RTW Chapitre 87 – Crépuscule d’hiver (Partie I)

Traducteur : JetonS

Adapt : Saulot
Check : Saulot & Naos


 

rtw

 

« Parés ! Tirez ! »

 

En entendant cet ordre, Van’er mit toute sa force pour planter sa cible avec sa lance. Il la tint des deux mains et frappa la tête du loup. L’impact de la lance produisit quelques craquements. Le loup avait une fourrure épaisse et ses yeux étaient aussi rouges que du cuivre. Le loup ouvrit la bouche, Van’er vit deux rangées de crocs, et le plus gros était aussi gros que son pouce. C’était la première fois qu’il voyait une bête démoniaque d’aussi près, quand le loup essayait de le blesser avec ses griffes, seule la neige qu’il lançait arrivait à son visage.

Le cerveau de Van’er se vida, il ne se reposait plus que les instincts affutés lors des entrainements. Il tenait inconsciemment sa lance et l’enfonçait selon les ordres. Van’er sentit le temps s’écouler lentement autour de lui. Le lance était déjà à son point de rupture, mais n’était toujours pas capable de couper à travers le ventre de la bête. Van’er sentait les griffes du loup sur le point de déchirer ses joues.

Soudainement, un ‘bang’ se fit entendre. La lance n’arriva plus à tenir la charge du loup, se brisant en deux. Au moment où le brisement eut le lieu, le temps retourna à la normale et le loup tomba par terre – ses griffes atterrirent sur le Mur de Ville, laissant quelques traces sur le débris. L’autre moitié de la lance de Van’er atterrit sur le Mur de Ville en même temps que le loup.

« Fusils, recharge terminée ! »

« Feu à volonté ! »

Des fusils entourèrent Van’er. Van’er se recula aussi rapidement que possible et se protégea la tête pour éviter la fumée et les débris risquant de blesser ses yeux. Quant à ses oreilles, il n’avait pas le temps de s’en occuper.

Lorsque la fusillade se termina, Van’er revint au front, où il découvrit un bon nombre de bêtes démoniaques à côté du mur, mortes. Celle blessée par Van’er se trouvait aussi parmi eux. Il tourna sa tête et vit son colocataire lui faire un grand sourire.

Tu n’as besoin que d’une semaine pour apprendre à utiliser cette arme, il n’y a rien à en être fier. Van’er lui jeta un regard et se reconcentra sur le champ de bataille. Dans des situations telles que celle-ci, l’équipe d’artillerie de Son Altesse était utile, mais au corps à corps, ils ne pouvaient qu’utiliser ces armes de substitutions.

« Ta lance est brisée, prends-en une nouvelle. » Griffe de Chat passa à Van’er une nouvelle lance, « Ce groupe de bêtes démoniaques est fou. Elles nous attaquent depuis deux à trois heures déjà, hein ? »

« Oui, ils sont fous, » répondit Van’er, qui prit la lance et se recula en attendant l’arrivée d’une nouvelle vague. « Il est tard ? »

« Presque midi, » soupira Griffe de Chat. Prenant avantage du manque d’attention du chasseur qui les surveillait, il s’accroupit, « Où sont Jop et les frères Rodney ? »

« Ne les cherche pas. Tu veux te faire tuer par les loups ? » rétorqua Van’er. « Ils sont de l’autre côté du mur, probablement dans le groupe trois ou quatre. D’ailleurs, pourquoi t’es dans le groupe un toi ? »

« J’appartiens à l’équipe de remplacement, » répondit Griffe de Chat en souriant, « Quand on a besoin de moi, j’arrive à la rescousse. Dans la vague précédente, un oncle s’est fait blessé, et maintenant c’est mon tour de – »

« Préparez-vous ! » la voix du Chasseur résonna, interrompant les mots de Griffe de Chat.

En bas du mur, une douzaine de bêtes démoniaques s’approchaient déjà, elles étaient si proches qu’il était possible de différencier les différentes espèces. Cette vague n’avait que deux loups. Les autres étaient des sangliers sauvages, une espèce de renard et une espèce d’ours, ce qui ne représentait pas une grande menace au mur.

« Enfoncez ! » Il obéit tout de même aux ordres de l’instructeur, effectuant une attaque commune de lance. Bien sûr, cette fois, sa lance perça l’air. Quand il rétracta sa lance, Van’er vit que les deux loups s’étaient déjà faits descendre par les chasseurs. Cette vague de bêtes démoniaques était lente, l’équipe de chasseurs s’était faufilée entre les rangées de lanciers et tirait à leur bon vouloir.

Ce cycle d’actions fixes s’était répété depuis le lever du jour jusqu’à présent. Quand la première corne résonnait, la plupart des personnes dormait encore. Van’er bâilla. Cette fois, l’attaque des bêtes démoniaques était plus intense que jamais. La plupart du temps, ils n’engageaient de genre de bataille qu’une fois ou deux, mais aujourd’hui, les bêtes démoniaques se rassemblaient au pied du mur. Ils avaient déjà été remplacés par la deuxième milice pour se reposer et manger quelque chose.

Mais contre toute attente, Van’er se sentait plus calme que ce qu’il pensait l’être. Quand il entendit que l’équipe de fusiliers devait reculer, il la laissa passer, comme il l’avait répété durant la semaine. Au début, ces règles et lois semblaient étranges, mais elles étaient très pratiques pour s’organiser.

Les autres semblaient être dans le même état d’esprit que Van’er. Ils tenaient tous leurs lances et affichaient un regard sérieux sur leur visage. Quelques-uns semblaient très nerveux. Mais tous se tenaient avec un corps droit, personne ne reculait.

Van’er savait que le moral n’était pas aussi bon grâce aux entrainements mais plutôt grâce à Son Altesse. Au moment des tirs des armes à feu, Van’er jeta un coup d’œil furtif sur le Mur de Ville – où était positionné Son Altesse, supervisant la bataille.

Peu après le son des cornes, Son Altesse était  monté en haut des Murs de Ville. Depuis, il se tenait sur le mur, supervisant la défense sans se reposer. Quand il était l’heure de manger, il ne rentrait pas. Son Altesse avait même ordonné à son Commandant des Chevaliers de lui apporter le petit déjeuner.

Van’er se rappela du comportement de l’ancien seigneur, il se souvenait du retrait du seigneur par bateau. Il s’était enfui aussi vite que possible au début des Mois des Démons. Le seigneur avait été suivi par les autres membres de la noblesse et par la population civile entière. S’ils avaient de l’argent, ils s’enfuyaient par bateau, sinon ils devaient fuir à pied à la forteresse de Longsong. En comparaison, Van’er ressentait la différence.

Oui, l’armée de la forteresse de Longsong et la milice du prince de Border Town avaient des valeurs différentes. L’armée de Longsong se reposait sur ses armes et armures, et tyrannisait souvent l’ancien et nouveau district, allant même jusqu’à menacer les commerçants étrangers. Mais du point de vue de Van’er, il n’y avait aucune différence entre eux et des brigands. Par contre, la milice menée par Son Altesse Royale était une équipe puissante qui ne craignait pas le combat contre les bêtes démoniaques hors de Border Town, les empêchant complètement d’avancer. Dans le passé, seule la forteresse de Longsong aurait pu accomplir un tel exploit.

Il n’y avait qu’à regarder Saumon qui était un ancien gangster de l’ancien district. Il était souvent l’objet de moqueries mais après son intégration à la milice et son entrainement à la lance, il était le modèle d’un bon citoyen. Il y avait aussi Fermi, sa tête était trop grosse et réagissait lentement. Il était souvent harcelé et battu par les habitants de l’ancien district. Maintenant il se battait avec une lance, non seulement il était rapide et impétueux, il était plus compétent que les autres. Chaque fois que les autres finissaient leur entrainement, il continuait tout seul. Son Altesse lui avait un jour dit, « Si l’oiseau inflexible veut surpasser les plus agiles, il doit se tenir à leur rythme, et en faire plus qu’eux. »

Au début, ils s’entrainaient pour le deuxième œuf. Mais les soldats se réjouissaient de leur appartenance à la milice. Chaque jour, ils changeaient et chaque jour ils s’entrainaient plus que la journée précédente. Van’er n’était pas le seul à se sentir ainsi, il le savait. Ou plutôt, tout le monde pensait comme lui. Il ne savait pas comment décrire ce sentiment. Peut-être qu’il devrait réutiliser ces mots souvent prononcés par Son Altesse – une équipe sans pareil.

« Woo – woo – » soudainement, deux coups de corne retentirent. C’était le signal d’alarme pour signifier l’arrivée d’une espèce mixte. Van’er regarda au loin et découvrit une espèce mixte avec des ailes et une tête de lion, qui était similaire à celle tuée la dernière fois. Aujourd’hui, c’est notre deuxième rencontre, pensa-t-il, mais cette fois, je ne suis pas le même que la dernière fois. En plus des fusiliers, j’ai aussi d’autres atouts.

Il se tourna d’un côté et regarda au milieu du mur, il vit une petite fille aux cheveux blonds flotter aux côtés du Prince.

 

Si vous appréciez la traduction, ou que vous voulez lire quelques chapitres en avance, n’hésitez pas à aller faire un tour sur mon Patreon !

 

Chapitre Précédent <~~ Sommaire ~~> Chapitre Suivant

 

Publicités

6 commentaires sur “RTW Chapitre 87 – Crépuscule d’hiver (Partie I)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s