World Teacher Prologue (Teaser)

Traducteur & check: Soreyawari
Check: Nekoyashiki-san


[……–ga, ……–pond……Répond !]

Un certain pays, qu’on dit être le pilier du continent entier, le bureau du président dans un bâtiment central à plusieurs étages.

Une pièce, où l’on trouverait normalement un sol en marbre et des objets de valeurs, qui ressemblait maintenant à une scène de désastre.

Le sol et les murs détruits par grenades et coups de feu, des objets qui ne pouvaient à présent qu’être mis à la poubelle.

Et éparpillés, d’innombrables…… cadavres.

Le sang coulait de chacun d’entre eux, peu importe comment on les regardait, leur survie était impossible.

Non, il y avait une unique silhouette qui bougeait.

Un homme portant un habit de protection ressemblant à une combinaison intégrale.

L’homme tenta de se relever de sa position face contre terre, mais retomba, incapable de soutenir son corps.

Abandonnant l’idée de se lever, l’homme rampa jusqu’à un mur, où il s’adossa pour respirer un moment.

Et sur son oreille, il appuya sur le bouton d’une oreillette de communication.

« ……Ouais, je suis là…… Code Axel. »

[Ça va !? Ton rapport sur la situation!]

Au milieu des innombrables corps, un seul d’entre eux portait des vêtements clairement haut de gamme.

Pas seulement son front, il était couvert de blessures par balle, la forme de son corps plus ou moins détruite par la force de détonation des grenades, le propriétaire de ce bâtiment, la cible de l’homme.

« Je me…… suis occupé… de la cible. Il ne reste plus que…… keuf, le nettoyage…… pas vrai ? »

[Attends ! C’est le derniers recours ça ! Dépêche-toi de sortir de là!]

« Ha, haha…… C’est impossible. »

L’homme regarda son corps.

De multiples blessures par balle dans l’abdomen, la jambe gauche s’arrêtant au genou.

Plus de sensations dans la main gauche, un corps avec lequel même parler était douloureux, incarnant la définition même d’un corps entièrement marqué par les cicatrices.

Ne bougeant que sa main droite, il sortit un petit appareil de sa poche, et désactiva le dispositif de sécurité.

C’était un dispositif de contrôle pour des explosifs.

D’innombrables explosifs préparés, parfaitement calculés, qui feraient sans aucun doute s’effondrer le bâtiment s’ils étaient activés.

Entraînant l’homme immobile avec eux.

[N’abandonne pas ! On vient te chercher ! Oi, prépare l’hélicoptère ! L’autorisation ? Laisse ça pour plus tard!]

L’autre côté de la ligne devient bruyante.

Le partenaire de l’homme semblait donner désespérément des ordres, mais il n’y avait plus le temps.

Alors que l’homme ouvrait la bouche pour l’arrêter, il y eut sur la ligne le bruit d’une porte.

[[[Maître––!!]]]

C’étaient les voix des apprentis de l’homme.

Entre les bruits précipités, il entendit 5 filles et garçons arriver au micro, il entendit les cris des élèves.

[Maître, s’il vous plaît n’abandonnez pas!]
[On va venir vous chercher, attendez-nous!]
[Il y a encore plein de choses qu’on veut que vous nous appreniez!]
[… Aviez promis…… n’est-ce pas?]
[Maître ! Maître…… p-p-……ère ! Père!]

Même si avant la mission il leur avait dit qu’il était possible que cela arrive, ses élèves ne semblaient pas pouvoir le supporter.

Leur volonté encore inexpérimentée l’inquiétait, mais l’affection le rendit heureux.

Rassemblant ses forces, l’homme donna un ordre.

« Formez une ligne ! »

[[[ !? Oui! ]]]

Réflexe de leur entraînement, les élèves troublés répondirent sans désordre.

« Ce que je veux vous dire…… vous le savez déjà…… n’est-ce pas ? »

[[[ Ne cessez jamais d’aller de l’avant ! ]]]

« C’est…… bien. Vous…… allez vous en sortir. Soyez confiants et…… vivez. »

[[[…… Oui!]]]

Les élèves semblaient désespérément retenir leurs larmes, mais on les entendaient dans leurs voix. Ils étaient probablement en train de verser un torrent de larme à présent.

« Fu…… désolé, pour mes élèves. »

[Non…… pas de problème. C’est leur droit.]

« Je vois. »

[C’est… vraiment impossible?]

« Qu’on en viendrait là…… tu le savais…… n’est-ce pas ? » (ndt : ouaaah il en mets du temps à mourir / ndc : vive l’adrénaline ! ^^)

[…… Ouais]

Une voix troublée, pleine de sentiments conflictuels, sortit enfin après avoir été poussée dans ses retranchements.

« Je…… laisse…… quelque-chose. Je peux partir…… le sourire au lèvres. »

[…… Compte sur moi pour le reste.]

« Je te laisse t’en occuper. Avec toi…… ensemble…… on s’est…… bien marré. »

[C’est moi qui devrait dire ça.]

L’homme avait perdu trop de sang, ses yeux ne pouvaient plus voir et il commençait à perdre connaissance.

Même avec ce résultat, le plan avait été un succès.

Je lui ai confié tout ce que j’avais.

Il ne reste plus que le dernier travail.

Avec la force qu’il lui restait, l’homme appuya sur le bouton.

D’innombrables explosions résonnèrent.

Elles devinrent de plus en plus importantes, avant d’enfin atteindre l’étage où était l’homme.

Les décombres lui tombant dessus, l’homme les accepta, les sentant sur son corps.

Et ensuite l’homme……

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s