Death March 3-2 : Maître des Filles Hommes-bêtes

Traduction : SamiHuunter
Check : Soreyawari


Le deuxième chapitre de ce nouveau volume !

Appréciez le fruit de nos efforts qui nous font transpirer sang et sueur (ça ne veut rien dire) !


 

Ici Satou. Même si les esclaves sont communs ici, je n’y suis toujours pas habitué. C’était Satou.

Il serait difficile de répandre les droits fondamentaux de l’homme dans ce monde.

Mais bon, je n’ai aucune intention de le faire…


Après plusieurs sessions de question / réponse, nous sommes enfin relâchés.
L’officier-onee-san à qui on avait donné nos affaires nous les rend.

« Les choses qui sont ici ont le feu vert pour être reprises. Cependant, les cœurs magiques qui sont là vont être achetés par le comte. »

Puis-je refuser ?… J’essaie de demander, mais elle me répond avec « Non » et un sourire.

« Puisqu’on ne peut pas confirmer complètement que cette viande de monstre est sans danger, nous allons la confisquer. Et puisque cette lance est faite à partir d’une partie de monstre, nous ne pouvons pas vous autoriser à la transporter dans la ville. »

Lisa réagit avec exagération à ces paroles et se tourne vers moi. L-la rarement furieuse Liza, est en colère ?
Puisque qu’elle semble vraiment l’aimer, négocions pour elle.

« Comme cette lance est puissante, ne pourriez-vous pas demander à une personne dotée de la compétence analyse de vérifier si elle pose un quelconque danger ? Évidemment, je paierai le prix de la procédure, mais pourriez-vous la rendre une fois que c’est fini ? »

Liza, tu fais peur. Terrifiant. Regardes, même le sourire de l’onee-san se crispe.

« Je-je comprends, je vais arranger ça. Un nouveau reçu de détention va devoir être émis et il sera prêt aux alentours de demain après-midi, apportez alors ce reçu temporaire aux poste militaire.
– Oui, je compte sur vous. »

C’est vrai, demandons pour le traitement des filles-bêtes.

« Um, j’ai une question, si vous permettez… »

C’est à propos des filles-bêtes. (ndt : l’auteur avait pas envie de se faire chier à écrire l’explication de la situation, alors il résume le tout avec cette phrase et les lignes suivantes x) )

« …Je vois, le maître de ces esclaves est mort donc vous avez pris soin d’elles et les avez amenées hors du labyrinthe, c’est ça ?
– Oui, c’est exact. »

Liza hoche également la tête. Pochi et Tama s’appuient contre les jambes de Liza avec nonchalance… Elles s’ennuient, n’est-ce pas ?

« Si c’est ainsi, alors ces esclaves demi-humaines sont à vous. »

C’est donc ça ?… J’avais pensé les acheter et les relâcher si elles étaient amenées à un marchand d’esclave de toute façon.

« Si le maître d’un esclave décède dans un labyrinthe, excepté dans le cas d’un meurtre, quiconque trouve les esclaves obtient leurs droits de propriété, exactement comme des objets perdus. Par conséquent, conventionnellement et légalement, vous êtes le maître de ces esclaves. »

Onee-san écrit quelque chose sur un certificat et me le donne.

« C’est un certificat qui revendique que vous êtes le maître de ces esclaves. Puisqu’il est uniquement valable dans la ville, c’est plus judicieux de faire un contrat officiel sur la place du château avec les marchands d’esclaves aussi tôt que possible. Ce n’est pas assez pour vous remercier de l’importante quantité de cœur magique, mais le certificat de la ville vous est offert. »

Je reçois le certificat et la remercie. Puis, avec les filles-bêtes, nous sortons de la tente.
Ah oui, puisque les cœurs magiques sont utilisés comme matériaux pour la barrière isolant le labyrinthe, nous sommes obligés de les vendre.

À l’extérieur, Zena-san et les trois filles bruyantes de la dernière fois discutent de quelque chose.
Ce n’est pas une bonne chose de déranger leur travail, mais qu’elles se contentent de hocher la tête en réponse à mes salutations est assez froid…
En se demandant ce qu’il se passe, Lilio affiche un large sourire et donne un petit coup de coude à Zena-san en riant, avant de me pointer du doigt.
« Bonne chance~ », sous les encouragements de Lilio, Zena-san vient par ici.

« Satou-san, je vois que la procédure est finie. Vous allez retourner à l’auberge après ça ?
– Oui, j’aimerais que les esclaves se reposent là-bas aussi.
– Vous êtes vraiment gentil. Je pense que même l’étable dans l’écurie doit être plus confortable que le sol du labyrinthe. »

…Hein ? Il y avait des mots étranges mixés dedans.

« Non, je ne vais pas laisser des camarades avec qui j’ai traversé des épreuves difficiles dormir dans l’écurie. J’ai l’intention de réserver des chambres convenables à l’auberge pour elles.
– Umm, Satou-san. Il n’y a aucune auberge qui permettrait à des demi-humains de loger dans ce territoire, vous savez. Si le maître réside à l’auberge, alors les esclaves seront mis à l’écurie. »

Sérieusement ?… Je pensais que c’était juste désagréable, au mieux, qu’ils me laisseraient si je payais plus.
Puisque Zena-san a l’air désolé, ça ne semble pas être une blague.

« Zena-san, vous n’avez pas à faire cette tête. Grâce à vous, je ne vais pas me battre à l’auberge. »

Elle a toujours l’air désolé, mais je continue à lui dire de ne pas s’inquiéter à ce propos.
Puisque Zena-san et son groupe vont être de garde ici jusqu’à minuit, je les remercie pour ce qu’elles m’ont appris et m’en vais.

Malgré tout, si je n’avais pas eu cette information par Zena-san à l’avance et qu’on m’avait demandé de mettre les filles-bêtes à l’étable, je serais probablement parti de l’auberge Monzen.

Devrais-je acheter une maison ? Ou est-ce que je sors du territoire du comte ?
C’est différent de quand je suis arrivé ici pour la première fois, j’ai rencontré Zena-san et de nombreuses autres connaissances dans cette ville donc je m’y suis attaché. Même si je ne prévois pas d’y rester définitivement…

Sur le chemin du retour, passons à la guilde des travailleurs et demandons à Nadi-san si elle peut arranger l’achat d’une maison.

« Maître, c’est présomptueux de ma part de dire ceci, mais nous sommes satisfaites de dormir dans l’étable. Puisque nous dormions sur le sol à l’extérieur, sous un toit, jusqu’à maintenant… »

« C’est… Même pour des esclaves, c’est de la maltraitance excessive.
– Je suis désolée. »

Pourquoi Liza s’excuse-t-elle ? J’ai envie de connaître la raison.

« Non, c’est, je ne voulais pas que maître fasse une tête pareille… Je veux que maître ne s’inquiète pas même si nous dormons dans l’étable, mais mon vocabulaire n’est pas suffisamment…
– C’est donc ça, tu me prenais en considération. Merci. »

Pochi et Tama, qui sont suspendues à mes mains, tirent mes manches.
Je regarde là où elles pointent leurs doigts, une fille portant un vêtement une-pièce semble vouloir nous parler. Elle tient un petit bâton dans sa main. Une utilisatrice de magie, hein ?

« Je peux faire quelque chose pour toi ?
– Oui, pourquoi pas un peu de magie de rue ? »

Est-ce que c’est comme les soigneurs de rue dans les MMO ?

« Pour traiter les blessures ?
– Un traitement complet est impossible~ pourquoi pas hémostase et nettoyage ? C’est rafraîchissant et si vous ne nettoyez pas vos plaies, votre chair va pourrir vous savez~ ? Ah, et si vous êtes fatigué, alors je peux aussi utiliser la magie de revigoration, même si c’est un peu cher~ ?
– Combien coûte l’hémostase et le nettoyage ?
– Le set de [Lavage léger] et [Séchage] est à 12 pièces de cuivre. Une exécution de [Bandage] est 3 pièces de cuivre. »

Fumu, je suppose qu’il n’y a pas besoin d’hémostase. Puisque que toutes les plaies ont été immédiatement soignées avec des onguents.

« Alors, 4 sets de [Lavage léger] et [Séchage], s’il vous plaît.
– Hein ? Les esclaves demi-humaines aussi ? »

L’utilisatrice de magie est surprise avec les yeux grands ouverts.
Elle compte sur ses doigts avec un air pensif.

« Euh~ 40 pièces de cuivre et 3 ?
– C’est 48 pièces de cuivre. »

Alors que tu peux utiliser la magie, tu ne peux pas faire de calcul mental ?… Puisqu’il semble que je dois payer à l’avance, je lui donne 3 pièces d’argent.
L’utilisatrice de magie commence à calculer en écrivant sur le sol… T’es sérieuse ?

« Une pièce d’argent est équivalente à 20 pièces de cuivre.
– U~, je sais ça, je calcule correctement maintenant parce que je le sais ! »

La fille calcule rageusement avec une main sur sa tête. Après un moment, elle finit enfin le calcul et me rend 12 pièces de cuivre de monnaie.

« Merci pour l’attente~ Bon à présent, commençons rapidement~ ! Pour garder les jeunes enfants immobiles, tenez-les bien par leurs épaules s’il vous plaît, okay. »

Je me demande si c’est dans le manuel concernant ça, même avec des demi-humaines, elle fait attention à être polie.

Pochi et Tama, qui ont été surprises avec [Lavage léger] ont essayé de s’échapper, mais je les ai attrapées de sortes à ce qu’elles ne bougent pas.

Quand le sort [Séchage] commence, Pochi, qui semble trouver ça agréable, à l’air heureuse, appréciant la sensation de séchage.
D’un autre côté, ça a l’air de déplaire à Tama encore plus que le moment du lavage. Elle essaye d’échapper à Liza qui lui tient l’épaule.

« Merci, je me sens rafraîchi à présent. Pratiquez-vous toujours la magie par ici ?
– Aujourd’hui il y avait beaucoup de gens qui donnaient l’impression d’avoir joué dans la boue qui passaient par là alors je suis venue gagner un petit extra. Mais je suis en général autour des bordels. Le revenu est bon puisqu’il y a beaucoup de gens là-bas qui veulent se rafraîchir. »

Je vois, c’est certainement vrai. Elle est maligne.
Une fois que je lui ai dit que nous sommes le dernier groupe de personne ayant joué dans la boue, la fille retourne à ses clients habituels.

img_0334

Le jour touche à sa fin, je suppose que ce n’est pas un problème si je fais le contrat officiel d’esclavage demain.

En pensant cela, j’apporte quatre portions de viande cuite aux allures délicieuses.
Est-ce c’est de la viande de chèvre ? Elle a un goût un peu bizarre mais la poudre verte, qui ressemble à du poivre, stimule mon appétit.
Les filles-bêtes mangent voracement, des effets sonores, hagu hagu, semblant sortir. En y repensant, la fois avec la viande de grenouille était incroyable aussi~.
Même Liza, habituellement discrète, devient intense quand c’est à propos de viande. La voir déguster la viande est un joli spectacle à mes yeux. Son embarras quand elle réalise qu’elle est observée n’est pas mal non plus.

Quand le jour devient sombre, les lampes sur la route principale sont allumées par des magiciens tenant des courtes canes. C’est juste mon imagination où il y a beaucoup de monde ?

Puisque je n’aime pas crier quand des ivrognes essayent de toucher Liza ou Pochi, j’achète aux trois des manteaux à capuches. Curieusement, Tama marche avec habilité sans se faire embêter par quiconque.

On progresse à travers ce tohu-bohu et on découvre qu’une estrade a été installée sur la place. Divers attelages avec des cages sont éparpillés autour de la place, derrière l’estrade, certains marchands récitent des discours ici et là.

… Ah oui, depuis hier, la vente aux enchères des esclaves a commencée.

 

Chapitre précédent <~ ~  Sommaire  ~ ~> Chapitre suivant

Publicités

4 commentaires sur “Death March 3-2 : Maître des Filles Hommes-bêtes

  1. « Le jour touche à sa fin, je suppose que ce n’est pas un problème si je fais le contrat officiel d’esclavage demain. »(donc il sait qu’aujourd’hui il peut s’en occuper)

    …(un peu plus tard)

    « Ah oui, depuis hier, la vente aux enchères des esclaves a commencée. »(il est con ou quoi?)

    J'aime

    1. Milz, mon enfant, tu viens de découvrir quelque chose qui est récurent dans presque toutes les novels… Je pense que les auteurs ne se relisent jamais, du coup, ils remarquent pas les fautes évidentes dans leurs textes…
      Mais tu peux trouver ce genre de choses aussi dans nos novels originales, alors ne soit pas trop méchant 😄

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s