Evil God Average 4 – Soulagement (2)

Traducteur & Adapt: Keyleth
Check: Nekoyashiki-san


 

La ville était majoritairement circulaire, et la route s’étendait de la porte par laquelle je suis rentrée à la porte à l’opposée de la ville en passant par la place centrale
Je n’ai aucune idée d’où je suis par rapport aux point cardinaux, mais d’après ce que j’ai entendu dire par les gens que j’ai croisé, je suis entrée par la porte Est, et la ville possède aussi une porte Ouest et une porte Sud.
Le côté Nord n’a pas de porte, mais c’est l’endroit où réside le seigneur de la ville, du nom de Reimer.
La route que j’emprunte, et celle qui la croise perpendiculairement au niveau de la place centrale, sont les deux routes principales de la ville.
Il y a des étals et des boutiques alignées le long de la rue et la plupart des résidences sont un peu plus éloignées des rues principales.

Tout en marchant, je jette un œil aux étals et aux boutiques, et j’en profite pour vérifier la valeur de la monnaie.
Les objets dans les étals n’ont pas d’étiquettes de prix. A la place, vous devez demander au marchand.
A l’inverse, les prix dans les boutiques sont indiqués sur des plaques en bois.

Deux de ces fruits qui sont de la taille de mon poing valent 1 PC.
Une miche de pain varie entre 1 et 2 PC.
Le vêtement ressemblant à une robe portés par les gens de la ville est à 15 PC.
Une épée longue d’environ 1 mètre est à 1 PA et 50 PC.
Les boucliers en bois valent 50 PC, et ceux en bronze environ 1 PA,, parfois seulement 90 PC.

J’ai l’impression que 100 PC font 1 PA.
Je n’ai pas encore vu d’endroit qui utilise les PO, donc je ne sais pas combien elles valent.
Les objets vers l’avant des magasins sont probablement bon marché, alors que les objets les plus chers qui nécessitent des PO sont vers l’arrière.
En me basant sur le prix de la nourriture, 1 PC à l’air de valoir environ 100 yens (ndt : donc en gros 1PC = 1€).
Mais comme les prix sont variés, il vaut mieux éviter de penser comme ça et de convertir.

Pour conclure mon enquête sur les prix, j’entre dans une boutique de vêtements, pour acheter ce dont j’ai besoin avant tout autres choses.
Des culottes à taille haute à 6 PC chacune.
Des nuisette à 10 PC.
Des chaussures à talon bas à 9 PC la paire.

J’achète trois sous-vêtements de chaque type, une paire de chaussures, et j’en ai pour 57 PC au total. Quand j’ai payé 1 PA, le vendeur m’a rendu 43 PC. (ndt : je doute vraiment de l’utilité de cette phrase… montrer qu’elle sait compter ? / ndc : plutôt que son hypothèse sur la valeur de l’argent est la bonne. ^^)
Je n’ai pas pu trouver de soutien-gorge.
Pour défendre mon honneur, je dois vous dire que le problème n’est pas de trouver ma taille, c’est qu’il n’y a pas du tout de soutien-gorge.
Faisons comme si je n’avais pas vu l’espèce de bustier qui pendait dans la boutique.
Comme je ne pouvais pas enfiler mes sous-vêtements dans un endroit pareil (ndt : y’a pas de cabines d’essayage), j’ai patiemment supporté les courants d’air un peu plus longtemps. J’ai seulement mis les bottines.
Entre « ne pas les porter » et « qu’on découvre que je ne portais rien », lequel est le mieux je me demande… C’est une question difficile, mais je vais y aller avec ne pas être découverte.

Au moment de quitter la boutique, le soleil s’est presque couché, et c’est un magnifique crépuscule qui illumine la ville.
Les boutiques commencent à fermer, et les gens quittent la route pour rentrer chez eux.
La nuit commence tôt j’ai l’impression.
Maintenant que j’y pense, il n’y a pas de lampadaires ; la ville devient sombre dès que le soleil se couche.
Les seuls endroits qui sont ouverts la nuit doivent être les tavernes et les boutiques légèrement indécentes.
Je ferais mieux de trouver rapidement un endroit où dormir.
Je parcours la rue principale à la recherche d’une auberge.

En m’aidant des images sur les pancartes, j’ai trouvé quelques auberges.
La plupart possédaient à la fois une taverne au rez-de-chaussée, et des chambres au premier, et avaient des pancartes avec un lit et une chope alignés.
Parmi celles-là… je n’en ai choisi aucune. A la place, je décide de trouver une auberge sans taverne.
C’est juste que les tavernes annoncent les ennuis après tout.

« Oh, un client ? Bienvenue dans mon auberge. »

Une obasan (ndt : https://soreyawari.com/les-bases-du-japonais/) d’une quarantaine d’années m’adressa la parole après l’ouverture de la porte.
En parlant de ça, même si je ne l’ai pas signalé avant, pour une raison ou une autre, on peut se comprendre. La langue n’est pas un problème.

« A combien est la nuit ?
– La nuit est à 1 PA, le petit déjeuner est à 5 PC, le dîner est à 10 PC, et une bassine d’eau chaude est à 5 PC. »

De l’eau chaude ?
Ahh, à la place du bain ?
Je me demande si se plonger dans l’eau n’est pas une coutume très répandue.
C’est un peu choquant (ndt : les japonais adorent les bains. Ils peuvent y passer des heures…)

« Cinq nuit, avec la nourriture et l’eau s’il vous plaît. »

En disant cela, je lui remet 6 PA.

« Compris. Votre chambre est au premier étage sur la droite. Voici la clef. Voulez-vous manger immédiatement ?
– Oui, si c’est possible.
– Tout de suite. Je vais préparer le repas, attendez à la table qui vous fait plaisir. »

Après avoir reçu la clef avec une plaquette de bois attachée, je m’assois vers le côté de la salle à manger et j’attends la nourriture.

◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆

Après avoir fini de manger, j’ai récupéré la bassine d’eau chaude, je suis montée, puis je suis entrée dans la chambre que la dame m’a donné.
A propos, le dîner était composé de pain, d’un ragoût avec plein de légumes, et d’un fruit en dessert.
C’était simple, mais délicieux.
Après avoir ouvert la porte, je me suis trouvée dans une chambre d’environ 6 tatamis (ndt : 1 tatami ≃ 1,65 m²), avec un lit et une table.
J’entre, et je verrouille la porte derrière moi. Je place la bassine sur le sol, et me jette sur le lit, allongée la visage vers le haut.
Les dessins formés par le bois du plafond entrent dans mon champs de vision, et cette vision inhabituelle me rappelle que je suis vraiment dans un monde différent.
A cause de ce sentiment de désespoir, des larmes involontaires brouillent ma vision… mais ce n’est pas ce qu’il s’est passé. Mais l’anxiété emplit tout de même mon coeur. (ndt : je vous ai dit qu’elle avait un problème ? / ndc : juste un petit blocage dans l’expression des émotions et sentiments ! ^^ Et un regard qui tue ! 🙂 )

J’ai l’impression que je vais tomber dans une dépression sans fin, donc je me lève pour ne pas m’endormir si je reste allongée. Je vérifie que la porte est bien verrouillée, j’enlève le manteau et la robe, et je les mets sur le lit.
J’imbibe d’eau le tissu que j’ai reçu avec la bassine, je l’essore et je me nettoie, en commençant par mes cheveux, puis le haut de mon corps, puis le bas.
Une fois rafraîchie, j’enfile la culotte que je viens d’acheter, et remet la robe que j’ai mise sur le lit.
Je m’apprête à aller dormir. Ça devrait aller même si je ne met pas le manteau. La couverture est fine, et il fait un peu froid, donc je mets le manteau par dessus quand même. (ndc : elle servait à quoi la nuisette ? Sinon, check-point 1 passé ! ^^ La suite demain ? (pour elle ! :p))

Même si le soleil vient juste de se coucher, comme beaucoup de choses sont arrivées aujourd’hui et que je suis fatiguée, mes paupières sont lourdes. Je n’ai rien d’autre à faire de toutes façons, donc autant me dépêcher d’aller me coucher et dormir.
Je grimpe dans le lit.

 

Chapitre précédent <~~  Sommaire  ~~> Chapitre Suivant

Publicités

9 commentaires sur “Evil God Average 4 – Soulagement (2)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s