Death March 3-Interlude: Zena

Traducteur & Adapt & Check: Soreyawari


Hi!
Un chapitre un peu spécial, vu que c’est un interlude, c’est-à-dire une petite histoire à part où qui reprend un moment passé mais à travers les yeux d’un autre personnage la plupart du temps…
Ici on a le point de vue de Zena, à chaque ◇ elle passe du présent au flash-back et vice-versa, et évidemment on commence par le présent, et sur ce je vais me coucher 😉


 

La magie invoquée enveloppe mon corps.

Même si c’est une sensation à laquelle je suis habituée, à ce moment-là, c’est énervant.

Pour vérifier l’effet, je fais un pas en avant.

Okay, ça marche correctement.

Avec le vent.

Je cours.

J’ai rencontré cette personne hier. Alors que pas même un jour entier n’a passé depuis, j’ai l’impression que ça fait bien plus longtemps que ça. (ndt: flash-back start!)
Je pensais que je pourrais bloquer l’attaque du démon avec ma magie, mais mon corps a été malmené à la place. Mes pieds et mes bras palpitent de douleur, je suis comme une poupée, incapable de bouger.
Je tourne légèrement la tête.

Heureusement, avant de m’écraser par terre, je me suis retrouvée prise dans les branches d’un arbre au bord d’une route, quelque part.

…Heureusement? Vraiment?
Ma force vitale va disparaître avant que ce démon surpuissant ne soit battu et que quelqu’un de l’armée me trouve.

Même maintenant, mon sang est en train de couler petit à petit.

Ma conscience disparaît mais je reviens à moi en entendant le bruit des pas de quelqu’un. Je rassemble le peu d’énergie qu’il me reste, et tourne la tête.
Ce quelqu’un porte une robe si voyante qu’elle en fait mal aux yeux.
Au seuil de la mort, je pense quand même à quel point elle à l’air déplacé dans la vie quotidienne.

Je veux revenir à la vie quotidienne moi aussi!

Même si je me sens épuisée en regardant la robe kitsch, je l’appelle avant qu’il ne soit parti. Il a la voix de quelqu’un qui vit sans soucis où qu’il soit.

Courir.

Esquivant les gens, évitant un chariot, je cours.

Avance, même un pas.

Plus vite, même un peu.

Je cours.

Je me demande si je me suis évanouie, après l’avoir hélé, il se tient immédiatement à mes côtés.

C’est un garçon à l’air très calme qu’on ne penserait pas qu’il pourrait porter ce genre de robe voyante.

Après avoir vérifié mes blessures et traité mes fractures, il me soulève gentiment, oui, très gentiment dans ses bras.

Sa robe, qui semble vraiment neuve, est salie par mon sang et de la poussière.
Mais il n’a pas l’air de prêter attention à ce genre de choses.

Malgré son apparence délicate, il a assez de force pour me porter sans avoir l’air de forcer.

Je me demande comment il va me descendre de l’arbre?
Avec de la magie?

Contrairement à ce que je m’attendais, il vole de la branche sans même utiliser de magie.

Je cours à travers une allée.

Sans perdre mon élan, je saute et prend appui sur le mur pour tourner au virage.

J’évite les gens surpris comme si je dansais.

Je ne prête même pas attention à ma jupe qui vole autour de moi.

Je cours de toutes mes forces.

Je ferme les yeux pour endurer l’impact qui arrive.
J’entends quelqu’un crier si près de mon oreille que c’en est énervant, mais c’est ma propre voix.

Cependant le choc n’est jamais arrivé qu’importe combien de temps j’ai attendu.
Quand j’ai timidement ouvert mes yeux, il m’a salué tendrement avec un visage inquiet.

Il ne semble pas aller directement en bas, mais saute sur quelques branches et monte sur un toit.
Quelle personne agile!

Appelons le Agile-san à partir de maintenant.

En me portant il traverse plusieurs toits, cherchant un moyen de descendre.
Il saute vers le haut et vers le bas plusieurs fois, mais il le fait comme une plume en apesanteur. Comme s’il avait des ailes.

Je me demande si c’est ça le sentiment de voler dans le ciel?

Je perds mon souffle.

Mais je ne peux pas m’arrêter maintenant.

On m’a confié la responsabilité d’appeler des renforts, dans le but de ne pas le laisser mourir.

J’ignore le cri de mon corps.

Je le laisserai se reposer autant qu’il veut plus tard.

Là, je dois aller plus vite, même juste un peu.

Alors que nous passons à travers une maison étroite, il fait très attention à ce que mes membres fracturés ne touchent pas les meubles.

J’ai l’impression d’être une princesse après toutes ses attentions prudentes.
Un luxe, si on considère le fait que je m’étais préparée à mourir juste avant ça.

À chaque fois qu’il évite les meubles, nos corps se retrouvent en contact étroit.
Je me suis entraîné avec des collègues avant, mais il n’a pas d’odeur corporelle bestiale contrairement à ces hommes. À l’inverse, je peux légèrement sentir un parfum élégant.
Ses cheveux sont lisses aussi. Je voudrais les toucher un peu…

Le combat s’est terminé sur la place. Apparemment ils ont gagné.
Il m’emmène recevoir des soins médicaux.

Il me laisse au centre de secours une fois que les soins sont finis, et va secourir d’autres personnes.
Quand nous nous sommes quittés, il s’est retourné et m’a fait un signe de la main.
Je ne sais pas si c’était pour moi, mais je suis un peu heureuse.

Je suis presque à l’avenue centrale principale.

Un enfant arrive soudainement d’une rue.

Je ne peux pas l’éviter apparemment. Je saute au-dessus de l’enfant, en faisant un salto dans les airs.

Je sais que c’est effronté vu que je porte une jupe, mais ce n’est pas le moment de penser à ça.

Je laisse les adultes à proximité s’occuper de la sécurité de l’enfant.

Imposant des mouvements déraisonnables à mes pieds pour la dernière fois.

L’après-midi de ce jour-là, Lilio et mes amies se sont moquées de moi en me voyant parler avec Agile-san. “Le printemps arrive enfin pour Zena, hein~” ont-elles dit.

Je ne comprends pas l’amour même si vous me dites ça.
À chaque fois que je pense à lui, j’ai étrangement l’impression de courir des tours de piste.
Si c’est vraiment de l’amour, alors je peux comprendre pourquoi Lilio, qui est addict à l’amour, réagisse si vite.

Le lendemain, je suis sortie avec une jupe. Il n’y a pas de raison particulière.
Avant d’aller au temple pour des soins, je me demande si je peux le voir si je vais à la librairie qu’il a aidée hier? J’envisage ça pendant un instant… Cette petite pensée est un secret.

Quand je l’ai vraiment rencontré à la librairie, j’ai eu le sentiment pendant un moment que c’était le destin.
Est-ce que j’exagère?
Lilio se moquerait sûrement de ça, “Les enfants aiment vraiment parler de destin eh~”, sans aucun doute.

Il me dit que mes vêtements démodés sont “charmants”.
N’oublions pas d’écrire ça dans mon journal quand je rentrerai aujourd’hui!

Je saute dans l’avenue centrale en roulant.

Courant dans l’avenue, je passe entre des calèches en les frôlant.

Je m’excuserai auprès du cocher qui lâche des propos injurieux plus tard.

Attendre de reprendre mon souffle est embêtant, donc je récite la magie de Vent, Murmure.
Il devrait y avoir un gardien des portes dans le mur intérieur.

« Ici le soldat magicien Zena! Dans le quartier est, violet est apparu sur la 13ème place près du mur extérieur.
– Tu es en train d’utiliser de la magie? Je suis Mondo, de l’unité de garde des gardiens de porte. Es-tu certaine que c’est violet? »

Violet est le terme militaire pour démon.
On peut pas vraiment crier “un démon est apparu” en plein jour.

« Il n’y a pas d’erreur possible, je l’ai confirmé de mes propres yeux. Veuillez envoyer des renforts aussi vite que possible. J’y retourne pour aider à évacuer les civils.
– A-Attends, toute seule… »

Sans écouter les derniers mots de Mondo-san, je retourne à la place où est Satou-san.
À la moitié du chemin, j’entends des rugissement et des bruits de bâtiments qui s’effondrent dans la direction de la place.

Mon coeur se serre, imaginant le pire.

Tout va bien! Je persuade mon esprit.
Il y a Nebiren-sama du temple de Garleon, c’est le meilleur praticien de magie sacrée dans cette ville de Seryuu. Si c’est lui, même s’il ne peut pas battre le haut-démon, il devrait pouvoir gagner du temps.

Je relance Marche du Vent dont les effets se sont dissipés.

Je prépare mes jambes.

Pour courir à nouveau.

Retourner aux côtés de cette personne.

On m’a offert une fleur.
Une petite fleur de miel d’hiver avec un doux parfum.
Je me demande s’il connaît la signification de cette fleur?

Nous faisons le tour des magasins que m’a montrés Lilio. Il est exagérément surpris même quand je lui montre des choses des plus banales.
C’est plutôt amusant.

La carte secrète que je gardais parmi les choses que m’a apprises Lilio était un raté, c’est dommage, mais sans que je ne m’en rende compte, nos mains sont maintenant jointes alors que nous marchons ensemble.
La foule dont je me plains toujours dans ma tête, juste pour aujourd’hui, je suis contente qu’elle soit là.

N’est-ce pas là ce qu’on appelle un rendez-vous galant?

Dans le langage des fleurs, c’était “un amour naissant”. Si seulement il le savait.

J’arrive à la place plus vite que je ne m’y attendais.

Mais je n’ai pas le temps de réfléchir.

Parce que, il n’y a qu’un terrain vide ici…
De désespoir, je m’effondre par terre.

Au milieu du terrain se tient un inquiétant rocher noir entouré d’épines acérées. J’entends des voix provenant de ce rocher noir.
Je traîne mes jambes maltraitées qui crient et protestent.

Si je ne me trompe pas, le démon a dit quelque chose à propos d’un [Labyrinthe].
Je ne comprends pas le lien entre le démon et le labyrinthe, mais Satou-san et les autres sont peut-être à l’intérieur.

J’allais sauter dedans, même seule.
Mais j’ai été arrêtée à l’entrée du rocher noir par le commandant, arrivé à cheval. Il semble qu’il était au mur intérieur quand j’ai fait mon rapport toute à l’heure.

J’ai été nommée en tant que liaison temporaire par le commandant, pour aider à sécuriser la place pendant la construction du poste militaire.
Vu que je suis près du commandant, j’ai accès à diverses informations. L’espace ouvert et les maisons entourant la place semblent avoir été aspirés dans le sol. Avec les gens.

Je suis sûre que l’agile Satou-san sera capable de se réfugier dans un endroit sûr quelque part. Contentons-nous de croire ça pour l’instant.

Le consul-sama qui arrive après que le poste militaire soit fini, à l’air étrangement excité en disant quelque chose à propos du Coeur du Donjon, mais je n’ai pas vraiment compris.

Nous avons obtenu la permission de faire une expédition dans le labyrinthe après que plus d’un jour entier soit passé.
Évidemment j’ai rejoint le premier groupe.

Je voulais immédiatement courir dans le labyrinthe, mais Lilio ne lâche pas mon bras. Mais ça ne m’empêchera pas de prendre la position d’avant-garde.

D’abord nous sécurisons la première salle où nous sommes entrés.
À partir de là, le plan est d’avancer nos principales forces à chaque fois qu’une pièce est sécurisée. Ça peut sembler trop méticuleux, mais c’est la règle d’or quand on fait une expédition dans un labyrinthe.

Nous avançons lentement dans le passage alors que je me sens frustrée.
Des bruits de pas arrivent d’en face.

Je vérifie prudemment l’autre côté du coin du mur à l’aide d’un miroir.
Impossible! C’est Satou-san!

N’arrivant pas à intégrer cette incroyable coup de chance, j’hésite un peu.

Je n’aurais pas dû hésiter.
Du coin du passage, je vois la silhouette de Satou-san se faire attaquer par un monstre bestial qui apparaît du mur.

Je fais lâcher Lilio qui était toujours agrippée à mon bras.

Comme sous l’effet de la magie, je bondis comme si je volais.

J’atterris sur le mur du coin du passage.

Le monstre bestial mord Satou-san.

Tout va bien.

Satou-san l’a évité.

Ma tête se vide, mais ce n’est pas le moment pour ça.

Je lance Marteau d’Air et projette le monstre bestial loin. Ce n’est pas assez puissant pour le battre, mais envoyons-le tout d’abord loin de Satou-san!

Satou-san a été pris dans le souffle, mais le monstre bestial a été séparé de lui avec succès.

Avant que le monstre bestial ne commence sa contre-attaque, Nebinen-sama a réussi à le vaincre. Comme on pouvait s’y attendre.

Et moi, soulagée après avoir vu le visage de Satou-san, je commence à pleurer et l’embrasse sans vouloir le lâcher. (ndt: juste calin hein, n’allez pas vous imaginer des trucs^^)
Lilio se moque de moi comme si le labyrinthe ne la concernait pas.

Même s’il vient de s’échapper d’un endroit aussi dangereux, un labyrinthe, Satou-san est comme l’habituel Satou-san.

Mais c’est peut-être pour que je ne m’inquiètes pas trop.
Comme j’ai un jour de repos demain, je devrais faire quelque chose de délicieux pour lui demain matin.

Lilio va sûrement se moquer de moi encore une fois.

Ce genre de vie ordinaire est peut-être bien de temps en temps.

 

Chapitre précédent <~ ~  Sommaire  ~ ~> Chapitre suivant

Publicités

6 commentaires sur “Death March 3-Interlude: Zena

    1. x) toujours aussi rapide!
      Merci pour ton soutien! J’ai pour ma part passé un horrible vendredi donc ça fait du bien de faire des trucs qu’on aime 😉
      Et les commentaires sont mon plus grand plaisir!

      J'aime

  1. cœur du donjon… Satou aurait juste gagner du temps en battant le démon plutôt qu’en détruisant le cœur? à moins que la vie du démon était lier au cœur 😛

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s