RTW Chapitre 83 – Le Cocher Nordique

Traducteur : JetonS

Adapt : Saulot
Check : Saulot & Naos


 

rtw

 

L’hiver était la saison de la non récolte pour la plupart des habitants du Nord, tout particulièrement près du Plateau d’Hermès. Les Mois des Démons apportaient non seulement un vent incessant et de la neige mais apportait aussi froid, famine et mort. Cependant, pour la ‘Fausse Jambe’ Swan, l’hiver avait une autre signification. Chaque hiver, un émissaire de l’Eglise frappait à sa porte et lui demandait de faire des voyages aux bordures ouest du royaume. Sur le chemin, il collectait des orphelins souffrants avec sa calèche et les ramenait à la Ville Sainte.

Pour lui, les affaires étaient bonnes, il gagnait presque vingt Royals d’Argent pour chaque voyage aux bordures. Encore mieux, il se construisait une bonne réputation pour ce travail. Les Mois des Démons de cette année allaient se terminer, ce voyage devrait être le dernier de la saison.

« Votre honneur, veuillez retourner dans la calèche et restez-y. Dehors, il neigera encore pendant un certain temps, vous n’avez pas à manger le vent et boire la neige tous les jours comme moi. Vous ne devez pas geler. »

« Ce n’est rien, » le messager de l’Eglise contredit Swan et but une grande gorgée dans sa gourde avant de continuer, « Dans la nouvelle Ville Sainte, il fait bien plus froid. Au plateau, des blousons en cuirs et des armures n’arrêtent pas le froid. Là-bas, le froid s’infiltre à travers toutes les ouvertures et perce chaque pore de votre corps. Sans utiliser une pilule contre le froid, une personne ordinaire ne peut pas survivre dans cet endroit. »

« Vous avez raison, » Swan hocha la tête, il n’était jamais allé à la nouvelle Ville Sainte, et il n’en avait aucune intention. Seuls le froid et les bêtes démoniaques y habitent, pourquoi irai-je ? Mais, fidèle à sa réputation, il trouva facilement un autre sujet de conversation, un sujet qui ferait plaisir à l’émissaire. « Vos gants viennent du cuir des loups vivant à la bordure ouest du Royaume de Graycastle, n’est-ce pas ? »

« Oh ? Vous avez de bons yeux. »

« Hey, mon seigneur, je pratique depuis trente ans, » dit fièrement Swan, « J’ai travaillé pour le baron, puis pour la comtesse, et plus tard même pour la petite princesse du Royaume de Loucœur. Si je ne m’étais pas cassé les jambes, peut-être que je travaillerais en ce moment même pour le comte. Ils n’avaient rien sauf une abondance de Royals d’Or, ils payaient très bien pour la fourrure et l’argenterie de Graycastle, pour la joaillerie du Royaume de l’Hiver Eternel, ainsi que l’artisanat de fjord. Ils en demandaient tant que je n’arrivais jamais à satisfaire leurs demandes. »

« Et donc, » l’Ambassadeur hocha la tête, « C’est l’origine de votre surnom ? Quel genre d’accident vous a mis dans cet état ? »

« Une émeute de réfugiés. Rien n’arrêtait ces voyous tant qu’ils avaient de quoi se mettre sous la dent, » Swan répondit plein de dédain dans sa voix. Il cracha par terre, « Quand ils ont encerclé la calèche, je n’avais d’autre choix que de dépêcher mes chevaux pour partir si je voulais sauver la comtesse. Mais les chevaux ont été surpris, et m’ont jeté à terre, renversant la calèche. »

« Et vous vous êtes cassé les jambes ? » Demanda curieusement l’Ambassadeur, « Qu’est-il arrivé à la comtesse ? »

« Elle s’en est sorti, elle était entourée de coussins et d’épais matelas dans la calèche, elle n’a eu que quelques égratignures, » grogna Swan, « Elle est sortie de la calèche et m’a laissé à mon sort sur la route. Avec mes jambes cassées, j’ai rampé jusqu’à chez moi. » Il claqua ses mains sur le porte-laiton sous ses pantalons, « Cependant, la maison du comte m’a viré sous prétexte que je ne pouvais plus conduire, ces satanés aristocrates ! »

« Quel dommage, » l’Ambassadeur marqua une pause, « Mais Dieu ne vous a pas abandonné, vous conduisez maintenant pour l’Eglise. »

« Oui, Monsieur, » répondit Swan, mais intérieurement il pensait, Non. Si Dieu avait de la pitié, il ne m’aurait pas infligé ces épreuves. Il m’aurait sauvé au moment où j’avais le plus besoin de lui.

A cet instant, le cri d’une jeune fille se fit entendre, « Nous avons besoin d’une petite pause. »

Swan tira sur les reines et les deux chevaux s’arrêtèrent. Au moment où la calèche s’arrêta, l’ambassadeur sauta hors de la calèche et se dirigea vers l’arrière. Bientôt, le bruit d’un claquement de fouet se fit entendre derrière la calèche.

Pauvre enfant, pensa Swan en soupirant, tu dois l’endurer, c’est ton sauveur. Si l’Eglise ne me soutenait pas durant l’hiver, je serais un autre de ces corps sur le côté de la route.

L’ambassadeur revint, monta et s’assit à côté de Swan avant d’ordonner, « Partez. »

« Préparez-vous, je conduis ! » cria Swan en secouant les rênes, « Ils viennent tous du Royaume de Loucoeur ? »

« Presque, les Eglises dans toutes les villes reçoivent des orphelins durant l’hiver, il y a un manque de nourriture et de vêtement partout. Nous recevons bien plus d’orphelins durant cette période que durant le reste de l’année. Si nous dépendions sur les propres membres de notre Eglise, nous n’en aurions pas assez, nous engageons donc quelques conducteurs à la bonne réputation pour nous aider à transporter les orphelins à l’Ancienne Ville Sainte. Jusqu’à présent, vous avez fait du très bon travail. Mon prédécesseur ne faisait que dire du bien de vous. »

« C’est un privilège et un honneur, » dit Swan, honoré. « Votre excellence, seront-ils aussi envoyés au monastère ? Je déteste demander, mais ils viennent de différents recoins. Ils ne sont pas si vieux, mais quelques-uns ont déjà commis des méfaits impardonnables, ne vont-ils pas contaminer la terre sainte et sacrée ? »

« Dieu les jugera, même s’ils sont coupables, ils auront une opportunité de se repentir, » répondit l’émissaire d’une conviction sans faille.

« C’est une bonne chose. » Swan fut étonné. Il leva la tête et regarda le ciel avant de continuer, « Il se fait tard. Monsieur, devrions-nous nous diriger vers la prochaine ville ? Si le temps demain est bon, nous arriverons à l’Ancienne Ville Sainte à midi. »

« Déjà si tard ? » Demanda l’Ambassadeur, « Cherchez une auberge, une fois votre calèche entreposée dans la cour, vous pourrez préparer la nourriture pour les orphelins. »

« Très bien ! » Swan était d’accord avec lui.

Cette ville faisait partie du Royaume de Loucoeur, pour atteindre l’Ancienne Ville Sainte, cette ville était incontournable. Ce n’était pas la première fois que Swan posait les pieds ici. Il trouva bien vite une auberge qu’il fréquentait précédemment. Il conduisit la calèche dans la cour et prit quelques pièces de l’émissaire de l’Eglise pour acheter de la nourriture pour les orphelins. Comme d’habitude, il acheta de la bouillie de patate douce, qui était le choix le plus approprié puisque cette nourriture alliait bas coût et goût. Il les laissa partager la bouillie et Swan boita jusqu’à l’auberge. Il commanda du pain et du beurre puis s’assit au bar pour manger. Quant à l’émissaire, il avait surement mieux à faire.

Si Swan n’avait pas cassé ses jambes dix ans auparavant, il serait surement allé à la taverne pour commander un verre de bière et serait allé jouer aux dés – il avait une bonne main pour ces activités. Mais maintenant … Swan prit son porte-monnaie et alla se coucher tôt.

Plus tard, dans la nuit, il entendit quelques voix dans la cour. Il se leva et ouvrit les rideaux pour surveiller la situation. Swan vit le retour de l’émissaire de l’Eglise saoul. L’émissaire ouvrit la porte de la calèche et entra. Il ressortit aussitôt avec deux orphelins avec lui. Près de la calèche, deux personnes habillées en aristocrate l’attendaient déjà.

Ce n’était que l’émissaire, Swan referma les rideaux et se blottit contre la chaude couverture.

Ce n’était pas la première fois qu’il voyait l’émissaire ainsi. Pour être honnête, c’était devenu la routine. Être vivant est le plus grand bonheur, pensa-t-il, ils n’ont qu’à endurer la souffrance un moment. Ils n’ont qu’à survivre jusqu’à arriver à l’Ancienne Ville Sainte pour recommencer une vie. Au moins au monastère, ils ne craindront pas la faim. Swan bâilla et s’endormit.

Au lever du soleil, il alla chercher l’émissaire et poursuivit son chemin. La dernière partie du voyage s’effectua sans accroc, ils atteignirent même l’Ancienne Ville Sainte deux heures plus tôt que prévu. Il y avait déjà d’autres calèches de l’Eglise qui les attendaient. Il semble que ces pauvres petits diables ont encore un peu de chemin, mais tout cela n’avait rien à voir avec lui.

« Ta récompense. » L’émissaire appela Swan et jeta une sacoche dans ses mains.

Swan sortit les pièces et les recompta deux fois. En effet, vingt Royals d’Argent. Il hocha la tête et dit, « J’espère vous revoir les années suivantes. »

Mais l’émissaire ne répondit pas. Il agita la main pour indiquer que Swan pouvait partir.

Swan remarqua qu’en plus de lui, les autres cochers faisaient le même travail. Ils viennent des autres Royaumes ? Se demanda-t-il, mais il remarqua bientôt quelque chose d’étrange. Seules des filles sortaient des calèches. Alors quand l’Eglise adopte des orphelins, elle adopte des filles ?

 

Il secoua la tête, et mit cette question problématique à l’arrière de la tête. Il entama le voyage pour rentrer.

(TL Note : Ahah, pourquoi des filles, je me le demande O:) ! Qu’est-ce qu’une fille peut faire ou être, mais pas un garçon ? 🙂 )

 

Si vous appréciez la traduction, ou que vous voulez lire quelques chapitres en avance, n’hésitez pas à aller faire un tour sur mon Patreon !

 

Chapitre Précédent <~~ Sommaire ~~> Chapitre Suivant

Publicités

6 commentaires sur “RTW Chapitre 83 – Le Cocher Nordique

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s