Concernant ma Réincarnation en Slime 24 : Souvenirs et marche funèbre

Traducteur : Llaurence
Adapt : Soreyawari
Check : Nekoyashiki-san


Et un chapitre de dernière minute UN ! Quel est l’issue de cette rencontre enflammée entre un slime et une vieille femme ?

Découvrez-le dans ce chapitre maintenant ! XD

Amicalement vôtre,
Nekoyashiki-san


Le feu tombait du ciel comme de la pluie… tel est mon premier souvenir.
La main de ma mère, que je tenais si tendrement, me semblait bien trop légère. J’avais peur de relever mon regard au-dessus de sa main. Le napalme explosant dans l’air transformait les alentours laissant place à une mer de flammes. Dois-je fuir ? Tout est consumé par le feu… Izawa Shizue sombrait lentement dans le désespoir. Puis, elle eut le sentiment de plonger dans une forte lumière…

(Ah… c’est donc ici que je meurs…)

Elle n’était qu’une enfant, mais ça ne l’empêcha pas de comprendre cela.

Elle avait quatre ans à ce moment-là. Sans aucun autre proche, elle vivait seule avec sa mère. Son père avait été mobilisé, elle ne se souvenait plus de son visage. Elle n’avait pas l’impression d’être particulièrement chanceuse ou malchanceuse. Étant dans la norme, elle ne pouvait qu’accepter son sort.

« Souhaites-tu vivre ? Si tu veux la vie, réponds à mon appel ! »
Une voix avait résonné dans son esprit.

(Est-ce que j’ai envie de vivre ? Pourquoi ? Je ne comprends pas.)

Elle était trop jeune pour répondre à une telle question. Cependant, baissant les yeux sur sa mère, dont il ne restait plus qu’une main…

« Je veux vivre ! »
Elle cria.
[Entendu. Réponse à la requête de l’invocateur… terminée.]
« Je veux vivre sans avoir peur du feu ! »
[Entendu. Acquisition de la compétence supplémentaire [Manipulation du Feu]… terminée.]

Quand ses yeux s’ouvrirent à nouveau, elle se trouvait dans l’antre d’un démon, avec devant elle un magnifique Seigneur Démon. De longs cheveux dorés, des yeux bleus en amandes. Un visage bien proportionné. Et une peau si pâle qu’elle paraissait presque transparente. Si beau qu’il n’aurait pas été étrange de le prendre pour une femme. Leon Cromwell. Il était ce que les humains appellaient “Seigneur Démon”, aussi connu comme le Démon aux Cheveux Blonds.

« Ah… encore raté. »
Il murmura cela, perdant tout intérêt pour elle.

Cependant, il ne tua pas la fille dont le corps était couvert de brûlures. Elle ne valait rien à ses yeux. Et celle-ci, en découvrant ce fait, en était vexée.
Encore maintenant se rappelle-t-elle par moments de ce magnifique visage et de ces yeux arrogants, dénués d’intérêt. Mais à cette époque, elle n’avait pu survivre qu’en s’accrochant à lui.
Au final, elle avait été sauvée sur un coup de tête du Seigneur Démon.

« Attendez… »
Elle tendit la main dans sa direction.
(Peut-être que lui, beau comme un ange, il soulagera mes souffrances ?)
Elle pensa ainsi, mais…

« Je pensais que ce n’était qu’un déchet, mais cette chose à une affinité avec le feu apparemment. »
Sur ces mots, il invoqua le Géant de Flammes Ifrit, sans incantation, comme si l’acte lui était aussi simple que de respirer. Et l’Ifrit invoqué lui obéit sans discuter.

« Je t’accorde cette chair. Utilise-la ! »

Ces mots pour la fille devinrent la preuve irréfutable de la perte de ses espoirs.
Et ainsi, la souffrance qu’elle ressentait devint haine, alors que cette malédiction se gravait dans son cœur. Cependant, il est aussi correct de dire que cette possession lui permit de rester en vie.

Depuis ce jour-là, combien d’années se sont-elles écoulées… ? En tant que démon de feu, elle régnait sur l’un des châteaux du Seigneur Démon. À ses côtés en tant que démon supérieur.

*Gotsun gotsun gotsun*

Les bruits de pas résonnaient dans les couloirs du château. Le Seigneur Démon avait déjà fui, abandonnant son château.
La fille était l’arrière-garde. Un pion sacrifié. Il l’avait considérée comme un outil jusqu’à la fin. Jamais ne l’avait-il traitée autrement.

Celui qui s’approchait actuellement était le “Héros”.
Ses longs cheveux ébènes, rassemblés en une queue de cheval, reposaient sur son armure légère noire : une beauté rivalisant avec celle du Seigneur Démon.
La seule différence : le héros était une femme. Du premier coup d’oeil, Shizu en fut certaine.

(Je ne peux pas gagner !)
Quand cette pensée submergea l’esprit d’Ifrit, une part de l’ego de la fille refit surface. Elle regarda le héros dans les yeux.

« Ai—Aidez-moi… »
Des mots que l’on pourrait facilement ignorer. Qui ferait confiance à la parole d’un démon ? Cependant,
« Tout va bien maintenant. Tu as été courageuse de tenir jusqu’à maintenant ! »

À partir de ce moment-là, le héros s’occupa d’elle. Le “Masque Anti-Démon” qu’elle portait contenait Ifrit et cachait ses brûlures. Elle couvrit entièrement son corps avec une robe et suivit le héros.
Le temps passa et on finit par la surnommer le « Monarque de l’Explosion ».

Puis un jour, le héros partit en voyage. Elle ne comprit pas pourquoi, peut-être était-ce une affaire que le héros ne pouvait ignorer.
La fille voulut faire de même. Un jour elle aussi elle partirait en voyage, pour tuer le Seigneur Démon. Celui qui lui a sauvé la vie, puis qui s’en est débarrassé. Ainsi, tuer le Seigneur Démon Leon Cromwell devint sa raison de vivre. C’est pourquoi elle ne trouva pas de reproche à faire au héros.
Mais il lui restait un regret : elle n’a jamais vu le héros sourire.

Après ça, la fille devint célèbre pour ses exploits héroïques.
Parfois considérée comme une des fondatrices de l’Association Libre, elle avait oeuvré pour l’expansion et le bien de l’Union Coopérative des Aventuriers. Elle prit également part aux entraînements des aventuriers et de ses successeurs.

À une certaine époque, elle eut d’excellents disciples : un garçon au regard pur et sincère, Kagurazaka Yuuki, et une fille aux yeux mornes, Sakaguchi Hinata. Ces deux-là furent de très bons élèves ainsi que des compagnons passe-mondes japonais. Ils avaient des caractères complètement différents : le joyeux et optimiste Yuuki, et la misanthrope Hinata.
(C’est sûrement parce que Hinata s’est fait agressée à son arrivée dans ce monde) pensait Shizu.
Elle avait réussi à tuer les agresseurs et à s’en sortir saine et sauve, mais cela avait probablement en même temps résulté en de terribles souvenirs. Shizu se voyait en Hinata, et se prit de compassion pour elle. Mais ce fut une erreur.

« Maître, je vous remercie pour l’enseignement que vous m’avez offert, mais j’ai bien peur de ne plus rien avoir à apprendre de vous. Je ne pense pas que l’on se reverra. »
Sur ces mots, Hinata s’en était allée sans regarder en arrière.
En un mois à peine, sa force avait surpassé celle de Shizu. Quelle incomparable excellence… Quelques années plus tard, Hinata reçut une position majeure dans l’Empire, mais n’était toujours pas satisfaite. En fait, elle avait considéré sa promotion avec une morne indifférence…

En comparaison, Yuuki était un gentil garçon.
Quand l’Union Coopérative des Aventuriers changea officiellement son nom pour l’Association Libre, il mit en place le système de rang. Grâce à cela, le nombre de blessés pendant les missions de subjugation diminua grandement.
Ainsi jusqu’à ce jour, Shizu soutint discrètement Yuuki. En fait, guider les nouveaux aventuriers était la seule chose qu’elle pouvait encore faire.

Récemment, les souvenirs de l’époque où elle était encore démon refaisaient surface dans son sommeil. Elle n’avait plus longtemps à vivre, et ne pourrait plus retenir la conscience d’Ifrit très longtemps.
Cependant, le “Masque Anti-Démon” ne l’avait pas encore laissée tomber. Donc elle se dit, “Je n’ai plus longtemps à vivre ! Donc allons au moins tirer une flèche sur le Seigneur Démon.”

Ainsi, elle décida de partir, après avoir parlé avec Yuuki. Il accepta sa détermination sans dire un mot. Peut-être avait-il voulu l’arrêter, mais… au même moment, un message de la guilde du royaume de Farmas arriva.

Disparition de Veldora confirmée. Vais poursuivre l’enquête !

Était-ce un signe divin ? Quoi qu’il en soit, ils avaient besoin d’aide pour entrer dans la forêt. Quelqu’un devrait aller avec le trio. Yuuki lui avait parlé de leurs spécialités. Et elle avait entendu dire que c’étaient de joyeux aventuriers. Elle était heureuse d’avoir pu rencontrer de tels compagnons pour son dernier voyage.

Une étrange ville.
Après avoir été sauvés par des monstres, ils furent amenés là. Enfin, ce n’était pas vraiment une ville : sans un seul bâtiment, tout le monde vivait dans des tentes, ce qui semblait une situation temporaire. Malgré cela, elle était pleine de vie et les monstres y travaillaient gaiement.
Une ville curieuse.

D’abord, il était impensable d’être sauvés par des monstres. Si elle avait utilisé son pouvoir de flamme, elle aurait facilement pu brûler les fourmis géantes, mais elle avait eu le sentiment qu’elle ne devait pas le faire.
Chaque fois qu’elle utilisait ses pouvoirs, la conscience d’Ifrit grandissait. Sa négligence pourrait entraîner le déchaînement de ses pouvoirs.

Ainsi, elle fit la connaissance d’un bien étrange monstre, se présentant comme un roi avec orgueil.
Amusant.
Le monstre pouvait parler, mais les mots qu’il lâcha furent “Je suis un slime, pas un méchant slime.” etc ! Une phrase que personne ne croirait.

Les bons moments prirent fin soudainement.

Je n’ai pas encore atteint mon but… Au moment où mon énergie vitale semblait s’épuiser, Ifrit prit le dessus. Encore… Je vais amener des problèmes à…

Comme par mépris pour ses pensées et ses espoirs, Ifrit s’était manifesté, et elle perdit connaissance.

…………
……

J’essaie de connaître l’état de la femme. Il est possible qu’elle ne se réveille pas, peu importe combien de temps j’attends. Cependant, en tant que compatriote, je veux rester avec elle jusqu’à la fin. Voilà ce à quoi je pense.

Les trois aventuriers blessés sont de bonne humeur.

“Je ne paierai pas vos soins !” je veux leur crier, mais…
[C’est quoi ça ? Mes brûlures ont complètement disparu… et ma peau à l’air lisse et brillante !]
[Incroyable… avec ces blessures je pensais qu’on serait cloués au lit pendant des semaines…]
[Eh ben, qu’on me pince… ces gars-là ont des soins incroyables.]
On dirait qu’ils ont bien été soignés. Cependant…
[Mais là on ne va pas pouvoir recevoir de compensation pour nos blessures, n’est-ce pas ?]
[Non… Personne ne va nous croire…]
[Ouais… mais je préfère ça qu’être laissé blessé !]
Ils se mettent à parler de leurs problèmes financiers. Ils ne peuvent pas du tout lire l’atmosphère.

Invitons-les à revenir ici de temps en temps…
[Que doit-on rapporter au maître de guilde ?]
Mais à la place, ce sont eux qui me posent une question.
Je leur ai joyeusement concocté un message à livrer.

J’admire les aventuriers, mais il est probablement difficile d’éviter des vérifications sur mon identité, donc il doit être difficile pour un monstre de s’inscrire à la guilde.
C’est pourquoi pour rembourser sa dette, Cabal mentionnera le nom de Rimuru au maître de guilde à son arrivée. Il est vraiment bien ce type. En échange de leur gentillesse, je décide de leur faire des cadeaux d’adieu.

Une robe de soie d’araignée, une armure d’écaille, et une armure en cuir durci.
Je leur donne tout cela en plus de 10 potions de restauration.
[Wouah !! C’est quoi cette robe !! Tellement légère, mais résistante ! En fait, très résistante !]
[Wouah !! La fameuse armure d’écaille !! Attendez, ce n’est pas un produit de maître Garm !? J’en ferai un trésor de famille !!]
[Wouah !! Ce n’est pas un peu trop ? C’est vraiment du gâchis de donner ça à quelqu’un comme moi. Vous avez même utilisé des peaux de Crocs de Loup…]

Que dire, je ne m’attendais pas à une réaction aussi bruyante. Et puis bon, je leur donne ces cadeaux parce qu’ils ont perdu leur équipement dans le feu, et que je n’ai pas de moyens pour leur en acheter des nouveaux. Ce n’était pas du tout de ma faute, mais je compatis un peu.

Et de toute façon, ce n’étaient que des prototypes, chose que je ne leur dirai pas, parce qu’ils ont l’air tellement contents de leurs cadeaux. Inutile de ruiner leur joie.
Aucun problème. Pas besoin de leur dire de toute façon, vu que même si ce ne sont que des prototypes, c’est quand même de la bonne qualité. Enfin, s’ils sont si heureux, ils vont sûrement livrer mon message.
À la fin, ils m’appelaient Danna (bienfaiteur) et s’étaient plutôt attachés à moi.

Bien qu’ils s’inquiétaient beaucoup pour Shizu, ils sont partis trois jours plus tard.

Une semaine passa. Shizu s’est réveillée.

[Je suis… Je vois… désolée pour ce que je vous ai causé.]
Elle a repris connaissance, et a l’air de bien se souvenir du moment passé en démon.

[J’ai fait un rêve… Un rêve nostalgique, d’une ville… dans laquelle je ne peux plus retourner.]
Au Japon ?
[Hé, monsieur Slime, pourriez-vous me dire votre nom ?]
Je croyais m’être déjà présenté en tant que Rimuru.
[Rimuru.]
Elle ferme les yeux, comme plongée dans ses réflexions.
[Pourriez-vous me donner votre vrai nom ?]
Elle demande. A-t-elle remarqué ? Après un moment d’hésitation,
[Très bien. Il ne vous reste plus beaucoup à vivre après tout. Je suis Mikami Satoru.]
Mon vrai nom… je ne pensais pas le dire à nouveau.
[Alors vous êtes japonais. Hm… Je me suis demandée si c’était le cas. À cause de votre aura particulière, vous voyez ?]

Un silence. Puis,
[J’avais aussi posé cette question à mes disciples. Que pensez-vous qu’est devenue cette ville magnifique ? Celle transformée en mer de flammes… ?] (nda : elle avait probablement quatre ans pendant la guerre. Bombardement ?)
[Oh, laissez-moi vous montrer]
Sur ces mots, je lui transmets mes souvenirs avec [Communication télépathique], une compétence bien utile à des moments pareils.
[Ah…]
Une larme coula le long de sa joue. Et,
[Monsieur slime… non. Monsieur Satoru. Pourriez-vous écouter ma requête ?]
[Quelle est-elle ?]
Probablement une requête inutile de toute façon. Mais puisque j’ai décidé de l’accompagner jusqu’au bout, je peux au moins écouter sa requête.

[Consumez-moi, je vous en prie… !]
Hein ? Qu’est-ce qu’elle vient de dire, la grand-mère ?

[Vous avez consumé la malédiction que je portais… Cela m’a rendu si heureuse. Enfin, j’aurais bien voulu tabasser celui qui l’a lancée jusqu’à la mort, mais… Quoi qu’il en soit, je n’en aurais pas été capable. C’est ma dernière volonté. Pourriez-vous me laisser reposer en paix en vous ? Vous savez, je… détestais être dans ce monde, mais je ne pouvais quand même pas le haïr… comme ce type… Il est possible qu’un jour… je le rencontre à nouveau… Mais je n’ai pas envie de renaître dans ce monde. Je vous en prie, consumez-moi ! »

Hmpf. Quelle requête. C’est bien trop facile pour moi, de devenir son sceau, d’hériter de sa haine. Suis-je incertain ? Non, pour la laisser partir en paix, son cœur au repos, j’ai décidé.
[Très bien. Je réaliserai votre vengeance. Quel est son nom ?]

Elle ouvre des yeux ébahis en entendant ma question, laissant voir ses marques de brûlures, et les yeux pleins de larmes,
[Leon Cromwell. Le plus fort des Seigneurs Démons.]
Comme si elle priait, elle me fixe du regard.
[Je le jure ! Au nom de Mikami Satoru… non, au nom de Rimuru Tempest ! Je ferai regretter à ce Leon Cromwell d’avoir éveillé votre haine.]
[Merci…]
Dans un dernier murmure elle ferme les yeux. Comme glissant dans le sommeil, elle laisse échapper son dernier souffle.

[Activer la compétence unique [Prédateur] ? [OUI/NON] ]

Repose en paix… en moi ! [OUI] ! Je réponds. Et, je prie pour que… Sans jamais se réveiller pour l’éternité, faites que ses rêves soient les plus heureux…


Statut
Nom : Rimuru Tempest
Espèce : Slime
Protection Divine : Blason du Tonnerre
Titres : Celui qui Commande des Monstres
Magie : Aucune
Compétences : Compétence Unique [Grand Sage], Compétence Unique [Prédation], Compétence Slime-Spécifique [Dissoudre, Absorber, Régénérer], Extra Compétence [Manipulation d’Eau], Extra Compétence [Perception Magique], Compétences Acquises : Serpent Noir [Détection de Chaleur, Souffle Toxique], Mille-Pattes [Souffle Paralysant], Araignée [Toile Collante, Toile d’Acier], Chauve-Souris [Vagues d’Ultrason], Lézard Carapace [Armure Corporelle], Loup [Odorat Suprême, Communication Télépathique, Domination, Mouvement furtif, Éclair noir], Géant de flammes [Clone, Manipulation des flammes, Frontière].
Résistances : Résistance aux Fluctuations Thermiques, Résistance aux Attaques Physiques, Résistance à la Douleur, Résistance à l’Électricité, Résistance à la Paralysie.


*Gotsun gotsun gotsun…*

La fille relève la tête. Ce jeune et charmant visage. Soulagée, elle sourit.
Tu étais là ! Ne me laisse plus toute seule !

Mais les ombres des hommes secouent leur tête, ils indiquent un autre endroit. Le visage de la fille s’assombrit. Elle tourne ses yeux vers là où ils montrent du doigt, là où se trouve…
Maman !!!
La fille, pleine de joie, court vers sa mère. Les ombres se dispersent, après avoir vérifié qu’elle se soient bien retrouvées. Comme si elles n’avaient jamais existé depuis le début. Peut-être ne sont-elles que des fantômes créés par la fille elle-même…

C’est ainsi que la fille retrouva sa mère. Son long voyage est enfin terminé.

 

Chapitre Précédent <~~  Sommaire  ~~> Chapitre Suivant

Publicités

5 commentaires sur “Concernant ma Réincarnation en Slime 24 : Souvenirs et marche funèbre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s