Dungeon Defense – Volume 1 Chapitre 3 (Partie II)

Traducteur : JetonS

Adapt : Saulot
Check : Saulot


 

dd

Ce Novel est traduit par JetonS de l’équipe Soreyawari & Co. Si vous lisez sur un site autre que Soreyawari.com, c’est que le Novel a été volé. Ne soutenez pas les voleurs, lisez sur le site original.

Finalement, aujourd’hui était le 7ème jour.

Afin d’observer les résultats de ma semaine d’acharnement, je fixai Lapis Lazuli et murmurai dans ma tête.

‘Statut.’

Bientôt, les caractéristiques de la personne apparurent dans les airs.

 

Nom : Lapis Lazuli

 

Endurance : Rang E
Puissance : Rang D
Défense : Rang F

 

Affection : 2

 

« Aah…… »

Un soupir s’échappa contre mon gré.

Après la défaite du groupe d’aventuriers, j’avais perdu tous les accès aux systèmes.

Je ne pouvais plus voir l’état du château, j’avais perdu vision de la carte de la zone, et je n’avais plus le pouvoir de retirer et déposer de l’argent comme il me plaisait. Sauf une chose, j’avais encore l’accès aux fonctionnalités me permettant de voir les statistiques et l’affection des autres.

Je pouvais savoir si l’autre personne avait un réel intérêt envers moi…… C’était un pouvoir précieux. Surtout pour une personne telle que moi qui se reposait sur l’élocution et le mensonge.

Les points d’affection de Lapis Lazuli étaient seulement de 2.

Si je n’avais pas ce pouvoir, je présumerais probablement ‘Je suis en terme amical avec Lapis Lazuli maintenant.’ Je n’aurais pas réussi à comprendre les émotions se cachant sous ce visage stoïque.

Mais j’en étais maintenant sûr.

Cette personne avait un cœur de glace.

Je n’étais rien de plus qu’un objet de commerce pour cette fille succube. Le fait que les points d’affection n’aient presque pas bougé durant toute cette semaine le prouvait. Elle était une fille formidable.

Me rapprocher d’elle puis l’utiliser…… Ce plan était ruiné. J’avais échoué en toute beauté.

Néanmoins, cela ne voulait pas dire que toutes mes méthodes avaient disparu.

Il y avait une méthode qui permettait de manipuler ceux qui écoutaient plus leur tête que leur cœur. Je savais exactement ce qu’il en était.

Cependant, c’était la plus drastique des autres méthodes drastiques.

Si vous vouliez chasser un tigre, vous deviez prendre le fusil et vous diriger dans les montagnes. Dans le pire des cas, je devais me préparer à être déchiqueté par des bêtes sauvages. Cette préparation mentale n’était pas quelque chose que vous pouviez simplement commander au fast food puis digérer.

Ma propre résolution.

Si je ne les tuais pas, je serais celui tué. Cette façon de penser était vitale.

« Votre Altesse. »

M’informa calmement Lapis Lazuli.

« Si Votre Altesse ne repaie pas les dettes et intérêts ou ne déclare pas faillite, notre firme Keuncuska n’aura d’autre choix que de prendre possession de vos objets personnels et de votre corps de force. »

« Je suis un Seigneur Démon. Une personne de la plus haute noblesse parmi les démons. Qui pourrait capturer de force ce Seigneur Démon ? »

« Un nombre incalculable de partisans soutiennent notre Firme Keuncuska. Parmi eux, se trouvent de nombreux Seigneurs Démons tels que Votre Altesse. Rang 5 Seigneur Démon Marbas et Rang 9 Seigneur Démon Paimon inclus. »

Les plus hauts rangs des Seigneurs Démons.

Des personnalités qu’un rang 71 tel que moi ne peux pas affronter.

« Notre firme est célèbre dans le milieu pour être sans merci aux débiteurs qui faillissent à payer. Par le passé, Rang 25, le Seigneur Démon Glasyalabolas a reçu un prêt de 20.000 Libres et n’as pas repayé les intérêts pendant 2 ans. A l’époque, notre firme a embauché un petit nombre de 9,000 mercenaires et a laissé les commandes au Rang 12, le Seigneur Démon Sitri. Votre Altesse. Le Seigneur Démon Glasyalabolas n’a pas tenu 3 semaines avant de capituler. »

Lapis Lazuli poussa un soupir.

« ……C’est la force de la Firme Keuncuska. Une violence rationnelle. C’est aussi la raison pour laquelle notre firme est restée aussi prépondérante parmi les démons durant ces 500 dernières années. Votre Altesse Dantalian, celle-ci vous le suggère sincèrement. S’il vous plait, veuillez déclarer faillite une journée plus tôt. »

Je poussai les draps sur mon lit.

« …… »

C’était bon.

Je pouvais encore gagner.

Si les choses se déroulaient comme prévu, je pourrais ruiner cette fille devant moi et la faire mienne.

Je réaffirmai ma résolution et –

lentement, ouvris ma bouche.

« Lazuli, je vais te faire une offre qui ne pourra que t’avantager. »

« Oui, Votre Altesse. Dites tout à celle-ci. »

« Vu comme c’est parti, au temps emprunter plus d’argent à ta firme. »

Lapis Lazuli resserra les sourcils.

Même si elle entendait que le monde était sur le point d’imploser, elle répondrait probablement en disant, ‘Qu’il soit détruit en un seul instant.’ Pour Lapis Lazuli, resserrer les sourcils étaient déjà une des plus grandes réactions possibles.

« Celle-ci désapprouve. »

Sa voix était devenue plus sèche.

« Votre Altesse Dantalian nous doit déjà une reconnaissance de dette. Mais avec de la volonté, Votre Altesse pourrait nous rembourser. Cependant, si Votre Altesse reçoit encore un prêt…… »

« Alors je m’enfoncerai encore plus profondément dans le marécage. »

Je souris.

« C’est ce que je veux. »

« Pardonnez ? »

« Lapis Lazuli. Ne soyons pas prudes et parlons en toute honnêteté. »

J’arborai un léger sourire sur mes lèvres.

« Même si tu déclares être ma consultante exclusive, tu n’es qu’un pion pour la Firme Keuncuska. Du profit pour ta firme deviendra, à la fin, du profit pour toi aussi. »

Selon elle, les Seigneurs Démons jouissaient de toute sorte d’utilisation politique.

Réussir à obtenir une marionnette aussi influente, Lapis Lazuli recevra de hauts éloges des cadres. Elle avancera plus vite que n’importe qui. Elle devancera d’un pas, non, 20 pas, tous les autres consultants.

« …… »

La succube au sang mixte garda son visage impassible.

Elle prétendait peut-être ne pas comprendre ce que je disais.

« Ne pas pouvoir payer la dette ne sera que bénéfique pour toi. »

« C’est un malentendu. Celle-ci vous a toujours, pour Votre Altesse……. »

« Je connais très bien les habitudes des marchands. »

Si l’autre personne s’aventure dans un terrain désavantageux, alors redirigez son attention.

Nous ne nous combattions pas avec des armes, mais avec nos mots. Je devais attaquer sans répit. Il n’y avait pas besoin d’écouter ses excuses infondées.

« Depuis les temps ancestraux, les marchands n’ont jamais investi dans des commerces sans profit. Cependant, pour une raison quelconque, la Firme Keuncuska m’a prêté 100 Libres… »

L’incompétence de Dantalian était déjà une évidence pour ce monde.

Même s’ils lui prêtaient de l’argent, il y avait zéro chance de récupérer quoique ce soit. Il ne faisait aucun sens. C’était comme si une banque prêtait des millions de won à un créditeur dans le rouge.

Il n’y avait qu’une seule explication, ils n’avaient pas l’intention de récupérer cet argent dès le départ.

« Me mettre un collier autour du cou. »

Je ricanai.

« Faire de moi une marionnette sous prétexte de dette. Depuis le début, c’était le but de ta firme. Ai-je tort ? »

« …… »

« Tu l’as dit toi-même. Que si c’était trop difficile, j’avais ‘l’option’ de déclarer faillite. Mais dans ta tête, tu voulais dire autre chose. »

Que la faillite était ma seule option.

Le choix n’avait jamais existé.

Le prêt lui-même était un piège, et deux mois auparavant, le Seigneur Démon Dantalian était tombé dans ce piège de la façon la plus stupide.

Maintenant, ma succube sans expression. Vas, et réponds.

Tu étais comme une forteresse dans les montagnes. Construite dans les montagnes accidentées, le mur était difficile à conquérir. C’était fâcheux pour les envahisseurs de s’approcher.

Cependant, si la forteresse était assiégée, alors c’était la fin. Je ne te laisserai aucune échappatoire. Je capturerai ta forteresse dans un instant…….

 

 

 


Marchand de Keuncuska, Sang Mêlé, Lapis Lazuli

Calendrier Impérial : Année 1505, Mois 4, Jour 18

Bureau de la Firme Keuncuska


Ce Novel est traduit par JetonS de l’équipe Soreyawari. Si vous lisez sur un site autre que Soreyawari.com c’est que le Novel a été volé. Ne soutenez pas les voleurs, lisez sur le site original.

Le Seigneur Démon Dantalian souriait devant mes yeux.

……Je devais l’admettre, je l’avais sous-estimé.

Il faisait 1 an depuis que j’étais devenue la consultante exclusive du Seigneur Démon Dantalian.

Je pensais qu’il n’était qu’un déchet bon à rien, mais il semble que je me trompais. Pour dire la vérité, j’étais surprise. L’air intimidant et perçant dans ses yeux et son regard qui me scrutait comme pour me tester.

Ses pupilles étaient aussi sombres.

Je ne pouvais pas en voir le fond…… C’était le sentiment que j’avais naturellement. Dantalian avait toujours été ce personnage ?
Quelqu’un qui était chanceux et qui était né Seigneur Démon et qui par conséquent pouvait vivre une vie paresseuse et débauchée. Je n’en pensais pas plus de lui……

‘Ah’

Pour la première fois, je réalisai mon erreur.

A cause du coup inattendu que je pris, je m’arrêtai involontairement de parler.

Faire une telle erreur. Rester silencieuse revenait à admettre qu’il était correct. Je devais changer de sujet.

« Présumons que Votre Altesse dit vrai. »

« Je ne veux pas connaitre les hypothèses. Ce que je veux connaitre est la simple vérité. »

……Même pas un coin où me cacher.

Le dos de ma nuque se refroidit.

Le Seigneur Démon Dantalian avait très certainement changé.

Deux semaines auparavant, Dantalian était menacé par un groupe d’aventuriers. Curieusement, ce groupe d’aventuriers possédait une carte du château du Seigneur Démon. Ce groupe d’aventurier était du même niveau qu’un petit groupe de justiciers dans une quelconque vallée lointaine, mais le Seigneur Démon Dantalian était dans une situation très sérieuse…… Alors quoi ? Etre proche de la mort peut changer à un tel point une personne ?

Dantalian était un Seigneur Démon dont j’étais responsable. Si la personne devenait soudainement compétente, alors je devrais accueillir la situation avec des bras ouverts. Mais honnêtement, c’était difficile d’être joyeuse.

Je voulais un Seigneur Démon du niveau d’un renard. Je ne voulais pas d’un Seigneur Démon du niveau d’un tigre. Ce serait troublant si la marionnette était trop intelligente. Qui aurait pu penser que ça arriverait.

Le Seigneur Démon me dévisagea hardiment.

« Lala. Vas à la Firme Keuncuska et dis leur. »

Lala ?

Je clignai des yeux.

« Lapis Lazuli raccourci en Lala. Un surnom des plus pertinents. »

« ……Votre Altesse donne un surnom à cet humble serviteur ? »

« Tu ne l’aimes pas ? »

« Celle-ci ne peut qu’être reconnaissante. »

Le monde des démons était une société hiérarchique.

Même si la race était la même, si les tribus étaient différentes, alors votre statut l’était aussi. S’il existait des orcs dans la noblesse, il y avait aussi des orcs dans l’esclavage. Si on essayait de compter tous les rangs existants, on devrait compter parmi les centaines, sinon milliers de tribus et de races.

J’étais un déchet de la société. Une métisse d’un succube et d’un humain. Les succubes recevaient déjà du mépris, on disait d’eux qu’ils étaient une race de prostituées. Mais parmi eux, la personne à être née de l’un d’entre eux et d’un vulgaire humain, n’était d’autre que moi…… Ainsi, j’étais une sang-mêlé.

La lèpre de la société.

Je n’étais pas autorisée à entrer en contact avec d’autres personnes avec ce corps crasseux. Par chance, si je touchais une personne d’un statut social supérieur à moi, je devrais me couper un doigt, si j’entrais dans un temple, mes orteils seraient amputés, et si je récitais une écriture d’un des Dieux, ma langue serait tranchée.

C’était pourquoi, lorsque le Seigneur Démon Dantalian m’avait marché sur le pied, j’étais devenue nerveuse. Heureusement, ce n’était qu’une blague, mais si quelqu’un avait vu la scène, mon pied aurait été tranché. En y repensant, c’était probablement sa façon de me menacer.

Comme je l’attendais, j’étais tenue de danser au rythme du Seigneur Démon.

Je baissai ma tête immédiatement.

« Quel message celle-ci devrait délivrer à la firme ? »

« Le Seigneur Démon Dantalian a finalement perdu la tête. Il n’avait personne sur qui compter, il finit par te confier son corps et son esprit, à toi, une succube. Toi, utilisant pleinement ton charme, réussis à séduire le Seigneur Démon. ».

« …… »

Quelles étaient ses intentions.

Ses pensées m’étaient inconnues. Cependant, si j’exprimais pleinement mes pensées et que je lui disais honnêtement que son idée était insensée, je perdrais probablement la bataille de vigueur. Pour l’instant, je vais répondre comme si je comprenais complètement ses intentions et comme si l’idée sonnait intéressante. Quelques fois, le bluff était la meilleure stratégie.

« Et. Une simple paysanne telle que celle-ci deviendra la concubine de Votre Altesse…… ? Une histoire intéressante. »

« Depuis longtemps, il n’y a rien de plus romantique qu’une histoire d’amour entre un prince et un paysanne. Une histoire qui survie malgré les rouages du temps. Dis aux cadres de ta firme que je suis tellement fou amoureux que tu me tiens dans le creux de ta main. »

« Un bien grand rôle attribué à celle-ci. C’est plus que ce que celle-ci mérite. »

« Aah. Dantalian, désespéré par l’argent, commença à raconter sottises sur sottises. Il déclare qu’une épidémie se répandra d’ici deux mois, et qu’il connait la façon de la guérir. Il veut monopoliser les ingrédients pour la guérison avant que l’épidémie se déclare et il se fera une petite fortune. Dis à la firme que je veux un autre prêt. »

« …… »

Je vois.

Je ne comprenais que de justesse.

A l’instant, Dantalian prétendait être un clown. Un Seigneur Démon tombé amoureux d’une vulgaire succube. De plus, pour se voir prêter de l’argent, il fabriqua un mensonge ridicule……

« Le montant du prêt, hein. Disons, 10,000 pièces d’or suffiront. »

« Dire 10,000 pièces d’or……. »

C’était un montant impossible à payer même s’il travaillait pendant 130 ans.

Si on incluait les intérêts, la somme était encore plus grande.

Les cadres de la firme accepteraient probablement les bras ouverts.

C’était évident. Plus la dette était considérable, plus serré était le collier autour du cou de Dantalian. C’était comme si un Seigneur Démon fonçait droit dans un piège pour s’auto-détruire.

Je serais alors celle qui aurais appâté le Seigneur Démon jusqu’à sa propre destruction dans cette comédie, récoltant ainsi tous les mérites. Peu importe ma basse naissance, les gens ne pouvaient pas ignorer ma contribution. D’un seul coup, je deviendrais une candidate pour faire partie des cadres de la firme.

« Alors ? Ça attire ton intérêt ? »

« Oui. »

Une offre des plus alléchantes.

Peu importe de quel angle on la regardait, c’était une opportunité de faire d’énormes profits.

……C’était si tentant que j’en devenais suspicieuse.

Comment Dantalian tirait son épingle du jeu ? L’histoire ne se finissait bien que pour moi. Je ne m’attendais pas à ce qu’il me donne une réponse en bonne et due forme, mais je devais lui poser la question.

« Votre Altesse. Celle-ci ne comprend pas. Quels avantages en tirerez-vous de cette grande mascarade ? »

« Tu es une marchande. »

Son Altesse Dantalian me répondit calmement.

« Les marchands vérifient à deux fois s’il y a du profit à faire et s’il y en a, ils se jetteront dessus. Si tu vois du profit dans mon offre, accepte-la sans poser de questions superflues. »

« Votre Altesse a raison. Cependant, être prudent devant une proie excessivement appétissante, est aussi une attitude normale de marchand. Si celle-ci se réveillait et voyait un renard étalé devant la porte d’entrée, elle n’en croirait pas ses yeux. »

A mes mots, son altesse sourit.

« Pourquoi pas ? Le renard aurait pu avoir le coup de foudre pour toi. »

« …… »

Il était beau parleur.

Son élocution n’était pas d’un niveau ordinaire.

Il avait beau être aux portes de la mort, était-il possible pour une personne de changer aussi drastiquement ? C’était étrange. D’un point de vue normal, c’était incompréhensible.

« Lala. Quand un chasseur attrape un renard, le chasseur ne prend jamais en compte les sentiments du renard. Ce serait risible. Le rôle d’un chasseur est simple. D’abord, tu sors ton arbalète – »

Son altesse Dantalian mima avec ses mains.

Comme s’il tenait vraiment une arbalète.

« Vas chercher le renard avec la résolution de le tuer. Si tu tires avec maladresse, tu ne feras que le surprendre et il s’enfuira. Vise au milieu de son front. Et puis…… »

La fléchette invisible de l’arbalète visait mon front.

Son altesse Dantalian appuya sur la gâchette.

« Thac. »

Enjoué, il tira.

« Finis le splendidement d’un seul tir. »

« …… »

« Vas à la firme et dis leur. Que Dantalian est devenu fou. Que c’est l’opportunité rêvée d’enchainer pour toujours ce pathétique Seigneur Démon. »

Son altesse Dantalian me tapota les épaules.

Une partie de moi se sentait agitée. D’un côté, ma rationalité me disait que son altesse était correcte, de l’autre côté, mon cœur agitait des drapeaux rouges.

C’était un piège.

Un traquenard cruel placé devant moi.

Si j’y mettais mon pied, la mort m’attendrait.

……Chaque fois que mon cerveau et mon corps réagissaient différemment, j’écoutais toujours le cerveau. Le problème dans cette situation était que mon cœur battait à une vitesse sans précédent.

En mettant de côté le pressentiment sinistre.

J’écartai mes lèvres.

« Votre altesse. Celle-ci a peur de cette situation. Elle a peur que la chasse au renard ne se transforme en chasse au tigre. Une flèche n’est pas assez pour capturer un tigre. »

« Dans ce cas, je suppose que tu n’as pas d’autre choix que de te faire manger par le tigre. »

Son altesse Dantalian tendit la main.

Ne comprenant pas ce que le geste signifiait, je le regardai éperdument.

Son altesse, se sentant impuissant, sourit ironiquement.

« Combien de temps comptes-tu laisser ma main ainsi ? »

« …… »

Je réalisai finalement que son altesse sollicitait une poignée de main.

Demander une poignée de main, je ne savais pas comment répondre.

Je n’avais jamais tenu la main de quelqu’un auparavant. Que nos pieds se soient touchés était excusable, mais si nos mains se touchaient, ce serait un acte criminel.

« ……Une personne de naissance obscure telle que celle-ci n’ose pas salir les mains de votre altesse. »

Son altesse Dantalian le savait certainement.

Il était une personne orgueilleuse quand il s’agissait d’aristocratie. Après tout, il ne me considérait même pas comme une personne. Je n’étais pas rancunière. Il serait étrange pour un Seigneur Démon de traiter une métisse succube/humain d’une autre façon.

Je n’avais aucun désir d’amputer mes mains.

« Pardonnez l’opinion de celle-ci, tandis que celle-ci est reconnaissante, celle-ci ne pourra que troubler la dignité de votre altesse. Veuillez retirer la main de votre altesse. »

« Comme il est étrange de s’inquiéter de perdre la face sur un point aussi trivial lorsqu’on discute de sujets aussi audacieux. »

Son altesse Dantalian gloussa de rire.

« Si tu me serres la main, est-ce que ma main sera souillée, est-ce que j’attraperai froid et est-ce que mon statut social chutera ? Je ne souhaite qu’une poignée de main pour sceller notre collaboration. »

« Même si votre altesse dénigre maintenant le système hiérarchique, la majorité des gens ne partagent pas cette opinion. Si un être inférieur elle n’est pas paysanne tel que celle-ci entre en contact avec le corps de votre altesse, les punitions légales seront…… »

« Ooh. Et où est cette ‘majorité’ ? »

De mouvement exagérés, son altesse Dantalian regarda autour de lui. Naturellement, il n’y avait que son altesse et moi, nous deux.

« Le Seigneur Démon Dantalian est un déchet de toute façon. Je ne suis un Seigneur Démon que de nom. Je ne possède rien. Lala. Tu ne veux toujours pas me serrer la main ? »

« …… »

Après toutes ces belles paroles, je n’avais pas le droit de refuser.

Avec prudence, je tendis la main pour toucher la sienne.

La première main que je n’avais jamais touchée était froide. Je sentis furtivement sa paume. Lorsque nos mains se rencontrèrent, son altesse Dantalian prit ma main fermement.

« Heureux de te rencontrer. »

« ……Oui. Heureuse de vous rencontrer aussi, votre altesse. »

Je sentais que notre relation allait durer.

Je n’avais aucune preuve, mon intuition me le criait.

dd1

 

 

 


Cadre de Keuncuska, Gobelin Avare, Torukel

Calendrier Impérial : Année 1505, Mois 4, Jour 20

Quartier Général de la Firme Keuncuska, Chambre de Conférence


Ce Novel est traduit par JetonS de l’équipe Soreyawari & Co. Si vous lisez sur un site autre que Soreyawari.com, c’est que le Novel a été volé. Ne soutenez pas les voleurs, lisez sur le site original.

« Que toute l’assemblée soit présente. Une occasion plutôt rare, keruk. » (TL Note : Keruk est le son qu’il fait, le mot n’a pas de sens.)

 

Un ordre du quartier général était tombé, tous les hauts cadres de la firme étaient tenus de venir à la réunion.

Les cadres de Keuncuska étaient éparpillés dans tout le continent. Moi aussi, aujourd’hui j’avais prévu d’aller à Bataafse par bateau. Cette réunion d’urgence n’était clairement pas planifiée.

Soudainement appeler tous les hauts cadres à se réunir…… Ce n’était pas une occurrence quotidienne. J’avais un mauvais pressentiment. Quelque chose de gros s’était produit quelque part, peut-être.

Dissimulant mon anxiété, je me dirigeai vers le quartier général. Dans une grande salle de conférence, tous les hauts cadres s’y trouvaient.

« Keruruk. »

Des vampires, des loups-garous, des hommes lézards. Une belle exhibition de races……. Hm ? Dans un coin de la salle de conférence se trouvait une fille que je n’avais jamais vu. Ses cheveux étaient d’un rose léger. Les races avec une telle couleur de cheveux étaient rares.

Ce fut alors que nos regards se croisèrent.

« Hm…… ! »

Je ravalai ma salive.

Les yeux venimeux sur son visage dénué d’émotions sortaient de l’ordinaire. C’étaient des yeux de meurtrier. Et pas qu’une seule personne ou deux, mais des yeux qui avaient assisté à la mort d’innombrables personnes. Heureusement, la durée de notre échange de regard fut courte. La fille tourna la tête.

Keruk.

Je ne la connaissais pas, mais cette réunion d’urgence était probablement pour elle. Les événements se précipitaient toujours avec l’arrivée d’invités malvenus. Je n’avais jamais vu cette fille, je pouvais facilement en déduire la suite des événements.

Les cadres exprimant leur mécontentement.

« Maintenant qu’Avare Torukel est arrivé, commençons la conférence. »

« Savez-vous combien de clients m’attendent ? »

« Oui, vraiment. Les affaires iront mal si je ne peux pas vendre tous mes harengs séchés aujourd’hui. »

Quelles personnes impatientes.

J’avais aussi une audience à tenir avec les marchands de Phrygia au port. J’étais une personne relativement occupée. Le temps était essentiel pour les marchands. Que ce soit une réunion ou autre, pouvons-nous commencer. Et si possible, qu’elle soit rapide.

« Eh bien. Calmez-vous tous. »

Le vieux vampire assis sur la chaise centrale calma les cadres.

« Il y a une raison à cette réunion des cadres. Nous ne perdrons pas votre temps, ne vous inquiétez pas. »

Ivar Lodbrok.

Ce vieil homme à la longue barbe blanche était le plus haut cadre de notre firme. Il était l’homme qui contrôlait la firme entière.

Fidèle à ses origines de vampire, il avait vécu plus de 600 ans. Au fond de moi, j’avais envie de lui dire de ramper jusqu’à son cercueil pour ses funérailles. Il avait une bien longue longévité.

« Très bien, Lapis Lazuli. Explique. »

« Oui, monsieur. »

Répondit la fille au centre de la salle de conférence.

Lapis Lazuli ? …… J’avais déjà entendu ce nom.

« C’est celle qui est née d’une lignée maudite. »

« Pourquoi une telle chose se tient dans cette salle de conférence ? »

Plusieurs des cadres avaient reconnu l’identité de la fille. Les sourcils froncés, ils murmurèrent entre eux. Ils exprimaient ouvertement leur dégoût.

Aah. Je m’en souviens. C’était la gosse, l’exilée qui avait réussi à prendre racine dans notre firme.

A l’époque, les rumeurs sur cette fille sans talent qui avait franchi la barrière de la situation sociale se répandait comme une trainée de poudre. Keruruk, alors cette fille était le personnage principal de ce conflit.

Certainement, sa voix était claire. Elle était calme bien qu’elle se tînt devant autant de cadres. Son courage était louable, c’était certain.

« Patron, elle ne fait même pas partie des cadres. N’est-elle pas qu’une employée de bureau ? Qu’est-ce ? Il y a une limite aux exceptions. »

« Respirer le même air que cette sang-mêlé irrite mes narines. »

Les cadres la submergèrent de plaintes.

Comme c’était idiot.

Le système hiérarchique n’était rien de plus qu’une antiquité inutile. Un outil que les stupides nobles utilisaient pour éduquer leurs fils et filles encore plus idiots qu’eux. Et pourtant, vous méprisez ce rebut. Et puis en premier lieu, nous autres les marchands étions dans le bas du classement. Tsk tsk, c’était l’hôpital qui se foutait de la charité.

Ivar Lodbrok sourit sarcastiquement.

« Allons, écoutons d’abord ce qu’elle a à dire. Il y a du profit à faire. De l’or sorti de l’estomac d’un porc et de l’or baigné dans de l’eau sainte ont la même valeur…… Lapis Lazuli. »

« Oui. Le Seigneur Démon Dantalian sollicite un autre prêt. »

Parla Lapis Lazuli calmement.

« Actuallement, le Seigneur Démon Dantalian a une dette de 196 Libres. Même s’il doit augmenter sa dette, il espère obtenir un revirement de situation en investissant son argent. »

« Hm. »

Les cadres se regardèrent l’un l’autre.

En dépit de leur attitude précédente, ils avaient tous la tête sur leurs épaules. Ils réalisèrent aussitôt que l’affaire était d’une grande ampleur. Ignorant le statut social de Lapis Lazuli pour l’instant, les cadres commencèrent à murmurer entre eux.

« Il espère utiliser une dette pour rembourser une dette. »

« Quel degré de stupidité est-ce. »

« Le lapin saute volontairement dans la cage, il n’y a aucune raison de le relâcher. »

« Et ? Combien veut-il ? »

Mes pensées rejoignaient les siennes.

Les Seigneurs Démons étaient des outils politiques, même s’il était au rang 71. C’était une bonne occasion de l’enchainer.

Cependant, après la réponse, tous les cadres se turent.

« Le montant demandé par le Seigneur Démon Dantalian est – 10,000 pièces d’or. »

Quoi ?

L’expression de tous les cadres se figea.

« Est-il sain d’esprit ! »

« Ah, pour un bleu qui ne peut même pas rembourser 100 pièces d’or. »

Il était malade, il était fou. Ces mots circulèrent librement dans la salle. Nous insultions un Seigneur Démon, un personnage au summum de la hiérarchie sociale, mais cela ne faisait aucune importance. Personne ne nous écoutait.

« Es-tu certaine. 10,000 pièces d’or. Il l’a dit de sa propre bouche ? »

« Juré sur la Rivière de Styx, j’en suis certaine. »

« Il a vraiment perdu la tête…… »

Les cadres firent un sourire narquois.

10,000 pièces d’or était le montant qu’un Comte gagnait annuellement si la population de son territoire atteignait 50,000. L’année dernière, le budget traité par les Impériaux de l’Empire de Habsourg était d’environ 500,000 Libres.

Pour le Seigneur Démon Dantalian, qui n’avait ni territoire, ni citoyens, il voulait se voir prêter 1/50ème du montant touché par le grand empire en un an ? Avait-il un limon pour cerveau ?

« Mes chers camarades de Keuncuska. »

Il avait probablement jugé l’atmosphère ambigüe. Ivar Lodbrok ouvrit sa bouche.

La salle de conférence se tut. Si ce vieux vampire parlait, même le plus orgueilleux des cadres fermait leur bouche.

« Je pense personnellement que c’est une bonne opportunité. Bien sûr, 10,000 pièces d’or sont une fortune. Toutefois, si elles permettent d’acheter un Seigneur Démon et de le transformer en animal de compagnie, je pense que la dépense vaut le coup. »

« Keruruk. »

Je rigolai un coup.

Des représentants sacrés et inviolables qui symbolisaient la dignité absolue, l’un des 72 seigneurs qui commandaient des armées de démons. Faire référence à une telle noblesse en parlant d’animal de compagnie…… Il était à la hauteur de son identité d’un des trois anciens vampires encore vivants dans ce monde. Une attitude arrogante qui seyait à Ivar Lodbrok.

Je me sentirais mal de laisser la réunion entière à Ivar Lodbrok. Démarquons-nous un peu.

« Attendez, patron. J’ai une question de mon côté. »

« Mm. Ne mâchez pas vos mots et parlez en toute franchise. »

Ivar Lodbrok me dévisagea.

Des pupilles d’un rouge pur. C’était une couleur qui rappelait le sang. Certains cadres chuchotaient aux oreilles des autres que ces yeux étaient effrayants. Toutefois, pour une raison quelconque, je ne pouvais que les qualifier de magnifiques. Un cœur froid, un vampire cynique et indomptable……. Ivar Lodbrok ferait de la firme une compagnie perpétuelle. Si possible, je voulais être vivant à ce moment. C’était mon humble rêve.

« Se pourrait-il que ce soit un piège ? »

« Un piège ? »

« Pas une ou deux pièces d’or, mais pas moins de 10,000 pièces d’or. Keruk. Si le Seigneur Démon Dantalian n’était pas fou, il aurait un plan. »

Je ne croyais pas que le Seigneur Démon Dantalian était en mesure de gérer une telle somme. Mais un homme prudent considérait toutes les possibilités dans ce monde. C’était primordial.

« Une bonne remarque. »

Hm ?

Ivar Lodbrok souriait légèrement. Il affichait la même expression lorsqu’il réfléchissait à des plans tordus. Il était aussi vieux que le monde, mais ses rides faisaient son charme.

« Lapis Lazuli vous expliquera cette partie. »

« Oui, patron. J’aimerais informer les piliers de Keuncuska. Le Seigneur Démon Dantalian me considère comme sa concubine. »

« ……Qu’as-tu dit ? »

« Excusez l’impudence de celle-ci, mais de mon propre accord, j’ai décidé d’utiliser mes charmes pour séduire le Seigneur Démon Dantalian. »

Cette fois-ci, les cadres ne se retinrent pas d’exprimer leur étonnement.

De son côté, Lapis Lazuli gardait un visage impassible. Toujours calme.

Non, je n’appellerais pas cela calme. Il manquait un quelconque signe de tension sur son visage. Qu’une employée de bureau ne cligne même pas le cil devant tous ces cadres ? Calme ou non, c’était clairement étrange……

« Lapis Lazuli. Que veux-tu dire par charme ? »

Parlai-je d’un ton grincheux.

« Dis-tu que tu as capturé le Seigneur Démon avec ton corps ? »

« Comme vous le dites, monsieur Torukel. »

Lapis Lazuli dirigea son regard vers moi.

Des pupilles bleus azures.

Son regard transparent me transperçait.

« J’ai eu des relations avec le Seigneur Démon Dantalian. »

« Mon dieu. »

Quelques cadres murmuraient entre eux.

Une malédiction divine s’abattait sur quiconque forniquait avec une sang-mêlé. Ce n’était qu’une superstition mais 90% de la population de ce continent y croyait dur comme fer. Qu’un Seigneur Démon sacré et inviolé soit déchu par un sang-mêlé. C’était un problème obstiné en soi. Il y aurait des répercutions.

« Comprends-tu ce que tu as fait ! »

« Nous pourrions être excommuniés par le temple ! »

Les cadres montraient Lapis Lazuli du doigt.

Si vous vouliez vendre et acheter des produits sur ce continent, vous deviez avoir une permission du temple. En dehors du temple d’Aphrodite et d’Artémis, tous les autres temples interdisaient les relations sexuelles entre les rebuts de la société et les personnes ordinaires……

Les cadres, d’un visage rouge, s’exclamèrent.

« Patron ! Renvoyez cette prostituée tout de suite ! »

« Non seulement elle est allée à l’encontre des lois divines, mais elle a aussi mis en danger notre firme ! Nous n’aurions jamais dû accepter cette existence maudite dans notre firme ! »

« Ordure de lèpre…… ! »

Les critiques submergèrent la salle tel un ouragan.

Les prostitués du monde des démons, les succubes.

Parmi eux, les outrageux sang-mêlé.

Même moi, qui rejetait le système hiérarchique, n’avais plus de mots. De son côté, Ivar Lodbrok était assis calmement sur son siège et regardait la succube.

« Ce n’est pas tout. Tu dois encore expliquer un autre point aux cadres. Que fais-tu ? Dépêche-toi et dis-leur. »

Un rire enfantin sortit de la bouche d’Ivar Lodbrok…… Il savourait la farce ? Même si, en exagérant un peu, la vie et la mort de notre compagnie reposait sur la balance ? Les vampires n’étaient vraiment pas sains d’esprit. Leur tête était désordonnée parce qu’il ne recevait aucun rayon de lumière. Le manque de nutrition affectait sérieusement le cerveau. De la part d’un gobelin brusque et ordinaire, je n’arrivais pas à le suivre.

« Oui. Je n’ai pas encore tout dit aux cadres. »

Lapis Lazuli continua à parler à voix basse.

Elle avait reçu toute sorte de malédictions et d’insultes il y avait une seconde. Me dites-vous qu’elle n’est pas perturbée ? Elle n’était vraiment pas normale.

« Comme vous le savez tous, notre firme ne faisait pas affaire avec les Seigneurs Démons d’un rang inférieur à 60. Puisque la réputation de notre firme en prendrait un coup. Néanmoins, j’ai été la conseillère exclusive du Seigneur Démon Dantalian durant cette dernière année. Il n’y a qu’une seule raison. »

Lapis Lazuli reprit son souffle et annonça.

« J’ai, personnellement sollicité la position de conseillère. »

« Comment ? »

« Depuis le début, j’avais pour cible de devenir la maitresse du Seigneur Démon Dantalian. »

Les cadres commencèrent à ruminer.

Ceux qui critiquaient la succube il y avait une seconde était surpris. Lapis Lazuli avait parlé d’une manière digne et élégante. La situation échappait au contrôle des cadres.

A cet instant, quelqu’un rit.

Je tournai ma tête et entendis le rire d’Ivar Lodbrok. Il rigolait à une telle situation. Il ignorait les regards perdus des cadres. Ivar Lodbrok rugit.

« Camarades. Ne comprenez-vous pas ? Le Seigneur Démon Dantalian n’est pas devenu fou. Tout est grâce à cette succube. En moins d’un an, cette fillette a fait de Dantalian un esclave de la passion. »

Alors c’était cela. Tout s’alignait !

Tout faisait sens.

Le statut social de Lapis Lazuli était inférieur aux autres, elle n’avait que son corps et son visage comme arme. Elle avait captivé le Seigneur Démon avec son apparence. Et sans prendre consultation avec nous, elle avait réussi à inciter le Seigneur Démon à emprunter une grande fortune à notre firme……

Les autres cadres avaient surement réalisé la vraie nature de la situation. Leur visage pâlit. Leur regard hostile disparut.

« Mais…… Pourquoi une telle témérité…… ? »

« Pour réussir. »

« Réussir ? »

« Le Seigneur Démon deviendra le pion de notre firme. Ma contribution sera reconnue. »

« ……. »

Tous. Tous les membres dans la salle de conférence perdirent les mots.

Qu’étaient-ils supposés dire à une employée de bureau qui venait de confesser d’un visage impassible, ‘J’ai vendu mon corps pour monter dans la hiérarchie.’

Ivar Lodbrok, seul, riait continuellement.

« Alors, mes camarades. N’est-ce pas un chef d’œuvre ! »

« ……Un chef d’œuvre ? »

Je finis par répéter la question.

Ivar Lodbrok était cloué à sa chaise. Il tendit les bras larges comme s’il présentait une œuvre. Comme s’il présentait le prochain acteur à monter sur la scène.

« Oui. Un chef d’œuvre. Cette sang-mêlé est un déchet de la société. Née d’un rat rampant sur le sol. Depuis le début, elle était destinée à vieillir silencieusement et à mourir dans une ruelle sombre…… Et pourtant, regardez-la ! Cette succube a non seulement intégré la plus haute firme du monde des démons, mais elle est aussi devenue la maitresse d’un Seigneur Démon ! »

« …… »

« Si ce n’est pas un chef d’œuvre, qu’est-ce ? Ce désir de succès est magnifique. Ce pur désir pour le pouvoir est éblouissant. Ooh, quand je vois une jeune fillette au pareil tempérament, je ne peux m’empêcher de verser une larme et d’applaudir. Le pouvoir est une demoiselle ! Il n’aime que les guerriers ! »

dd2

 

Les cadres furent accablés par la folie d’Ivar Lodbrok.

Mais j’étais différent.

Mon cœur ne battait pas.

C’était la folie que j’aimais.

Tel un moustique né d’un marécage sombre et humide qui aspirait à atteindre le soleil glorieux. Je, qui étais toujours normal et qui suivait le bon sens, étais attiré par Ivar Lodbrok situé à l’opposé de ma position.

« Lapis Lazuli. Vas et dis au Seigneur Démon ! Que nous serions ravis de lui prêter 10,000 pièces d’or à tout moment ! »

« Je suivrai vos ordres, patron. »

« Et ce grand désir de succès que tu nous as montré, que tu as offert ta virginité à notre firme. Vraiment, je t’apprécie. Keunscuka est un endroit qui ne s’occupe que du talent et des contributions. Tu as plus que prouvé ta valeur. Tu mérites une récompense, dis-moi ce que tu désires. »

Parla froidement Ivar Lodbrok.

« De l’or ? De l’honneur ? Je pourrais même t’adopter et faire de toi ma fille. Ta plus grande faiblesse est ton statut social, n’est-ce pas ? Si tu deviens mon enfant, cette faiblesse disparaitra considérablement. »

« Patron ! Peu importe ce qu’elle a fait – »

« N’interromps pas la conversation d’une autre personne, camarade. »

Quand les cadres essayèrent de résister, Ivar Lodbrok les mit au silence.

« J’essaie de savourer une conversation avec ce rebut de la société qui a réussi à séduire un Seigneur Démon. »

Il dévisagea les cadres avec des yeux aussi rouges que le sang.

Une forte intention meurtrière. Les cadres rétractèrent leur tête dans leurs épaules. L’air de la salle se refroidit instantanément.

« Alors, Lapis Lazuli. Dis-moi ce que tu désires.

« S’il vous plait, préparez un siège pour moi parmi les cadres. »

Les autres cadres tremblèrent nerveusement.

Un col blanc normal venait de demander une promotion au poste de cadre. Incroyable. Cependant, le plus incroyable restait à venir. Ce qui choqua encore plus les cadres fut la réponse d’Ivar Lodbrok.

« Pas d’or ou d’honneur, mais de l’autorité. D’accord. »

« Pa-patron…… ! »

« Si tout se passe bien, je te promouvrai au poste de cadre en charge de la région de Dolstat. Avec la Rivière du Rhin au centre, Cologne, Xantène, Wirthène, Strasbourg, Duisbourg, Worms et Mainz seront sous ta juridiction. Qu’en dis-tu ? »

Ivar Lodbrok examinait la fille. Il mettait à l’épreuve l’audace dans ses yeux.

« Ce serait un honneur. »

« La puissance de l’Empire s’est affaiblie, en réponse à cela, l’autonomie de ces villes n’a jamais été aussi développée. Un changement aussi drastique n’est pas sans prix, les faibles d’esprit seront mis de côté et seuls les plus talentueux survivront. Lapis Lazuli. Je me demande si tu satisferas ces conditions. »

« Je prouverai ma valeur avec mes compétences. »

« Bien sûr que oui. Sans tes compétences, tu n’aurais rien. »

Pour la deuxième fois, Ivar Lodbrok s’exclama.

Dans la sombre salle de conférence, tous les cadres étaient éberlués. Ce vieux vampire et cette froide succube étaient dans un monde à part.

Je devais l’admettre, cette situation était absurde.

Faire d’une succube sans aucune expérience, et une sang-mêlé par-dessus tout, une administratrice. Il y avait une limite à une ascension fulgurante. Ce sera une première dans l’histoire de Keuncuska, ainsi que la dernière.

« Keruruk. »

Mais, le Seigneur Démon Dantalian, hein, j’avais le sentiment qu’on le sous-estimait trop…… Oh et puis zut. Il n’était qu’un vulgaire rang 71. Un minimum précaution était suffisant.

Ça devenait intéressant. Je devenais excité aussi.

Jouons un peu avec son altesse le Seigneur Démon.

Ce Novel est traduit par JetonS de l’équipe Soreyawari & Co. Si vous lisez sur un site autre que Soreyawari.com, c’est que le Novel a été volé. Ne soutenez pas les voleurs, lisez sur le site original.


 

Si vous appréciez la traduction, ou que vous voulez lire quelques chapitres en avance, n’hésitez pas à aller faire un tour sur mon Patreon !

 

Chapitre Précédent <~~ Sommaire ~~> Chapitre Suivant

 

Publicités

13 commentaires sur “Dungeon Defense – Volume 1 Chapitre 3 (Partie II)

    1. Hey salut ! Mmh. Ils ne me répondent pas, ils se sont renfermés sur eux-mêmes depuis toutes les plaintes qu’ils ont reçu des traducteurs.
      Par rapport à RtW, ce sont des bonnes nouvelles pour vous :]. Peu importe l’issue du combat, le rythme de parution de RtW s’accéléra. Je laisse Soreyawari décider si elle veut continuer le combat ou laisser tomber. Je me conformerai à sa décision.
      Bonne lecture à toi !

      Aimé par 2 people

  1. Salut ça va ? je viens de tomber sur une de tes trad que tu fais (ou faisait) c’est justement pourquoi je viens (et j’ai mis sa la pars que j’arrive pas à allé sur discord avec mon tél ^^) voilà après toute cette intro ma question 😉
    Tu continues la traduction de Ouroboros Record ?

    J'aime

    1. Salut,
      Très bien et toi ?

      Alors concernant OR, elle est en pause pour l’instant parce que je me concentre sur Dungeon Defense. Je continuerai la traduction une fois le volume 3 terminé. Les deux romans possèdent de très longs chapitres, il m’est impossible d’assurer une sortie fréquence aux deux avec mes études en parallèle.

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s