Death March 4-11: Départ (1)

Traduction : Nekoyashiki-san
Adapt : Soreyawari
Check : [     ]


Et oui mesdames, mesdemoiselles et messieurs je suis revenu d’entre les morts pour votre service (elle était profonde la tombe alors il à fallut le temps pour revenir ! ^^ ).
Car oui, dans cette équipe la mort n’est pas une excuse pour ne pas travailler ! 🙂 (Nous avons les moyens de vous ressusciter après tout comme vous le savez si bien ! :p ).

Blagues mises à part, je suis heureux de vous retrouver chers lectrices et lecteurs, et vous laisse à présent savourer votre chapitre avec notre polisson de Satou ! ^^

Amicalement vôtre,
Nekoyashiki-san

Ici Wari, ma faute, j’étais persuadée de l’avoir mis en ligne ^^’


 

Ici Satou. J’aime faire des programmes sans être limité. La dernière fois que j’ai fait cela c’était quand j’ai programmé un robot à pattes pour mon diplôme de recherche à l’université. Une fois devenu un adulte actif, je ne pouvais plus.
Cette fois, il me semble que je vais faire des outils magiques.


Yep, c’est une bonne matinée.
Je marche en ville tout en profitant du soleil matinal, me sentant rafraîchi. (Ndt : Satou ! Petit filou ! ^^)

Yosagu-san contrairement à moi, baille constamment en ayant l’air endormi. Je l’ai invité pour le petit déjeuner mais comme il n’est pas rentré chez lui, sa famille doit être furieuse, nous donc décidons de nous séparer en sortant de l’établissement.
“Si je fais fortune à la Cité Labyrinthe, revenons ici.”, je lui crie cela.

Même s’il est encore tôt le matin, les gens qui prennent un repas aux échoppes, et les gens qui vendent des produits frais sont animés.
L’atmosphère vulgaire dans laquelle baigne habituellement le quartier Est était probablement de la faute des visiteurs.

Je sens quelque chose de bon depuis les échoppes.
Bien que je n’aie pas particulièrement faim, achetons quelques souvenirs pour les filles.
Cependant je ne peux pas acheter des sushis dans une boîte en bois comme ceux des pères de l’ère Shōwa. (Ndt : Ère Shōwa (1926-1989), sachant qu’une nouvelle ère commence quand un nouvel empereur est intronisé ! Pour ceux qui ne sauraient pas ! ^^)

J’achète un gros panier fait de bois fin à un étal de rue. Il est à peu près aussi gros que deux bols de riz. J’achète aussi deux récipients à couvercle pour la soupe et les mets dans le panier.

J’achète des repas chauds et les mets dans l’Inventaire à travers le panier. Je continue d’acheter diverses choses tant que ça n’a pas l’air bizarre.
De la soupe cuisinée avec des os à la moelle et des légumes. Du ragoût épais avec des légumes et de la viande séchée. Diverses viandes grillées à commencer par de la viande de mouton grillée. Des grillades de Seryuu. Des pains plats tout justes sortis du four. Des pommes de terre cuites à la vapeur. Il y a des fruits abîmés parmi les nombreux fruits que j’ai achetés.

J’achète environ 30 parts. C’est une quantité trop importante pour des souvenirs, mais j’en garderais pour les cas d’urgence. Avec ça, même si on est dans un environnement où il est impossible d’allumer un feu, je pourrais quand même fournir un repas chaud. De toute façon, j’avais l’intention d’utiliser l’Inventaire pour qu’on ne finisse pas dans une situation désespérée.

Je voulais acheter des matériaux d’alchimie, mais c’était fermé à cette heure-ci.

Quand je suis arrivé au portail de l’auberge, Arisa qui m’a vu à travers la fenêtre descend en courant.
Après avoir regardé mon visage, elle se met à taper du pied sur le sol.

« Uuu~~~~. Mou! Ce visage brillant~~. »

Elle mord le bord d’un mouchoir en tissu, prenant la pose. Chacun de ses gestes est démodé… ne demandons pas quel âge elle avait avant de se réincarné.

« C’était moi qui étais censée prendre ta première fois~~~ »

Je ne me souviens pas avoir fait une telle promesse.
Je reste silencieux à ce propos vu que ça pourrait être mauvais si je parle.

« Tu es difficile, et ce n’était pas ma première fois de toute façon.
– Nooon, alors que c’était la chance du millénaire d’avoir la DT d’un garçon… (Ndt: DT = Doutei = Vierge ^^) »

Toutes mes condoléances.
J’appelle Lulu, et nous nous rassemblons devant le wagon. Le petit déjeuner est composé de pommes de terre et de quelques brochettes de viande que je viens d’acheter.

Je parle en chuchotant à Arisa pour connaître la condition de Lulu. Si elle ne s’est toujours pas remise, je repousserai notre départ de deux jours.
D’après Arisa, ce n’était sérieux que le premier jour, ça va maintenant.
Comme ça a l’air douloureux, donnons-lui l’antidouleur que j’ai fait pour m’entraîner. Il y en a 5, ça devrait suffire.

Une fois notre simple repas fini, je fais comme prévu la veille.

Je conduis le chariot jusqu’à l’espace de parking dans la Guilde Marchande. Les chevaux ne sont pas difficiles à manœuvrer contrairement aux voitures, donc c’était facile. (Ndt: o_O Vraiment?)
Ici, c’est animé le matin aussi. Tous les chariots qui occupent la moitié de l’espace de parking sont en train de décharger. Ils ont tous l’air d’avoir vécu. Il y a autant de chariots couverts que de chariots de transports. Les carrioles sont chargées de sacs de 10 kilos. Les personnes transportant les sacs ont l’air d’être des bandits portants de simples pantalons et des T-shirts à manches longues de villageois. Je peux voir des pièces de tissus rajoutées au niveau des genoux et des coudes.
Alors que je regarde les autres chariots avec curiosité, Sunifun-san qui a fini de vérifier le chargement et d’évaluer les prix vient par ici.

« Bonjour, Satou-sama. Vous êtes venu vraiment tôt.
– Je suis désolé. Je vous dérange en venant trop tôt? »

Je ne pense pas que ce que je fais est mal, mais excusons-nous pour l’instant.

« Pas du tout. Le dieu du business aime sans aucun doute ceux qui sont rapides. » (Ndc : C’est classe ! ♥ )

Même si Sunifun-san dit ça, si j’observe les alentours, il est probablement habituel de faire rentrer les marchandises le matin et de les faire sortir l’après-midi.

Je suis guidé jusqu’à l’entrepôt. Les marchandises que j’ai commandées hier sont posées à un endroit. Je vérifie les produits et leur numéro avec l’aide d’un employé. Je jette un coup d’œil au contenu de chaque tonneau de Pierre Blanche du Dragon et referme le couvercle.
Sunifun-san me regarde faire comme un grand-père veillant sur son petit-fils. Hey, tu n’es pas si vieux, si?
Je demande à l’employé de porter la marchandise à mon chariot, pendant que je complète le paiement pour la transaction au bureau.

Quand je suis de retour au chariot, le chargement est terminé donc je jette un coup d’œil à la marchandise. Comme j’ai mis des marqueurs sur les Pierres Blanches du Dragon, on ne dirait pas qu’elles ont été échangées. Je ne peux pas voir si l’intérieur du tonneau a été changé, mais ils n’ont probablement pas eu assez de temps pour faire ça.
Je remercie l’employé et lui donne une grande pièce de cuivre.

“Puissiez-vous faire de bonnes affaires!”, Sunifun-san laisse ces mots comme adieu alors que je quitte la guilde.

« Bienvenue nanodesu~. »

Je suis accueilli par Pochi quand je rentre à l’auberge. Elle me fait un câlin alors que je descends du siège du cocher, donc je lui caresse la tête. Je me sépare d’elle en lui caressant la tête, et je me mets à détacher les chevaux du chariot.

“Je vais aider nodesu”, elle se met immédiatement sur le tabouret que nous venons d’acheter et commence à m’aider. Autant lui apprendre comment détacher les courroies, gérer le joug, etc… C’est aussi un bon moyen de revoir tout ça en l’apprenant aux autres.

« Que font les autres?
– Lulu se lave par là-bas. Les autres font les courses nodesu~.
– Donc Pochi et Lulu gardent la maison hein?
– Je surveille les bagages nodesu~ »

Pochi dit avec fierté. C’est sans aucun doute un rôle parfait pour elle. Pour une raison que j’ignore, je ne peux qu’imaginer Tama en train de dormir au-dessus des bagages.

Je demande à Pochi de prendre soin des chevaux dans l’étable. Pendant ce temps, je mets les marchandises que j’ai achetées à la Guilde Marchande dans l’Inventaire.
J’ai pensé à laisser les cuirs de chèvre et la laine dehors, mais l’odeur est forte donc je les range. Entraînons-nous à faire du désodorisant la prochaine fois.

Pochi transporte les bagages jusqu’à ce que ce soit chargé. Pochi dit, “Surveiller les bagages nodesu.” depuis le chariot. Vu qu’elle fait de son mieux, je vais voir comment va Lulu. Comme la lessive que Lulu est en train de faire est une lessive de sous-vêtements, je repars sans l’appeler.

Après cela, je demande à Pochi de rester à la maison, et prends un taxi pour la place devant le château. Le parterre de fleurs au centre est toujours en travaux mais la chaussée est déjà joliment posée avec les pavés. Ils travaillent vraiment vite. Ils ont dû utiliser la magie vu que nous sommes dans un monde de fantaisie.

La façade du magasin de magie est toujours en réparation, mais il me semble qu’il soit ouvert pour une fois.

« … alors… catalyseur… écailles. Si vous mettez la main sur ceux-là, j’aimerais que vous les livriez au poste des forces magiques.
– Je vais m’assurer de demander à mes amis magiciens et alchimistes. Au plus, je peux mettre la main sur 1 ou 2 morceaux d’écailles. »

Alors que j’entre dans le magasin, une vieille femme à l’air de magicien et un vieil homme sortent en ayant ces conversations.
Le vieil homme me jette un coup d’œil mais pars sans rien dire.

« Oh, un visiteur eh ? Je suis désolée mais je ne fais pas dans les filtres d’amour ou les boissons énergisantes. Allez au magasin d’alchimie dans le quartier Est. »

C’est une vieille femme fine et desséchée. Portant des vêtements correspondant à ceux d’une magicienne. Une robe d’un bleu profond avec de longues manches, un grand chapeau à large ouverture inapproprié pour l’intérieur, portant de nombreux anneaux d’apparence suspecte à ses doigts, et avec une grosse émeraude d’environ 5 cm en pendentif taillé en forme de crâne à son cou. (Ndt : prenez l’image de Merlin l’enchanteur, d’une sorcière et d’une voyante et vous obtiendrez l’image ! ^^ )

« Non, je voudrais acheter des livres de magie. »

Elle soulève juste un sourcil surpris après avoir entendu mes mots. Elle met de côté la canne qui était dans ses mains contre le mur et prends une lithographie de sous le comptoir.
Encore une pierre de Yamato ?

« Nous ne vendons pas de livres de magie à un homme sans talent ok ? Ces derniers temps, il y a beaucoup de scélérats de nobles qui achètent des livres de magie juste pour le prestige, les souillant. Je vendrais les livres uniquement aux personnes ayant une certaine quantité de magie mesurée par cet instrument. »

… Crotte, j’aurais dû amener Arisa.
Je ne sais pas jusqu’où cette pierre peut mesurer, mais ça serait mauvais si mon énorme pouvoir magique est connu.

« Je suis désolé, j’ai peur de le casser si je le touche imprudemment.
– Fuhn, des excuses hein ? Si vous mettez du pouvoir magique dessus, il émettra une lumière bleue. C’est pas cher comparé à l’instrument dans la capitale royale, mais c’est exactement pourquoi il est robuste. Ainsi il ne cassera pas même si un vétéran fait de son mieux, le pouvoir magique arrête de circuler une fois la quantité requise remplie. Si quelqu’un a la capacité d’un véritable magicien alors il brillera bleu. Autrement, il restera rouge comme maintenant. »

Est-ce que c’est sûr ? Si c’est comme la vieille femme le dit alors il n’y a pas de problèmes mais si le slogan est, “En fait il peut lire la valeur exacte.”, c’est effrayant.

« Si vous ne voulez pas essayer alors rentrez chez vous. Je serai occupée à obtenir de la Poudre de Dragon de mon ami alchimiste après ça. »

La poudre que le vieil homme mentionnait plus tôt est la Poudre de Dragon hein ? Quand j’y pense c’est un nom familier, je me souviens en avoir obtenu dans le labyrinthe. Est-ce qu’elle voudra bien m’échanger des livres de magie pour ça ?

« Commerçante-san, si c’est de la Poudre de Dragon alors j’en ai, si ça vous va je peux vous la donner ? »

Je sors 5 flacons de Poudre de Dragon de mon sac. J’en ai obtenu 6 au labyrinthe, mais je décide d’en garder un sous la main.
Quand je le sors j’estime le prix du marché… 20 pièces d’or hein ?

« C’est authentique ? »

La vieille femme sélectionne un flacon et en sort une quantité infime de poudre, puis le test avec quelques réactifs et appareils.

« Je l’achète pour 10 pièces d’or par flacon. »

Quelle vieille femme avide.
Quand je dis que le prix du marché est 20 pièces d’or, elle dit, “C’est le prix en magasin”, le rejetant.
Vu que je ne compte pas faire une vente forcée et qu’un arrangement ne semble pas possible, je m’apprête à quitter le magasin, mais ses mains surgissent à une vitesse qui ne correspond pas à son âge. Ses yeux sont féroces et brillent, elle est un peu effrayante.

« A, attendez ! Ce vieil homme tonitruant va probablement les acheter à ce prix, je les achète à 20 pièces d’or flacon. Mais à la condition que je ne paie qu’à la fin du mois. Vu que les paiements par les officiels sont lents.
– Je suis désolé mais je compte quitter la ville demain, donc je ne peux pas accepter cette condition. »

La négociation continue jusqu’à l’heure du repas, et à la fin, il est décidé que le paiement sera sous la forme de livres de magie. Comme il n’est pas autorisé de vendre les livres de magie d’un niveau plus haut que le niveau intermédiaire à des gens qui ne sont pas citoyens de la ville de Seryuu, j’ai du mal à choisir des livres qui valent 100 pièces d’or.

D’abord, je rassemble des livres de magie de bas niveau de chaque élément. Je n’en suis toujours qu’à 40 pièces d’or, donc j’achète thèse et enquête, et de diverses notes variées concernant les matériaux. Ça fait 60 pièces d’or avec ça.
Ensuite j’achète des bâtons et des amulettes. Il semble que seuls ceux qui ont un permis de la cité sont autorisés à vendre des parchemins magiques, alors je ne peux pas en acheter ici.

En outre, j’achète des catalyseurs pas chers pour faire des potions. Il me semble qu’ils sont faits à partir des cœurs magiques de monstre de bas niveau.

« Oh, votre travail principal est l’alchimie eh. Alors, que pensez-vous de ces livres ? »

La vieille femme sort deux livres de magie de l’arrière-boutique où il est écrit, “Catalyseur Magique et les Matériaux”, “Graines et Catalyseurs”. Je suis un peu inquiet avec ces titres, mais vu que l’auteur est nommé Jahad, je l’achète. C’est le fabricant de la toupie magique si je ne me trompe pas.
J’achète 5 autres livres écrits par ce gars.

« Il reste 15 pièces d’or. Que souhaitez-vous d’autre ? Il ne me reste plus de bons outils magiques. Au mieux, j’ai un objet qui émet de la lumière, ou un objet qui réchauffe si vous le mettez au-dessus. »

Oioi, vous sortez les bonnes choses à la fin.
Quand je les reçois, le premier est un cristal à peu près aussi gros qu’un bonbon (Nda: je pense, de la taille des chewing-gums qu’on achète au distributeur ? / Ndc : *soupir* il faut même corriger les notes de l’adapt, maintenant…), l’autre est un truc noir qui ressemble à un sous plat de 20 cm de diamètre. Ça fait à peu près 3 cm d’épaisseur et ressemble grandement à de la porcelaine. Sur un des côtés, une ligne de cuivre est dessinée au sommet de cercles concentriques.

La boule de cristal– Goutte de Lumière commence à émettre de la lumière une fois que j’ai mis du pouvoir magique. Il semble que cela brille pendant 30 minutes à chaque fois que c’est rempli de pouvoir magique. Le sous plat– Plaque Chauffante Portable est pareil, en mettant du pouvoir magique sur la ligne de cuivre, il fournit de la chaleur pendant 10 minutes. Cependant, vu qu’il émet une chaleur suffisante pour se brûler mais pas assez pour faire bouillir l’eau, ce n’est pas approprié pour cuisiner. Cela devrait pouvoir être utilisé pour réchauffer du thé ou un ragoût cependant.

La Goutte de Lumière n’est qu’à une pièce d’or pièce, alors que la Plaque Chauffante Portable coûte 3 pièces d’or. Vu qu’elle n’a que deux Gouttes de Lumière en stock, j’achète les deux.

Au final, vu que je n’arrivais pas à trouver de bons trucs pour les 10 pièces d’or restantes, c’est échangé en espèces. Je pensais devoir tout utiliser mais ce n’est pas bon. Dangereux, dangereux.

« Fuhn, l’argent mis à part, cela faisait longtemps que quelqu’un n’avais pas acheté autant.
– Merci beaucoup, j’ai pu acheter plein de choses intéressantes. »

Remerciant la vieille femme, je demande de laisser en dépôt les choses que j’ai achetées pour un moment. Avec tout ça, j’ai complètement oublié d’acheter une carte à la librairie d’à côté.
La vieille femme accepte gentiment de garder les affaires, puis je vais vers la librairie.

 

Chapitre précédent <~ ~  Sommaire  ~ ~> Chapitre suivant

Publicités

16 commentaires sur “Death March 4-11: Départ (1)

      1. ça dépends votre notion de ‘disparaître’ et d’absence.
        Et puis n’oubliez pas que c’est un monde médiéval. Où voyager peut prendre des mois. Durant le moyen-âge ça pouvait prendre des fois même un an pour aller du nord de la France tout au sud de la France. Voir plus si on voyageait à pattes.
        Donc la notion d’absence est différente, à notre époque un mois c’est assez long, pour un monde de ce type un mois c’est rien, ça doit être l’équivalent d’un an ou plus.
        Enfin leurs routes ce n’est pas autoroutes sans danger, bandits, monstres, ponts détruits, ils peuvent rencontrer tout un tas d’emmerdes sur la route qui prolongera encore la durée de leur voyage.
        Même si c’est Satou, un chariot ne passe pas partout et a une vitesse limitée.

        J'aime

          1. Ah ce niveau-là je ne suis pas trop d’accord. Il y a secondaire et secondaire. Et on revoit pas mal de persos durant les intermissions par exemple.
            Après c’est sûr que c’est humainement impossible de suivre l’histoire de XX persos secondaires. xD

            PS: C’est pas le bon Fenrir, l’autre est mieuxxxx :/

            Aimé par 1 personne

    1. Peut-être qu’il a eu peur de succomber à la fièvre acheteuse et de se mettre à acheter des trucs complètements inutiles ! ^^ Ou sinon il voulait en conserver pour acheter la carte ?

      Merci de votre soutient ! 😉

      J'aime

    1. Je connais ça ! ^^ Quand un bouquin accroche ça devient (presque) compulsif ! 🙂
      Tu n’a plus qu’à attendre mardi pour la suite ! 😉 C’est l’interlude qui commence, mais si tu a peur de t’ennuyer en attendant regarde nos autres projets ils sont très sympas aussi ! ^^
      Merci pour le soutient ! o/ (et la seconde partie est déjà disponible, je viens de mettre à jour le liens)

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s