Arca – Chapitre 7 : Cauchemar

Auteur : Shinoera
Check: Faust


Bonjour, me voici après avoir encore pris du retard… C’est un fléau, je vous promets ! Les dieux m’en veulent é_è pourtant je n’ai rien fait de mal… Bon, en tout cas, j’espère que ce chapitre vous plaira ! 😀


I – 7 – « Cauchemar »

— Quoi ?
— Ces yeux, ce sont ceux d’un envoûté. On devrait juste l’attacher pour le moment en prévoyance de son rétablissement.

Tout le monde regarda Shem, plaqué au sol, les yeux remplis de rage, tel un animal affamé. Mais bizarrement, il avait arrêté de se débattre. L’esprit de Shem était embrumé de pensées noires. Ses cheveux déjà mal coiffés l’étaient encore plus, et seule sa voix était comme avant l’envoûtement.

— C’est vraiment dans les cordes d’un de nous ? s’inquiéta Teeli.
— Myriam devrait pouvoir s’en occuper non ?
— Oui Monsieur, j’ai les plantes qu’il faut. répondit-elle vivement.
— Et bien, tu penses à tout contrairement à quelqu’un.

Livia se retourna vers Grimm avec un regard las ; il était toujours sur Shem, en train de le plaquer au sol.

— Quoi ? Tu te sens concernée ?
— Je ne dirais rien… Attachons-le juste, l’assommer ou même le tuer n’est pas une bonne chose, j’ai une forte impression qu’il sait beaucoup de choses… Et qu’il-
— Et qu’il nous a raconté toute la vérité sur ce qu’il savait. la coupa Teeli.

Livia regarda Teeli et lui sourit comme pour lui dire que leurs pensées étaient reliées.
Myriam leva le bras de Shem en arrière, et Grimm fit pareil, Sylvia et Livia lui attachèrent les mains dans le dos, et le firent se lever. Shem voyait trouble, les formes et les couleurs se mélangeaient. Les formes principalement rondes tournoyaient sur elles-mêmes, et semblaient aspirer toutes les couleurs aux alentours, la lumière du feu disparu, la lumière qui éclairait les murs de la grotte aussi. Tout se faisait engloutir. Ne laissant à Shem qu’une vision dichromatique en noir et blanc de ce dont il l’entourait. Il n’arrivait même plus à distinguer les visages des personnes qui l’avaient sauvé. Leurs visages étaient des masses similaires à un liquide violâtre comme du pétrole, quant à leurs yeux, ils n’étaient plus que de vastes trous blancs, au sein desquels subsistait un petit point noir. C’est tout ce que Shem pouvait voir dans son état. Même les murs ne semblaient plus être fait de roche, mais d’une gelée elle aussi noire.
Il transpirait à grosse goutte, incapable de lâcher un mot. Son cerveau encore en marche comprit qu’il n’était plus maître de son propre corps.
Grimm avait déjà commencé à lui attacher la jambe avec l’aide de Teeli et Livia, Myriam et Sylvia étaient en train de préparer une sorte de soupe à base de plantes. Elles les écrasaient dans un des bols en bois, qui n’avait pas servi pour le repas.
Teeli finit d’attacher Shem, les bras dans le dos, les jambes ligotées. Et le corps bloqué entre deux gros sacs à dos pesant au moins une vingtaine de kilos.

— Tu as fini de faire ta mixture ? demanda Grimm, qui commençait à s’agiter sur place.
— Presque.

Après avoir fini la préparation, Myriam se plaça devant Shem, qui ressemblait maintenant plus à un macchabée qu’à un être vivant. Sylvia revint à côté de Myriam et lui donna une boule en métal avec des trous, que l’on pouvait ouvrir et fermer à sa guise, un peu comme les vieilles théières. Myriam mit la mixture dedans et referma la boule, puis elle la mit ensuite au-dessus du feu sacré pendant deux secondes. Le mélange de plantes semblait avoir pris feu, dégageant une fumée qui ne sentait ni bon ni mauvais, et qui n’était ni épaisse ni fine.
Elle le mit devant le nez de Shem, qui commença à s’agiter.

— Ne Gentem.

Shem s’agita d’un coup, en penchant la tête en avant, puis en la relevant. Un son rocailleux sortit de sa bouche.
Un son à la limite d’un grognement animal. Shem commença à s’agiter beaucoup plus.

« Que… Je-J’ai mal… Arrêter…. »

Il se courba en arrière, puis son corps revint se pencher en avant. En relevant la tête, Shem regarda Myriam avec un regard inhumain, similaire à celui d’un psychopathe réfléchissant à ce qu’il allait faire subir à sa victime. Teeli et Grimm furent obligées de recommencer à le tenir, pour éviter qu’il ne saccage tout.

— Myriam dépêche !
— Bien !

Elle enleva la boule de métal de sous son nez, et posa son index de la main droite entre ses deux yeux.

— Gentem.

Shem cessa tout mouvement, sa tête tomba comme pesant des tonnes. Grimm et Teeli purent le lâcher. La vision de Shem resta la même, jusqu’à ce que ces paupières elles aussi, finissent par tomber.

◊ ◊ ◊ ◊ ◊

Tout n’était que noir et blanc. Rien ne bougeait. Tout semblait mort. Le décor était juste un sombre fond, avec quelques taches claires par-ci par-là. Une sorte de masse blanche s’échappa d’une de ces tâches et une silhouette humanoïde se forma. Elle avança doucement vers lui. Doucement. Jusqu’à se retrouver à quelques centimètres devant son visage. Ces yeux. Ils étaient ovales et fait de blanc, avec des petites pupilles noires à peine visibles. Une bouche se dessina, alors que son visage se rapprochait de plus en plus lentement du sien. Cette bouche n’était faite que de simples traits qui se reliaient au-dessus de ses yeux. Quand il l’ouvrit, il put apercevoir à l’intérieur, un abysse. Tout le décor commença comme à fondre. Dégoulinant à l’infini. Sol, plafond et murs : inexistants. De la bouche de la chose sortit un bruit. Puis des mots.

— Crrrrrriiiiiiissssss-ta faute…

◊ ◊ ◊ ◊ ◊

— Aaaah !

Shem se réveilla en sursaut de son sommeil. Tout le monde autour de lui dormait. Il essaya de se lever, mais il vit qu’il était attaché aux mains et aux pieds.

« J’ai encore dû faire une boulette… »

La personne la plus proche était Myriam, elle était assise à sa gauche et sa tête reposait sur l’épaule de Shem. Il la regarda avec insistance pendant quelques secondes.

« Depuis quand ce genre de chose ne m’est pas arrivée ? Ou plutôt… est-ce que ça m’est déjà arrivé ? Hmm, Shem prend bien soin de ce moment de grâce que t’accorde Dieu ! »

Il essaya de bouger doucement, mais le poids du corps de Myriam le poussa sur le côté, laissant la tête de Myriam filer vers le sol en direction d’un gros caillou. Shem poussa un petit cri qui s’entendit à peine. La tête de la jeune fille s’écrasa avec force sur le caillou. Mais contrairement à ce que pensait Shem, ce n’est pas la tête qui se cassa en touchant le caillou, mais le caillou qui se cassa en touchant sa tête.
Shem regarda Myriam qui était en train d’ouvrir les yeux. Elle lui parla directement.

— Ah ! Tu es réveillé !
— Myriam ! Ton crâne vient de briser de la roche…
— Tu es revenu à toi ?! elle dit cela avec un brin d’inquiétude, mais sans plus.

Teeli qui se trouvait quelque pas dernière, se leva d’un coup, et se mit sur ses deux jambes en deux-temps trois mouvements.

— T’est plus envoûté Shem ?
— Elle a cassé un caillou avec sa tête !! insista t-il.
— Hein ? dirent-elles en chœur.
— Myriam… Ton crâne vient de niquer les lois de la physique.
— Je crois qu’il est encore envoûté. affirma Teeli.
— Quoi ?

Il se prit un coup de pied dans le ventre, qui lui fit arrêter ses délires très rapidement. Il toussa un peu en bavant à moitié et essaya de parler le souffle encore coupé.

— Pourquoi tu me frappes putain ?!!
— Hein ?! Euh, t’étais plus envoûté… elle se pencha rapidement en avant. Mes excuses !

Shem toussota avant de se mettre à parler.

— Comment ça, envoûté ?
— Hier soir, à la fin du repas, tu as eu les symptômes d’un envoûtement, j’ai dû pratiquer une sorte d’exorcisme. lui expliqua Myriam en le regardant dans les yeux.
— J’étais possédé !? dit-il en semblant confus.
— Pas vraiment. Aucune entité n’était en toi, mais quelque chose aux alentours a modifié ton comportement.
— Donc ça ressemble plus à un sort. Pourtant, nous sommes les seuls ici. continua Teeli en se grattant la nuque.
— Euh… Sans vouloir être indiscret, j’ai fait quoi pendant que j’étais envoûté ?
— Tu as été vulgaire et tu as voulu te battre.
— Le truc qui m’a envoûté voit mal. Suffit de me regarder pour savoir à quel point je suis une brêle au corps à corps.

Sa phrase fit rire Myriam et sourire Teeli.

— Ah ? Parce que tu es fort avec une arme à distance ? se moqua Teeli.
— Madame me cherche ? Oui je suis bien plus fort avec une arme à distance. Je me suis pas mal entraîné à l’arc, répondit Shem d’un ton agacé.
— Ohoh ! Il me tarde de voir tes exploits d’archer !
— Il faudra faire attention aux flèches de Monsieur, elle pourrait vite dévier.
— Merci ! Je me sens trop encouragé ! Et toi, je t’ai déjà dit de m’appeler Shem pas Monsieur, prononça-t-il avec un sourire.

Même après que tout le monde se soit réveillé, Shem était toujours assis, ligoté. Livia le regarda dans les yeux, ce qui fit très légèrement rougir Shem, et s’en alla vers le feu, là où tout le monde était assis pour manger un bout avant de commencer la journée.

— Euh… Chère Livia auriez vous l’extrême amabilité de défaire mes liens ? demanda Shem.
— Non. T’es bien où tu es non ? ironisa Teeli.
— Ce n’est pas bien de rire des prisonniers. répondit froidement Livia.
— C’est de l’humour.
— Bizarrement j’ai pas ri.

Teeli tourna la tête vers Livia tout en mangeant une des barres de céréales de Grimm.

— Je suis triste.

Livia se mit derrière Shem qui s’était décollé du mur de la grotte. Et elle délia les cordes qui lui servaient d’entraves.

— Voilà, tu es libre.
— Merci à toi. Raaaaah maintenant j’ai des fourmis dans les mains !
— Tu veux un câlin ? demanda Grimm en ayant la bouche en forme de cœur.
— Non merci, je ne veux pas mourir jeune.
— Que d’humour de si bon matin !
— Quelle heure il est ?
— Environ six heures, répondit Grimm en regardant une sorte de pierre en forme d’ovale.

Teeli interrogea Grimm du regard, puis elle prit la parole.

— Tu as une idée de ce qui t’a envoûté ?
— Non, j’avais pris toutes les précautions pour éviter que l’arbre m’envoûte, mais à part lui je ne vois pas ce que ça pourrait être…
— Je vois.
— Montre ton pull, ordonna Livia.
— Hein ? Euh OK, mais il n’y a rien dessus.

Livia regarda le pull qu’il portait encore sur lui, puis elle alla regarder là où la sève avait atterri le soir d’avant. Elle alla chercher dans sa poche droite et trouva les couverts. Avec une infime couche de sève dessus.
Il y eut un long silence.
Livia et les autres le regardèrent avec un regard blasé. L’atmosphère devint pesante. Shem essaya de briser ce silence.

— Oups ?
— Quand je te disais de t’essuyer hier, c’était tout le côté droit. Donc la poche avec,dit Livia d’un air désespéré.
— Oups.
— J’hésite entre te gifler ou te laisser au nuisible.
— Je préfère la gifle.

Shem se reçut une gifle qui claqua assez fort pour résonner dans toute la grotte. Sa tête ne bougea même pas, mais sa joue devint rouge.

— Aie !
— On dirait un couple, c’est fantastique, dit Grimm en ricanant.
— À ce point-là ?
— Non.

Livia sourit un instant. Puis Teeli reprit la parole.

— Par contre Myriam… Tu dormais non ?
— Euh… Oui désolée… répondit-elle gênée.
— Heureusement que personne ne nous a attaqué, si même Sylvia dormait, nous n’avions aucune protection !
— Veuillez excuser mon imprudence.
— Cela nous arrive à tous, mais tâche d’y faire attention la prochaine fois. Bon, on change d’occupation, moi et Grimm, on va couper du gammalaya et Shem et Livia, direction creuser le trou.

Shem grimaça à son ton autoritaire, Teeli le remarqua tout de suite, mais n’y prêta pas attention.

— Je peux vous aider. J’ai dormi cette nuit. expliqua Myriam avec un regard mélancolique.
— Moi de même ! s’exclama Sylvia.
— Euh… Et bien… Myriam, tu devrais venir nous aider. Sylvia reste avec ta sœur, tu seras plus en sécurité avec eux qu’avec nous. ordonna Grimm d’un ton hésitant.
— Bien.

Sylvia rejoignit Livia et Shem, Myriam partit avec le duo de la mort.

« L’organisation, c’est pas leur truc… S’en est limite drôle. »
— Allez viens, Shem, autant qu’on en finisse rapidement.
— Vous avez une idée de comment étanchéifier le bassin après ?
— Oui, on va prendre des peaux de chameaux, comme le royaume en a beaucoup, il nous en donne des tonnes. Myriam a déjà commencé à les coudre. Tiens d’ailleurs, s’il te plaît Sylvia, tu pourrais continuer à coudre la toile.
— Mais j’suis pas forte pour la couture moi !
— Ah bon, mais la dernière fois t’a cousu un manteau en entier !
— Mais moi, j’ai pas envie !!
— Va le faire avant que je m’énerve.

Sylvia partit en direction de la grotte, en tapant du pied.

— Euh… T’aurais pu être plus douce, dit-il avec humour, c’est ta sœur non ?
— Chut, je veux ne rien entendre, après ça aurait été à moi de le faire et j’ai la flemme.
— Comme tu es mesquine, répondit Shem avec un léger sourire aux lèvres.
— Eheh, je sais, dit-elle en faisant un clin d’œil à Shem.
— Ce n’est pas du tout un compliment.
— Moi qui espérais te voir rougir… je suis déçu.
— Je sais. Quand je rougis, c’est la grosse poilade, répondit froidement Shem, mais là, on doit creuser.
— Oui, oui.

Shem et Livia creusèrent bien quatre heures avant de toucher un énorme rocher. Le trou faisait à peu près trois mètres de profondeur pour un rectangle d’une dizaine de mètres de longueur et d’environ six mètres de large. Tout ça à quelques mètres de l’entrée de la grotte. Ils étaient au fond et n’avaient aucun moyen de remonter.

— On est dans le caca. À part si je te fais la courte échelle.
— Euh ouais, mais dans ce cas-là tu mesures combien ? demanda Livia.
— Un mètre soixante-dix, je crois.
— Oui ça devrait être bon, je fais un mètre soixante-quatre.
« Tiens, ils ont la même unité de mesure que nous… »

Shem s’accroupit pour qu’elle puisse prendre appui sur sa main.

— Essaye pas de me mater, je suis en pantalon je te rappelle.

Elle mit ensuite un pied sur l’épaule droite de Shem. Il ne put s’empêcher de lever le nez pour voir ce qu’elle portait en dessous, mais oui, comme elle l’a dit, elle était en pantalon.

« Dommage que ce ne soit pas moulant. »
— Hé ! Je te parle.

Le regard de Livia croisa celui de Shem qui fixait bien autre chose que son visage. Il se prit un coup de chaussure dans la tête.

— Tu peux me remonter maintenant ?
— Oui…

Arriver en haut elle se pencha pour tendre la main à Shem, mais elle était quand même loin de lui.

— Tu ne peux pas plus te rapprocher ?
— Si, mais juste un peu sinon je tombe.
— Très bien. Je vais sauter vers ta main.

Elle acquiesça. Shem prit le peu d’élan qu’il pouvait prendre sur les six mètres de largeur du trou. Il saisit la main de Livia, qui le remonta en grognant un peu sous le coup de l’effort, bien que Shem l’ait aidé en prenant appui sur le mur avec ses jambes.

— Tu pèses lourd.
— Cinquante-neuf-kilos, mais que du muscle ! s’exclama Shem avec un grand sourire.
— Encore avec tes kilos, je ne sais quoi là…
« Je me souviens déjà plus de leur unité de poids…»
L’autre groupe venait de revenir du gammalaya.

— Eh bien, on a fini en même temps. L’arbre va bientôt tomber. Vous avez bien avancé le trou, il est fini ? demanda Grimm.
— Oui il est fini, il ne manque plus que de l’étanchéité avec les peaux de chameaux que Sylvia est en train de coudre.
— Hein !? Mais c’était à moi de le faire. s’écria Myriam.
— Ne t’inquiète pas, répondit Livia d’un ton apaisant. Toi aussi, tu as le droit de te reposer. Allons juste manger. Et contrairement à Shem hier soir, vérifiez vos couverts.

Livia pouffa un peu, et entra dans la grotte, après tout le monde. Une immense toile en peau de chameaux était étendue sur le sol, à part au fond où se trouvait le feu sacré. Sylvia était toujours en train de coudre à une vitesse impressionnante.

— C’est bon, tu peux t’arrêter Sylvia.
— Hein ?
— Tu peux t’arrêter.

Sur ces mots, elle se leva et s’approcha du feu.

— Ce soir, c’est juste des barres de céréales. On n’a pas le temps de faire plus, et il faut économiser la nourriture ! dit Grimm en mâchant.
— Heureusement que c’est une nourriture qui cale bien l’estomac, continua Teeli.

Un silence descendit sur eux, bientôt rompu par Grimm.

— Maintenant que j’y pense Shem. Tu as eu des symptômes ou des trucs bizarres pendant ton envoûtement ?

Il se rappela des murs de la grotte qui dégoulinaient, et des visages horrifiques des personnes actuellement à ses côtés, prêtes à l’écouter.

— Oui, les murs dégoulinaient et vous aviez des visages flippants, toutes les couleurs avaient disparu… il pensa à son cauchemar, réfléchit un instant, et avala sa salive. Rien d’autre.
— D’accord, je note ça.

Il prit un petit carnet qu’il avait sur lui, et nota les symptômes.
Tout le monde se dépêcha de manger à cause de la fatigue. Shem fit la vaisselle, à cause du soir précédent. Tout le monde se coucha aussitôt. Sauf bien sûr, Myriam et Sylvia. Ce fut au tour de Shem de dormir sur le sol maintenant recouvert de peau de chameaux.

— Travaillez bien toutes les deux.
— Merci et bonne nuit, lui répondirent t-elles de concert.

Shem ferma les yeux. Et tomba presque instantanément dans un profond sommeil.

◊ ◊ ◊ ◊ ◊

Le temps passa sans que son sommeil ne soit troublé. Jusqu’à ce que deux mots distincts résonnassent dans sa tête.
« TA FAUTE »

◊ ◊ ◊ ◊ ◊

Shem se réveilla en sursaut. À peine qu’il fût réveillé qu’il vit Myriam et Sylvia avec un regard inquiet. Il faisait encore nuit.

— Chut ! Il y a des trucs…

Ces mots furent prononcés dans un très léger chuchotement. Quand un cri démentiel, ressemblant à un mélange de bruit électrique et de cris humains vint briser le silence. Un corps sombre, comme une épaisse fumée, apparut à l’entrée de la grotte. Il était de forme humanoïde, sans yeux ni nez, juste une bouche presque invisible.
Un autre bruit rauque et grinçant vint de lui, juste avant que Myriam ne crie :

— UN NUISIBLE !

Chapitre Précédent <~~ Sommaire ~~> Chapitre Suivant

Publicités

2 commentaires sur “Arca – Chapitre 7 : Cauchemar

    1. J’essaye de définir un caractère qui soit reconnaissable pour tout le monde 🙂 cela dit les 2 soeurs ne sont pas jumelles 😮 Sylvia a 11 ans x) et ça manière de parler est différente xD

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s