Concernant ma Réincarnation en Slime 18 : La Fin de l’Agitation

Traducteur : Endgel
Adapt : Soreyawari
Check : MissX


Bouh~ Sore à nouveau~ Comme promis un Slime… Le suspens était terrible ! Frapper Bester dans un host club va-t-il apporter des ennuis à Kaijin le nain forgeron ? Et notre bien-aimé slime ?


 

Bien… maintenant.
Évidemment, frapper un Ministre du Cabinet, c’est très mauvais.
Évidemment…

[Grand frère… qu’as-tu fait ?]

Dit alors Kaidou, ayant ramené des soldats.
N’ayant jamais manqué un jour de service, son absence précédente était surprenante.
Il est tellement assidu, que même lorsqu’il est invité à boire, il refuse en disant qu’il a des tâches à accomplir.

Ainsi, qu’un incident se produise alors qu’il était de service était naturellement surprenant.
Ils auraient pu aisément s’enfuir, mais cela aurait été un mauvais choix…

[Hmph ! Juste une punition légère pour l’idiot qui a osé se montrer impoli à l’encontre de mon bienfaiteur Rimuru-danna.]
Répond-il tandis qu’il montre du doigt le ministre Bester qui se fait soigner par quatre soldats.

Bester, de son côté, est tellement choqué et surpris qu’il ne peut même plus tenir debout.
Du sang coule de son nez, il me fixe stupidement.
Même dans ses rêves les plus fous il ne se serait jamais imaginé recevoir un coup. C’est pourquoi, il est tellement surpris qu’il ne ressent probablement pas la douleur.

[Eh attends… “juste une punition légère”… ? Faire du ministre un ennemi est vraiment mauvais…]
Murmure Kaidou en soupirant plein d’appréhension.

[Quoi qu’il en soit… Je vais devoir arrêter les personnes présentes.]
Dit-il, et il en donne l’ordre à ses subordonnés.

Mais, d’une voix que seuls nous pouvons entendre, il ajoute,
[Nous ne vous ferons pas de mal, donc s’il vous plait venez paisiblement !]
Il grommelle.

Évidemment, je n’avais pas l’intention de causer d’autres problèmes.
Ainsi, me déplaçant vers Mama-san, je lui tends 5 pièces d’or.

Et, en réponse à sa surprise,
[J’ai inclus les frais pour la gêne occasionnée ! Je reviendrai !]

Telles furent mes salutations.
C’est une bonne boutique, et je serais vraiment contrarié si je ne peux plus m’y rendre.

C’est ainsi que nous sommes escortés par des soldats… ne sommes-nous pas en train d’oublier quelque chose?
C’est vrai ! Nous avons oublié Gobuta.
Nous n’avons pas emmené cet idiot à la boutique.

Quoi qu’il en soit, cet insensé avait mérité une punition dans <l’Enfer des Psychidae>. (nda : une espèce de mites qui fait des cocons suspendus)
Je pensais le pendre par les pieds ou quelque chose du genre, mais ça semblait exagéré.
C’est pourquoi, j’ai entouré Gobuta de et l’ai suspendu dans le bon sens au plafond.

[Attendez ! C’est cruel ! Emmenez-moi aussi !!!]
Il pleurait ce genre de phrases, espérant que nous écouterions.
Mais à ses mots,
[Idiot ! Tes actions ont leurs propres conséquences ! Si tu n’aimes pas ça, tu n’as qu’à invoquer les autres (ndt : les Crocs de Loup du Tonnerre) !]

Nous l’avons laissé suspendu là avec, ce que nous pensions être une tâche impossible.
Dans tous les cas, les gobelins, ou plutôt les hobgoblins, devraient s’en sortir même s’ils n’ont pas de nourritures ou d’eau pendant une semaine.
Cependant, si notre confinement dure plus longtemps, nous devrons nous échapper et sauver Gobuta.

Et ayant décidé cela, je l’oublie pour le moment.
Il est vrai que ma conscience m’a demandé “N’est-ce pas un peu trop triste ?”, mais c’est un gars costaud ! Il s’en sortira !

Ainsi nous fûmes tous les cinq traînés au palais royal.
Mais j’exagère peut-être un peu —nous ne sommes pas retenus avec beaucoup de force. C’est plus comme si nous venions de notre propre gré. Bon, nous avons été forcés de le faire donc…

Du coup, nous avons passé deux jours en prison.
Ou du moins c’est ce que j’aimerais dire, mais nous eu avons de bons repas et la salle était aménagée de manière chaleureuse.
Nous étions tous les cinq au même endroit, donc plutôt qu’une prison, c’était plutôt une grande pièce.
Leur manière de nous traiter était aussi relativement plaisante.

[Mon mauvais caractère vous a entraînés dans ce bordel… excusez-moi !]

Kaijin vient demander pardon.
Cependant, personne ici présent ne s’en soucie particulièrement.

[Kaijin-san, nous allons bien ! Ne t’en fais pas !]
[Exactement. Ne t’en fais pas mon vieux !]

[…..!.]

Les trois semblent du même avis.

[Cela mis à part, une fois libérés, nous avons l’intention de suivre Kaijin-san !]
[Rimuru-danna, nous présence sera-t-elle un problème ?]
[……??]

Le troisième semble aussi vouloir dire quelque chose, mais comme je ne peux clairement pas le comprendre, l’intention seule me satisfait.

[Bien ! Je vais vous le dire à nouveau : vous serez sous ma protection ! Cependant, je compte vous faire travailler dur, donc soyez prêts !]
[[[Ouais !]]]

Enfin, c’est le genre de conversation que nous avons eue.

Le premier jour passa donc ainsi, et la deuxième nuit,
[Oh, à propos de ce Ministre, il semblait vraiment détester Kaijin, n’est-ce pas ? Y a-t-il une raison ?]

Je demande nonchalamment.
Mais en entendant cela, Kaijin grimace, et commence son histoire.

Donc apparemment Kaijin était un des capitaines des chevalier royaux.
En fait, il y a sept sections au sein des chevaliers royaux, ayant chacune son propre capitaine.
Section de Construction, Section Plébéienne, Section d’Aide d’Urgence, Section d’Armement Lourd, Section d’Assaut Magique, Section de Support Magique et, la plus importante, la Garde Royale personnelle du Roi.

Kaijin était le capitaine de la section de construction.
Son second à cette époque-là, n’était autre que Bester.

[Ce gars faisait partie de la famille d’une Marquise, et il est dit qu’il a acheté son statut avec de l’or… C’est pourquoi il était jaloux de moi, qui était un roturier né de roturiers.
Ça devait être difficile, j’imagine. Recevoir des ordres d’un simple roturier a dû être vraiment déshonorant.
Moi-même, je n’ai rien fait pour prendre en considération les sentiments de mes subordonnés. J’essayais juste désespérément de plaire à sa Majesté…
Et c’est alors que cet incident s’est produit…]

Ayant commencé ainsi, il poursuit le récit de l’incident.
Un incident qui finit par le départ de Kaijin de l’armée.
L’incident de l’Équipement Magique de Combat.

À cette époque-là, la Section de Construction n’avait aucune nouvelle invention et était considérée la moins productive des sept sections.

[Dans un pays fondé sur le progrès technologique, la Section de Construction devrait être florissante !]
S’était exclamé le groupe de Bester.

[Pour l’instant, nous devons continuer notre recherche avec précaution !]
Répondait alors le groupe de Kaijin.

Les querelles accentuaient la rivalité, et les débats n’apportaient jamais de résultats.

À la même époque, ils travaillaient sur un projet en commun avec les elfes sur un <Équipement de Combat Magique>.
“Nous devons réussir ce projet et établir notre nom pour l’éternité !” était ce que Bester avait pensé.

En conséquence de ses décisions indépendantes et irréfléchies, le finit hors de contrôle, et le projet fut interrompu indéfiniment.
S’ils avaient constitué avec précaution un groupes de personnes talentueuses, le projet de <Équipement de Combat Magique> n’aurait pas fini ainsi !
……….
……

Pour finir, Kaijin prit le blâme, et quitta l’armée.
Quant à Bester, prêt à tout pour rejeter la faute sur Kaijin, il trafiqua les documents militaires et d’autres fausses preuves.
Pour faire court, Bester est le stéréotype du méchant et d’une certaine manière, facile à comprendre.

Donc pour résumer, “Kaijin attendait le moment où le pays aurait besoin de lui et sauterait immédiatement sur l’occasion pour revenir, s’en se rendre compte que ça lui retomberait dessus !” —ce genre d’histoire?
Mais franchement, la peine de mort n’est-elle pas ce qui serait le mieux pour les lâches tels que Bester ? Bon ce serait peut-être aller trop loin.

[Bon, quoi qu’il en soit, avec mon départ, peut-être que lui aussi pourra enfin se détendre.]
Ces mots finirent son récit.

Après avoir entendu parler de l’incident, les trois frères semblent eux aussi commencer à détester le Ministre.
Bon, moi aussi une telle histoire me ferait le haïr.

Cependant, Kaijin a quand même frappé un noble.
Ce serait étrange qu’il s’en sorte sans problème.

Et en réponse à mes inquiétudes,
[Ça devrait aller, probablement. Bien qu’à la retraite, ma position de capitaine m’a donné le rang de Baron.
Si cela avait été le cas d’un roturier frappant un noble, je n’aurais probablement pas pu éviter la peine de mort !]

Ayant dit ça, il éclate de rire. (nda : … Genre “J’étais à ça de crever ! HAHAHAHA !”)
Je n’arrive pas du tout à rire, même si…
Si le pire venait à se produire, nous fuirons ! Quant à moi, qui ne suis pas du tout impliqué dans cette histoire, je prétendrai être un slime normal jusqu’à ce que les choses se calment.

Voilà ce que je pensais silencieusement
Et le jour du procès arriva..

Nous sommes amenés devant le roi.
Le Roi-Héros des Nains.

Bien que face à lui, on ne sent pas vraiment cette aura accablante.
Le roi actuel — Gazelle Dwargo.

Les yeux clos, il est bien installé sur le trône.
Comme tous les nains, son corps est robuste. Son armure dissimule son énergie démesurée.
Cependant, il est facilement reconnaissable par sa peau plus foncée, et ses cheveux de jais, coiffés en arrière.

Il est fort !
Ça fait un moment que mon instinct n’avait pas été alarmé.
À chacun de ses côtés, les chevaliers sont sur leur garde.
Bien que je sente que ses deux là aussi sont forts, ils semblent sans intérêt comparés au roi, tant ce gars est un monstre.

J’avais prévu de m’enfuir si nécessaire, mais avec ça…
Sa simple présence force mon esprit distrait à se concentrer.
C’est probablement la première fois que je ressens du danger dans ce monde.

Il y a un homme agenouillé devant le roi semblant confirmer quelque chose.
Ayant reçu la permission du roi, il se relève, et,
[Le procès peut commencer ! Silence dans la salle !!!]

Il nous informe de son ouverture.
Pendant une heure, les versions de chacun furent présentées.
Les chacuns en question —nous-mêmes— ne sommes pas autorisés à parler.
Les seuls autorisés à parler librement sont les nobles du rang de et au dessus.
Les autres, doivent attendre une permission explicite du roi.

Si je devais parler, qu’est-ce que je dirais ?
Parle sans autorisation, et la culpabilité sera confirmée. Qui plus est, nous ajoutons gratuitement une spéciale !
Même si les charges contre toi sont fausses, les règles restent les mêmes.
Pas d’autre choix que de tout confier à son représentant.

Ce représentant, ces deux derniers jours, est passé plusieurs fois.
Si je devais décrire ce qu’il fait, c’est un peu comme notre avocat.
Je me demande s’il est bon ?
Ce genre d’inquiétudes est trop souvent justifiée…

[Et donc, c’est ainsi que l’enivré et détendu Bester-dono, tandis qu’il se rendait dans une autre boutique, fut attaqué! Un tel acte ne peut être facilement pardonné !!!]
[Est-ce là la vérité ?]
[Ay ! J’ai, en plus de parler avec Kaijin-dono, enquêté auprès des propriétaires des boutiques !Toutes mes déclarations précédentes sont, de ce fait, complètement vraies !!!]

… Huh ? Humm… qu’a-t-il dit?
Quelqu’un que nous pensions notre allié nous a subitement trahis ?
N’est-ce pas… mauvais?

Je jette un coup d’oeil au visage de Kaijin, il vire d’abord au rouge, puis pâlit doucement.
Bon, on devait s’y attendre.
Je veux dire, il ne peut même pas s’expliquer.

Oh et au passage… le représentant n’a pas le droit de mentir.
Si ses mensonges sont révélés, il reçoit la peine de mort. Donc à part sous des circonstances extrêmes, mentir est inimaginable…
Ainsi le système qui interdit ceux de basse naissance (Dans ce cas, l’accusé) de parler devant le roi, est abusé de la pire des manières.

[Votre majesté ! En avez-vous assez entendu ? Veuillez leur accorder une lourde punition !]

Très excité, Bester propose cela au roi.
De plus, en nous regardant, il montre un sourire triomphant.
Ce connard… J’aurais vraiment dû le tabasser…

Le roi, les yeux fermés, refuse de bouger un muscle.
Voyant cela, ceux proches de lui annoncent sa décision.

[Silence !! Nous allons à présent annoncer le verdict ! Accusé, Kaijin ! Vous êtes condamné à 20 ans de travaux forcés aux mines. Les autres, complices ! Vous êtes condamnés à 10 ans de travaux forcés aux mines. Ceci, conclut ce…]
[Attendez…]

Une profonde, puissante voix résonne à travers le hall.
Le roi ouvre les yeux et regarde Kaijin.

[Ça faisait longtemps, Kaijin ! Te portes-tu bien ?]
[… Ay ! Plus important, je suis heureux de voir sa majesté en bonne santé !]
Répond alors Kaijin.

Il semble que répondre aux questions du roi est autorisé.

[Assez. Ceux qui t’accompagnent sont la vraie question ! As-tu la moindre intention de reprendre du service ?]

Le hall bourdonne immédiatement de bruit.
Le visage de Bester devient bleu.
Le représentant qui nous a trahis, devient d’un blanc cadavérique.

[Je crains, votre majesté, avoir déjà un maître! Ce serment est devenu mon trésor. Ce trésor, même si c’est un ordre de sa majesté, je ne m’en séparerai jamais !!!]

Des mots de colère résonnent en retour.
Les gardes royaux dirigent des regards meurtriers vers Kaijin.
Même ainsi, Kaijin fait face au roi sans la moindre peur, mais plutôt avec grande fierté.
Voyant cela, le roi ferme à nouveau les yeux.

[Je vois…]

Ayant murmuré cela, il ordonne à son suivant de demander à nouveau le silence.
Et,
[J’annonce le verdict. Armez-vous de courage!!! Kaijin et compagnie, je vous renvoie du royaume. Vous n’aurez plus le droit de demeurer ici ne serait-ce qu’une nuit de plus. Ce sera tout. Maintenant, hors de ma vue…]

Déclare le roi en ouvrant grand les yeux.
Ça c’est l’aura d’un roi !
Assez intimidant pour faire trembler mon corps.
Mais malgré ça… Le roi me semble assez seul.

Et ainsi, avec la conclusion du procès, nous retournons à la boutique de Kaijin.
Juste partis prendre quelques verres, mais c’est devenu un tel incident.
Maintenant, nous devons rapidement faire nos sacs, et partir !

À propos… est-ce que Gobuta va bien?
Enfin… cela ne fait que trois jours…
Avec quelques inquiétudes dans mon coeur, nous entrons dans la “chambre de punition”, et…

[Ah ! Vous êtes de retour ! Vous vous êtes amusés ? La prochaine fois, emmenez-moi s’il vous plaît !]

Se réveillant sur le sofa, Gobuta dit cela.
C’est quoi ce… bordel ?
Comment s’est-il libéré du [Fil Collant] ?

Si je regarde de plus près… Ce que je pensais être un oreiller est un loup.
Vraiment? Il l’a vraiment invoqué ?!

[Oi, Oi, Gobuta-kun. Tu… as pu invoquer les loups ?]
[Ouais ! J’ai réussi ! “Viens s’il te plaît!” j’ai appelé, et il est venu !]

À l’entendre ça semble si facile.
Aucun hobgoblin n’a réussi l’invocation jusqu’à maintenant.

Peut-être que… la privation de nutriments a réveillé des pouvoirs latents ?
Nan… pas possible. C’est impossible pour Gobuta.
Ça doit juste être de la chance.
Et, c’est à ce moment-là que je remarque les nains pétrifiés qui ont enfin remarqué le loup.

[Qu’est-ce que vous faites ? Vous n’allez pas vous préparer ?]
Je demande aux nains.

[Oi, oi, attendez une seconde ! Pourquoi y a-t-il un Croc de Loup noir ici ?!!!]
[C’est vrai ! Il y a un monstre de rang B bloquant notre issue !!!]

Ils semblent paniqués.
C’est une intéressante réaction… comique.

[Tout va bien, tout va bien ! Aucun problème. Aucune différence avec un chien normal ! Je le garde à la maison !]

J’avais l’intention que ces mots les calment, mais ils sont bouche bée à la place.
Puisque nous n’avons pas beaucoup de temps, je ne peux pas en perdre en explication.
Donc tandis que les nains se changent en habits de voyage, je chasse tout le monde dehors.
Seul dans le bâtiment, je me mets à tout absorber.
Je n’approche même pas la capacité maximale.
Mais, je décide de me retenir d’absorber le bâtiment tout entier, puisque je me ferais probablement arrêter à nouveau.

C’est ainsi que nous finissons les préparatifs pour notre voyage, et partons en direction du point de rendez-vous.

L’État militaire Dwargon.
Nous nous retrouverons impliqués avec de nombreuses fois à partir de ce jour-là.
Mais pour nous qui nous en échappions, c’était le genre de chose que nous ne pouvions pas imaginer.


Statut
Nom : Rimuru Tempest
Espèce : Slime
Protection Divine : Blason du Tonnerre
Titres : Celui qui Commande les Monstres
Magie : Aucune
Compétences : Compétence Unique [Grand Sage], Compétence Unique [Prédation], Compétence Slime-Spécifique [Dissoudre, Absorber, Régénérer], Extra Compétence [Manipulation d’Eau], Extra Compétence [Perception Magique], Compétence Acquise : Serpent Noir [Détection de Chaleur, Souffle Toxique], Mille-Pattes [Souffle Paralysant], Araignée [Toile Collante, Toile d’Acier], Chauve-Souris [Vagues d’Ultrason], Lézard [Armure Corporelle], Loup [Odorat Suprême, Communication Télépathique, Domination, Mouvement de l’Ombre, Éclair Noir]
Résistances : Résistance aux Fluctuations Thermiques, Résistance aux Attaques Physiques, Résistance à la Douleur, Résistance à l’Électricité, Résistance à la Paralysie.


Cette pièce était plongée dans le silence.
À tel point, que l’on n’aurait jamais pu penser qu’elle eût jamais été bruyante,
Depuis que les cinq criminels avaient été expulsés du hall, pas la moindre personne n’avait bougé.

Comme pour briser le silence,
[Maintenant, Bester. Y a-t-il la moindre chose que tu souhaites dire ?]
[Av… avec tout mon respect, votre Majesté ! C’est un malentendu ! Il doit y avoir une erreur !]

Telle fut la disgracieuse contestation du Ministre Bester, qui semblait vouloir s’agripper au roi.
À la différence, le roi ne montrait aucune émotion, et resta stoïque.

[Un malentendu, huh… Cela aurait été de perdre un ministre loyal.]
[Que voulez-vous dire ? Je ne peux imaginer que vous puissiez croire que cet homme ait juré sa loyauté à votre Majesté…]
[Bester ! Tu fais erreur. Le cas de Kaijin a été perdu il y a longtemps… Le ministre loyal que j’ai perdu, n’est autre que toi.]

Une voix calme ne montrant aucune émotion.

Tandis que Bester couina en réponse.
“Je dois trouver une excuse!” pensa-t-il désespérément.
Mais il ne put former une pensée cohérente.
Qu’avait dit le roi à l’instant ?
Celui qu’il perdait était… moi ? Cela voulait dire…
Bester voulut trouver quelque chose à dire. Mais aucune pensée ne se forma.

[Je demande à nouveau. Bester. As-tu la moindre chose à dire?]

Effrayant.
Son esprit s’emplit de peur.
Je dois répondre à sa question ! Il pensait, mais nul mot ne voulait sortir !!!

[Avec… avec tout… avec tout mon respect…]
[Assez, j’attendais plus de toi. J’ai toujours attendu. Même que tu te dénonces au sujet de l’Incident du Mécanisme de Guerre Magique. Mais, même maintenant…. regarde !]
Dit le roi en montrant deux objets.

Quelque temps auparavant, un intendant les avait amenés.
Bester les fixa les yeux vides.
Quelque chose qu’il n’avait jamais vue, une sphère liquide enroulée dans du tissu.
Et une unique épée longue.

[Sais-tu ce que c’est ?]

Alors qu’on lui posait la question, il observa avec attention.
La sphère il ne l’avait pas reconnue, mais l’épée était celle que Kaijin portait tout le temps.

[Réfléchissez !]
Un attendant expliqua à la place du roi.
L’esprit de Bester demandera bien d’autres heures de plus avant de comprendre les conséquences.

Non pas une pilule revitalisante, mais une pilule de restauration faite à partir de feuilles d’Hipokte. Une de restauration complète.
Avec l’aide de la technologie naine, ils pouvaient atteindre 98% de pureté au mieux.
À 98%, cela n’aurait jamais l’effet d’un médicament de première qualité. Mais ceci, était à 99% !!!
Le visage de Bester s’illumina de surprise. Il voulait connaître la méthode d’extraction.

Mais ce qui aurait dû surprendre Bester d’avantage était l’épée longue.
Le minerai démoniaque utilisé pour les lames avait commencé à s’adapter à l’utilisateur, d’après les rapports.

“Mais c’est impossible…. ce phénomène ne se produit normalement qu’après dix ans !”
Bester, choqué, fut assailli de telles pensées.
“Si c’est vrai !” Telle fut la pensée qui dominait son esprit.

[Le producteur de ces objets est le slime. Grâce à tes efforts, nous n’avons plus de connection avec lui. As-tu quelque chose à dire pour ta défense ?]

Bester avait pleinement conscience de l’intensité de la colère du roi.
Il n’avait plus rien à ajouter…

[Rien… Je n’ai rien à dire, votre Majesté]

Des larmes montèrent en lui.
“Le roi m’a abandonné !” Il comprit enfin.
Il avait juste voulu être utile au roi. Et être reconnu.
C’était son souhait et pourtant…
Quand s’était-il trompé de chemin ?
Était-ce quand il avait été jaloux de Kaijin?
Ou était-ce bien avant ca?
Cela il l’ignorait. Tout ce qu’il savait c’était qu’il avait trahi les attentes du roi. Cette unique vérité.

[Je vois. Alors, Bester ! Il t’est interdit d’entrer dans ce royaume à jamais. Ne montre plus jamais ton visage devant moi. Cependant, je te laisse quelques mots d’au revoir… Tu as bien servi !!!]

En entendant les mots du roi, Bester répondit en s’inclinant profondément.
Et quitta ainsi le hall.
Pour payer les actes stupides qu’il avait commis…

Au même moment ou Bester partait,
Les gardes immobilisèrent son complice , le perfide représentant.
Cela, il le vit du coin de ses yeux.

[Espions ! Gardez un oeil sur le slime ! Ne le quittez jamais du regard ! JAMAIS !!!]

Le roi avait élevé la voix pour donner cet ordre.
Ce roi habituellement silencieux avait élevé la voix!
Chacun se raidit devant l’importance de cet ordre.

[Même au prix de nos vies!]
Après avoir ainsi répondu, les espions disparurent.

Le roi réfléchit alors.
Quel était ce monstre?
C’était une créature unique. Le relâcher dans le monde…
Mettra probablement fin à notre paix…

Chapitre Précédent <~~  Sommaire  ~~> Chapitre Suivant

Publicités

5 commentaires sur “Concernant ma Réincarnation en Slime 18 : La Fin de l’Agitation

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s