Contre les Cieux 8 : La nuit de noces

Traducteur : Nightgale
Adapt : Soreyawari
Check : Ilanor


Zut… je voulais sortir ça avant minuit mais j’ai oublié XP
La Newsletter est décalée au 3 novembre, donc la date limite du concours est aussi repoussée au 3 novembre minuit~


 

Xia Qingyue n’en demanda pas plus. Si même cette femme en robe blanche d’un tel pedigree et d’un statut si élevé était sûre que c’était « impossible », alors il n’y avait pas la moindre chance que ce soit réalisable.

« Qingyue, je sais que comme ta vie a été sauvée étant enfant, tu désires rembourser ta dette au point de retarder ton retour à l’Asgard du Nuage Gelé, mais l’épouser devrait déjà être suffisant pour rembourser ce devoir. Quand tu retourneras à l’Asgard du Nuage Gelé, ton identité sera révélée. Il est possible qu’il souffre davantage encore de moqueries après ton départ, mais son statut d’époux d’une disciple de l’Asgard du Nuage Gelé sera encore intact. Au moins, dans cette petite Cité du Nuage Flottant, avec ce genre de prestigieux statut, personne n’osera le faire souffrir physiquement. » Dit la dame en blanc d’un ton réconfortant.

Xia Qingyue hocha légèrement la tête : « J’espère aussi… »

« Ses Veines Profondes sont endommagées et il n’a pas d’autres points forts. Il n’accomplira probablement aucun exploit de toute sa vie. Mais tu es belle et intelligente. Un talent comme le tien ne naît qu’une fois par siècle. Autrement, notre Maîtresse ne t’aurait pas laissée enfreindre les règles comme ça ni permis que tu te maries. T’épouser est la plus grande bénédiction et la plus grande chance de toute son existence. Le fait que tu te sois engagée est suffisamment généreux. Si son père était encore en vie et assez intelligent, il aurait annulé ce mariage… Je dois y aller. Je viendrais te chercher dans un mois. Pendant cette période, je ne serais pas très loin. Si tu rencontres un problème que tu ne peux résoudre, écris-moi une lettre pour me tenir informée. »

« Je vous souhaite un bon voyage, Maître. »

Le menton de la femme en robe blanche pivota. Soudainement, un magnifique visage légèrement froid fut visible. Elle ne portait aucun maquillage vu que sa peau était déjà aussi délicate qu’un morceau de jade blanc comme neige. Les gens n’auraient pu penser à autre chose qu’aux termes « une beauté avec une chair de glace et des os de jade » et « un visage de neige avec des lèvres de perles » pour la décrire en posant les yeux sur elle. Les traits de son visage étaient si exquis qu’ils étaient parfaits. Elle était charmante d’une telle façon que les gens pouvaient même ne pas oser la regarder. Elle était comme une fée qui s’était élevée au-delà du nirvana, intouchée par qui que ce soit du royaume humain.

Elle ouvrit la fenêtre et son corps trembla légèrement. Comme accompagnée par un invisible esprit glacial, on aurait dit qu’elle s’était évaporée exactement à l’endroit où elle se tenait précédemment.

Hall Principal du Clan Xiao, une salle de réceptionsalle d’invités remplie.

« Septième Oncle Liu, je vous en prie, buvez un verre. » Xiao Che présenta respectueusement un verre devant un homme d’âge moyen à l’allure amiable.

La personne dénommée Septième Oncle Liu se leva et se mit à rire. Il leva sa coupe et la vida de son contenu. Il parla tout en riant : « Mon neveu, nous étions les meilleurs amis avec ton père, maintenant que je vois que tu as fondé ta propre famille et que tu as épousé une femme si bien, mon coeur est rempli de bonheur pour toi. »

« Merci, Septième Oncle Liu. »

« Premier Ancien, prenez un verre, je vous en prie. »

Le Premier Ancien du Clan Xiao, Xiao Li, prit la coupe et en but la totalité en une gorgée. Il posa ensuite violemment la coupe de vin sur la table. Durant la totalité du processus, à part émettre un « hmpf » avec son nez, il ne prononça pas le moindre mot ni ne regarda Xiao Che. Malgré son attitude, boire la coupe de vin offerte par Xiao Che montrait déjà un certain degré de respect envers Xiao Che.

Xiao Che resta silencieux également et se déplaça jusqu’à la table suivante. Alors qu’il venait à peine de faire deux pas, Xiao Li cracha sur le sol et ouvrit la bouche pour s’exclamer d’un ton froid et rude à portée d’oreille de Xiao Che : « Une fleur aussi délicate a maintenant été insérée dans de la merde. Bah ! »

L’expression de Xiao Che resta la même. Sa marche régulière ne s’interrompit pas et c’était comme s’il ne l’avait pas entendu. Enfin, seulement lorsqu’on ne le regardait pas attentivement : en fait son regard se durcit et une profonde lueur froide se cachait derrière.

Il approcha le Second Ancien, Xiao Bo. Xiao Che s’inclina légèrement : « Second Ancien, Xiao Che vous offre une coupe. »

Xiao Bo ne daigna même pas regarder Xiao Che dans les yeux mais il ouvrit la bouche pour dire doucement : « Mon cher Yang, aide moi à boire. »

« Oui, Grand-père. » Dit Xiao Yang sans hésitation. Il accepta la coupe de vin offerte par Xiao Che et en but la totalité, n’émettant comme son qu’un « gulp ».

Une coupe de vin présentée à un Ancien mais bue par ses enfants ne montrait plus seulement du mépris. C’était une sorte d’humiliation publique. Après avoir bu le vin, Xiao Yang posa la coupe et se rassit sur son siège, ses yeux remplis d’un mépris et d’une dérision non dissimulés.

Xiao Che resta silencieux une fois encore. Il acquiesça simplement légèrement de la tête et se déplaça jusqu’à la prochaine table. Exactement comme plus tôt, aussitôt qu’il fit deux pas, un grognement d’un ton froid se fit entendre : « Hmph, un déchet est un déchet. Même si le déchet a grimpé dans le Clan Xia, il sera toujours un déchet. Ce vieil enfoiré de Xiao Lie compte vraiment dépendre de sa petite-fille par alliance ? Bah ! »

La voix contenait un profond mépris, sarcasme et bien sûr de la jalousie. Même sans mentionner la fortune du Clan Xia, on pouvait toujours se vanter du talent incroyable de Xia Qingyue. Si elle n’avait pas épousé Xiao Che mais à la place son petit fils Xiao Yang, le rire qu’il avait dans ses rêves pourrait vraiment devenir audible.

Xiao Che prétendit n’avoir rien entendu et s’en alla en souriant.

Xiao Che finit de porter son toast et raccompagna les invités. La longue nuit de banquet était finie. Durant tout le processus, les personnes qui avaient souhaité de sincères félicitations et leurs meilleurs voeux étaient si peu nombreuses que Xiao Che pouvait les compter sur ses dix petits doigts. D’innombrables personnes avaient été très polies envers lui, après tout aujourd’hui était le jour de son mariage, mais il avait clairement vu du mépris dans quasiment l’ensemble de leurs regards. Certaines personnes avaient soupiré, tandis que d’autres étaient aussi bien jalouses qu’énervées. Le reste avait visiblement du mépris et d’autres pensées négatives telles que « déchet » et « incapable » écrites sur leurs visages.

Ses Veines Profondes étaient défectueuses donc c’était un fait qu’il ne serait pas capable d’accomplir grand chose durant sa vie à cause de cela. Donc ils n’avaient pas à devenir amis ou à être polis avec Xiao Che. Ils ne se souciaient pas de l’offenser parce que, même si c’était le cas, il ne pourrait rien faire contre eux avec ses Veines Profondes défectueuses. Face à ce bon à rien, ils pouvaient être sans scrupules et ne pas faire attention, s’extasiant ainsi dans la démonstration de leur supériorité. Ils se sentaient forts alors qu’ils regardaient de haut cette personne qui ne serait jamais autre chose qu’un plus faible qu’eux.
(ndc : Ah, la beauté de la mentalité chinoise…)

C’était l’horrible réalité de la nature humaine.

« Tu devrais aller te reposer. » Xiao Lie posa sa main sur l’épaule de Xiao Che avec un tendre sourire sur son visage.

Xiao Che ne savait pas ce qui était dissimulé derrière le sourire de son grand-père à ce moment-là.

Au fur et à mesure que Xiao Lie vieillissait, son tempérament devenait de plus en plus doux. Mais jeune, il était comme une bougie qui pouvait aisément prendre feu. Si quelqu’un l’énervait, il rendait cette personne dix fois plus furieuse et personne n’osait le provoquer. Xiao Che ne savait que trop bien que le tempérament de son grand-père ne s’était pas adouci dû à son vieil âge, mais en fait à cause de lui….

Afin de protéger son inutile petit fils, il avait dû devenir gentil et doux. Même s’ils le prenaient de haut, tant qu’une certaine limite n’était pas dépassée, il endurerait cela du mieux qu’il pouvait. Ainsi, il n’y aurait aucun ennemi qui chercherait à prendre sa revanche sur son petit-fils après sa mort.

En tant que personne la plus puissante de la Cité du Nuage Flottant, le Cinquième Ancien que tout le monde avait l’habitude de craindre, n’était maintenant ni respecté ni craint par les autres Anciens. C’était également vrai pour la jeune génération.

En regardant le dos de Xiao Lie, des images de ces visages irrespectueux et moqueurs apparurent dans l’esprit de Xiao Che. Xiao Che serra ses poings lentement jusqu’à que ceux-ci en deviennent pâles. Ses yeux se durcirent, faisant penser à une lame glaciale. Dans le même temps, les coins de sa bouche s’ouvrirent lentement, révélant un sourire capable de faire dresser les poils à quelqu’un.

Xiao Che était définitivement quelqu’un de rancunier. En tant que personne gardant ses rancoeurs longtemps, pendant les six dernières années dans le Continent du Nuage Azuré, son coeur rempli de haine s’était souvenu de tout. Il se rappelait de toutes les personnes ayant été gentilles à son égard mais également de tous ceux qui ne l’avaient pas été. Il gardait cela profondément dans son coeur… jusqu’au moment où l’heure venait de réclamer vengeance pour même la plus petite des contrariétés.

« Vous tous, vous allez…. le regretter…. »

Un profond son guttural s’échappa lentement de la bouche de Xiao Che comme une malédiction vicieuse.

Puisque Dieu m’a donné cette chance de devenir une autre personne, comment puis-je nous laisser, moi et mon grand-père, subir ces brimades !

De retour dans sa petite cour, la lune était encore perchée haut dans le ciel. Xiao Che marcha vers un coin de son jardin et tendit sa main gauche. Tout d’un coup, des flèches d’eau sortirent tout droit de sa paume.

Pendant le mariage aujourd’hui, il n’avait pu éviter de boire beaucoup de vin. Au final, il avait tellement bu qu’il avait semblé à peine pouvoir tenir debout seul. En réalité, il était totalement sobre. Ce n’était pas parce qu’il avait une grande tolérance à l’alcool mais grâce à la Perle de Poison Céleste. Tout le vin qu’il avait bu avait été transféré dans la Perle de Poison Céleste. Puisque la perle s’était liée à lui, il pouvait la contrôler comme si c’était son propre corps.

Le son *glou glou* fut audible pendant un long moment jusqu’à que la totalité du vin se soit déversée de la Perle de Poison Céleste. Xiao Che leva sa main gauche recouverte de vin et sourit malicieusement. Il frotta le vin directement sur son visage et retint sa respiration jusqu’à devenir rouge. Tout en trébuchant, il poussa la porte de la chambre grande ouverte tandis qu’il titubait de gauche à droite, comme s’il était saoul.

La porte s’ouvrit et l’odeur du vin suivit Xiao Che tandis qu’il tâtonnait dans la chambre comme s’il allait tomber d’un instant à l’autre. Il leva sa tête avec difficulté et regarda Xia Qingyue. Xia Qingyue était assise sur le lit avec ses magnifiques yeux fermés. C’était extrêmement calme. La faible lueur des bougies vacillaient sur son beau et délicat visage, ajoutant une impression à la fois enchanteresse et mystique qui semblait irrésistible.

Les yeux de Xiao Che s’illuminèrent et ses pieds vacillaient tandis qu’il avançait vers Xia Qingyue : « Hehehehe, ma femme… je t’ai fait attendre longtemps… allons-y… on peut maintenant… utiliser notre chambre nuptiale… »

Xia Qingyue ouvrit soudain les yeux et fit un simple geste de la main droite.

Une irrésistible énergie glaciale emporta soudainement Xiao Che et le poussa par delà la porte. Xiao Che retomba sur son derrière et faillit percuter la table en pierre qui se trouvait dans la cour.

Xiao Che avait mal et se frottait les fesses. Il lui fallut beaucoup d’effort pour se relever, puis il cria furieusement : « Mince ! C’était juste une plaisanterie, tu n’as pas à être aussi cruelle ! Je suis si faible et pourtant tu m’as frappé aussi fort que tu le pouvais… n’importe qui pourrait penser que tu prévois d’assassiner ton mari. »

La porte claqua.

Xiao Che s’avança mais découvrit que la porte de la chambre était fermement verrouillée.

Tout d’un coup Xiao Che se sentit déprimé… Cette femme, sans parler de flirter, même les blagues étaient prises aussi au sérieux ! Puis-je vraiment vivre heureux ainsi ?

« C’était vraiment juste une plaisanterie… De plus, je suis seulement au plus bas du 1er niveau du Domaine Profond Élémentaire. Même si je voulais te faire quelque chose, ça serait impossible. »

Xia Qingyue ne répondit pas.

Xiao Che resta devant la porte un long moment mais celle-ci ne montrait pas le moindre signe qu’elle allait s’ouvrir. Il n’y avait qu’une seule maison dans la petite cour de Xiao Che. Il était inutile de demander s’il avait une autre chambre ou non puisqu’il ne possédait même pas d’atelier ni d’écurie. Si c’était un jour comme les autres, il aurait pu furtivement se glisser dans la chambre de sa petite tante pour dormir. Mais ce soir était sa nuit de noce, il n’était donc pas approprié pour lui de dormir ailleurs.

Tandis que le vent froid de la nuit soufflait, Xiao Che trembla et on aurait dit qu’il était devenu plus petit. Il frappa à la porte à nouveau et dit faiblement : « Hey, tu ne vas pas vraiment me laisser dormir dehors, n’est-ce pas ? Tu devrais savoir qu’il y a beaucoup de personnes dans le Clan Xiao qui voudraient poser la main sur toi. Ils sont très énervés que ce soir soit notre nuit de noces. Ils se sont rendus compte que quelqu’un d’aussi talentueuse que toi, ne me laisserait pas te toucher même si nous sommes mariés, ils doivent donc attendre que quelque chose se produise pour pouvoir se moquer de moi. S’ils viennent par ici et voient que j’ai été enfermé dehors, je serais éternellement un sujet de moquerie. »

« Quoi qu’il advienne, je reste ton mari. As-tu vraiment le coeur de me regarder être moqué sans pouvoir rien faire ? »

La pièce était encore complètement silencieuse. Au moment même où Xiao Che pensa abattre la porte d’un coup de pied, elle s’ouvrit alors lentement.

Xiao Che se précipita aussi vite que l’éclair et ferma la porte avec un *bang*.

Xia Qingyue était restée sur le lit avec la même attitude que précédemment. Même si elle n’était qu’assise sur le lit, elle émettait une vague et noble élégance. Ses magnifiques yeux pivotèrent légèrement, regardant un Xiao Che agité et elle expliqua d’une douce voix : « Tu n’es pas autorisé à être à moins de cinq pas de moi. »

« ….. Dans ce cas, où est-ce que tu comptes me laisser dormir ? » Xiao Che se frotta le menton. La chambre était petite ; il n’y avait qu’un lit, un bureau, une table à manger, et deux meubles. Si quelqu’un parcourait d’est en ouest la chambre, au mieux il y aurait seulement une distance de sept ou huit pas.

« Tu peux dormir sur le lit. » Xia Qingyue se leva du lit.

« Inutile ! » Xiao Che refusa promptement et s’assit dans le coin le plus éloigné de Xia Qingyue avant de fermer les yeux. Xia Qingyue était peut être cent fois plus forte que lui, mais sa dignité en tant qu’homme lui refusait de laisser une fille dormir autre part que sur un lit s’il en avait le choix.

Chapitre Précédent <~~  Sommaire  ~~> Chapitre Suivant

Publicités

3 commentaires sur “Contre les Cieux 8 : La nuit de noces

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s