Death March 4-10: La Nuit Précédent le Départ

Traducteur & Adapt: Soreyawari
Check: Keyleth


Désolée pour le retard (ça doit la phrase que j’ai le plus écrite sur ce site…)

On a ici un chapitre plutôt osé sur la fin, alors avis à ceux qui ne supportent pas la nudité, arrêtez-vous la première fois que vous retrouvez l’habituel:

Chapitre précédent <~ ~  Sommaire  ~ ~> Chapitre suivant

Autrement poursuivez à vos risques et périls…
La scène ne comporte aucun élément nécessaire à l’histoire.


 

Ici Satou. J’aime à la fois les établissements légaux et ceux qui le sont plus ou moins.
Mais je ne fais pas les rendez-vous rémunérés.


J’amène Arisa jusqu’au chariot. Sur le chemin, j’ai rencontré Martha-chan dans la taverne, mais elle n’a pas spécialement l’air embarrassé et me propose le repas.

Comme j’ai l’intention de dîner dehors avec Liza et les filles, je refuse.

Quand on est arrivés dans la cour où le chariot se trouve, les quatre filles attendaient, semblant s’ennuyer.
Quand Liza me voit arriver, elle s’approche comme représentante.

« Maître, est-ce que c’est bon si on charge les affaires?
– Voyons… Demain, vu qu’on va aller récupérer un chargement supplémentaire à la guilde marchande, faisons ça demain, mais si on laisse tout ici, ça va gêner la gérante, huh. »

Arisa me murmure quelque chose alors que je suis encore en train d’y réfléchir.

« Gardons tout dans mon Stockage? Ne pensez-vous pas que ça serait plus en sécurité là?
– Il n’y a que des gens que nous connaissons ici, donc j’imagine que ce n’est pas un problème. »

Je demande aux filles d’empiler les affaires dans le chariot pour l’instant.
Les trois petites filles montent dans le chariot pour recevoir les affaires. Comme Pochi et Tama ont des statistiques de force équivalentes à celles de deux grands adultes, elles manipulent la lourde nourriture préservée avec légèreté. On dirait un genre de spectacle de magie.

Arisa et Lulu trient les affaires à l’intérieur.
Il est inutile de le dire, mais Liza et moi avons pour travail de charger les affaires. Comme ce serait du gâchis de porter des vêtements coûteux pour ce genre de tâche, je me change pour des vêtements ordinaires. C’est une simple tunique en lin.

Quand on a fini de charger les affaires, j’ai envoyé les filles à part Arisa aller chercher l’eau pour remplir 3 petits tonneaux. Un petit tonneau peut contenir 6 litres d’eau.

« Vous n’êtes pas vraiment obligé d’exclure Lulu. J’ai parlé avec elle de mon Stockage, vous savez? »

Je crains que quelqu’un n’embête les filles-bêtes s’il n’y a qu’elles, j’ai donc demandé à Lulu de les accompagner.

« Pour le moment, séparons en deux la nourriture, pour que nous en portions chacun la moitié. Je m’occupe des objets magiques. Il n’y a probablement personne qui irait voler les cartes pour apprendre alors laissez-les dans le chariot, et laissons là la nourriture qui a été confiée à Liza et les filles. »

“Kééé~”, dit Arisa avec légèreté en rangeant la nourriture préservée dans son Stockage. Je range aussi la même quantité.

La nourriture préservée est composée de viande séchée, de pain noir cuit, de haricots sautés et de patates douces séchées. À part ça, dans les sacs il y a de la farine de blé, des racines, des pierres de sel et divers autres produits. Comme les légumes à feuille peuvent donner des maux de ventre, il semble qu’elles n’en ont pas achetés.

Je ne l’ai remarqué qu’après avoir fini mais…

« J’aimerais avoir des paniers ou des boites pour trier tout ça. (ndt: Arisa?)
– Oui, c’est vrai, je voudrais aussi du capitonnage. Si on laisse tout ça ainsi, les ustensiles de cuisine seront bruyants quand le chariot bougera. (ndt: Satou?)
– Je voudrais de fines cordes aussi.
– Des cordes? Ah, pour aérer les vêtements huh.
– Je pense que des cordes solides seraient bien. »

Suggère Liza qui vient de revenir d’aller chercher de l’eau.
Je n’arrive pas à imaginer à quoi ça pourrait bien servir.

« C’est pour vider les proies de leur sang pendant le voyage. »

Ah oui, on a besoin de cordes pour attacher les voleurs qui pourraient apparaître.

« Vous êtes si philanthrope~ Les voleurs sont complètement bons-à-rien et n’amènent que des problèmes, c’est mieux d’arracher leurs trésors de leur cachette et de les annihiler après ça. Même cette célèbre chasseuse de voleurs l’a dit vous savez~? »

Quel genre de personne est-ce là?
Donc il y a quelqu’un de célèbre pour ça, quel monde dangereux.

« Il ne nous manque rien d’autre? »

Pochi lève la main en se tenant sur la pointe des pieds. Est-ce Arisa qui lui a appris ça?

« Oui, Pochi-kun. Je t’écoute.
– Un tabouret! J’en veux un nodesu~ »

Quand je lui demande les détails, il semble qu’elle a utilisé un tabouret quand elle aidé à s’occuper des chevaux. Elle déborde d’enthousiasme à l’idée de le faire aussi pendant le voyage. On peut vraiment compter sur elle.

Tama lève aussi sa main de la même manière et dit, “Brosse~?”. Elle penche son corps d’une façon troublante en levant la main, adorable. Apparemment elle veut quelque chose pour brosser les chevaux et nettoyer leur sabots.
De quoi s’occuper des chevaux, j’avais complètement oublié.

Lulu lève aussi timidement la main.

“….U, umm.”, son visage devient rouge vif juste en disant cela.
Je me demande si c’est quelque chose de gênant? Je jette un coup d’oeil à Arisa… Elle me renvoie un clin d’oeil. Tu viens de l’ère Showa ou quoi?! (ndt: 1926-1989 en gros c’est comme si on voyait un hippie ou même bien avant 😉 )

« Je voudrais une planche à laver et un seau. »

Est-ce vraiment si gênant? J’en ai dans mon Inventaire donc j’avais oublié, mais c’est sans aucun doute nécessaire.

« Si possible, je veux un miroir! Même un miroir de poche ça me va.
– Arisa, tu es trop extravagante. »

Liza donne fermement un avertissement à Arisa. Il est inhabituel que Liza donne son avis avant que je décide. Je me demande si c’est cher dans ce monde? Ça me fait penser, je ne pense pas avoir vu d’objets en verre. Mais je suis sûr qu’il y avait des miroirs de métal poli.

« J’aimerai aussi en utiliser un, achetons-en un si ce n’est pas trop cher.
– Yay! »

Arisa a l’air particulièrement heureuse sans même jouer la comédie. Lulu sourit aussi. Liza n’a pas d’objection vu que c’est ma décision. Pochi et Tama… n’ont pas l’air de comprendre.

Il a été décidé que demain, lorsque j’irai chercher les marchandises à la guilde, les cinq iront acheter ce dont on vient de parler.

Après nous être changés, nous sortons manger ensemble.

Aujourd’hui, nous allons aux étals non loin de l’auberge. Comme nous avons mangé de la viande tous les jours, je commande des soupes légères et du pain de soja.
Vu que Pochi et Tama ont l’air si triste alors que l’on mange, je commande 4 portions de brochettes de viande. Pour une raison, c’est Liza qui a l’air la plus heureuse… mais tout va bien tant qu’elles sont contentes.

Comme j’ai rencontré Yosagu-san qui revient du travail sur le chemin vers l’auberge, nous décidons d’avancer notre sortie nocturne d’un jour.
Arisa est en train de dire, “Alors que tu m’as moi, adultère~”, mais je charge Liza de la porter comme un bagage jusqu’à l’auberge.

« Ce n’est pas un problème?
– Non, elle est ce qui se rapprocherait d’une petite soeur. Cependant elle-même pense qu’elle est la tutrice. »

Comme la veille, il y a foule au quartier Est.
Yosagu-san, en mâchant une brochette achetée sur les étals, salue les filles qui se rassemblent sous les lumières extérieures, alors que nous nous avançons dans la foule.

Quand je lui demande si ce sont des connaissances, il dit, “Ce sont des courtisanes”. Elle travaille habituellement comme à la fois serveuses et courtisanes dans les auberges, mais pendant les ventes au enchères d’esclaves il semble qu’elles cherchent des clients à l’extérieur.

Après vérification par la RA, beaucoup d’entre elles ont la compétence [Techniques Sexuelles]. … Cependant, je suis inquiet de voir que beaucoup d’entre elles ont aussi diverses maladies sexuellement transmissibles dans l’onglet statut anormal. La plupart sont en [Incubation], mais presque 60% d’entre elles en souffrent.
Peut-être que ça ne peut pas être guéri par magie?

Nous entrons dans le quartier chaud et marchons pendant un moment. Des plaques de métal de lumière magique sont suspendues aux boutiques, les illuminant d’une lumière de mauvaise qualité.
La plupart des bordels sont des bâtiments de deux étages avec des vérandas au second. Des courtisanes portant des vêtements coûteux suggestifs s’alignent sur les vérandas, essayant d’attirer les clients.

Quand je regarde, elles soulèvent leurs jupes et montrent leurs jambes nues avant d’envoyer des baisers. C’est la même scène dans tous les établissements, intéressant.
Le nombre de personnes possédant [Techniques Sexuelles] augmente, et proportionnellement, le nombre de personnes ayant [Maladies Vénériennes (Incubation)] (ndt: maladies vénériennes = MST pour ceux qui l’ignorent, ou IST pour les puristes) diminue d’environ 30%. Comme on pouvait s’y attendre, il n’y a personne qui a [Maladie Vénériennes (Malade)].

« Jeune maître, c’est ici. Entrons vite. »

Yosagu-san me tire jusqu’à une maison close. Elle semble raffinée, il n’y a pas de fille attirant des clients sur la véranda.

Quand on entre, je vois que les vérandas sont installées au deuxième étage le long du couloir. Je fais un léger signe de main à la fille que j’ai vu de dehors.

Le sol est fait de bois simple, mais il est bien poli. Ça fait environ 30 tatami de large? Il y a un poêle, des portes et l’escalier qui mène au second étage ici. Il y a 4 pièces fermées avec des rideaux sur la gauche et la droite.

« Bienvenue à la branche de Seryuu du Manoir Captivant. »

Une femme à la fin de la quarantaine entre par une porte de derrière en nous accueillant avec une voix perçante. La femme porte une robe rose avec trop de volants, mais avec ses bourrelets trop imposants, on dirait que ses vêtements vont exploser au niveau des coutures.

Guidés par la femme, nous allons dans une des pièces séparées.
Il semble que c’est une pièce où les clients attendent les filles, vu que ce serait embarrassant de rencontrer quelqu’un qu’on connaît dans un bordel. La gérante obèse connaît bien son affaire.

Il y a un canapé et trois tables de marbre de mauvaise qualité dans la pièce. Une fille d’environ 10 ans se tient sur le côté comme femme de chambre.

“Excusez-moi”, la fille met des petits verres à sake verts devant moi et Yosagu-san. Ils contiennent un liquide transparent. C’est de la liqueur distillée d’après l’odeur.

D’après la RA, les verres sont faits de jade. La liqueur dans le verre est du sake de Shiga. C’est une forte liqueur avec un taux d’alcool de 50% à base de blé.

“Ku~ délicieux”, Yosagu-san avale la liqueur avec enthousiasme.
Apparemment il avait oublié de boire ce sake la fois où il était venu dans cet établissement.

La fille verse le sake, huh?
J’en prends une gorgée par souci des convenances. C’est vraiment bon. C’est comme du whisky mais transparent au lieu de couleur ambre, je me demande si la fabrication est différente ?

Avant que Yosagu-san n’avale son troisième verre, la gérante revient avec 5 filles.

Chapitre précédent <~ ~  Sommaire  ~ ~> Chapitre suivant

Voui c’est le signal, oui on exagère, on assure nos arrières donc on en fait tout un plat, mais n’allez pas nous dire qu’on vous aura pas prévenu 😉

La suite un peu plus bas

|

|

V

La première est la plus belle, avec des cheveux blonds et des yeux bleus. Un petit visage, de fins sourcils, et de grandes pupilles pleines de détermination. Des lèvres à l’aspect collant. Deux larges seins qui semblent sur le point de déborder de son décolleté. Elle est sûrement la plus demandée des filles de cette maison close. Elle a 18 ans.

La deuxième et la troisième sont jumelles. Ce sont de jolies filles aux cheveux et yeux noirs. Le point le plus remarquable dans leur apparence est leur style occidental, ou plutôt, Français. L’une des deux a une poitrine plus petite que l’autre, mais c’est quand même du C. Il semble qu’il y ait beaucoup de personnes qui passent la nuit avec les deux ensembles. Évidemment, le prix sera doublé. Elles ont 16 ans.

La quatrième est une femme aux paupières mi-closes. Avec des cheveux blonds ternes et des pupilles acajou (ndc : marron-rouge). Ses sourcils sont épais, c’est une femme douce et rassurante. Ses seins sont les plus gros. Il semble qu’il y a beaucoup de clients réguliers pour elle. Sa voix est douce, elle est réconfortante. Elle a 21 ans, la plus âgée de la maison close.

La cinquième est une fille aux cheveux rouges et aux pupilles acajou. Elle fait pauvre mine comparée aux autres filles mais c’est celle qui a l’expression la plus plaisante. Elle à l’air vive, ou plutôt, complètement et passionnément érotique. Sa taille de poitrine est moyenne, mais quand même autour d’un D. Pour moi c’est bien assez pour être catégorisé comme gros seins. 20 ans. C’est la seule personne dans cette maison close qui n’a pas la compétence [Techniques Sexuelles].

Les filles portent toutes un fin une-pièce qui colle à leur peau, leur donnant un air érotique. La partie au niveau de la poitrine et de l’abdomen est transparente, je ne peux pas m’empêcher de leur murmurer GJ. (ndt: = Good Job = Bien Joué!)

“Quelle fille allez-vous choisir?”, demande la gérante. Yosagu-san me demande avec ses yeux, “N’hésitez pas à choisir votre fille favorite”, je lui dis et il a vraiment été choisir la plus belle fille dans hésitation.
Je la voulais aussi, mais je le lui laisse.
Yosagu-san descend la liqueur qu’il restait dans son verre d’une gorgée, et quitte la pièce avec cette fille. Il semble que le second étage est là pour que les clients s’amusent.

J’étais perdu pendant un moment, mais j’ai choisi la cinquième fille au final.
La chambre n’a qu’un simple lit, mais elle est propre et sent bon, donc je n’ai pas de plainte.

Quand nous sommes entrés dans la pièce, la fille a précipitamment enlevé ses habits et exhibé son corps. Je profite de la sensation des seins libérés des vêtements, appréciant de pouvoir les toucher de mes mains. C’est exactement un festival de seins. Qui avait dit que les seins contenaient les rêves des hommes ?

J’étreins sa taille et nous tombons sur le lit. C’est le corps d’une femme mature après tant de temps, donc je prends mon temps pour en profiter avec attention… de manières diverses.

Mais comme les réactions de la fille étaient vraiment bien, j’en ai involontairement trop fait pour elle. Avec ça, je ne suis plus sûr de qui désirait qui.
Nous nous sommes amusés jusqu’à minuit. Elle s’est évanouie au milieu suite à trop de plaisir, donc je me suis arrêté.

>Compétence [Techniques Sexuelles] Acquise
>Compétence [Mots d’Amant] Acquise
>Compétence [Séduction] Acquise

Apparemment ce corps a trop d’endurance, ma partenaire n’a pas pu tenir. J’utilise comme oreiller les seins dont j’ai grandement profité et pars pour le monde des rêves.

 

Chapitre précédent <~ ~  Sommaire  ~ ~> Chapitre suivant

Publicités

12 commentaires sur “Death March 4-10: La Nuit Précédent le Départ

  1. Merci pour le chapitre, je m’attendais pour la fin du chapitre a quelque chose de plus osée en voyant l’avertissement mais bon je pense que ces nouvelles compétence ne servirons pas avant un petit moment ^^

    J'aime

  2. Sérieusement, qui n’a pas lu le chapitre ne entier? ^^
    Merci du chapitre, même si apres tant d’avertissement, je m’attendais à quelque chose de plus « détaillé » ^^

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s