Konjiki no Wordmaster Chapitre 29 : L’Expérience d’Une Nuit

Trad : Nekoyashiki-san
Adapt : Ilanor
Check : Miss X


Nous voilà de retour pour une entrevue gourmande présentée par nos hôtes Hiiro et Ninna ! YAY ! XD
Chapitre à savourer le ventre plein sous peine de grondements intempestifs ! 😉

Amicalement vôtre,
Nekoyashiki-san


En utilisant『Épier』, en même temps que son statut, il comprit que les mensonges ne marcheraient pas sur elle. Ce pouvoir semblait également être capable de voir à l’intérieur du cœur d’une personne, et c’était un mot de plutôt haut niveau. Même si son effet pourrait être amélioré en imaginant mieux les effets.

« Donc vous me croyez à présent ?

– … Un peu simplement…

– Comme c’est dommage. »

Elle trouvait un peu dommage de ne pas pouvoir complètement gagner sa confiance, mais son visage s’éclaira quand elle le vit enfourner le 《Vanyar》 qu’il avait à la main dans sa bouche.

Il avait goûté pour essayer, mais les 《Vanyar》 étaient plus savoureux que ce à quoi il s’attendait. Ils avaient une texture similaire à de la gomme, mais d’une façon ou d’une autre ils lui donnaient envie de les dévorer à la chaîne.

(C’est ça, hein. Une fois que vous avez commencé, vous ne pouvez plus vous arrêter.)

C’est quelque chose qu’il avait bien connu au Japon avec les friandises. Après en avoir fini une, vous vous retrouviez à en manger une autre, et au final vous ne pouviez vous arrêter. La sensation y ressemblait. Le goût se présentait avec de nombreuses variétés, ainsi il était impossible de vous en lasser.

« Je vous en prie prenez donc également de ce 《Melnym》. »

Hiiro jeta un coup d’œil à la boisson blanche comme du lait dans sa tasse. Son odeur rappelait celle de la pêche. Il en prit une gorgée.

(Je vois. C’est un doux, rafraîchissant jus de fruit. Cependant, il a un goût plus proche de celui de la pomme que de la pêche.)

Il fut capable de déterminer que c’était une sorte de jus de fruit. Il n’avait aucune idée d’à partir de quoi il était fait, mais c’était le type de boisson que vous voudriez déguster à la sortie du bain.

« Est-ce à votre goût ?

– Et bien, c’est pas mauvais.

– Fufu. C’est bien. »

Elle joignit ses mains et sourit comme une jeune fille. Elle semblait être une femme adulte sur la fin de la vingtaine, mais quand elle souriait, elle dégageait une aura de jeunesse.

« Mais il semblerait que j’ai ignoré les Humas trop longtemps. Pour eux d’être même capable d’utiliser la magie d’invocation maintenant.

– Mais afin d’invoquer les Héros, il semblerait qu’ils ont sacrifié leurs propres princesses. C’est un concept stupide. »

C’était une des raisons pour lesquelles Hiiro voulait quitter le pays aussi vite que possible. Peu importe la raison, il ne voulait pas servir un roi qui tue ses propres filles. (ndt : Connaissez-vous Barbe Bleue ?)

« …Pourquoi n’agissez-vous pas de concert avec les autres invoqués ?

– Hein ? C’est évidemment parce que je ne le veux pas. Pourquoi devrais-je réprimer ma propre volonté pour écouter les ordres stupides de quelqu’un d’autre ?

– … »

Le discours de Hiiro avait fait mouche.

« De toute façon, Il n’y a pas moyen que voyager avec des gens que je ne supporte pas soit amusant.

– Fufufu. Je vois. Ainsi, cela signifie que vous considérez les gens avec qui vous voyagez en ce moment comme étant vos camarades, pour le moins ?

– Non, ils sont utiles, donc je me suis simplement retrouvé à voyager avec eux.

– Fufufu. Vraiment ? Donc pour le moment, vous ne vous battrez pas pour le bien de la race des『Humas』?

– Mais pourquoi donc est-ce que je devrais me battre pour ce monde ? Leurs problèmes ne devraient-ils pas être réglés par eux-même ? »

Ninna étrécit les yeux et regarda Hiiro.

« Dans ce cas que feriez-vous si ceux à vos côtés venaient à être blessés ?

– Je vous l’ai dit, non ? Je voyage avec eux parce qu’ils me sont utiles.

– Je… vois.

– …Bon, même si je ne l’aime pas, nous sommes ensemble en ce moment. Si quelque chose de cruel et injuste leur arrive devant mes yeux, alors je prendrai des mesures. Par contre, s’ils ont amené le malheur sur moi par leur propre imprudence, je n’ai aucune obligation de rester.

– … Vous êtes une personne étrange. Peut-être devrions-nous appeler ça de l’honnêteté confinant au manque de tact ? (ndt : Tsundere ? ^^ )

– Vraiment ? La majorité des gens ne se soucient que d’eux-mêmes, non ? Mais ils se préoccupent de ceux qui les regardent et de l’opinion publique, donc ils agissent comme s’ils faisaient des choses pour les autres. Les gens ne veulent pas devenir plus forts pour les autres, mais parce qu’ils ne veulent pas que leurs camarades se fassent tuer et les laissent seuls. On devient fort pour soi-même.

– C-c’est très certainement une façon de penser tordue. »

Bien entendu, comme il s’agissait de son propre esprit, Hiiro ne pensait pas c’était tordu du tout.

« J’ai décidé de faire les choses que j’aime pour moi-même. Si quelqu’un essaye injustement de m’enlever ce qui est à moi, alors je ne vais pas les pardonner. S’ils ne se mêlent pas de moi, alors moi non plus. En général, je n’ai aucun intérêt pour les autres.

– …Je vois. Vous êtes vraiment une personne intéressante. »

Elle mit sa main devant sa bouche et rit.

« À propos, pourquoi les autres ne peuvent-ils pas voir les Pheom ? La rouge disait quelque chose comme ça.

– Hmm ? Vous vous intéressez aux autres ?

– …Vous étiez ce genre de personne ? »

S’inquiétant que sa vraie personnalité soit exposée, Ninna étrécit les yeux de nouveau face à Hiiro.

« Fufufu, j’ai été un peu taquine dans ma formulation. Je m’excuse. Concernant votre question précédente, afin de percevoir notre existence, une personne a besoin d’un niveau élevé de magie. Mais ce n’est pas tout. C’est aussi en fonction de la nature de l’observateur.

– Nature ?

– Oui, les gens qui peuvent communiquer avec les『Esprits』et les『Fées』sont des êtres de constitution similaire.

– Attendez un instant. Je suis humain, et je n’ai pas d’ailes qui ont poussé dans le dos, hein ?

– Fufufu, ce n’est pas ce que je voulais dire. »

Heureusement. Il s’inquiétait de ce qu’il ferait si des ailes lui poussaient soudainement.

« Nous sommes une sorte d’existence qui vit plus dans le monde de l’esprit que le monde physique.

– L’esprit ?

– Oui. Nous sommes une race fortement liée à la magie. Nous avons un corps matériel comme les autres, mais ceux-ci sont principalement des réceptacles pour notre magie.

– Je vois. C’est pourquoi les Fées ont toutes une apparence similaire ? »

La seule différence était leur couleur de cheveux, et en dehors de ça, elles étaient plutôt identiques. Si leurs cheveux avait été de la même couleur, Hiiro avait le sentiment qu’il serait incapable de les différencier. C’était comme si elles étaient de parfaits jumeaux.

« Oui, dire que notre corps est juste un costume… serait une exagération, mais pour les Pheom, il n’y a aucun intérêt à avoir des formes physiques différentes. Les Fées en particulier se ressemblent.

– Et ? Vu que vous êtes des existences essentiellement constituées de magie, il est difficile de vous voir. Alors pourquoi est-ce si difficile pour les Humas seulement ? Les Gabranth n’ont pas tellement de magie non plus, pas vrai ?

– C’est parce que les Gabranth étaient des existence proches de nous dès le début. Ils aiment la nature, vivent avec elle, et meurent selon sa loi. L’environnement les a poussés à développer une nature capable de nous percevoir. »

C’était une réponse avec laquelle Hiiro était satisfait. Il comprenait en comparant le continent des 『Humas』 avec celui des 『Gabranth』. Les Hommes-bêtes accordaient une grande importance à la nature. Il l’avait confirmé depuis le ciel.

Les『Humas』à la place étaient dotés de la sagesse. Ils utilisaient la nature et l’altéraient pour se rendre la vie plus facile.

Cependant, comme toujours, les Hommes-bêtes continuaient à vivre dans la nature. Et à cause de cela ils naissaient avec une nature capable de voir les『Pheom』.

« Mais pourquoi puis-je les voir ?

– C’est à cause de votre magie naturellement élevée et de votre âme qui est similaire à la nôtre.

– Hmm peu importe, je devrais voir ça comme un avantage, pas vrai ?

– Hmm… peut-être ?

– Je veux dire que c’est comme ça, pas vrai ? Je peux faire des choses que les autres humains ne peuvent pas. Le talent est vraiment un concept injuste.

– …Fufufu.

– Pourquoi riez-vous ?

– Non, je me disais juste qu’il y avait aussi des humains comme vous. Je comprends pourquoi Orun est intéressée par vous.

– Je n’y attache pas vraiment d’importance, mais…

– Oui ?

– Encore ! »

Disant cela, Hiiro tendit son plat. D’une certaine façon, la montagne de 《Vanyer》avait disparu.

« Fufufu, vous avez bon appétit. »

Pendant un moment, ils continuèrent de parler, et Hiiro de répondre aux questions de Ninna. Et finalement, quand Hiiro dit qu’il était temps pour lui de repartir, ils sortirent de l’arbre.

Ninna créa un portail, le reliant à la colline sur laquelle il était auparavant.

« Ah, s’il-te-plait attend ! S’il-te-plait attend ! »

Et d’un coup, Orun apparut en courant. Les trois autres avec lui.

« Tu repars là-bas, pas vrai ? Pas vrai ?

– O-ouais. »

Son habitude de répéter sa dernière réplique deux fois devenait ennuyante.

« Je te donne ça ! Je te donne ça ! »

Elle lui donna un anneau.

« Qu’est-ce que c’est ?

– Fufu. C’est un 《Anneau Féerique》. C’est un signe que vous avez reçu la confiance des Fées. Orun devait être heureuse de sa première rencontre avec un humain. Si vous voulez bien, je voudrais que vous l’acceptiez.

– Bien, je prendrai ce que l’on m’offre. »

Peut-être que ça pourra se vendre pour un bon prix, pensa-t-il intérieurement. Mais il ne le dirait jamais.

« Et ceci est de ma part. »

Ninna produisit une masse de magie comme celle qu’il avait vue avec la diseuse de bonne aventure, et elle la plaça dans sa poitrine.

« O-oy, qu’est-ce que c’est ? »

Il était un peu troublé tandis qu’il demandait.

« C’est un objet qui vous lie à ici. Il nous permettra de nous revoir.

– Attendez un instant ! Je ne veux pas vraiment-

– La discussion était vraiment intéressante.

– Bye bye ! Bye bye !

– O-oui mais !

– Ah, et si vous venez à rencontrer le『Roi des Esprits』, soyez sûr de lui passer mes salutations.

– E-esprit ? De quoi êtes-vous en train de- »

Et l’espace autour de Hiiro se déforma, et il fut enveloppé par les ténèbres. Le temps qu’il revienne à ses esprits, il était au sommet de la colline de nouveau. Et…

« C’est… Déjà le matin. »

Il semblerait qu’il soit resté éveillé toute la nuit. Il grimaça devant le soleil levant éblouissant tandis qu’il restait immobile un moment.

Chapitre précédent <~ Sommaire ~> Chapitre suivant

Publicités

4 commentaires sur “Konjiki no Wordmaster Chapitre 29 : L’Expérience d’Une Nuit

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s