ?
– L’exposition au soleil est bonne, mais le sol est trop friable donc ça ne va pas. »

Mia écoute la conversation de Lulu et de la vieille dame sans rien faire, puis elle me tire la manche.

« Qu’est-ce qu’il y a?
– Forêt.
– Oui, c’est une forêt. »

Apparemment vexée par ma réponse, Mia fait la moue.

« Non, humus. »

Qu’est-ce que tu dis, on peut utiliser les feuilles où vivent les scarabées ?

« Pousse bien.
– Maintenant que j’y repense, Arisa a dit quelque chose de ce genre.
– La réforme agricole ? »

C’est cela. Si je ne me trompe pas, elle a dit que ça avait déclenché une large infestation de monstres-insectes.

« Monstres-insectes ?
– Oui, Arisa a dit qu’une grande quantité de monstres-insectes a surgi quand elle a essayé.
– Non, superstition.
– Vraiment.
– Lia l’a dit. »

Lia ? N’est-ce pas la mère de Mia ?

« En d’autres termes, nous devrions défricher la forêt et y cultiver des terres agricoles?
– Nn.
– C’est vrai, si nous pouvions le faire, les enfants et nous travaillerions dur. »

La vieille femme dit cela, mais elle ne semble pas sérieuse. Avec des grosses machines, la préparation du terrain ne serait pas difficile, mais évidemment il n’y a rien de tel. Même si nous réussissions à cultiver la terre, ils ne pourraient récolter qu’après un an tout en souffrant durant cette période.

« Eh bien, il y a des cultures qui peuvent être récoltées plus rapidement, mais en cette saison il n’y a que le fruit de Gabo. Il pourrait être récolté au bout d’un mois. Cependant, la culture des plantes est interdite ailleurs que dans les manoirs de nobles donc nous ne pouvons pas acquérir de graines. »

La vieille femme sait cultiver les fruits de Gabo depuis la période où elle a été forcée de travailler dans un manoir.

« Ce fruit pousse horriblement vite. C’est pourquoi il est classifié comme étant une mauvaise herbe. »

Ils n’ont besoin que d’assez de nourriture pour tenir jusqu’au printemps, n’y a-t-il vraiment rien que nous puissions faire ?

« Si on pouvait utiliser une telle méthode, nos vieux os n’auraient pas été jetés hors du village.
– Dites-moi, même si c’est absurde.
– Eh bien, nous pourrions aller chasser de l’araignée-ours dans la forêt. Si nous avions la viande de 3 araignées-ours et que nous les fumions, nous pourrions vivre tranquillement jusqu’au printemps. »

C’est un monstre vivant dans les profondeurs de divers recoins de cette forêt. Il y en a 5 avec des niveaux aux alentours de 24-28.
Cependant, est-ce un ours ou une araignée, soyez plus clair. (ndt : En japonais, Araignée se dit “Kumo” et Ours se dit “Kuma”. Le nom du monstre est Kumo Kuma./ ndc : du coup elles disent kumo ou kuma à la fin de leurs phrases ? :p )

« Ne pensez pas à y aller, d’accord ? Je sais que vos esclaves sont fortes, mais elles ne gagneraient pas contre l’araignée-ours dans la forêt. Quand j’étais enfant, une expédition de subjugation avec des esclaves et des soldats est partie, dirigée par des chevaliers, et personne n’est revenu. »

Plutôt que le fait de combattre à l’intérieur de la forêt, je pense que c’est simplement à cause de la différence de niveau.

« Si la petite dame elfe grandit, avec la magie de la forêt comme celle des contes de fées, elle pourrait déplacer aisément les grands arbres et aider à créer un champ dans la forêt.
– Muu. »

Mia se mit à bouder après avoir été traitée comme une enfant.

« Vieille femme, malgré son apparence, elle est plus âgée que vous.
– Oya oya, je vois. Les elfes ont une bien longue vie. »

L’humeur de Mia ne s’améliore pas, mais quand la vieille femme se met à souffler dans une flûte de feuille pour l’apaiser, elle semble intéressée.
Puisque Mia vient aussi de la forêt, elle a soufflé dans une multitude de flûtes de feuilles là-bas, donc son timbre musical et son pouvoir d’expression sont à des lieues de ceux de la vieille femme alors qu’elles utilisent la même feuille. Cela doit être le résultat de longues années d’entraînement.

Tout le monde est rassemblé autour de Mia avant que je ne m’en rende compte, mais quand Mia s’arrête, le rôle principal est transféré aux pommes de terre. En fin de compte, les pommes de terre n’ont pas suffi alors nous avons fini par cuisiner à nouveau des céréales et du porridge.

 

Chapitre Précédent <~~  Sommaire  ~~> Chapitre Suivant

Publicités

13 commentaires sur “Death March 6-12 : Le Peuple du Territoire du Baron Muno (3)

    1. On a les chapitres jusqu’au 6-16 en ligne en ce moment, l’arrivée de nouveaux chapitres dépendra de la disponibilité de Sore pour les adapts.

      Sur ce bonne lectures ! ^^

      Amicalement vôtre,
      Nekoyashiki-san

      PS : Liens à jours ! ^^

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s