Maître des âmes 63 : Départ

Auteur : Nightgale
Check: Miss X


Fatigué… (@.@)

Enjoy.


L’épisode avec Borgr terminé, les choses reprirent rapidement leur cours sous la direction de Han et Shang. Aucun autre incident majeur ne fit surface et à présent, le convoi à destination du grand rassemblement des villages était enfin prêt !

« Est-ce que c’est vraiment nécessaire d’emmener autant de choses ? » Demanda Fang en voyant la longue lignée de chariots qui s’étendait à côté de lui.

« On amène de nombreux biens pour le tribut et le reste pour pouvoir en revendre. Il nous faut donc pas mal de personnes pour assurer la sécurité du convoi et des rations en quantité suffisante pour nourrir tout le monde… Attends, ne me dis pas que tu ne sais pas ça ? »

Fang secoua négativement la tête en réponse à Guin.

« Comment c’est possible de ne pas savoir ça ? » Ajouta Guin en soupirant.

« Désolé, je ne connais que la partie concernant la compétition pendant le grand rassemblement des villages. »

Ayant vécu toute sa vie à l’écart du village, la majorité des connaissances qu’il avait des événements se déroulant dans Mura provenait de son défunt ami Ping. De plus, celui-ci avait la fâcheuse tendance de ne raconter que les parties qu’il trouvait intéressantes. Fang manquait donc d’informations sur beaucoup de sujets.

Cherchant un allié dans son ignorance, Fang jeta un bref coup d’oeil vers Meimei qui lui répondit sèchement.

« Je savais déjà tout ça. Ah ! Tu as cru que je n’étais pas au courant, hein ? Mais grand-père m’a expliqué comment ça fonctionnait ! » S’exclama la jeune fille en bombant fièrement le torse.

Dépité, Fang baissa faiblement ses épaules. Même si Meimei avait rarement quitté sa demeure, il avait oublié qu’elle était la petite-fille du chef Han. Malgré son manque d’interactions avec le village, elle avait sûrement reçu une éducation complète, contrairement à lui qui avait dû apprendre sur le tas.

En voyant son comportement habituel, Fang avait tendance à considérer Meimei comme une frêle jeune fille totalement ignorante du monde extérieur.

« Ah ! Tu es en train de penser à quelque chose de méchant sur moi ! » S’exclama soudainement Meimei.

« Non, non. Pas du tout, pas du tout. »

Fang s’empressa de réfuter l’accusation de la jeune fille en se demandant pourquoi c’était seulement dans ce genre de situation que celle-ci semblait particulièrement vive d’esprit.

« Ne sous-estime jamais l’instinct d’une femme petit, ça risque de te coûter cher ! Je me rappelle de cette fois où j’avais rencontré cette femme quand j’étais plus jeune… Elle avait un don pour savoir quand j’avais passé la soirée à boire et à festoyer alors que j’effaçais parfaitement toutes mes traces. Quand j’y repense… »

Ignorant Shen qui était une nouvelle fois parti dans un monologue long et ennuyeux, Fang décida d’en revenir au sujet principal.

« Donc, il y a une compétition et on apporte un tribut et différents objets à revendre en gros. Hmm, à qui on apporte un tribut et pourquoi on s’embête à l’amener si on risque de se faire voler en chemin ? » Demanda Fang.

« Tout ça peut être un peu confus. Permets-moi de te l’expliquer », dit soudainement une voix provenant de derrière.

« Grand-père ! »

« Chef Han. »

Meimei et Guin furent surpris en découvrant le propriétaire de cette voix.

« Ha ha. Inutile d’être aussi tendus. C’est le genre de chose qu’il vaut mieux savoir après tout. Ça fera un bon rappel pour toi aussi Meimei. Bon, par où commencer… »

Han marqua une courte pause le temps de réfléchir puis reprit la parole.

« La région dans laquelle nous vivons est composée de nombreux villages. Parmi ceux-ci, les villages les plus développés à l’heure actuelle sont Mura et Gedo. »

Fang écouta attentivement l’explication du chef Han sans dire un mot.

« Le gros problème, c’est la gestion du territoire entre les différents villages. Il y a de cela plusieurs décennies, c’était le chaos total. Les différents villages n’arrêtaient pas de rentrer en conflit à cause de ça. »

« C’est là que le grand rassemblement des villages est né ? » Demanda alors Fang, qui commençait à relier les points entre eux.

« Exact ! Ou plus précisément, cet événement nous a été imposé pour mettre fin à cette période de conflit. »

« Imposé ? Mais par qui ? »

Fang était surpris. Pouvoir instaurer ce rassemblement et faire taire la guerre entre les nombreux villages demandait une influence et un pouvoir qu’il avait du mal à imaginer.

« La cité de Lasfalle ! Ce sont eux les véritables maîtres de cette région et c’est là où va avoir lieu le rassemblement. »

« Lasfalle… »

Fang murmura doucement ce nom pour être sûr de le retenir.

« Ne te méprends surtout pas Fang. Le monde est immense et le pouvoir militaire de la cité de Lasfalle est supérieur à celui de tous les villages réunis ! Si l’envie leur en prenait, ils seraient tout à fait capables de nous faire disparaître de la carte sur le champ », dit gravement Han.

Il savait que le monde était grand et que Mura était comme une goutte dans l’océan. Mais l’entendre de la bouche du chef Han lui-même rendait les choses que plus réelles. Une force capable d’écraser Mura d’un revers de la main ? Fang avait dû mal à le réaliser.

« Si tu es effrayé rien que par ce niveau, tu ne risques pas d’aller loin petit », glissa subtilement Shen.

« Est-ce que tu ne peux pas me laisser m’émerveiller quelques secondes avant d’intervenir à chaque fois ? Haaah… Laisse tomber, toi et moi n’avons vraiment pas la même vision du monde. »

Incapable d’entendre la conversation interne entre Fang et Shen, Han prit le soupir du garçon comme un geste d’impuissance devant l’ampleur que possédait Lasfalle et poursuivit :

« La compétition qui a lieu durant le rassemblement est le moyen que Lasfalle a trouvé pour que nous réglions nos comptes sans entrer en guerre total. Elle suit le même principe que le tournoi de Mura. Des jeunes de moins de 18 ans représentant leur village respectif qui s’affrontent jusqu’à désigner un vainqueur. »

Fang repensa alors brièvement à Borgr qui sera probablement son plus gros obstacle durant cette compétition.

« La différence avec le tournoi, c’est que le village sera représenté par un groupe de jeunes combattants. En d’autre termes, ce sera un combat d’équipe. »

« AH ?! Un combat d’équipe ? Attendez, ne me dites pas que… »

« Chaque village a droit à trois représentants. Au vue du résultat du tournoi, cette année, il y aura toi, Meimei et Sung. Vous trois formez le groupe de Mura. »

« EHHHHH ?! »

« EHHHHH ?! »

Cette fois, Fang et Meimei réagirent en même temps.

« J-J’avais complètement oublié ce détail… Me battre aux côtés de Fang ne me dérange pas, m-mais avec Sung… » Murmura faiblement Meimei.

« Hey hey, vous êtes sûr que ça va aller chef Han ? On parle de Sung là. Qui sait de quoi il est capable ? » Ajouta Fang.

« Je comprends ce que vous ressentez et l’idée ne m’enchante pas non plus. Je tiens à vous rassurer cependant, j’ai dit que vous formerez une équipe, mais les combats se font tous en 1 contre 1. C’est seulement quand les trois combattants d’une équipe ne sont plus en état de combattre que l’autre équipe est déclarée vainqueur », précisa Han.

« Si c’est comme ça, alors ça peut aller… »

Fang craignait surtout de devoir combattre aux côtés de Sung. S’il devait faire face à une situation où il devait affronter ses trois adversaires en plus de Sung, il n’y aurait rien de drôle. Meimei semblait avoir la même pensée car elle laissa échapper un soupir de soulagement en écoutant l’explication de son grand-père.

« Si je puis me permettre… »

Guin interrompit alors brusquement la conversation.

« Ce n’est que mon avis mais je ne pense pas que Sung tentera quoique ce soit durant la compétition. »

« Qu’est-ce qui te fait dire ça Guin ? » Demanda Meimei.

« Il est clair que Sung ne vous porte pas dans son coeur, toi et Fang. Cependant, je pense que sa priorité à l’heure actuelle est Borgr. La relation entre ces deux là ne date pas d’hier. »

« Je suis d’accord avec Guin. Shang et Sung tiennent à diriger Mura au final, saboter nos chances de victoire en plein milieu de la compétition ne ferait que ralentir le développement du village, ce qui ne jouerait pas en leur faveur », s’empressa d’ajouter Han.

« Ouf, si c’est comme ça, au moins il n’y aura pas à s’inquiéter. »

Contrairement à Meimei qui semblait soulager d’un poids, Fang avait toujours des doutes. En observant l’expression de Han et Guin, il comprit qu’eux aussi pensaient la même chose.

« Shang et Sung n’agiront peut-être pas pendant le tournoi mais rien ne dit qu’ils ne vont pas tenter quelque chose avant ou après la compétition », pensa Fang.

Le chef Han l’avait aussi compris. Cependant il garda le silence pour ne pas effrayer Meimei. Échangeant des regards complices entre eux, les trois décidèrent alors de ne pas énoncer cette possibilité à voix haute. Après un court silence, Fang posa une nouvelle question.

« Au fait, en quoi ce tournoi peut aider au développement du village ? Il y a une sorte de récompense à la clé ? »

« Bien évidemment ! C’est pourquoi chaque village organise d’abord un tournoi pour trouver des candidats à la hauteur avant de les envoyer à Lasfalle. Si tout le monde se donne autant de mal, tu peux être sûr que la récompense est quelque chose d’extrêmement précieux pour un village. En fait… »

Mais alors que Han allait poursuivre son explication, une voix se fit entendre.

« Excusez-moi de vous interrompre chef Han, mais les préparatifs sont en ordre. Nous sommes prêts à partir à votre signal. »

« Hum, très bien. »

Han se tourna ensuite vers Fang.

« Il est temps d’y aller. Fang, nous reprendrons cette discussion plus tard. Meimei… »

« Oui, grand-père. À plus tard Fang, Guin. »

Han et Meimei se dirigèrent ensuite en tête du convoi pour annoncer le départ. Fang les suivit du regard jusqu’au moment où Guin lui tapota amicalement l’épaule.

« Viens, notre chariot à nous se trouve un peu plus loin. À part Sung et Meimei, tous les jeunes sont réunis vers l’arrière. »

Fang se mit à suivre derrière Guin mais il n’avança que de quelques pas avant de réaliser quelque chose.

« Les jeunes ? Tu veux dire qu’à part nous, il y a d’autres personnes ? »

« Bien sûr ! S’il n’y avait besoin que de ceux qui participeront à la compétition alors je ne serais même pas là ! Tu as dû les voir aussi, Paki, Myk… Attends, peut-être pas Paki, faut dire qu’il s’est pris une sacrée baffe ! »

« Ha ha ! Il a fait un sacré vol après tout ! » S’exclama Fang en rigolant.

« Bref, en mettant Paki de côté pour l’instant, ceux qui ont montré suffisamment d’aptitudes pendant le tournoi font partie du voyage. C’est une bonne occasion pour nous d’élargir nos horizons, d’après les dires du chef Han. »

« Et dans le cas où les candidats pour la compétition « disparaissent » en chemin, il restera toujours des remplaçants. »

C’est la pensée qui traversa l’esprit de Fang mais il décida de la garder pour lui pour ne pas assombrir l’ambiance.

« Vraiment, il n’y a que toi pour voir les choses de cette façon. Bah, c’est aussi pour ça que je m’ennuie pas avec toi petit », ajouta Shen.

« Je n’y peux rien si je suis du genre sceptique », répondit faiblement Fang en haussant des épaules.

Il continua ensuite à marcher et ne mit pas longtemps avant d’atteindre le chariot où les autres personnes les attendaient déjà. Parmi elles, Fang reconnut des adversaires qu’il avait affrontés.

Il y avait également Myk et Paki, qui semblait avoir repris connaissance. Seulement, la moitié de son visage avait enflé après avoir subi le coup de Borgr, lui donnant une apparence hilarante. En le voyant, Fang et Guin ne purent s’empêcher d’éclater de rire tandis que Paki les foudroyait du regard.

____

Fang n’eut pas à attendre très longtemps une fois installé et le chariot dans lequel il était se mit en mouvement sous les ordres de Han. Au bord de la route, une foule s’était amassée. Certains souhaitaient bonne chance pour le tournoi tandis que d’autres se contentaient d’agiter leur main sans rien dire.

Il aperçut même une mère en larmes qui conseillait à son fils d’être prudent. Le fils en question se trouvait d’ailleurs dans le même chariot que lui. Celui-ci semblait gêné mais rassura toutefois sa mère en lui disant que tout irait bien.

En assistant à ce spectacle, Fang eut un faible sourire. Il repensait à sa propre mère et se demandait si celle-ci allait s’en sortir pendant son absence.

« Un vrai fils à maman. Ne t’en fais pas, sa situation n’est plus la même qu’avant. Tu peux partir l’esprit serein », lui assura Shen.

« Tais-toi un peu. Je sais parfaitement tout ça », répliqua sèchement Fang.

Durant sa période de convalescence, ils en avaient longuement discuté et sa mère avait fortement approuvé ce voyage.

« Tu n’es plus le même qu’avant. Tu es devenu assez fort pour explorer ce monde et réaliser tes rêves », lui avait-elle dit.

« Une mère formidable, tu as de la chance petit » avait même ajouté Shen à ce moment là.

« Haaah… »

Fang laissa échapper un long soupir. C’était plus fort que lui. Il ne pouvait pas s’empêcher de ressentir une certaine appréhension au fond de lui et ce détail n’échappa pas à Shen.

« Comme je le disais, un vrai fils à maman… Hm ? Eh, petit ! Monte sur le chariot et jettes un oeil dehors », suggéra alors soudainement Shen.

Fang ne savait pas où celui-ci voulait en venir mais il s’exécuta quand même sans poser de questions. Une fois sur le toit du chariot à la grande surprise des autres passagers, il se mit à regarder autour de lui.

« Qu’est-ce que je suis censé voir Shen ? »

« Par là, regarde par là. »

Fang se tourna vers la direction que Shen lui indiquait. Il venait à peine de passer la porte est de Mura et il ne savait pas ce qu’il y avait de si intéressant à voir.

« Mais c’est… »

De loin, juste à la sortie du village, Fang pouvait apercevoir une silhouette familière qui se tenait appuyée contre un arbre. En croisant son regard, la silhouette dessina alors un sourire radieux.

« Maman… Je lui avais pourtant dit que ce n’était pas nécessaire de venir. »

« Allez petit. Tu ne vas pas pleurer j’espère ? Sois un homme et montre lui que tout ira bien », le taquina Shen.

« La ferme », répliqua Fang avec un grand sourire.

Shen avait toutefois raison. Il était trop loin pour qu’elle puisse entendre quelque chose alors Fang se contenta de lever son poing en l’air.

« Tout ira bien, maman. Tout ira bien. »

C’était le message qu’il voulait lui faire transmettre. En réponse à ce geste, sa mère leva son bras à son tour et l’agita pour lui souhaiter un bon voyage.

« Fais attention à toi et sois prudent. »

Bien qu’il ne l’ait pas entendu et que ses lèvres n’avaient même pas bougé, Fang aurait pu juré entendre sa mère lui prononcer ces paroles. Il resta ainsi immobile jusqu’à ce que sa mère ait finalement disparu de son champ de vision. Il se tourna ensuite vers le ciel, ses yeux remplis d’une détermination nouvelle.

« C’est l’heure d’un nouveau départ ! J’ai hâte de voir ce que ce monde a à offrir ! »

Chapitre Précédent <~~ Sommaire ~~> Chapitre Suivant

Publicités

5 commentaires sur “Maître des âmes 63 : Départ

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s