Dans la Caverne de l’Obscénité – Volume 2 Chapitre 2 (Partie III)

Traducteur : JetonS

Adapt : ———
Check : ———


18warningCe roman « Dans la Caverne de l’Obscénité » contient des scènes sexuelles ou violentes de manière explicite. Certains éléments peuvent choquer les plus jeunes ou les plus sensibles (tags : viol, mort, fantaisie, magie, folie, tentacule, plaisir sexuel). En poursuivant la lecture de cette oeuvre, vous déclarez être majeur et vous vous engagez à prendre vos responsabilités quant au contenu des chapitres. Bonne lecture à ceux qui osent s’aventurer dans cet antre démoniaque !


coverall

Ce Novel est traduit par JetonS de l’équipe Soreyawari & Co. Si vous lisez sur un site autre que Soreyawari.com, c’est que le Novel a été volé. Ne soutenez pas les voleurs, lisez sur le site original.


Chapitre 2 – L’Exploration de la Mine Abandonnée


Ce Novel est traduit par JetonS de l’équipe Soreyawari & Co. Si vous lisez sur un site autre que Soreyawari.com, c’est que le Novel a été volé. Ne soutenez pas les voleurs, lisez sur le site original.

« – Oui, je vais bien. »

« On fera demi-tour quand tu te sentiras mal à l’aise, n’hésite pas à me le dire. »

« … Oui. »

Les recherches se poursuivirent. Ils s’étaient divisés en deux groupes pour doubler leur efficacité.

D’humeur joviale, les aventuriers avancèrent dans les profondeurs de la caverne.

Leur vitesse était plus rapide que le deuxième jour. Par conséquent, leur endurance s’épuisait aussi plus vite.

« Nous sommes arrivés loin, hein. »

« … Oui. »

Son visage ne le suggérait pas, mais les épaules fatiguées de Satia manifestaient son épuisement.

Avancer avec un chiffon sur le nez pour se prémunir de la poussière avait rapidement vidé leur endurance. Ils arrivèrent à un cul de sac et les hommes décidèrent de prendre une pause.

Ils choisirent une zone moins poussiéreuse pour respirer et s’assirent en laissant échapper un soupir.

Ce fut à ce moment qu’une goutte de liquide tomba sur la nuque du plus vieil homme.

Le temps qu’il se rende compte de l’anomalie, il était déjà trop tard.

– Aussitôt que l’homme s’effondra, Satia et l’autre homme s’écroulèrent à leur tour.

« Qu-quoi … ?! »

Il n’arrivait plus à parler. Son corps était entièrement paralysé et n’arrivait même plus à bouger le petit doigt de pied.

Il trimait à respirer. Chaque respiration était devenue douloureuse.

Que s’était-il passé ?

Alors qu’il réfléchissait, le champ de vision de l’homme qui portait la lanterne fut enveloppé d’une immense quantité de mucus noir.

Son autre camarde avait été immobilisé et était étendu sur le sol, tandis que Satia encouragea son corps ankylosé de se relever en se tenant sur son bâton.

L’apparence de Satia qui se forçait à se tenir debout fut la dernière chose que l’homme vit de ce monde.

Ce Novel est traduit par JetonS de l’équipe Soreyawari & Co. Si vous lisez sur un site autre que Soreyawari.com, c’est que le Novel a été volé. Ne soutenez pas les voleurs, lisez sur le site original.

*

Ce Novel est traduit par JetonS de l’équipe Soreyawari & Co. Si vous lisez sur un site autre que Soreyawari.com, c’est que le Novel a été volé. Ne soutenez pas les voleurs, lisez sur le site original.

Au matin du troisième jour, les aventuriers mangèrent leur petit déjeuner en analysant la carte de la mine abandonnée.

L’exploration de la mine ne progressait pas comme prévu.

S’ils continuaient à ce rythme, les recherches dureraient probablement trois autres jours.

Ils ne pensaient pas examiner tous les embranchements de la mine, mais ils voulaient au moins examiner les grandes routes.

Il n’y avait aucun danger et leur exploration était monotone. Parmi les cinq, aucun ne croyait en la présence de leur cible ou de Frederica quelque part dans la mine.

Si les recherches dans la mine ne se révélaient pas fructueuses, ils cesseraient les recherches … et confieraient cette tâche à l’ordre des chevaliers du royaume.

En effet, la recherche de personnes disparues faisait partie de l’éventail d’expertise des aventuriers, mais il y avait une limite à ce qui était réalisable. La plupart du temps, les aventuriers étaient embauchés pour subjuguer des bêtes sauvages qui apparaissaient trop près des routes nationales, à défaut de pouvoir subjuguer des bandits et monstres qui se faisaient de plus en plus rares.

Les enquêtes étaient très souvent confiées à l’ordre des chevaliers.

Les frais de commission étaient plus élevés, mais ils étaient aussi plus fiables.

Néanmoins, les aventuriers haïssaient l’ordre des chevaliers.

Et pour cause, ils avaient un titre officiel, et se moquaient souvent de l’occupation des ‘aventuriers.’

« Et si on divisait le groupe aujourd’hui ? »

L’un des hommes suggéra une proposition.

Ils avaient jugé la mine inoffensive après ces deux jours passés dedans. Seuls les poltergeists et la poussière entravaient leur avancée.

Il n’y avait pas non plus de bandits ou de bêtes sauvages, ce n’était pas un souci pour le groupe d’aventuriers de se séparer en deux.

« Si vous voulez. »

Alfred consentit à la suggestion.

S’il n’y avait aucun danger, autant doubler leur rendement.

La recherche se conclurait plus vite et Frederica souffrirait quelques jours de moins s’ils la trouvaient.

Il se séparèrent en deux groupes : Alfred et un homme, Satia et les deux autres.

Les mages étaient précieux. En cas d’imprévue, les deux mages seraient leur principal atout.

Les répartitions furent décidées ainsi pour éviter qu’une équipe se retrouve sans mage.

Ce fut sur cette décision que les aventuriers se séparèrent.

Le slime confirma leurs positions et emboita le pas derrière eux. Il retourna à la mine abandonnée en toute discrétion.

La première cible qu’il avait pris en chasse ? La femme.

Il n’y avait rien à comprendre.

Il s’agissait d’instinct.

Ce Novel est traduit par JetonS de l’équipe Soreyawari & Co. Si vous lisez sur un site autre que Soreyawari.com, c’est que le Novel a été volé. Ne soutenez pas les voleurs, lisez sur le site original.

*

Ce Novel est traduit par JetonS de l’équipe Soreyawari & Co. Si vous lisez sur un site autre que Soreyawari.com, c’est que le Novel a été volé. Ne soutenez pas les voleurs, lisez sur le site original.

Le groupe de Satia progressa dans la mine abandonnée à l’aide d’une lanterne. Un des hommes tenait la lanterne et la carte tandis qu’un autre menait la voie pour assurer les pas.

Les deux hommes entouraient Satia pour la protéger.

La vitesse d’avancement des trois aventuriers silencieux ne fut pas différente de celle de la journée d’avant. Le slime chassa ses cibles, suspendu au plafond.

Au moment où il s’apprêtait à renoncer à son assaut et à oublier leur entreprise dans la mine, les aventuriers se séparèrent.

En dépit de tout, il ne se précipita pas. Il n’attaquerait qu’une fois les cibles isolées l’une de l’autre.

Sa priorité absolue était le mage. Cet adversaire devait à tout prix être mis hors d’état de nuire avant qu’il ne puisse utiliser sa magie.

Soigneusement, très prudemment – le limon noir épia les trois personnes.

Si les humains se promenaient trop longtemps dans cette mine, leur endurance et leur concentration se dégraderaient.

C’était une connaissance que le slime avait acquise durant sa filature la journée d’avant.

Ces aventuriers ignoraient totalement qu’ils étaient suivis par une créature au plafond. Ils s’enfoncèrent à l’intérieur de la mine sans la moindre idée de ce qui les attendait.

Satia, d’un visage similaire à celui d’une poupée, soupira doucement, chagrinée par la séparation avec Alfred, son maitre.

Ce petit soupir pouvait être interprété par du mécontentement, cependant elle n’avait pas perdu sa concentration.

Elle savait que si elle était négligente, des complications pourraient vite survenir.

« … Fiou. »

« Tu vas bien, Satia ? »

Ce Novel est traduit par JetonS de l’équipe Soreyawari & Co. Si vous lisez sur un site autre que Soreyawari.com, c’est que le Novel a été volé. Ne soutenez pas les voleurs, lisez sur le site original.

*

Ce Novel est traduit par JetonS de l’équipe Soreyawari & Co. Si vous lisez sur un site autre que Soreyawari.com, c’est que le Novel a été volé. Ne soutenez pas les voleurs, lisez sur le site original.

Au moment où Satia parvint à attraper son bâton, un tentacule le saisit.

Toutefois, avant de se voir confisquer son bâton, la femme créa une flamme devant elle pour illuminer les ténèbres de la mine abandonnée.

« Un slime ?! »

Au moment où elle vit l’apparence du monstre qui scintillait sous les flammes, Satia cria son nom d’un visage surpris.

Cette surprise ne persista qu’un court instant.

Sa surprise se dissipa pour laisser place à son visage calme de de tous les jours. Le tentacule qui s’enroulait autour du bâton fut brûlé par le feu.

« … Flamme ! »

La petite fille tomba à genou après son incantation de boule de feu.

Elle avait été empoisonnée mais la dose avait été trop faible. Le slime avait injecté le poison aux hommes sans ménager la concentration de solutés actifs contenus dans le liquide. Sauf qu’il avait trop dilué la concentration pour la femme.

Son corps était petit. Par conséquent, le slime avait injecté encore moins de dose que pour Frederica. Il ne s’attendait pas à ce retour de flamme. Le limon noir avait du mal à désarçonner les femmes.

Sans trop s’en soucier, le slime éteignit immédiatement la boule de feu à l’aide du pouvoir magique volé à Frederica.

« Eh – ?! »

Ce n’était pas de la magie … il avait contré la boule de feu en relâchant une onde de choc. Cette contre-offensive surprit grandement Satia.

Quoique le slime fût un monstre embêtant qui nullifiait les attaques physiques avec son corps visqueux, c’était une existence qui ne tolérait pas la magie.

Et jusqu’à preuve du contraire, tout le monde savait que les slimes étaient incapables d’utiliser la magie.

Satia prit appuis sur des jambes engourdies et s’éloigna progressivement du slime.

Elle ne comprit pas pourquoi le poison paralysant ne l’avait pas privée de ses mouvements, mais c’était le dernier de ses soucis à l’heure actuelle.

Le slime avait déjà absorbé un des hommes tombés par terre et l’autre ne bougeait pas d’un pouce.

Actuellement, la seule qui était en position de se défendre était Satia. Elle avait utilisé la magie de feu sous l’impulsion du moment pour mieux observer les ténèbres, mais si le feu avait causé une explosion dans la mine abandonnée et qu’elle s’était effondrée sur eux, ils auraient tous été morts.

Le feu était banni de son répertoire, l’une des seules faiblesses du slime.

Satia maitrisait la magie de feu et la magie de vent. Les deux attributs ne se prêtaient pas à un combat en zone fermée.

Satia ignorait pourquoi un slime se trouvait à un tel endroit. Elle devait absolument s’échapper pour prévenir son maitre du danger. Elle s’évertua à bouger son corps lent.

Elle prit habilement appuis sur son bâton, trainant à moitié la partie inférieure de son corps à cause du manque de réactivité de ses jambes.

Heureusement, les mouvements du slime étaient encore plus lents que ceux du corps de Satia paralysé par le poison.

C’était surement parce qu’il digérait les deux autres proies. Satia évacua de force ces idées noires de son esprit.

Comme pour se moquer de ses efforts stériles, un tentacule décocha du corps principal du slime et s’empara de la botte droite de Satia.

Elle se retourna toute paniquée et observa la mort des deux autres hommes absorbés par le slime au moyen de la lumière émise par la lanterne.

Une de ses jambes avait été attrapée.

Elle se débattit avec son corps engourdi, mais le corps maigre de Satia ne réussit pas à se libérer.

 « Hii … »

Elle était sur le point de servir de repas au slime.

D’autant plus qu’il la mangerait vivante. Un cri étouffé s’échappa de ses lèvres compte tenu de l’horreur et de l’enfer qui l’attendaient.

Elle se débattit encore et encore, mais son corps ankylosé refusa de lui répondre. Les sensations étaient encore présentes, son corps refusait juste de répondre à ses appels.

« Feu ! »

A l’aide d’un feu mineur, elle brûla le tentacule qui s’agrippait à sa jambe.

Le tentacule fut brûlé par la flèche de feu qui causa une petite explosion lorsqu’elle toucha le sol. Cette explosion ne fut pas assez conséquente pour susciter un effondrement de la caverne.

C’était triste pour les deux autres, mais elle ne pouvait plus rien faire pour eux.

Dans sa tentative de fuite, un son subtil atteignit ses tympans.

À la suite de cela, le bâton de Satia fut éjecté de ses mains.

« – Ah ?! »

Lorsqu’elle réagit à la perte de son bâton, des tentacules capturèrent les maigres bras et jambes de Satia.

Son petit corps fut levé dans l’air et prit la forme d’un [大].

Malgré ses ferventes tentatives d’affranchir son corps, la paralysie avait déjà atteint tous les muscles. Lorsqu’elle fut levée dans l’air, elle avait déjà perdu la partie.

La peur d’être digérée heurta son esprit tel un marteau.

De la sueur froide coula de son corps pétrifié. Elle se débattit sans arrêt d’une vaine résistance. Elle se rendit progressivement compte qu’elle ne sentait plus ses bras et ses jambes. Avec ses mouvements frénétiques, elle ne faisait qu’accélérer la propagation du poison.

(Du poison paralysant – quel genre de slime est-ce …)

Il existait beaucoup de variété de slimes. La plupart changeait de taille ou de couleur.

Aucun livre n’avait d’information sur un slime capable d’utiliser du poison. Ce que Satia ignorait était que cette bénédiction fut gratifiée au slime grâce à une mutation.

Le slime, conscient que sa proie était hors d’état de nuire, se dirigea vers Satia.

Grâce aux connaissances absorbées, le slime savait que cette proie était capable d’utiliser la magie même sans le bâton.

Cependant, le limon noir savait aussi qu’il pouvait contrer un sort magique en utilisant une certaine quantité de mana pour nullifier les dégâts.

Il mit de côté ses précautions et ramena le petit corps de Satia près de lui.

Ses faibles membres étaient entièrement couverts par sa robe noire. Ses longs cheveux platines, dont certains étaient collés à ses joues trempées par la sueur, étaient tressés en une queue de cheval du côté gauche.

Ses yeux d’habitude somnolents foudroyaient son ennemi du regard. En dépit de tout, une peur insaisissable lui tourmentait les pensées.

Le slime sembla ignorer sa haine et amena deux de ses tentacules devant les yeux de Satia.

« –– ? »

Satia, incertaine de ses intentions, fronça les sourcils.

Elle avait envie d’appeler Alfred une dernière fois avant de mourir, mais elle ne souhaitait pas accidentellement inciter le slime à l’attaquer.

Pour une raison quelconque, le slime ne semblait pas avoir l’intention de la tuer immédiatement. Elle avait probablement compris ce fait et restreignit ses envies de crier.

Alfred remarquerait l’utilisation de la magie et viendrait l’aider. A ces pensées optimistes, la petite fille endura ce supplice.

Satia savait que les mages étaient sensibles aux variations du flux magique dans l’air. Alfred lui avait appris ces notions et avait été sauvé plusieurs fois grâce à cela.

Contre toute attente, au prochain instant, les yeux stupéfaits de la fille s’écarquillèrent.

Pour une raison ou une autre, les deux tentacules que le slime avait mis devant ses yeux s’infiltrèrent dans ses habits par les coins de la robe.

« Hii ? N-no-non ! Pourquoi ?! »

Son intention de ne pas inciter le slime disparut en un instant.

Les tentacules, couverts d’un liquide visqueux, s’enroulèrent autour des jambes sveltes de Satia, arrivèrent à sa culotte et grimpèrent sur son abdomen.

Elle eut la chair de poule avec cette sensation horripilante. Elle essaya de secouer son corps engourdi pour déloger les tentacules. En raison de ses respirations haletantes et de sa sueur, le métabolisme de son corps tourna à plein régime, résultant en une propagation totale du poison paralysant.

Son corps commençait à montrer des signes de fatigue. En conséquence, le slime fut en mesure de capturer sans incident le mage avec un poison paralysant dilué.

Le limon noir, satisfait par les résultats, gigota les tentacules. Il caressa l’abdomen de Satia et la stimula en barbouillant son petit dos d’un liquide visqueux.

Cette action était comparable aux caresses d’un homme. Satia n’avait aucune expérience en la matière, mais avait appris contre son gré les actes pervertis d’un homme et d’une femme.

« Kuh –– N-non ! »

Elle haïssait le tentacule qui lui caressait l’abdomen. Elle était irritée à la simple pensée de leur présence. Mais la chose qui perturba le plus le mage fut les caresses sur ses fesses. Ces perturbations l’empêchaient de se concentrer pour canaliser la magie.

Illuminée par la lanterne tombée sur le sol, la petite fille à la robe noire dansa dans le noir.

Sa robe absorba rapidement le mucus et adhéra à son corps d’une manière obscène. Des ondulations étaient visibles sur ses membres. Ces ondulations étaient le fruit des tentacules gigotant sous sa robe.

Ce spectacle était étrangement ludique.

Ses bras et jambes étaient complètement immobilisés. Seul son corps répondait encore à son appel.

« Maitre … Aidez-moi … »

D’une voix faible et timide –

.

– elle sollicita l’aide de son maitre bien-aimé.

(NDT : Comme certains d’entre-vous l’auront remarqué, la date de sortie de ‘Dans la Caverne de l’Obscénité’ a été changée au Jeudi. Ce sera ainsi pour toutes les semaines qui suivent ! J’espère en tout cas que ce changement ne vous bouleverse pas trop ¯\_(ツ)_/¯ )

Ce Novel est traduit par JetonS de l’équipe Soreyawari & Co. Si vous lisez sur un site autre que Soreyawari.com, c’est que le Novel a été volé. Ne soutenez pas les voleurs, lisez sur le site original.


Si jamais vous remarquez des fautes d’orthographes, n’hésitez pas à me le signaler dans l’espace commentaire ! Merci !

Si vous appréciez la traduction, ou que vous voulez lire quelques chapitres en avance, n’hésitez pas à aller faire un tour sur mon Patreon !


Chapitre Précédent <~~ Sommaire ~~> Chapitre Suivant

Publicités

3 commentaires sur “Dans la Caverne de l’Obscénité – Volume 2 Chapitre 2 (Partie III)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s