Dans la Caverne de l’Obscénité – Volume 2 Chapitre 3 (Partie II)

Traducteur : JetonS

Adapt : ———
Check : ———


18warningCe roman « Dans la Caverne de l’Obscénité » contient des scènes sexuelles ou violentes de manière explicite. Certains éléments peuvent choquer les plus jeunes ou les plus sensibles (tags : viol, mort, fantaisie, magie, folie, tentacule, plaisir sexuel). En poursuivant la lecture de cette oeuvre, vous déclarez être majeur et vous vous engagez à prendre vos responsabilités quant au contenu des chapitres. Bonne lecture à ceux qui osent s’aventurer dans cet antre démoniaque !


 

coverall


Chapitre 3 – Les Aventuriers Déchus


Ce Novel est traduit par JetonS de l’équipe Soreyawari & Co. Si vous lisez sur un site autre que Soreyawari.com, c’est que le Novel a été volé. Ne soutenez pas les voleurs, lisez sur le site original.

La bouche qu’elle gardait désespérément fermée pour retenir ses gémissements était devenue un exutoire pour informer le monde extérieur de son bonheur.

Les vas-et-viens de sa taille astiquèrent son clitoris contre le tentacule.

Les actions de vas-et-viens et les frottements du clitoris se chevauchèrent. La bouche de Satia s’ouvrit pour faciliter les respirations.

Sa main droite se cramponna au tentacule près de son vagin et l’astiqua comme pour le branler maladroitement.

Mettant en application ses connaissances, elle agita ses tendres doigts angéliques de haut en bas et agrippa le doux et épais tentacule dont la circonférence ressemblait fort à s’y méprendre à la partie intime d’un homme.

Le tentacule était dénué de capteur sensoriel mais Satia l’ignorait. Sa main répéta indéfiniment la même séquence d’action.

Après une courte période de temps, la sensitivité de Satia atteignit un pic. Les mouvements de sa main s’accélérèrent comme si elle se masturbait seule avec le tentacule.

Soudainement, un gémissement similaire à un cri retentit dans les oreilles de Satia. Ce gémissement appartenait à Frederica.

Ses cris avaient toujours été présents. Toutefois, Satia, désorientée par l’extase, ne les avait pas entendus jusqu’alors.

« Ah … »

Quand elle dirigea son regard en direction de la voix, elle vit différents tentacules pénétrer de derrière une femme à quatre pattes.

Satia ignorait son nom. Cette femme était peut-être celle nommée Frederica, celle qu’ils étaient venus chercher.

Satia s’en fichait. Elle n’accordait plus aucune importance aux noms.

(Wow …)

Les mouvements étaient violents, ses seins massifs étaient pétris sans aucune considération pour le confort du propriétaire et sa langue pendouillait de sa bouche poussive.

Elle était jalouse de cette femme. Le slime s’acharnait sur Frederica sans aucun respect pour la personne.

Elle vit les requêtes audacieuses de Frederica et fut témoin de la brutalité des coups …  Et cette vue excita immensément l’utérus palpitant de Satia.

Et si elle sollicitait les mêmes actions forcenées, que lui arriverait-elle ?

Et si le slime saccageait ses mamelons, dévastait son clitoris et pénétrait jusqu’au fin fond de son utérus ?

A cette imagination …

« A-aaah –– »

Ses génitaux et son clitoris furent manipulés par le slime. Satia eut un léger orgasme insuffisant à son goût.

Les vas-et-viens lui avaient enfin offert ce qu’elle désirait, et pourtant elle fut mécontente.

Encore, elle en voulait davantage ––

« Aah … »

Le slime écarta les jambes de Satia, non pas parce qu’il avait entendu la voix intérieure de Satia, mais pour reprendre ses activités.

Ses jambes, embuées de sueur et de mucus, étaient un ramassi d’obscénité.

Entre ces chairs lubriques – se trouvait un orifice particulier. Cet orifice luisant, était prêt à recevoir un objet spécifique, et tremblait pour l’inviter à l’intérieur.

Elle se souvint de l’état libidineux de Frederica et fut impatiente de voir la suite des festivités.

Elle écarta les jambes pour permettre aux tentacules de la pénétrer. Elle ressemblait à une fillette à qui on lui apprenait la bonne manière d’utiliser les toilettes. Le slime s’approcha d’elle pour mieux observer sa position et brandit son corps haut dans les airs.

« … Ah. »

Dans les souvenirs d’Alfred, la petite fille avait un visage inexpressif. Désormais, son visage était constamment rouge.

Qu’allait-il advenir d’elle ?

Aimée, pénétrée, violentée – imprégnée.

Elle ferma les yeux pour résister un minimum à ce plaisir effréné. Son visage excité avait refait surface. Le slime détendit les muscles à l’entrée de son utérus et stimula son vagin.

« Hii –– nnh … encor –– … »

Son corps fragile protesta à la moindre stimulation.

Ses membres sveltes tremblèrent du plaisir aigu et ses hanches se jetèrent en avant.

Ces mouvements accentuèrent les stimulus sur son vagin.

Son corps entier commença à trembler, et ces tremblements se transformèrent en excitation.

« O-oui – ouiiiiiiiiiii ! »

Elle perdit peu à peu le contrôle de sa voix et se livra à des convulsions spontanées. Elle convulsa une fois, deux fois, ce n’était pas suffisant.

Encore et encore, ses hanches chancelèrent et ses fluides vaginaux enrobèrent indubitablement le tentacule. Le tentacule recouvert de liquide s’évertua à taquiner l’entrée du vagin.

Une fois que le limon noir se décidait à faire jouir Satia, rien ne pouvait l’arrêter. Le seul sort qui attendait Satia était le bonheur.

« Incro –– incroyable –– nnh, nooon –– »

Elle saisit le tentacule qui tourmentait son vagin, mais sa faible étreinte était loin de pouvoir opposer une quelconque résistance au slime.

Le slime utilisait le bout de ses tentacules pour taquiner la petite fille qui éprouvait son énième orgasme.

Des liquides d’amour coulèrent de son utérus jusqu’à sa taille.

– Malgré tout, les tentacules ne cessèrent pas.

Ils continuèrent de la taquiner, de tourmenter son orifice fermé, de détendre ses muscles.

En dépit de tout, les tentacules ne lui laissèrent aucun répit.

Sa taille trembla, ses fluides débordèrent de partout.

Et pourtant.

La force qu’elle employait à saisir le tentacule quitta ses mains tandis que son adorable visage fut teinté de désir.

Et pourtant –

« Ce-c’est … pour les bébés, ne le taquine paaaaaas. »

Elle savait que le moindre stimulus à cet endroit lui procurerait de fantastiques sensations.

Son organe sacré fut taquiné, ce qui créa de nouveaux flux de fluides honteux dans sa bouche et sa partie intime.

Inapte à endurer ce plaisir divin, elle jouit encore et encore.

Enfin –

« Aaaah, aaah –– ehhhh ? »

Un fin tentacule du diamètre d’un petit doigt se faufila dans l’entrée de son utérus.

A l’intérieur, se trouvait une terre vierge, jamais encore profanée – pas même par Alfred.

Le tentacule se faufila à l’intérieur.

Satia courba son corps et fit de son mieux pour contenir les torrents de plaisir qui la submergèrent.

Au mépris de ses efforts, sa bouche s’ouvrit et laissa circuler des halètements rythmiques. Sa langue s’échappa paresseusement de sa bouche et de la salive salit ses seins.

Ses yeux furent embrumés par le désir. Son cerveau avait perdu la notion de temps et d’espace – tout ce qui était visible était son visage relaxé, presque … heureux.

Ce Novel est traduit par JetonS de l’équipe Soreyawari & Co. Si vous lisez sur un site autre que Soreyawari.com, c’est que le Novel a été volé. Ne soutenez pas les voleurs, lisez sur le site original.

*

Ce Novel est traduit par JetonS de l’équipe Soreyawari & Co. Si vous lisez sur un site autre que Soreyawari.com, c’est que le Novel a été volé. Ne soutenez pas les voleurs, lisez sur le site original.

« In-incroyaaaaable ?! –– Co-comment c’est, si profooooond ?! »

« Ah, nnnh –– qu… quoi, é-étraaaange … nnuuuuh ! »

Deux voix à bout de souffle se firent entendre dans la caverne.

Elles appartenaient à Frederica et Satia.

Les bruits obscènes provenant des deux mages résonnèrent dans la caverne et noyèrent les gémissements des poltergeists.

Elles étaient impuissantes face au plaisir suscité par le viol de leur utérus.

Les deux mages jouirent d’innombrables fois, les tréfonds de leur être ravagés.

Les deux corps se crispèrent sous l’acharnement des tentacules.

Cette scène était celle de deux humains violés par un monstre. Les deux personnes avaient perdu leur dignité et leur fierté qui faisaient d’elles des aventurières.

Elles ne réfutaient plus le plaisir que leur apportait le slime. Elles vociféraient des gémissements de plaisir lorsque leur corps était violé et retourné dans l’espace.

Frederica –– qui avait, des heures auparavant, éprouvé de la douleur–– était devenue sensible au point d’orgasmer avec de légers picotements.

Satia –– qui avait ressenti de la honte à coucher avec son maitre –– gémissait de plaisir à chaque espièglerie du slime, prête à jouir à tout moment.

« L-là – aaah … noon – »

« Maitre, maitreeee … »

Les corps des deux femmes se crispèrent de nouveau.

Malgré l’orgasme, le tourment des tentacules ne cessa jamais.

Le slime ne s’était jamais arrêté, et ne s’arrêterait probablement jamais.

Dans l’esprit du slime, ces deux n’étaient, finalement … que des mères de substitut pour les bébés monstres.

« Ça sort ?! Qu-quoi ?! Eh, qu – aaaaaaaahn ? »

« F-fuaaaah –– ça vient, maitre Alfreeeeeed … »

Les murmures de Satia furent ensevelis sous les cris de Frederica.

Les cris s’amendèrent presque immédiatement en une exclamation coquette.

En ces jours de paix sans Roi Démon, les monstres étaient en déclin permanent, sans aucune possibilité d’augmenter leur nombre.

Les monstres étaient éradiqués un à un.

Mais –– et si un slime pouvant procréer des enfants apparaissait ?

La fin du monde.

Le monde l’ignorait – il ignorait que dans les profondeurs d’une caverne particulière – un monstre était né.

(NDT : SURPRISE ! Non, ce n’est pas un signe de mon retour, je vide juste les stocks que j’avais en réserve. Maintenant, je peux partir l’esprit tranquille, sans ce petit sentiment de culpabilité en moi. 👀 Le prochain chapitre sera probablement dans longtemps, je fais une pause de trad. Désolé les gens, les études, vous voyez, c’est dur de trouver le temps d’allier traduction et révision.)

Ce Novel est traduit par JetonS de l’équipe Soreyawari & Co. Si vous lisez sur un site autre que Soreyawari.com, c’est que le Novel a été volé. Ne soutenez pas les voleurs, lisez sur le site original.


Je n’ai pas de check, donc si jamais vous remarquez des fautes d’orthographes, n’hésitez pas à me le signaler dans l’espace commentaire ! Merci !

Si vous appréciez la traduction, ou que vous voulez lire quelques chapitres en avance, n’hésitez pas à aller faire un tour sur mon Patreon !


Chapitre Précédent <~~ Sommaire ~~> Chapitre Suivant

 

Publicités

2 commentaires sur “Dans la Caverne de l’Obscénité – Volume 2 Chapitre 3 (Partie II)

  1. et bien… merci infiniment pour tout ce que vous avez fait jusqu’à maintenant^^. en espérant vous revoir un jour, en attendant je vous souhait bon courage pour vos études (et diplôme?)^^.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s