Dragon Maken War 51 : les ombres gardiennes (5-6)

Trad & Adapt : Ilanor
Check : Miss X


Yo ! Régularité, régularité ! 17 jours qu’on tient notre un chapitre par jour ! Notre bon Azell toujours fidèle à lui même : Kairen a beau être un duc, Azell est Azell… Et sur ce, bonne lecture !


Kairen ne dégaina qu’une seule de ses deux épées. Il portait déjà son armure, comme s’il avait déjà prévu de rejoindre l’entraînement.

Au moment où il vit l’épée draconique, Azell repensa à celle d’Arrieta.

‘On dirait que l’épée de la princesse a été forgée en imitant celle-là.’

L’épée draconique et l’épée d’Arrieta se ressemblaient. La garde et la lame étaient différentes, mais elles brillaient toutes deux d’une lumière blanche. Contrairement au sabre d’Arrieta, la lame n’était pas courbée. C’était une épée longue à double tranchant. La garde ressemblait à un dragon ailé, et donnait à l’épée l’allure d’une épée cérémonielle et non celle d’une arme de combat.

‘La lame doit être faite en os de dragon.’

Les épées draconiques de Kairen étaient entièrement faites de parties du corps d’un dragon. Elles avaient probablement été forgées à l’aide d’une magie utilisée sur les os de dragon.

Kairen prit la parole.

« Jouons un peu. En fait, je m’ennuyais un peu. Qui veut venir en premier ? »

Giles s’avança le premier. En un éclair, l’expression de Boar se durcit, étant donné qu’il avait perdu l’initiative. Azell rit.

‘Une épée draconique.’

Azell fixait l’épée de Kairen. Comme il portait deux épées, Azell pensait que Kairen était un escrimeur à deux armes. Il n’avait pris qu’une seule épée pour profiter de l’entraînement, étant donné qu’il y avait un gouffre entre son adversaire et lui-même. S’il avait voulu montrer ses vraies capacités, il aurait sorti ses deux épées.

‘Ses mains sont dans un tel état…’

Les deux mains de Kairen étaient rugueuses. Il avait gagné d’innombrables cals en maniant l’épée. C’était les mains d’un homme ayant abaissé son épée même si des ampoules s’étaient ouvertes dessus.

‘Eh bien, il est de la race des Dragons-Démons. Même s’il utilise deux épées, il peut découper des os juste avec une seule main.’

L’escrime double était rarement appréciée des chevaliers. En réalité, même en comptant aussi les mercenaires, il y en avait peu qui utilisaient ce style. La difficulté des techniques était trop grande, et c’était un désavantage de l’utiliser contre un ennemi en armure, ou un monstre à la peau dure.

Cependant, Azell l’avait apprise en étudiant de long en large les techniques d’épée, et l’avait même employée en combat réel. Quand il avait affronté l’Ombre du Dragon, il avait utilisé des techniques d’escrime double avec l’épée dissimulée par sa compétence de furtivité.

Giles s’avança joyeusement.

« Ha-aht !
– Bien ! »

Kairen s’excita en recevant l’attaque de Giles, puis il contre-attaqua.

L’affrontement ne dura pas très longtemps. Au vingtième échange environ, la lame de Kairen s’appuya sur la nuque de Giles.

« Ooh ! J’ai perdu.
– Vos fondations sont solides. Vous avancez et vous reculez bien, mais vous avez du mal à réagir aux attaques sur les flancs. Gardez ça en tête à l’avenir.
– Merci ! »

Giles était ému d’avoir pu l’affronter, et il avait en plus reçu un conseil.

Azell sourit.

‘Son conseil était court et précis. On dirait qu’il est plutôt doué pour enseigner.’

Son avis était renforcé par le fait que Kairen avait échangé une vingtaine de coups avec Giles. S’il avait utilisé ses vraies capacités, il aurait pu gagner en un échange. Cependant, c’était un match entraînement, donc il avait essayé de pousser Giles à donner le meilleur de lui-même. Puis il avait évalué ses faiblesses.

Boar fut le suivant. Il perdit lui aussi après environ vingt échanges, et put écouter les conseils de Kairen. Il utilisait un bouclier, donc il se débrouillait mieux que Giles en défense.

Pourtant, Kairen s’était sans problèmes débarrassé de lui.

Kairen reprit en regardant Azell.

« Et toi ?
– Si vous voulez m’affronter, alors soit.
– Tu fais ton timide. Pourquoi ne suis-tu pas l’exemple de ces jeunes hommes ?
– Hahaha, c’est peut-être parce que je n’ai rencontré Votre Grâce que récemment. »

Azell dégaina en répondant.

Il était vrai qu’il voulait affronter Kairen au moins une fois. Ayant complété le double lien de son troisième anneau de vie la veille, il voulait voir à quel point ses capacités combatives s’étaient améliorées. En plus, il avait besoin d’une opportunité de tester ses sens.

« Viens, dit Kairen.
– Dans ce cas, je ne vais pas refuser. »

Azell présenta ses respects, puis il prit immédiatement une posture offensive.

Partie 6

‘Il n’aime vraiment pas perdre.’
Kairen se renfrogna. Il prévoyait de donner à Azell la possibilité de la première frappe, mais ce dernier s’approchait calmement comme pour le provoquer. C’était une attitude signifiant qu’Azell voulait voir qui abandonnerait et attaquerait le premier. Ça énervait Kairen, donc il finit par prendre l’initiative.
Chaeng !
Après avoir décidé de l’initiative, ils échangèrent des coups à une vitesse extrême.

Kairen était rapide, mais Azell n’était pas un sac non plus. Quand Kairen avait affronté Boar et Giles, il avait adapté sa vitesse à la leur. Pourtant, maintenant, il l’augmentait régulièrement.

Che-che-che-che-cheng !

Giles et Boar écarquillèrent les yeux en voyant cela. Les deux duellistes se déplaçaient à une vitesse qu’ils ne pouvaient pas suivre.

C’était serré. Étonnamment, Azell affrontait une légende vivante, mais il ne reculait pas du tout.

Au contraire, plus le temps passait, et plus Kairen était oppressé. Il était abasourdi.

‘Je prévois moins bien ses mouvements que lui les miens ?’

L’échange était si rapide qu’il était difficile de le suivre à l’œil nu. Pourtant, même dans cette situation, Azell avait toujours un demi-coup d’avance sur Kairen. Il arrivait à voir ses mouvements, et à réagir en conséquence.

Avec le passage du temps, les conséquences des échanges s’accumulaient, et il était facile de voir quel côté avait l’avantage, et lequel ne l’avait pas. Il était évident à chaque coup que Kairen était plus rapide. Non, ses mouvements, ses enchaînements et ses réactions aussi étaient plus rapides. En plus, chacun de ses gestes était plus tranchant.

Et pourtant il était repoussé par Azell.

Ce n’était pas que les assauts d’Azell étaient à un niveau que Kairen ne pouvait pas gérer. Ils avaient simplement renforcé leurs corps et leurs sens. C’était un simple affrontement à l’épée, sans que soient utilisés l’Ordre Spirituel et le Qi Draconique… Azell contrôlait la situation de manière terrifiante, au détail près, et Kairen était désavantagé face à lui.

C’était comme si le résultat était déjà établi. Non, c’était comme si son adversaire résolvait un problème avec tous les avantages de son côté. S’il attaquait d’estoc, son adversaire parait en conséquence. D’une autre manière, il réagissait correctement. À un moment, Kairen pensait être en train de gagner un avantage. Puis Azell cumula situation avantageuse sur situation avantageuse, et Kairen se retrouva à un cheveu de la défaite.

‘Huh ! Mais d’où est-ce qu’il est sorti lui ?’

Après sa période de jeunesse et d’inexpérience, Kairen n’avait jamais perdu face à quiconque en termes de techniques. C’était un maître épéiste s’étant entraîné plus longtemps que la durée d’une vie humaine, mais à la différence d’un humain, le temps ne l’avait pas affaibli. Son corps était toujours dans la fleur de l’âge.

Pourtant, il avait rencontré un adversaire aux techniques meilleures que les siennes. Cela faisait plusieurs douzaines d’années que ce n’était pas arrivé.

‘Non, il ne s’agit pas des techniques…’

Kairen essaya de trouver un mot plus adapté.

‘Ressenti.’

Oui, c’était ses sens.

Cela ne voulait pas dire qu’Azell n’utilisait pas son intelligence et bougeait à l’instinct. Le mot ‘sens’ n’a-t-il pas de multiples définitions ?

Toutes les techniques d’épée d’Azell n’étaient pas proches de la perfection. Son physique était faible, et il manquait de tranchant.

Cependant, il était capable d’évaluer et de saisir le rythme de la bataille. De plus, il pouvait lier ses sens à l’arme qu’il tenait, et pouvait manipuler la situation pour obtenir le résultat voulu. Il montrait un sens du combat presque miraculeux.

« Mmmm. »

Juste après, Azell arrêta son assaut puis recula. Kairen avait été complètement surpassé, donc il s’était lentement retrouvé acculé. Il fronça les sourcils.

« Tu veux éviter de me faire perdre la face ?
– Ce n’est pas ça.
– Huh ?
– Je pensais que vous voudriez utiliser votre deuxième épée à peu près maintenant.
– … »

L’expression de Kairen se déforma en un rictus. Il inspira profondément, et répondit après s’être calmé.

« Tu comprends bien la manière dont je pense. »

Soo-roo-roong.

Kairen dégaina ses deux épées draconiques. L’ambiance était complètement différente maintenant qu’il tenait ses deux armes.

Bien sûr, il était bien assez fort avec une seule épée, mais il était rare pour lui de rencontrer un adversaire l’obligeant à utiliser son escrime double. S’il avait besoin de ses deux lames pour vaincre cet adversaire, cet homme était un vrai expert.

Cependant, Azell… n’était pas un adversaire qu’il pouvait vaincre en limitant sa soif de sang et son pouvoir. Kairen avait besoin de ses deux armes pour le vaincre en escrime.

‘Un humain aussi jeune avec de telles capacités…’

L’âge, l’expérience et l’entraînement n’aboutissaient pas toujours à un niveau d’avancement en art martial plus élevé. Ainsi, comment un humain pouvait-il rester au niveau d’un Dragon-Démon à la longue vie, ou d’un métis Dragon-Démon ? Cependant, ça ne se passait pas comme ça en réalité.

Les humains traversaient énormément de changements dans leur courte vie. Cela voulait dire que ses expériences et sa manière de penser pouvait influencer un humain et le rendre ou plus fort, ou plus faible. Kairen connaissait un humain avec un talent exceptionnel qui avait subi une unique défaite. Après cela, il s’était désespérément entraîné, mais s’était détruit avec le temps.

Chacun doit connaître le chemin qu’il veut suivre dans sa vie. Il ne s’agit pas d’être fainéant ou de s’entraîner répétitivement. Il faut trouver une méthode correcte pour soi-même. Cela permet de travailler dur et de se stimuler soi-même.

Kairen était sûr qu’Azell avait suivi ce chemin. Il avait vu d’innombrables génies, mais Azell était un monstre qui dépassait ses capacités de compréhension.

S’il avait su pour l’identité d’Azell et pour le genre de vie qu’il avait vécu, il aurait compris pourquoi Azell était aussi compétent.

La guerre des Dragons-Démons était une incarnation de l’enfer ayant saigné ceux qui y avaient participé. On ne survivait pas parce qu’on était fort. Être puissant était un prérequis, mais il fallait aussi de la chance.

Azell avait beaucoup de potentiel, et il avait rencontré beaucoup de bons professeurs qui l’avaient élevé. Ainsi, il avait réussi à survivre, car son potentiel avait pu éclore complètement.

Le cheminement de son développement ne pouvait pas être évalué par la raison ou la logique. Le monde avait été conquis par le mal. L’accumulation de ces évènements était proche d’un miracle, et c’était quelque chose que personne d’autre ne pourrait refaire. Au final, un monstre capable de tuer le Roi Dragon-Démon Atein était né.

Kairen posa soudainement une question.

« Que signifie l’épée pour toi ?
– Mmh ? Pourquoi me posez-vous une telle question, d’un coup ?
– Réponds-moi s’il te plait.
– J’ai l’impression que vous aimez parler d’un point de vue philosophique. L’épée est une arme létale utilisée pour vaincre ses ennemis.
– Ta réponse n’est pas très héroïque.
– Je n’ai jamais pensé à rassembler mes pensées sur ce que l’épée signifiait pour moi. C’est un outil que j’utilise pour atteindre mes buts. »

C’était pour cette raison qu’Azell s’en fichait quand son épée se brisait. Quand quelqu’un utilise un outil, il y a toujours une chance qu’il se brise. Il ne se préoccupait pas de l’outil démoli, mais il se focalisait plutôt sur la manière d’acquérir le suivant.

Kairen continua.

« Donc l’escrime est juste une manière pour toi de tuer des gens ?
– Quelle réponse attendez-vous de moi ?
– Une réponse honnête.
– L’escrime n’est pas simplement une méthode pour tuer des gens.
– Mmmm ? »

Kairen était étonné par la réponse inattendue. Azell continua à parler.

« L’escrime est une technique me permettant d’utiliser correctement l’outil que l’on appelle une épée. Je ne vois pas pourquoi je devrais toujours la manier avec l’intention de ‘tuer’ quelque chose. Ma réponse est peut-être naïve, mais je suis borné.
– Huh huh. Est-ce que je devrais dire que ta manière de penser est trop simpliste ?
– La réponse simple est la meilleure. Si vous voulez une réponse plus profonde… C’est un jeu.
– Un jeu ?
– Oui. Un jeu sur lequel je parie ma vie. »

Azell était devenu un épéiste car l’épée était l’arme la plus puissante et la plus efficace. De plus, il aimait l’épée et l’escrime comparées aux autres disciplines d’art martial.

Il réussissait ce qui était impossible aux autres. Quand il affrontait ses adversaires, il trouvait toujours un moyen de vaincre. Il se mettait toujours au défi d’obtenir quelque chose qu’il n’aurait pas été possible d’obtenir dans de telles situations…

« C’est ce que l’épée signifie pour moi.
– Donc tu aimes simplement l’escrime. C’est à peu près ce que tu penses. Il y a un proverbe disant que ceux qui sont talentueux ne peuvent dépasser les travailleurs, et que ceux qui travaillent dur ne peuvent surpasser ceux qui aiment ce qu’ils font.
– Ce n’est pas un sentiment que je puisse entièrement accepter. »

Azell sourit.

Kairen était fort. En tant que Dragon-Démon, il avait vécu bien plus longtemps qu’un humain, et il était passionnément captivé par l’amélioration de son escrime. Ses techniques avaient atteint un niveau formidable.

‘Si j’observe la complétude de chacune de ses techniques, il est au même niveau que moi à mes sommets.’

À l’époque, il avait dû apprendre une large variété de techniques à cause de la guerre des Dragons-Démons. Aucun pratiquant de l’Ordre Spirituel n’était capable d’utiliser autant de techniques différentes avec autant de facilités que lui.

Bien sûr, cela signifiait aussi que ses techniques n’étaient pas aussi complètes que ceux qui s’acharnaient sur une seule technique jusqu’à ce qu’elle soit parfaite. Mais il pouvait enchaîner différentes compétences pour en optimiser l’efficacité. Personne ne pouvait atteindre son niveau dans cet aspect.

‘Bon, maintenant… Devrais-je tester ses vraies compétences ?’

Kairen, qui utilisait maintenant l’escrime double, pouvait être considéré comme une personne complètement différente de celle qu’il avait affrontée avant. Le cœur d’Azell accéléra ses battements par anticipation. Il allait pouvoir expérimenter les vraies capacités de Kairen.

 

Chapitre précédent <~ Sommaire ~> Chapitre suivant

Publicités

6 commentaires sur “Dragon Maken War 51 : les ombres gardiennes (5-6)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s