Death March 7-5 : À la ville natale des Nains (4)

Traducteur: Hina-sama
Adapt : ShaSha-senpai
Check : MissX


Nous sommes jeudi et comme tous les jeudi, vous allez pouvoir profiter d’un nouveau chapitre de Death March. Nous nous rapprochons doucement de la fin de l’arc des nains, avant d’attaquer la visite du duché qui risque, vous vous en doutez bien, d’être mouvementée. Je n’en dis pas plus … En attendant, Satou & Co profite de la ville des nains et de l’opportunité de visiter la boutique de magie (parchemins = triche) ^^
Bonne lecture à vous
~
ShaSha-senpai.


Ici Satou. Le curcuma est incroyable. Quand je devais boire après avoir été traîné aux soirées d’entreprise, j’en buvais toujours pour me remettre de la gueule de bois.


Le lendemain matin, trois petites filles et une autre plus âgée souffrent de la gueule de bois.

« Kuah, j’ai mal à la tête. Uuh, c’est flou.
– Nyuu~
– Aïe… Nodesu.
– Satou, médicament. »

Bien entendu, ayant pris le médicament hier, Nana se porte bien, tout comme Liza et Lulu.
Lulu apporte de l’eau à tout le monde. Lorsque mes yeux rencontrent ceux de Lulu, celle-ci devient toute rouge et baisse la tête. Je ne suis pas quelqu’un de grossier qui se moque d’une personne soule, mais puisque c’est mignon, je vais la laisser tranquille.

Je fais boire à tout le monde la même potion que Nana.
L’effet de la potion est remarquable. Toutes les personnes qui gémissaient depuis tout à l’heure redeviennent elles-mêmes et commencent à dire qu’elles ont faim. Je ferais mieux de ne pas leur demander si elles se souviennent de ce qu’il s’est passé hier. En particulier Arisa et Mia.

Comme Jojori-san est venue nous chercher, nous sommes allés déjeuner. En y pensant, bien que Dohar l’ancien et Jojori-san soient les familles régnantes de cette ville, ils mangent dans la même salle que les artisans et les forgerons. Je me demande si les nains se considèrent tous de la même famille ?
Dans la salle à manger, Dohar l’ancien est déjà en train de boire un verre le matin. La viande devant lui est l’une de celles que nous avons mangées hier : la viande de basilic. Ça a bon goût, mais l’odeur est si forte que je n’arrive pas vraiment à dire si j’aime sa saveur. Je préfère lorsque c’est un peu plus doux.

Il vient seulement de remarquer que Mia, qui a enlevé sa capuche pour le repas, est une elfe. Il semble que je me sois inquiété sans raison : les nains et les elfes n’ont pas de mauvaises relations.

« Hoo, tu es la fille de la forêt Bornéenne. J’ai entendu dire que tu avais disparu, mais en réalité, tu t’es enfuie avec un humain ?
– Nn. Amour réciproque. »

Ne dis pas cette chose scandaleuse. C’est infondé.

« Je l’ai sauvé d’un magicien maléfique, c’est pourquoi elle nous accompagne jusqu’à la forêt.
– Mwuu. »

On dirait qu’elle est mécontente que la déclaration d’un amour réciproque ait été détruite.

« Sachant que nous avons reçu une demande du Conseil de la Forêt Bornéenne pour la retrouver, est-ce que ça vous dérange si nous leur envoyons une lettre indiquant qu’elle est saine et sauve ?
– Oui. Désolé du dérangement. »

Driar-shi, le maire, s’occupe de la lettre à la place de Dohar l’ancien.
Le directeur de la guilde des travailleurs de la cité de Seryuu doit avoir envoyé une lettre, mais puisqu’il n’y a aucune garantie que cette dernière arrive, contrairement au courrier recommandé de la poste, il ne devrait pas y avoir de problème même s’il y en a plusieurs.

 

◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆

 

Aujourd’hui, j’emmène tout le monde faire un tour pour visiter la cité de Bollhart, sachant que je les ai laissé toutes seules hier. Elles en ont profité pour se réapprovisionner en fournitures. Comme on pouvait s’y attendre.
Comme Jojori-san s’est portée volontaire pour être notre guide, nous avons l’impression d’être des VIP.

Tout d’abord, nous allons à la boutique de magie dont on m’a parlé hier.

« Je suis désolé, Satou-sama. Je ne peux pas prendre des personnes pour aller à la boutique de magie située à l’entrée de la mine sans la permission de grand-père. Il n’y a aucun problème avec Satou-sama, mais je dois demander aux autres honorables invités d’attendre ici. »

Nous allons visiter la cité tous ensemble ! Enfin, c’est ce que je pensais, mais ça tombe déjà à l’eau.
Jojori-san ne changera pas d’avis même si je l’embête, alors je décide de demander à tout le monde de m’attendre ici pendant que je termine rapidement mes affaires.

La boutique de magie, Don-Haan, se trouve au-delà de l’espace ouvert situé au-dessus du four que j’ai utilisé pour fondre le mithril hier. Je comprend mieux pourquoi il est nécessaire d’avoir la permission de Dohar l’ancien pour venir ici.
À la demande de Jojori-san, je mets l’épée féérique que nous avons fabriquée hier à ma taille.
J’ai créé la ceinture de l’épée moi-même quand je fabriquais quelque chose pour Nana avant. Le fourreau a été créé dans l’urgence. Sérieusement, c’était ce matin avant le petit-déjeuner. C’est un fourreau tout simple avec une base en bois. Je pense en fabriquer un plus approprié un jour prochain.

« Yo, Jojori, tu es tombée amoureuse d’un humain ? Zajir va pleurer, t’sais.
– Oi, Jojori, pourquoi tu emmènes un humain ici ? Oya-san va t’assommer, t’sais ? ».

Deux petits jumeaux âgés nous accueillent à l’intérieur de la boutique de magie. Ce sont des gnomes, pas des nains.

« Salut, vieux Don, vieux Haan. J’ai la permission de grand-père. »

Jojori-san leur montra du doigt le pommeau de mon épée féerique. Comme les gnomes ont demandé à la voir de plus près, je retire la ceinture et la mets à un endroit facile à voir.

« C’est… je suis surpris. Ca ne peut pas être la Véritable Marque d’Oya-san.
– Sacrément surprenant. Est-ce qu’Oya-san l’a fabriquée pour plaisanter après avoir trop bu ? »

Il semble que cette Véritable Marque soit la signature de Dohar-san, et il ne la met pas sur de simples objets habituellement. Si je montre cette Véritable Marque aux nains et aux gnomes de ce territoire autonome, je serai traité comme un vieil ami. Dohar l’ancien… vous êtes trop gentil envers ce jeune que vous avez juste de rencontré hier.

Pour le moment, comme je peux acheter n’importe quoi dans cette boutique grâce à la Véritable Marque, je décide de voir les livres de magie et les parchemins.
C’est aussi une boutique d’alchimie, mais ils ne vendent que des produits finis : il n’y a donc ni outils de préparations, ni matériaux à vendre.

« Ici, nous avons des livres de magie de bas niveau de l’eau, du vent, de la glace et du feu, tandis que les livres de magie intermédiaire concernent la terre et le feu. Il y a aussi des choses inhabituelles comme la magie de forgeron et la magie de la montagne. »

Don-san empile les livres de magie.
C’est la première fois que j’entends parler de la magie de forgeron, mais c’est simplement de la magie conçue pour forger, utilisable avec la compétence magie du feu. C’est la même chose avec la magie de la montagne : il s’agit de sorts conçus pour chercher et déterrer des minéraux dans les mines, que l’on utilise avec la compétence de la magie de terre. On me conseille aussi la magie des autres éléments qui sont également nécessaires, bien qu’il y en ait peu.
J’ai déjà acheté les livres de magie de bas niveau dans les villes humaines, mais puisque j’ai vu quelques sorts inhabituels, je les achète tous. Sachant que je ne peux pas porter tous ces livres, il a été décidé de les livrer en même temps que leur livraison de stock.

« Hoo ? Des parchemins ? Nous avons quelques parchemins, mais ce ne sont que des choses chères pour les personnes pouvant déjà utiliser la magie. Les effets sont très faibles, vous savez ? »

Haan-san prend les parchemins des étagères tout en m’avertissant. Il semble n’y avoir que six types de parchemins ici.

« Ces parchemins sont des assurances pour les mineurs qui vont seuls à la mine. Pour broyer les rochers afin que ça devienne du sable, [Brise Roche]. Lorsque l’eau remonte à la surface [Gel d’Eau]. Il y a aussi [Terre cuite], ainsi que [Mur de Boue (Mur)] utilisés pour renforcer les substrats rocheux fragiles. Enfin,  [Purification d’Air] et [Rideau d’Air], pour traverser les zones aux gaz étranges. »

Bien entendu, je lui dis que je souhaite tout acheter, mais Don-san m’arrête.

« Je suis désolé, jeune homme. Je dois refuser pour le parchemin de [Purification d’Air]. Il ne m’en reste plus qu’un. Je souhaite le garder en stock jusqu’au prochain réapprovisionnement, le mois prochain. »

C’est regrettable, mais ce n’est pas quelque chose que je veux aux dépens des nains.
De plus, il semble que les parchemins de cette boutique proviennent de la famille Toruma, alors je l’obtiendrai probablement quand j’irai à la capitale du duché.

Les parchemins que j’ai eus sont les suivants :

> Parchemin, Magie de la Terre : Brise Roche
> Parchemin, Magie de la Terre : Mur de Boue (Mur)
> Parchemin, Magie de la Terre : Terre cuite
> Parchemin, Magie du Vent : Rideau d’Air
> Parchemin, Magie de la Glace : Gel d’Eau

 

◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆

 

Après avoir terminé les achats dans la boutique de magie de Don-Haan, je pars gaiement visiter la cité avec tout le monde.
Au début, Pochi et Tama se balançaient toutes les deux au bout de mes deux mains, mais Mia et Arisa ont commencé à se plaindre. Pour finir, elles se sont calmées lorsque je leur ai tenu la main en alternant à chaque rue. Les tours ont été décidés par un pierre-papier-ciseaux.

Tiens ? Alors que nous commençons à marcher, je remarque que des gens nous suivent.
Lorsque je vérifie sur la carte, je vois que ce sont des nains et plus précisément des membres du bureau de l’ordre public de Bollhart. D’après Jojori-san, ce sont des gardes du corps que Driar-shi a préparés. Ce n’est plus une ”impression” : nous “sommes” traités comme des VIP.

Au centre de la place avec la fontaine, il y a des épéistes qui dansent à l’épée, une boutique d’affûtage, et des gens qui vendent des armes en public.
Les marchandises sont exposées sur un drap à même le sol, contrairement aux stands de la cité de Seryuu. Ce n’est pas que les objets présentés soient mauvais, mais ils ne sont pas exceptionnels, c’est pourquoi je ne suis pas intéressé.

Sur la place, il y a un vendeur ambulant homme-belette qui propose un jeu avec une cible.
Il semble que vous devez réussir à toucher la cible à 3 mètres avec des fléchettes ressemblant à des shurikens.
Une partie coûte une pièce de cuivre, et vous recevrez trois sous pour chaque shuriken qui atteint la cible. C’est la victoire du client s’il réussit à atteindre la cible deux fois, n’est-ce pas facile ?

« Qu’en penses-tu, mec ? T’veux jouer ? ».

Puisque Pochi et Tama ont l’air de vouloir tenter, je leur donne une pièce de cuivre chacune.

« Je vais toucher à tous les coups nodesu. »

Le premier lancer de Pochi est raté. Il semble que l’équilibre de la fléchette est mauvais. Non, le déséquilibre est délibéré. Cependant, elle a touché la cible deux fois : elle a bien la compétence [Lancer].

« Je l’ai eu deux fois, nodesu !
– Aiyaa, la d’moiselle est vraiment douée. Je vais devoir survivre avec du riz, si ça continue. »

Je caresse la tête de Pochi qui a l’air d’être ravie après avoir reçu une pièce de cuivre et un sous.
Sa queue semble être sur le point de s’arracher.

« Revanche pour Pochi~ ? ».

À chaque fois que Tama lance une fléchette, le public l’encourage. Elle a touché la cible trois fois de suite.

« Oh, la petite fille a battu le record.
– Je parie sur quatre touches.
– Je parie que cette troisième sera la dernière. »

Ils ont commencé à parier, mais Tama lance la quatrième et la cinquième fléchette sans faire attention à l’ambiance.
Malheureusement, la cinquième rate, mais elle est assez incroyable pour réussir à toucher avec quatre fléchettes conçues pour manquer leur cible.

« Une de ratée.
– C’est déjà incroyable, Tama. »

Elle voulait tellement réussir à toucher la cible avec toutes les fléchettes qu’elle en a oublié sa récompense. Mais, il semble qu’elle s’en soit remise après que je l’ai félicitée. Pendant qu’elle frotte sa tête contre ma main alors que j’ai terminé de lui caresser la tête, elle montre triomphalement les pièces de cuivre à Pochi.

Comme Tama lui a montré deux pièces de cuivre et deux sous, la rivalité de Pochi est si intense qu’elle allait la défier à nouveau, mais l’homme-belette refuse les personnes qui ont déjà touché la cible deux fois ou plus.

Tout le monde a aussi relevé le défi, mais à part Mia qui a touché la cible une fois, personne d’autre n’a réussi à toucher la cible. Bien que Liza s’entraîne occasionnellement à lancer sa lance, elle a tout raté. Jojori-san m’encourage à essayer, mais je m’abstiens.

 

◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆

 

Il n’y a pas que des armes, armures ou d’autres choses barbares qui sont étalées sur la place. Divers ouvrages réalisés à la main à partir de gemmes et de métaux précieux sont aussi alignés. Bien qu’ils aient l’air plus raffinés que ceux de la cité de Seryuu, j’ai l’impression qu’ils sont plus grossiers que ceux que je vois habituellement dans les pubs à la télé.

Puisque nous sommes déjà ici, je suggère d’acheter pour une valeur d’une pièce d’argent des objets faits à la main pour tout le monde, mais…

« Les choses que le maître fabrique sont meilleures de toute manière. Mettez beaucoup de votre amour dedans, s’il vous plaît.
– Viande~ ?
– C’est ça, nano desu. Je veux de la viande grillée nodesu.
– Le steak, c’est bien, mais je pense que le filet de viande rôtie est meilleure.
– Crêpes. »

Arisa demande des accessoires, mais  Tama, Pochi, puis Liza, et même Mia, font du bruit pour de la nourriture.
Nana et Lulu qui regardent les accessoires se mettent d’accord avec Arisa et me disent que les accessoires que je fabrique sont meilleurs. Je peux en fabriquer facilement grâce à mes compétences de production de toute façon. Je fabriquerai des boucles d’oreilles ou des bracelets assortis, pourquoi pas.

Peut-être ont-elles faim si elles parlent de nourriture. Je décide de prendre un repas au restaurant qui fait face à la place. Puisque j’ai été longtemps dans les souterrains, je réserve la table sur la terrasse ouverte devant le restaurant. Quand nous commandons le repas, Pochi dit une chose très curieuse : « Je souhaite partir rapidement en voyage et manger de la viande du maître nodesu ». D’une manière ou d’une autre, tout le monde adhère à la remarque de Pochi et acquiesce. Jojori-san affiche un regard confus en étant la seule personne ne comprenant pas la situation.

Le repas est du pain noir garni avec du fromage et de la saucisse, et il est normal pour les nains de servir ça avec de la bière. La saucisse est émincée, alors je mets de la moutarde dessus. De la moutarde, après tout ce temps. Lorsque je vérifie avec Lulu, il semble qu’elle ait acheté plusieurs de types de saucisses ainsi que de la moutarde. Bien joué.

 

◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆

 

« Pourquoi ne vendez-vous pas d’épées en mithril alors qu’on est dans la ville natale des nains ? »

Alors que nous buvons du thé au gingembre après le repas, j’entends comme des cris. Quand je jette un coup d’œil par-là, un homme portant des vêtements comme ceux des nobles se plaint à un nain qui vend des armes sur un stand de rue.

Il semble que la tranquillité se termine et que les problèmes dans la ville natale des nains commencent.

 

Chapitre précédent <~~ Sommaire ~~> Chapitre Suivant

Publicités

6 commentaires sur “Death March 7-5 : À la ville natale des Nains (4)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s