Konjiki no Wordmaster 19 : Rencontre : Monstre Unique

Traducteur : Cowcow
Adapt : Ilanor
Check : MissX


Yo~ Ici Wari !
Death March arrive, une dernière petite relecture s’impose, alors en attendant, je vous fais patienter avec ça…


 

À ce moment, comme les deux autres l’avaient soupçonné, Hiiro était allé au delà du pont, et se trouvait au sommet d’une colline. De là, il pouvait observer l’entièreté du pont et repérer les deux personnes.

En vérité, il avait été forcé d’atterrir sur le sommet du pont. Vraiment, traverser à ce rythme d’escargot un pont de 10 kilomètres, était beaucoup trop coûteux en mana pour aller jusqu’au bout.

Mais quand il se posa sur le pont, il y avait d’innombrables personnes. Hiiro avait été forcé de couvrir son corps en entier dans sa cape rouge pour dissimuler son identité, et courir se cacher. Cela étant, ici les hommes-bêtes pensaient seulement que c’était un démon volant plongeant pour chasser de la nourriture, alors ils n’y prêtèrent pas attention.

‘D’ailleurs, ce pont est bien trop long. Jusqu’où va-t-il ?’

Contrairement aux jeux, en se fatiguant trop les PV baissent. Donc en courant de longues distances, ils vont pas mal baisser. Toutefois, ils remontent lentement en se reposant.

En regardant un peu partout, on pouvait dire que le continent des hommes-bêtes était vraiment couvert de verdure.

La principale différence entre celui-ci et celui des humains était l’activité de la vie sauvage. Bien sûr, le continent des humains aussi était verdoyant, et il existait aussi de magnifiques montagnes.

Cependant, ici dans le sol et les forêts; dans les lacs et les rivières, la nature environnante avait beaucoup plus d’énergie.

‘On va dire que chaque continent a ses propres mérites.’

Quand on parlait du continent des humains, on pensait à son écosystème artificiel. La production et le commerce ; l’importation et l’exportation : C’était une terre de business.

‘Je me demande comment est le continent des ‘Evilas’… J’imagine qu’un jour j’irai voir de mes propres yeux.’
(nda : Les Evilas sont les démons, mais c’est très large comme appellation. Vous verrez.)

Alors qu’il pensait à cela, un chariot s’arrêta en face de lui. De celui-ci descendit un homme semblant être un marchand. Bien sûr, c’était un homme-bête.

‘C’est mauvais… Si on me voit ici, ça va causer des problèmes.’

Arnold avait dit que contrairement au continent des humains, c’était une terre où l’on pouvait être attaqué sans crier gare. Un continent belliqueux. Il y avait la possibilité d’être attaqué simplement parce qu’on était humain.

Dans ce cas, il n’avait pas l’intention de perdre, mais il ne pouvait pas créer de problèmes ici. Il ne voulait pas être séparé d’Arnold alors qu’il pouvait encore lui tirer des informations.

‘Bon… Qu’est ce que je fais…’

L’autre était en sursis le temps qu’il y pense. Un Hiiro effrayé par une seule personne n’existait pas, mais essayons de lui parler, cette gentillesse n’est qu’importune.

‘…Je viens juste de penser à quelque chose.’

Sur ces pensées, il écrivit un caractère sur son corps. Il pensait à quelque chose qu’une certaine personne portait.

« Qu’est ce que tu fais dans un endroit pareil ? Tu as besoin d’un transport ? »

En réponse aux franches questions de l’homme, Hiiro enleva sa capuche.

« Oh, tu as de splendides oreilles ! »

L’homme sourit gaiement.

« Désolé, mais mes compagnons devraient bientôt être ici. Merci de vous en faire, mais ne faites pas attention à moi.
– Oh ? Je vois. Alors je te souhaite bon voyage. »

Et l’homme retourna à son chariot.

‘J’ai d’une certaine façon réussi à passer au travers. Mais cet homme-bête était assez aimable.’

Il toucha les oreilles qui étaient apparues sur sa tête. Elles étaient plutôt douces au toucher. Mais elles n’étaient pas les seules à avoir changé. Les cheveux d’Hiiro avaient changé de couleur pour de l’argenté. Et oui, c’était la même couleur que ceux de Muir.

En utilisant sa 『Magie des Mots』 et en formant une image de la race de Muir dans sa tête, Hiiro avait écrit 『Métamorphose』. Cependant, s’il avait pensé à 『Copier』 Muir elle-même alors sa structure faciale et l’équilibre des oreilles aurait été altéré et cela aurait été difficile à équilibrer, donc il avait imaginé ressembler à un membre de sa race. Toutefois il avait rencontré seulement deux hommes-bêtes dans sa vie.

L’esprit d’Hiiro n’aurait pas pu supporter de se transformer en vieil homme comme Arnold, alors il avait choisi de penser à Muir.

Et cela marqua la naissance d’un jeune homme à lunettes et aux cheveux d’argent. Les mots changeaient seulement les caractéristiques basiques de leur cible, donc les effets resteraient au fil du temps. Hiiro aurait à écrire 『Origine』 au moment de redevenir lui-même.

‘C’est bizarre d’avoir une queue. Mon corps semble mystérieusement plus léger, et mes canines sont devenues étrangement fortes.’

Son équilibre était devenu meilleur. A l’origine les caractéristiques de cette race favorisaient la prise d’équilibre, et l’odorat aussi était supérieur.
Après avoir attendu pendant un moment, les deux autres arrivèrent finalement. Ils le repérèrent . Mais bien sûr…

« C’est quoi ces cheveeeeeuuuux ? »

Il s’était attendu à ce que ça arrive. Même Muir poussa un cri.

« Bon, maintenant allons-y.
– Oy, attends, attends, attends ! Pourquoi diable agis-tu comme si tout allait bien !? Il y a beaucoup de choses que je voudrais te dire là !
– Comme toujours, tu es vraiment tatillon. Calme toi un peu, comme la demi-portion là-bas.
– Muir est juste trop choquée ! Explique toi ! Pourquoi est-ce que tes cheveux sont de la même couleur que ceux de ma Muir adorée !? »

Il commença donc à expliquer contre son gré. Pendant ce temps, pour une quelconque raison, Muir le regardait avec émotion. Elle touchait ses propres cheveux en regardant ceux de Hiiro ainsi que ses oreilles.

« Pour que tu sois capable de faire quelque comme ça… A quel point es-tu une triche ?
– Koku koku » (nda : Ne me demandez pas ce que ça veut dire….)

Ah, il s’ennuyait déjà à gérer ces deux là et lâcha un bâillement. C’est vrai qu’il était parti tôt le matin, afin qu’il n’y ait pas beaucoup de gens, donc il voulait dormir.

« Enfin, c’est pas comme si j’en étais un vrai. Seulement ma forme a changé.
– Hm ? Donc tes capacités physiques sont encore humaines ?
– En gros.
– Je vois, mais quand même, ta magie est assez incroyable. »

Les deux semblaient avoir compris la vraie utilité de la 『Magie des Mots』. Ils laissèrent échapper un soupir.

« Bref, où allons-nous d’ici ? »

Comme Hiiro demandait, Arnold pointa de son doigt.

« Si on met le cap vers l’ouest d’ici, nous devrions trouver le village de 【Doggam】.
– Quel genre d’endroit est-ce ?
– C’est le village du clan 『Bearnt』. »

‘『Bearnt』. J’ai lu à propos d’eux dans une encyclopédie. Apparement c’est une race plutôt pacifique, contrairement aux ours.’

‘Dans la capitale des humains, j’ai essayé de d’amasser des connaissances en lisant les livres entreposés à la guilde.’

« Eh bien, les 『Bearnt』 sont un peuple gentil. Je ne pense pas que tu seras attaqué même si tu es découvert. »

‘Alors l’information que j’ai obtenue était correcte’

« De plus, leur miel est plutôt délicieux…
– Ho ? Je l’attends avec impatience.
– Ouais.
– Quoi ? La demi-portion n’y est jamais allée ? »

La réaction de Muir était similaire la sienne, donc on pouvait en conclure qu’elle n’était jamais allé dans ce village.

« O-oui. L-la vérité est, enfin… »

Ça semblait difficile à dire, mais on pouvait sentir qu’elle croyait que c’était quelque chose qu’elle devait dire. Mais Hiiro secoua la main.

« Ah, si tu ne veux pas le dire, tu n’as besoin de le faire.
– Eh? »

Muir fixa Hiiro avec ahurissement. Arnold le regarda de même.

« Je me fiche de vos passés, donc il n’y a aucune raison de vous forcer à me le dire.
– … C-c’est pas ça, mais… »

Arnold se tourna vers la triste Muir, et essaya de dire quelque chose pour alléger l’atmosphère.

« Aussi longtemps que Hiiro est d’accord avec ça, je suppose qu’on peut laisser ça comme ça, Muir !
– Tonton…
– Au lieu de ça, allons-y. »

Hiiro commença à s’éloigner. Arnold flatta la tête de Muir, puis lui murmura à l’oreille.

« Je sais que tu es anxieuse, mais Hiiro étant Hiiro, si tu lui dis, il répondra probablement juste quelque chose comme, ‘et puis quoi ?’
– O-ouais… c’est vrai. »

Après avoir entendu les mots d’Arnold, il semblait qu’un poids ait été enlevé de la poitrine de Muir.

« J’espère que tu seras capable de lui dire un jour.
– Ouais !
– Bien, maintenant dépêchons-nous d’y aller pour ne pas le perdre !
– Ouais ! »

En regardant Muir courir après Hiiro, il pensait à quelque chose du genre, ‘trop mignon’. Si Hiiro aurait vu l’expression d’Arnold, il l’aurait traîné au tribunal immédiatement.

Après avoir marché pendant quelque temps, ils tombèrent sur leurs premiers monstres depuis un bon moment.

« Je crois que c’est… un BukBuk ? »

Les BukBuks sont des monstres existant sous la forme de livres. Leur grandeur est celle d’un livre d’image. De plus, le pouvoir de ces monstres vient de …
Crac Crac !

« Uoh ! Voilà un assez puissant éclair. » cria Arnold en l’évitant.

Exact, les BukBuks sont des monstres avec la capacité d’utiliser la magie. De surcroît, les différentes espèces de ce monstre peuvent apprendre différentes variétés de magie. Cependant, il est difficile de différencier les sous-espèces de BukBuk juste en les voyant.

« Ça fait un moment depuis que j’ai rencontré un monstre valant la peine d’être combattu. Vieil homme, je te laisse celui là.
– Parfait ! Observez l’extraordinaire escrime d’Arnold-sama ! Muir, recule !
– O-okay ! »

Ils en prirent chacun un à la fois.

‘Celui du vieil homme utilise le tonnerre. Le mien est…’

Soudainement une large main émergea du sol, essayant d’attraper Hiiro.

« Je vois, pour toi c’est la terre ! »

Hiiro dégaina Perceur et déchira la main de terre. Mais la magie du BukBuk provoqua l’ouverture de plusieurs fissures, qui s’avancèrent vers lui, entreprenant de le gêner.

« Ne sois pas si prétentieux… »

Hiiro concentra sa magie au bout de son doigt et écrivit le caractère 『Calme』 dans l’air, puis il le lança au sol et l’activa.

Le sol se calma, et les fissures s’arrêtèrent en chemin. Le BukBuk semblait être plutôt confus, et hésitait à lancer un autre sort.

« Meurs ! »

Dans ce laps de temps, Hiiro parcourut extrêmement vite l’écart entre eux.. Mais le BukBuk se reprit et érigea un mur de terre juste devant lui.

« Ne pense même pas m’arrêter avec ça ! »

Sans s’arrêter, Hiiro enfonça son épée dans le mur. Et l’épée le traversa assez facilement, empalant ainsi le BukBuk derrière le mur. Après avoir laissé échapper un son semblable à celui de piles de papier tombant au sol, le monstre arrêta de bouger.

« Et maintenant le vieil homme est… »

Il semblait déjà en avoir terminé. Après avoir esquivé le tonnerre et raccourci la distance, il acheva le BukBuk d’un simple coup de sa gigantesque épée.

« Est-ce que vous avez vu ça !? C’est mon pouvoir ! Nahahahahah ! »

Il semblait être en extase. Cela aurait pu être un monstre pénible, mais c’était définitivement à un niveau que l’on aurait pu gérer. Est-ce que c’était si formidable d’avoir battu l’un deux ? Hiiro soupira.

Après cette bataille, ils rencontrèrent plus de monstres en marchant. Après avoir surmonté plusieurs batailles, ils s’enfoncèrent dans la forêt.

« Après avoir traversé cette forêt, nous arriverons à 【Doggam】!
– Mais tu trouves pas ça bizarre ?
– Quoi ?
– Il y avait tant de monstres auparavant, mais une fois que nous sommes entrés dans la forêt, nous n’en n’avons pas vu un seul.
– On doit juste les terrifier.
– Tu es vraiment insouciant vieil homme.
– J-je m’excuse, à chaque fois que Tonton devient prétentieux, il devient comme ça.
– J’ai déjà perdu tout espoir pour lui, alors ne t’en fais pas.
– O-oui… *soupir* »

Muir semblait un peu embarrassée en regardant Arnold. C’est comme si elle était un enfant observant son père pendant la rencontre des parents. (Ndt: événement où le/les parent(s) observe comment font les enfants à l’école.)

Arnold, qui se pavanait triomphalement s’arrêta soudainement. Hiiro s’inquiéta, et il l’appela. Il avait un visage nerveux.

« Oy, qu’est-ce qui va pas ? »
Demanda Hiiro en regardant en avant, et en face, il vit un seul sanglier. Il pensa que ce n’était qu’un autre monstre, mais étrangement, c’était un monstre qui n’était dans aucun des livres de Hiiro. Le sanglier n’avait pas encore remarqué l’approche du groupe, et broutait.

Il avait lu à propos d’un monstre similaire alors il demanda.

« Est-ce un Gros Sanglier ?
– N-non, c’est… »

Arnold agissait bizarrement. Il semblait être effrayé. Le Gros Sanglier qu’Hiiro connaissait avait un court poil gris, toutefois le monstre en face d’eux en avait un rouge.

« Hiiro… On s’enfuit.
– Quoi ? Qu’est-ce que tu racontes ?
– T’en fait pas, essaie juste de bouger sans faire de bruit. »

Hiiro grimaça en voyant Arnold tenter de s’éloigner du calme sanglier.

« Qu’est-ce que tu fais exactement, pervers ?
– Je n’arrête pas de te dire que je ne suis pas un pervers ! … Ah. »

Arnold laissa échapper une grosse voix, et pâlit. Hiiro se retourna sans comprendre vers le sanglier, qui les avait remarqués, et le trouva en train de les fixer avec colère.

« M-merde… Tout est de ta faute, Hiiro !
– Et puis quoi ? Est-ce que ce monstre est spécial ?
– C-c’est un Monstre Unique !
– Unique ? »

Je crois que les livres disaient que les monstres Uniques étaient extrêmement rares. Et qu’ils étaient excessivement féroces. L’expression paniquée d’Arnold semblait le confirmer.

« C-c’est un Sanglier Rouge. Un Monstre de Rang S !
– Hmm. »

L’Unique affronte l’Unique.

Chapitre Précédent <~~  Sommaire  ~~> Chapitre Suivant

Publicités

Un commentaire sur “Konjiki no Wordmaster 19 : Rencontre : Monstre Unique

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s