Dragon Maken War 52 : Les ombres gardiennes (7-8)

Trad & Adapt : Ilanor
Check : Miss X


Encore un petit chapitre de DMW ~ Un petit peu d’action dans celui-là, même si c’est surtout ce cher Azell qui s’amuse à se révéler un peu… Et sinon, eh bien, je vous l’avais dit, les chapitres qui viennent sont moins agités que les précédents, mais sont bien intéressants par rapport à la suite. Sur ce, bonne lecture !

PS : Malheureusement, il n’y avait pas de sous-entendus à faire sur ce chapitre. Le désespoir.


« Bon, dit Kairen, comme j’ai un peu souffert, j’attaque le premier.

– N’est-ce pas le devoir des aînés que de laisser l’initiative ?

– Je l’ai fait la fois d’avant. N’as-tu pas refusé mon offre ? »

Kairen renifla en attaquant avec l’épée de droite.

Il ne comptait pas faire de mouvements d’approche, c’est pourquoi sa première attaque était monstrueusement dangereuse. Cependant, Azell lut la trajectoire et la portée de l’attaque en avance, et donc il réussit à l’esquiver d’un cheveu.

De plus, il attaqua en même temps que Kairen retirait son épée. C’était la manière parfaite de gérer une attaque de ce genre, le problème étant que Kairen était un utilisateur de l’escrime double.

‘Je t’ai eu.’

Comme s’il attendait ce moment, Kairen contre-attaqua avec l’épée de gauche. Cela semblait être un piège parfait. En tout cas, c’était le cas pour Giles et Boar.

Azell n’avait pas oublié que Kairen utilisait deux épées. Il existait d’innombrables styles d’escrime, et dans l’un d’entre eux en particulier, la main droite et la main gauche agissait comme si elles appartenaient à deux personnes différentes. Les mains bougeaient indépendamment l’une de l’autre, et se déplaçaient de manière imprévisible. C’était le cas de Kairen.

Azell avait prévu son attaque à l’avance, donc il accéléra d’un chouia quand Kairen brandit l’épée de droite vers lui.

Chaeng !

Le son résonna quand l’épée heurta l’épée. Étonnamment, ce fut Kairen qui se replia.

« Je me suis fait avoir… »

Azell avait intentionnellement ralenti. Quand il avait voulu parer l’épée de droite, il avait accéléré en un instant. Kairen avait raté sa cible, et Azell avait plongé sous sa garde.

Il avait attendu la contre-attaque de Kairen et il avait lui-même contre-attaqué. Kairen avait à peine réussi à conserver sa posture.

Ce dernier était énervé, et partit donc encore à l’attaque.

Ses deux épées tournaient comme une horloge en réalisant un schéma d’attaque extrêmement minutieux. C’était rapide, précis et flashy. Il n’y avait pas beaucoup de différences entre chaque attaque. Il y avait suffisamment de puissance dans chacune des deux lames, et elles travaillaient parfaitement à l’unisson. La plupart des adversaires n’auraient même pas été capables de discerner la rafale de coups.

Pourtant, de manière surprenante, Azell réagissait naturellement à de telles attaques. Il déplaçait son épée de la manière la plus efficace et celles de Kairen glissaient le long de sa lame. De plus, il s’avançait et reculait afin de subtilement contrôler sa distance aux deux épées. Cela cassait le rythme des deux lames s’abattant sur lui.

Che-eng !

Ils se déplaçaient en harmonie, comme s’ils dansaient. Après un échange de coups époustouflant, ils reculèrent tous deux d’un pas. Kairen sourit.

« Tes réactions à mes attaques sont très naturelles. As-tu déjà affronté un pratiquant de l’escrime double ?

– J’en suis plutôt familier. »

Azell était habitué à affronter des styles d’escrime double très divers.

Les techniques dépendaient fortement de la région dans laquelle on se trouvait, ainsi que du type des armes utilisées. Cela changeait aussi en fonction du talent de son adversaire. Il y avait autant de différences entre des épéistes à deux armes que pour ceux à une seule arme. Kairen faisait partie de la catégorie la plus gênante : il pouvait utiliser ses deux bras indépendamment, c’était comme affronter deux adversaires.

« J’ai entendu dire que tu as eu cinq professeurs, dit Kairen.

– Il semble que la princesse m’ait dénoncé. Je suis déçu.

– N’as-tu pas aussi entendu plein de calomnies sur moi ? Nous sommes quittes maintenant.

– Bon, je ne veux pas être appelé un homme de peu, donc je suis d’accord, nous sommes quittes.

– Uh-huh. Tu as entendu des histoires secrètes de la bouche de la Princesse Métisse. La plupart des gens de ce pays adoreraient apprendre ces histoires, et pourtant tu fais le difficile. Tu devrais poser cette question à n’importe quel citoyen du pays. Quelle valeur a ton histoire, comparée à celle d’Arrieta ? »

‘Ils considèreraient probablement la mienne comme plus importante ?’

Cette pensée traversa l’esprit d’Azell en un éclair. Après tout, il était le héros légendaire qui avait abattu le Roi des Dragons-Démons. S’il révélait son identité, tous baveraient à l’idée d’entendre son histoire. Il pourrait probablement rassembler une légion.

‘Cependant, je croirais probablement l’histoire d’une jolie jeune fille plutôt que celle d’un homme éprouvé par les éléments… Mmmm, j’hésiterais certainement si on me posait cette question’

Tandis qu’il y pensait sérieusement, Kairen reprit.

« L’un de tes professeurs utilisait-il deux épées ?

– L’un d’entre eux, oui.

– Ho-oh.

– Mais il était d’une autre école que vous. »

Le troisième professeur d’Azell était un maître de l’escrime double. Il était né dans le désert et utilisait deux sabres très incurvés. Il bougeait les deux lames comme une seule. Sans être aussi dynamique que Kairen, le style de son professeur était très efficace contre plusieurs ennemis.

Kairen demanda.

« Alors tu peux utiliser deux épées ?

– Je peux. Cependant, ce n’est pas mon arme principale. Je suis à l’opposé de Votre Grâce.

– Dommage.

– Bon, si vous le voulez, je peux vous affronter en utilisant deux épées. Ce n’est qu’une session d’entraînement.

– Non, ce n’est pas cela… Je m’apitoie simplement sur le fait de ne pas pouvoir t’affronter au maximum de mes capacités.

– Je n’ai pas envie de détruire cette magnifique auberge. Je ne veux pas payer un énorme dédommagement pour les dommages collatéraux. »

Actuellement, ils se battaient uniquement à l’aide de techniques d’escrime. Cependant, leurs vraies capacités ne se révèleraient que si Azell utilisait son Ordre Spirituel, et Kairen son Qi draconique. Au moment où ces éléments entreraient en ligne de compte, leur escrime se transformerait en quelque chose d’entièrement différent.

Cependant, cela détruirait entièrement l’auberge. Qu’importe leur degré de compétence, ils s’affrontaient avec des pouvoirs surhumains. Il était inévitable d’endommager les environs.

Kairen eut un sourire narquois.

« Alors je veux voir vos techniques maintenant. Pourquoi n’essayez-vous pas d’utiliser votre style d’escrime double ? Je n’ai pas beaucoup d’occasions d’échanger avec un camarade épéiste à deux armes.

– Si je veux satisfaire à votre requête… Je vais devoir emprunter une épée. »

Ce n’était pas facile de demander à un autre épéiste de lui emprunter son arme. C’est pourquoi Azell hésitait.

À ce moment, Boar intervint.

« Vous pouvez utiliser mon épée.

– Mmmm ? Vous êtes sûr ?

– Je considérerai simplement que c’est le droit d’entrée pour observer cette session d’entraînement. De plus, mon épée est plus adaptée à votre usage que celle de Sire Giles.

– Merci de me laisser l’utiliser. »

L’épée de Giles nécessitait l’usage des deux mains, étant donné qu’elle était plutôt lourde. Boar utilisait un bouclier, donc la longueur et le poids de son arme étaient idéaux pour une utilisation à une main. Il avait pensé à tout cela, puis il avait décidé que sa propre épée était plus adaptée à l’escrime double.

‘Cela n’avait pas vraiment d’importance.’

L’épée qu’Azell utilisait actuellement était du même genre que celle de Giles. Ça aurait été un problème avec une grande épée à deux mains, mais une épée de cette taille ne posait pas de problèmes quand il utilisait ses techniques d’escrime double.

Kairen parla avec contentement.

« La route jusqu’à la capitale vient de devenir plus plaisante.

– Hmm. Je peux clairement voir vos intentions. Vous voulez juste me harceler.

– C’est le privilège des anciens que de pouvoir harceler les jeunes.

– C’est pourquoi les jeunes détestent avoir à faire à eux. »

Azell continua à grogner en affrontant Kairen avec ses techniques à deux épées. C’était la même chose qu’avant. Le duel était férocement serré. Ils échangèrent des coups jusqu’à l’épuisement, mais sans pouvoir déterminer le vainqueur.

Partie 8

« C’est un monstre. »

Kairen parlait avec Arrieta après une session d’entraînement avec Azell. Elle demanda.

« Il est suffisamment bon pour recevoir une telle évaluation de votre part ? »

Du point de vue d’Arrieta, Kairen était l’être le plus puissant. Personne dans le royaume ne pouvait lui arriver à la cheville. Il avait déjà dit de quelqu’un qu’il avait un fort potentiel, mais il n’avait jamais admis qu’une personne soit son égal en termes de techniques.

« Oui. C’est la première fois que je vois quelqu’un comme lui. Je ne peux pas voir l’étendue de ses capacités. »

Il avait pensé qu’Arrieta avait mélangé quelques exagérations dans son histoire à propos d’Azell. Cependant, il n’avait jamais soupçonné qu’elle lui ait menti. Il avait pensé qu’Azell apparaissait à Arrieta comme plus que ce qu’il était. Il s’était demandé si Azell n’avait pas des compétences qui le rendaient plus attractif que normalement quand il combattait ses ennemis.

Cependant, il avait découvert qu’Azell était extraordinaire en l’affrontant.

‘Son escrime.’

Étonnamment, Azell était plus doué que Kairen pour utiliser des techniques multidisciplinaires. En termes de conditions physiques, Kairen avait un avantage écrasant, donc dans un vrai combat, il aurait probablement gagné. Cependant, ils ne faisaient que comparer leurs techniques, et il n’était pas capable de prendre l’avantage même en utilisant son escrime double.

‘L’Ordre Spirituel.’

C’était aussi un aspect d’Azell qu’il n’avait pas encore vu. Cependant, il en avait eu des aperçus pendant le voyage, et il avait aussi entendu les histoires d’Arrieta. Il en avait conclu qu’Azell était d’un niveau plus élevé que n’importe quel pratiquant de l’Ordre Spirituel que Kairen connaissait.

‘Pourtant, comment sa réserve d’énergie magique peut-elle être aussi faible ?’

C’était la partie qu’il avait du mal à accepter. C’était ce qui les avait mystifiés, lui et Nibéris.

Kairen avait appris comment Azell avait été trouvé au début, et dans quel état. Cependant, l’énergie magique ne diminuait pas quand le corps s’affaiblissait. Il était possible que ça arrive pendant un bref instant, mais les anneaux de vie remplissaient toujours le pouls énergétique.

De plus, après avoir atteint un certain niveau, la réserve d’énergie magique d’un pratiquant de l’Ordre Spirituel augmentait exponentiellement. Il n’avait jamais entendu parler de quelqu’un comme Azell, qui était extrêmement déséquilibré.

‘Il a dit qu’un magicien noir a expérimenté sur lui… Hmmm. Je vais devoir demander leurs avis à d’autres personnes, plus tard.’

Kairen s’y connaissait dans l’Ordre Spirituel et en magie, mais ce n’était pas un expert dans ces domaines. Il mit de côté pour l’instant ces questions, et se demanda à qui il allait les poser.

‘Il deviendra vraiment terrifiant lorsque son corps sera reconstruit et qu’il aura accumulé suffisamment d’énergie magique. C’est un peu un parvenu, mais c’est réconfortant de savoir qu’il n’est pas mauvais.’

Azell avait été accepté par les ombres gardiennes. De plus, Kairen l’avait observé jusqu’à maintenant, et ce n’était pas une mauvaise graine : Azell n’hésitait pas à dire des choses énervantes en face de lui. En fait, il aimait son attitude insolente.

Arrieta se mit à murmurer pour elle-même.

« Je ne sais pas ce qui lui est arrivé, mais comment quelqu’un de son calibre peut-il apparaître d’un seul coup ?

– Je ne sais pas. C’est l’aspect qui lève le plus de questions. Même si nous acceptons ses dires, il aura été capturé par le magicien noir pour quelques années au plus. Même comme ça, il aurait dû se faire un nom avant cela… Nous pourrions ne pas le connaître s’il vient d’un autre pays. »

Kairen avait déjà envoyé des messages vers divers territoires afin d’enquêter sur le passé d’Azell. Pour l’instant, ils n’avaient pas beaucoup d’informations, mais c’était suffisant pour pouvoir commencer une enquête.

Azell Zestringer, cheveux rouges, comme enflammés, pratiquant de l’Ordre Spirituel de haut rang, probablement de sang royal…

Si son nom était un faux nom, alors leurs recherches ne serviraient à rien. Pourtant, ils devraient pouvoir récupérer quelques informations. Comment une telle personne pourrait-elle être entièrement inconnue…

Si Azell connaissait les pensées de Kairen, il en aurait ri. C’était chercher une aiguille dans une botte de foin. À ce moment, personne n’avait une idée de la vraie identité d’Azell.

Arrieta demanda.

« N’y a-t-il pas de grandes chances pour qu’il vienne d’un autre pays ?

– Probablement. »

Il arrivait que la magie soit utilisée pour délivrer des messages, mais la vitesse de propagation de l’information restait quand même lente. C’était possible de ne pas connaître une personne ayant gagné son renom dans un coin isolé d’un autre pays. Il était encore difficile d’entendre parler d’une personne connue dans un pays étranger.

Kairen reprit.

« Je veux rencontrer ceux qu’il appelle ses professeurs. »

Selon Arrieta, deux de ses professeurs étaient déjà morts. Cependant, cela ne voulait pas dire que les autres aussi. S’ils étaient encore en vie, Kairen voulait vraiment apprendre comment ils avaient élevé un être pareil.

Chapitre précédent <~ Sommaire ~> Chapitre suivant

Publicités

7 commentaires sur “Dragon Maken War 52 : Les ombres gardiennes (7-8)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s