Death March 4-3 : Les Diverses Affaires et Drapeaux

Traducteur : Nekoyashiki-san
Adapt & Check : Soreyawari


On avait quitté notre cher Satou dans les affres de la culpabilité de ne pas se sentir coupable !
Alors, quelles sont ces affaires et drapeaux qui l’attendent ?
Rappel : un drapeau est un évènement ou une phrase qui annonce le déclenchement d’un évènement ou le rapprochement de celui-ci (death flag : “En rentrant je me marierai”; love flag : avoir fait un compliment sur la nouvelle barrette que l’héroïne vient d’acheter; figth flag : avoir battu le membre d’un clan…). Il existe une myriade de drapeaux différents, les plus célèbres restants ceux que j’ai mentionné.

Bon chapitre,
Nekoyashiki-san


 

Ici Satou. Avez-vous déjà eu le sentiment de danser dans la paume de quelqu’un ?

Je me sens comme Son Goku dans Saiyuki…


« Qu’est-ce qu’il y a ? Maître, votre dos est voûté vous savez~? »

« Votre ventre a mal~?
– Mal nodesu ? »

Je tourne mon regard dans la direction où ma robe est tirée, à cet endroit Pochi et Tama sont en train de me regarder avec inquiétude accroupies près de mes pieds.
Liza se tient debout calmement, mais ses inquiétudes me sont transmises.

« Je vais bien, je suis juste fatigué après avoir été aussi occupé ces deux derniers jours. »

Je caresse les têtes de Pochi et Tama.
Je suis vraiment disqualifié en tant qu’adulte quand j’inquiéte ces filles. Juste en pensant cela, la culpabilité et la peur qui pesaient sur mon esprit toute à l’heure disparaissent comme une marée descendante.

… Je vérifie l’Historique juste au cas où un message est apparu mais il n’y en a aucun. (nda: Satou se sent tellement mieux qu’il soupçonne qu’une CERTAINE PERSONNE lui a lancé de la magie mentale)

Je dois vraiment discuter avec Arisa cette nuit. Je lui murmure, “Cette nuit, quand Lulu sera endormie, accorde-moi un peu de ton temps”, mais, “Eh~ ne céderais-tu pas trop rapidement ?”, une réponse pleine de malentendus est lâchée. Je vais prendre ça comme un OK pour le moment.

Quand je demande le résultat du shopping, Pochi et Tama commencent à joyeusement sortir les vêtements du sac, je les arrête. Il a été décidé qu’on y jettera un coup d’oeil une fois de retour à l’auberge.
Liza s’excuse d’avoir trop dépensé, mais je lui dis que ce sont des dépenses nécessaires, alors il ne faut pas s’en préoccuper.

Même avec notre rythme actuel de dépenses, en ne comptant que la monnaie du Royaume de Shiga que je possède, cela prendra 2-3 ans avant de d’épuiser nos fonds, alors il n’y a pas à s’inquiéter.

Sur le chemin du retour à l’auberge, j’écoute l’expérience de shopping d’Arisa et des filles. Pochi et Tama parlent de leur premier shopping avec joie du début à la fin, elle me racontent à quel point c’était amusant.
Je suggère à Liza de me laisser porter la moitié des affaires et les vêtements de Lulu, mais elle refuse gentiment.

Juste avant l’auberge, je vois un dos familier. Elle a une démarche un peu instable.
Martha-chan et la petite aide de l’auberge portent un tas de fagots de bois.

« Martha-chan, vous revenez d’une course ?
– Ah, Satou-san. Votre rendez-vous est déjà fini ?
– Malheureusement, Zena-san travaille cette après-midi. »

Pendant que nous discutons, je prends un peu du bois de Martha-chan et de la fille. C’est peut-être leur travail mais notre destination est la même. Il n’est pas gênant d’en porter la moitié.
Liza essaie de me les prendre, mais je refuse car ses deux mains sont occupées. Pochi et Tama disent “Donne ici~” aussi, mais ça ne sert à rien de prendre d’une petite fille pour faire porter une autre, alors elles abandonnent.

Les fagots de bois ne sont pas vraiment lourd, bien que ce soit au moins 2-3 kilos. Il est déraisonnable que deux petites filles en portent deux chacune (ndt : … ^^’ mec, c’est le poids d’un chat, ça pèse rien, et ces filles doivent être plus fortes que toi avant que tu viennes dans ce monde vu leur mode de vie…). Habituellement, elles se le font livrer mais, il semble qu’aujourd’hui il n’y en avait pas assez pour les préparatifs alors elles sont allées en acheter.

Nous entrons dans la cour par la porte de derrière près de l’étable. Je mets les fagots de bois à leur place.

>Compétence [Transport] Acquise

« Merci~ Satou-san. Merci à toi, on est sauvées~ (ndt : ^^’)
– Merci beaucoup, client-san.
– Il n’y a pas de quoi. »

Martha-chan va à la cuisine avec un des fagots de bois. La petite aide, son nom est Yuni. Je décide d’observer Yuni qui est partie prendre soin des chevaux des autres clients.
Je sais depuis hier qu’il y a des chevaux, mais je n’ai jamais vu comment on en prend soin, alors je suis intéressé. Ce n’est pas du tout une fuite. (ndt : il cherche juste à oublié un génocide… ou deux (ça compte les dragons ?). Et le fait qu’il ne puisse plus être considéré comme un humain avec ses compétences et niveau ? ^^)

Yuni se tient au sommet d’un tabouret, et fait de son mieux pour que son petit corps atteigne les chevaux pour les brosser. J’offre mon aide, mais elle dit qu’elle se ferait gronder par l’aubergiste si elle laissait un client l’aider.
Après avoir caché les bagages dans un espace sous la paille, Pochi et Tama reviennent. Pochi et Tama se mettent à aider Yuni. Liza me dit qu’elles ont aidé le soir et le matin aussi. Ce n’est pas gênant de recevoir de l’aide si c’est Pochi et les filles ?

En regardant les trois petites filles faire de leur mieux pour prendre soin des chevaux, je me sens comme un père qui va à une rencontre athlétique encourager ses enfants, je suis guéri. (nda: genre de kermesses dans les écoles japonaises ou il y a des petits tournois entre classes sur différentes activités sportives. Quand on dit guéri, c’est mentalement, c’est une vision qui l’apaise.)
Les petites filles sont maintenant 4 avant que je ne m’en rende compte, mais Arisa n’a pas l’air d’être motivée.
“Vu que les vêtements que je viens juste d’acheter se saliraient~” dit-elle en montrant ses vêtements de citadine sous son manteau.

« Liza, je vais au poste militaire pour un moment pour récupérer la lance et l’argent des cœurs magiques, veux-tu venir avec moi ?
– Oui, je vais vous accompagner maître.
– Moi aussi ! Je viens aussi ! »

Pochi et Tama arrêtent d’aider et courent par ici.
“Vous allez quelque part~?”, “Vous allez nodesu ?”, disent-elles en arrivant, mais vu que ça deviendrait sûrement problématique si nous y allons tous, je leur dis de continuer à aider.
“Ay !”, “Nanodesu~”, et ainsi elles retournent travailler en portant le fourrage des chevaux. Je me demande pourquoi elles ont l’air si mystérieusement joyeuses ?

« Comment va Lulu ?
– Ça va. Je lui ai donné ses habits et sous-vêtements de rechange, alors si vous y allez maintenant vous pourriez avoir la chance de voir une scène coquine vous savez~? »

Je donne un coup sur la tête d’Arisa pour avoir dit des choses stupides. Es-tu vraiment sa demi-sœur ?

« Arrêtons-nous un moment~. »

Je déclare cela et entre dans la Guilde des Travailleurs.

« Bonjour Nadi-san.
– Ara, bienvenue Satou-san. Vous êtes avec une fille mignonne aujourd’hui.»

À notre entrée, Nadi-san nous accueille courtoisement depuis l’autre côté du comptoir. Il y a aussi un vieil homme, lequel semble être le gérant, mais il dort toujours à chaque fois que je viens. Est-ce qu’il travaille au moins ?

Je parle à Nadi-san d’une requête pour remettre les mémentos des défunts à leur famille.
Plutôt qu’un gars suspect comme moi, une personne de la ville comme Nadi-san devrait être mieux pour leur remettre. À propos, j’ai essayé de demander aux bureaucrates du poste militaire temporaire mais on m’a tout bonnement refusé. Parce que je donne le nom du mort et une vague description, elle devrait être capable de contacter les familles endeuillées.

« Voulez-vous aussi que je récupère la rémunération pour vous ?
– Pardon ? Quelle rémunération ? »

Après avoir transmis les informations à propos des défunts à Nadi-san qui entreprends volontairement la livraison, j’entends quelque chose d’étrange.
On dirait qu’elle veut savoir si elle doit aussi agir en tant qu’intermédiaire pour recevoir des récompenses pour avoir remis les mémentos. Je suis juste une mouche du coche (nda: quelqu’un qui met son nez dans les affaires des autres) alors je n’ai pas vraiment besoin de récompenses…

« Alors que dites-vous de ne recevoir de récompense que si la famille est riche ? Ce genre de personnes vous suspecterons d’avoir un but caché si vous remettez les mémentos sans demander de récompenses. »

Ainsi on en est venu à là. Il a été décidé de donner à la guilde des travailleurs la rémunération maximum.

« Nadi-san, j’ai une autre chose à demander… »

Comme j’ai l’intention d’acheter ou de louer une maison, je demande les prix du marché. Au final je ne lui demande pas de faire l’intermédiaire cependant, et ce n’est pas parce que je ne peux pas me le permettre.
Nadi-san dit, “Il y a beaucoup de personnes qui détestent vivre à proximité de demi-humains, évidemment ça s’applique dans le mur intérieur, mais même dans le district ouest, je ne pense pas que qui que ce soit vous vendra une maison. Vous pourriez en trouver une dans la rue Est en cherchant, mais vu que l’ordre publique y est mauvais, si une personne prospère comme Satou-san vient vivre là, alors les voleurs vont vous attaquer le lendemain sans aucun doute.”, c’est ce dont on m’a informé.

« Veuillez signer ce document de transaction. Les dépenses pour estimer la lance ont été déduites du montant payé. La sûreté de la lance a été vérifiée alors vous pouvez l’emporter en ville, mais s’il vous plait faites attention à ne pas donner l’arme à la demi-humaine. »

Je signe le document présenté par l’officier, et récupère la lance. J’enveloppe la lance avec un tissu que j’ai apporté.

Le revenu des cœurs magiques est de 17 pièces d’argent. Les frais d’estimation sont de 2 pièces d’argent, je me demande si c’est le prix juste ? Honnêtement, je pense que l’on peut vivre juste de l’estimation.
Simplement en allant au labyrinthe tous les quatre, en un jour, nous avons gagné 6 Arisa… Attendez, cette unité est marrante. Ce n’est pas suffisant pour acheter un esclave possédant une compétence ou éduqué mais si c’est pour des esclaves de travail physique alors c’est largement assez.
Si je partage ça en quatre alors avec nos dépenses actuelles, c’est suffisant pour un demi mois…

«Eh~ Les labyrinthes sont assez lucratifs~.
– Tu risques ta vie cependant. »

Arisa qui était silencieuse dans le poste militaire temporaire se met à parler avec enthousiasme aussitôt que nous sortons. Ses yeux sont littéralement en train de briller.

« Hé, Maître, vous pouvez m’écouter deux minutes ? Est-ce que vous voulez vous installer dans cette ville ?
– Non, je n’en ai pas l’intention. »

Vu que l’on bloquerait les gens à l’entrée, nous parlons en continuant de marcher.

« Mais, mais, n’alliez-vous pas acheter une maison toute à l’heure ?
– Je ne veux pas continuer à laisser Liza et les filles dans la grange alors je pensais en acheter une mais il semble que ce soit impossible~ »

Liza s’apprêtait à dire quelque chose mais a manqué l’occasion face à la vigueur d’Arisa.

« La petite copine-san de ce matin est ta femme locale ?
– Ne dit pas ces mots désagréables. Bien que j’aimerais bien me rapprocher d’elle, elle n’est pas ma petite amie. Nous ne nous sommes rencontrés qu’il y a 3 jours tu sais ? »

« Alors~ Je veux aller à la Cité Labyrinthe ! »

Déclare Arisa en levant ses mains et en prenant la pose avec son corps entier donnant presque l’impression qu’elle dégage des effets spéciaux. (ndt : Power Ranger avec explosion en fond ! ^^)
Labyrinthe encore.

« La Cité Labyrinthe, cela signifie qu’il y a un labyrinthe n’est-ce pas ? Tu n’es pas dégoûtée par ça ?
– Uuun, sans doûte que des souvenirs déplaisants vont sûrement resurgir mais plus important ! Je veux monter mon niveau ! »

Ce n’est pas un jeu.
Non, c’est précisément parce que ce n’est pas un jeu qu’elle veut augmenter de niveau.

« Que veux-tu faire après avoir augmenté de niveau ?
– C’est bientôt la saison de Roi des Démons, alors je veux monter de niveau dans le but de survivre ! Et tant que j’y suis, je voudrais maîtriser une compétence de magie pouvant être utilisée pour défaire le Geass aussi. » (nda: on rappelle que c’est le contrat spécial qui fait de Lulu et Arisa des esclaves.)

La saison de Roi des démons, ce ne sont pas des choux et des aubergines tu sais…
C’était une phrase tellement ridicule que négligemment, je n’y ai porté aucune attention. (ndt : Face palm, il est beau celui-là hein ? ^^)

 


Alors, combien de drapeaux et de quelle nature selon vous ? ^^


 

Chapitre précédent <~ ~  Sommaire  ~ ~> Chapitre suivant

Publicités

3 commentaires sur “Death March 4-3 : Les Diverses Affaires et Drapeaux

  1. « Martha-chan va à la cuisine avec un des fagots de bois. La petite aide, son nom est Yuni. Je décide d’observer Yuni qui est partie prendre soin des chevaux des autres clients. » (tu décide de ne pas suivre la jolie fille au courbe généreuse et « d’observer » une petite fille?) et après sa il dit qu’il n’est pas un lollicon. Quand on lit le reste du texte avec cette idée, se n’est pas mieux xD

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s