Death March 6-8 : Défilé de Mode

Traducteur : Nekoyashiki-san
Adapt : Soreyawari
Check : Okka


Après un mois d’abscence notre Satou interdimensionnel est de retour ! ^^
Sachez que le chapitre suivant est en cours de traduction et ne devrait pas tarder à suivre lui aussi ! 😉

Heureux de vous retrouver et bonne lecture avec un Satou plus actif que jamais ! ^^

Amicalement vôtre,
Nekoyashiki-san


Ici Satou. Si je trouve un G (ndt : G pour Gokiburi qui signifie Cafard ! ^^), il doit y en avoir 30 autres, donc j’asperge toujours les alentours d’insecticide pour avoir le groupe entier.
Ça serait bien si on pouvait faire la même chose avec les bandits… (ndt : est-ce qu’il se rend compte que ce qu’il dit est horrible ? ^^ / nda : Bandits = Cafards ?)

Après le départ de la ville, ce fut paisible pendant trois jours, mais deux jours après cela, nous avons été attaqués par des bandits trois fois.

Comme ce n’étaient que des petites bandes avec 7-8 personnes, j’ai fait faire des frappes préventives avec Onde de Choc à Arisa, et les fille-bêtes ont été défaire les bandits.

Lors de la première bataille, Mia a attaqué avec Brume d’Acide, mais c’était trop gore donc je la ferais utiliser Brume Aveuglante et Brume de Moutarde à la place la prochaine fois.
Si je combats directement, je peux me débarrasser d’eux en un instant, mais vu qu’il semble que les filles-bêtes combattant seules suffit, je reste simplement en arrière tout en les surveillant et me tiens prêt à les protéger à n’importe qu’elle moment si besoin. Et comme les fille-bêtes ont l’avantage du niveau et de l’expérience de combat comparé aux bandits, mon tour n’est jamais venu.

Nous n’avons plus amené les bandits dans les endroits peuplés après la leçon que nous avons appris la dernière fois. Nous les endormons avec la magie d’Arisa, les dépouillons de leurs équipements en dehors de leurs vêtements et les laissons attacher avec une corde de lierre. Si leurs équipements leur sont pris, ils ne seront sans doute plus capable de continuer leur banditisme. S’ils s’obstinent, ils se feront tuer au mieux.
Je déchire leurs vestes et les bande de façon à ce qu’ils ne meurent pas d’hémorragie. Les cavaliers du comte du territoire qui vont patrouiller par là devraient les croiser dans quelques heures, je les garde en vie pour ça.
Juste au cas où, je mets un papier avec écrit « Bandits » sur eux.

« On ne se retrouve pas dans la situation classique hein~.
– Class~?
– Est-ce délicieux nodesu ? »

Après la seconde rencontre avec des bandits aujourd’hui, l’humeur d’Arisa tourne morose.
En grommelant, « Je voudrais manger du Tempura~ », après avoir entendu les mots de Pochi, elle se prélasse sur le sol du chariot.

« Quel genre de classique ?
– Habituellement, le schéma ne devrait-il pas être l’attaque du carrosse avec la belle femme ou l’homme riche et nous qui venons les sauver en ayant l’air cool ? »

Je ne connais pas ce genre de schéma.

« Arisa.
– Qu’est-ce qu’il y a, Mia ?
– Homme riche. »

Mia me pointe en disant cela. (ndt : Dang ! ^^ / nda : x) Mia ! Thumbs up !)

« Belles femmes. »

Mia pointe les filles.

« Un imprévu ! Nous sommes les personnes qui devraient être secourues d’après le classique ! »

Arisa gémit en se tenant la tête. Mia a l’air satisfaite en voyant la réaction. Elle semble sans expression comme d’habitude, mais quand je regarde de plus près, sa bouche sourit légèrement.
Pochi, Tama et même Nana imitent Arisa en tenant leur tête et en ayant l’air troublées. Nana a l’air bizarre, mais laissons ça de côté.

« Maître, ce sont les hommes bleus. »

En réponse à l’appel de Lulu, je sors sur le banc du cocher. Ce que veut dire Lulu par, “Les hommes bleus”, ce sont les soldats du comte du territoire. Il semblerait qu’elle les appelle comme ça vu que leurs vêtements sont complètement bleus.

« Nous sommes les chevaliers de Kuhanou-dono, amenez-moi votre porte-parole.
– Je suis le porte-parole, mon nom est Satou.
– Ho, vous êtes jeune. Cette grande route est souvent fréquentée par des bandits. Il est dangereux de voyager sans escorte. Retournez en ville, et engagez quelques gardes.
– Merci pour votre sollicitude. Nous avons d’excellents gardes du corps, donc ça ira. »

J’ouvre le rideau du chariot et Liza montre son visage.
Liza, s’il-te-plaît, arrête de lancer ce sourire carnassier, c’est effrayant.

« Fumu, c’est une escorte à l’air plutôt forte que vous avez là. Mais, vous devriez les laisser hors du chariot afin qu’ils puissent voir des bandit venir. »

Après avoir donné ce conseil, les chevaliers demandent mes papiers et retournent à leur patrouille après avoir eu l’air satisfait.

« Jaa~an, suis-je mignonne ? »

Arisa tourne sur elle-même devant moi en disant cela. Elle a l’air mignonne alors qu’elle porte ce une pièce auquel sont ajoutés des volants sur les manches (ndt : Vous savez, ces froufrous et autres trucs plissés que certaines et certains adorent ! ^^). Quand elle porte ça, avec ses cheveux violets, elle a vraiment l’air d’un personnage de film de fantasy.

« Ouaip, tu es mignonne.
– Ehehehehe~. »

Elle n’a probablement pas pensé qu’elle serait sincèrement complimentée, elle a l’air surprise et ensuite devient timide en ayant l’air heureuse. C’est un sentiment légèrement rafraîchissant.

« Mignonne~?
– Regarde~ nanodesu. »

Pochi et Tama apparaissent avec des vêtements similaires à ceux d’Arisa en demandant cela. Elles tournent sur elles-mêmes comme Arisa.

« Pochi et Tama sont mignonnes aussi.
– Wa~i.
– Yay~ desu. »

Il semble qu’elles trouvent la jupe flottante amusante, elles tournent sur elles-mêmes jusqu’à en avoir le vertige.

« Comme vous avez acheté quelques rouleaux de tissu en ville, j’ai essayé d’ajouter des volants sur les vêtements que nous avons.
– Tu es plutôt habile.
– Je me suis déjà fait des vêtements à l’occasion de certains événements par le passé~ » (ndt : cosplay ! ^^)

Il vaut mieux ne pas demander quel genre d’évènements c’était. Elle s’est décidée sur sa pose.
Arisa qui a l’air fière, se fige soudainement. Nana fait la pose quand je regarde derrière moi.

« Maître, suis-je mignonne ? »

Mignonne, ou plutôt, un spectacle pour les yeux.

« Nana ! Mets des vêtements, vêtements ! »

Lulu récupère les vêtements que Nana a laissé sur le sol et la couvre avec.
Elle porte une culotte comme tout le monde sur sa partie inférieur, mais la moitié supérieure a un soutien-gorge. Ce sont des demi-sphères cousues. Je n’ai vu personne en vendre en ville, donc c’est probablement quelque chose qu’Arisa a fait.

« Arisa, tu es vraiment habile.
– Eh—Eh bien, ouais. »

Il semblerait qu’Arisa soit faible face aux compliments.

« Maître, suis-je mignonne ?
– Tu es mignonne, ou plutôt, sexy. Nana, n’enlève pas étourdiment tes vêtements devant quelqu’un du sexe opposé.
– Oui, maître. »

J’essaye avec grandes difficultés de dire ça calmement. Grâce à Poker Face que j’ai monté jusqu’au niveau expert, j’ai réussi à ne pas laisser transparaître d’excitation dans ma voix.
Nana semble être satisfaite avec le commentaire “Sexy” et enfile docilement les vêtements que Lulu lui donne.
Si Lulu n’avait pas réagi, j’aurais probablement pu la regarder fixement sans bouger. Si nous avions été tous seuls, ça aurait pu être dangereux. C’est pourquoi, je ne devrais pas tenir rancune envers la réaction rapide de Lulu. Cependant, ça aurait été sympa qu’elle soit légèrement plus lente…

« As-tu fait des vêtements pour seulement trois personnes ? »

Pour préserver les apparences, je parle à Arisa en revenant sur le sujet précédent.

« Ouaip, c’est impossible d’en faire pour tout le monde d’un coup. Comme Tama et Pochi regardaient mon prototype avec des yeux étincelants, j’en ai fait pour elles en premier.
– Prochain, pour moi.
– Oui, oui, la prochaine est pour Mia. Lulu et Liza seront après cela, ça vous va pas vrai ?
– Oui, c’est bon.
– Des vêtements aussi raffinés ne m’iront pas.
– Ça t’ira très bien je te dis. C’est vrai, et si j’ajoutais des volants à ton tablier ? Tu auras l’air d’une jeune mariée~. »

Il est rare de voir une discussion de filles. Ça me détend.
Tout en écoutant les voix en arrière-plan, je retourne préparer le déjeuner. Mon répertoire a augmenté depuis que Liza m’apprend à cuisiner. On finirait par en avoir marre du steak de loup peu importe à quel point c’est délicieux si on en mange tous les jours.

« Écopez-le soigneusement une fois que la potasse apparaît. Vu que ce serait du gâchis de jeter le bouillon, s’il-vous-plaît utilisez ce torchon pour le filtrer dans le bocal et le mettre dans le pot. »

Je pensais que l’on avait juste à couper les ingrédients convenablement, mais contrairement à ce que je m’attendais, c’est un dur labeur.

Grâce aux enseignements de Liza, le résultat a plutôt bon goût.
J’ai demandé à Lulu de faire les steaks à ma place, mais j’ai cédé devant les regards suppliants de Pochi et Tama pendant le repas, donc j’ai décidé de faire les steaks plus tard.

Okay, vérifions l’efficacité de la compétence [Éducation] en enseignant à Lulu le secret de la cuisson du steak au prochain déjeuner.

« Satisfaites~?
– C’était délicieux nodesu~.
– Haa, béatitude. »

Les trois se prélassent, pendant que je fais des préparations (ndt : préparations dans le sens des substances utilisées pour des expériences, fabrications de potions, etc…) à côté d’elles. Récemment, Nana et Mia aident avec le nettoyage, donc elles ne sont pas dans le secteur.

J’écrase un cœur magique entre mes doigts, et le met dans un mortier. Normalement, on a besoin d’un genre de casse-noix pour l’écraser, mais cet outil n’est vraiment pas facile à utiliser, donc je ne l’aime pas. Ces jours-ci, j’écrase discrètement les cœurs avec les doigts.
Je le broie complètement avec le pilon et mets la poudre dans une bouteille. Je les trie dans des bouteilles de différentes formes et couleurs reflétant les rangs réels des cœurs magiques. Je n’oublie pas de mettre des étiquettes dessus aussi.

Vu que la fille du magasin de magie a dit que même sous forme de poudre les cœurs magiques sont instables, je vais essayer de tester à quel point ils sont instables.

Je mets une pincée de poudre sur une planche de bois et la charge avec du pouvoir magique. Alors que je la charge avec 1 point de pouvoir magique, “Pon”, elle explose. La planche de trois centimètres d’épaisseur est transpercée.
Pochi et Tama qui étaient en train de somnoler sursautent et regardent par ici avec un regard vide.
Arisa me lance un regard de reproche. “Je suis désolé de vous avoir surprises.”, dis-je et je reviens à l’expérience.

Quand même, je pense que c’est plus puissant que de la poudre à canon même avec quantité égale.
Cependant, la seule poudre à canon que je connaisse est celle des feux d’artifices ou des pétards, donc ma comparaison peut être faussée.

Bien sûr, une personne normale mourrait si un truc comme ça explosait.

Je mets une poudre rouge tirée d’un coeur magique sur une assiette et la mélange avec du stabilisant.
Comme le stabilisant est blanc, ça prend une couleur de fleur de cerisier.

Je place une petite chute de papier sur un support magique, et ensuite mets environ 1 gramme de la poudre dessus. J’active le régulateur au bord du support magique, et le positionne comme indiqué dans le manuel. Après cela, je dois simplement injecter du pouvoir magique dans le support magique.
Un réactif est terminé en environ dix secondes. D’après la RA, c’est Réactif 1 (+5). J’enveloppe le réactif fini avec un genre de papier d’origami comme indiqué dans le manuel, et le mets ensuite dans un petit sac. Je vais les mettre dans l’Inventaire une fois que j’en aurais assez.

Puisque j’ai compris le truc, je mets 10 grammes pour mon second essai et continue.
J’arrête après avoir fait 100 réactifs en 10 minutes.
Ensuite j’utilise les réactifs pour faire des potions de récupération de pouvoir magique, santé, endurance, 10 de chaque. Comme je peux en faire cinq à la fois, et que j’ai fait d’autres matériaux en dehors des réactifs à l’avance, ça ne prend pas longtemps à terminer.

« Arisa, range ceci. Utilise-les quand tu en as besoin.
– Ho~i »

Je mets la moitié d’entre-eux dans la boîte à objets d’Arisa.

Pochi et Tama qui me voient ranger l’outil d’imprégnation commencent à préparer le chariot.
C’est au tour de Liza d’être le cocher cette après-midi.

Vu qu’il semble n’y avoir aucun bandits ou bêtes qui s’apprêtent à attaquer le chariot, je suppose que je vais chercher à nouveau la méthode de fabrication des parchemins.

Lorsque j’ai obtenu la magie [Bouclier] dans ma colonne magie, j’ai immédiatement cherché la méthode de création de parchemin dans les livres de magie, mais je n’ai pas pu la trouver.
J’ai non seulement cherché dans les livres de magie de la Cité de Seryuu, mais aussi dans les livres d’Arisa, Zen et Trazayuya mais elle reste introuvable.
Quand je change les mots de recherche, je trouve des façons de créer des outils magiques et golems mais il n’y a rien à propos de parchemins magiques.

Le jour suivant, je parcours toujours les livres de magie à la recherche d’indices sur la création de parchemins magiques. Il n’y a absolument rien jusqu’à présent, mais je commence à avoir des connaissances en termes de type d’incantation et de théorie magique.

Évidemment, j’ai aussi de l’intérêt pour les outils magiques et les golems, mais comme ils nécessitent des installations de grande envergure, c’est inatteignable pour le moment. Il y a des plans pour des outils magiques avec des structures simples, donc je vais me mettre au défi d’essayer d’en fabriquer à la prochaine pause.

J’aimerai augmenter rapidement mes répertoires, pas seulement en cuisine mais aussi en magie.

 

Chapitre Précédent <~~  Sommaire  ~~> Chapitre Suivant

Publicités

8 commentaires sur “Death March 6-8 : Défilé de Mode

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s