Konjiki no Wordmaster 23 : La détermination de Vale

Trad : HarkenEliwood
Adapt : Ilanor
Check : Miss X


Chose promise, chose due ! Pour une fois… Et voici donc le retour de KnW, après des semaines (ne voulait pas dire des mois) de solitude. Un petit chapitre sur les héros, dont on se fiche un peu, mais il faut bien montrer qu’ils existent… Et l’adapt était casse-pied, la moitié des dialogues étant en dialecte du Kansai. –‘ Sur ce, bonne lecture !


*Soupir*

Combien de fois avait-il soupiré depuis ? La personne soupirant sans fin n’était autre que Vale Kimble. Il était assis sur une chaise dans la salle de repos des soldats au terrain d’entraînement, la tête baissée.

« Hé, qu’est-ce qui ne va pas avec Vale ? »

Inquiet, Aoyama Taishi demanda à ses compagnons, Suzumiya Chika, Minamoto Shuri et Akamori Shinobu, mais ces derniers ne firent qu’incliner la tête.

« Il n’a pas l’air dans son assiette ces derniers temps.
– C’est comme ça depuis quand, déjà ? demanda Chika.
– Depuis qu’il est parti visiter la Guilde, répondit Shinobu.
– Je crois qu’il a dit qu’il voulait demander l’aide d’une personne sur qui on pouvait compter, ajouta Shuri.
– Et depuis son retour… Il est comme ça.
– Je me demande ce qui s’est passé ? demanda Chika en essuyant un peu de sueur sur son front. »

Le groupe venait de s’entraîner avec les soldats. Comme Chika s’entraînait pour cent personnes, elle transpirait abondamment.

« Que devrions-nous faire? On lui demande ?
– Ouais, mais il est un peu difficile à approcher. »

L’air était pesant, et l’atmosphère qui était comme électrifiée rendait difficile l’approche.

Après que les Héros aient regardé Vale pendant un moment, une jeune fille vêtue de rose entra dans la pièce. Cette personne était la première princesse du 【Royaume Victorias】, Lilith van Strauss Arclaim.

Elle s’approcha des quatre Héros avec un sourire sur le visage.

« Beau travail, Héros !
– Lilith-sama doit aussi avoir un travail difficile avec les affaires publiques. »

Taishi retourna ces mots à la princesse, qui fit la moue.

« Eh, um, qu’est-ce qui ne va pas ?
– Pourquoi parlez-vous si raidement, Taishi-sama !
– C-c’est… »

Taishi s’agita alors que ses yeux erraient dans la pièce.

« N’aviez-vous pas promis !? Je vous ai dit de m’appeler Lilith. Et, s’il vous plaît, arrêtez de me parler comme ça. Je pensais que Taishi-sama comprendrait ! »

Elle s’approcha avec les joues gonflées.

« Compris ! J’ai compris, alors éloigne-toi, Lilith!
– Ah, d-désolée ! »

Lilith s’agita en se rendant compte de la proximité de Taishi, et, trop proche, son visage se teignit d’un rouge profond.

« N-non, ce n’est pas que je déteste cela. Haha. »

Taishi baissa timidement la tête.

« Arrêtez ça, vous deux ! »

Taishi sentit soudainement une pression incroyable sur son pied.

« Oy, Chika ! Qu’est-ce que tu fais !? »

Chika avait écrasé le pied de Taishi avec toute sa force.

« Rien vraiment. J’étais juste agacée que tes pensées soient écrites sur ton visage. Hmph !
– Hé, ça fait mal ! »

Elle le piétina à nouveau. Taishi commença à pleurer et supplier Lilith et Shuri de l’aider. Shinobu riait en voyant la scène.

« Ahaha! Comme prévu, la relation entre Taishi et Chika est trop drôle ~
– De quoi tu parles ! Le visage rougissant de ce crétin de Taishi est hideux !
– Oh ? Serais-tu jalouse ?
– Idi-! Tu te trompes, idiote ! »

En voyant ce spectacle, tout le monde ici présent était capable de comprendre les sentiments de Chika. Excepté Taishi.

« Ufufunofu~ Être amoureuse d’un homme aveugle est difficile ~ »

Shinobu taquina Chika en souriant.

« J-j’en ai plus rien à faire ! Je retourne m’entraîner ! dit-elle en sortant de la salle. »

En la voyant partir, Shinobu éclata une nouvelle fois de rire.

« Chika est si mignonne. Elle est mince et polie. Taishi est un chançard.
De quoi tu parles ? J’étais en train de souffrir. Elle est où, cette chance ? »

Shinobu soupira profondément alors que Taishi essayait d’expliquer ne pas être masochiste.

« Ah, si tu restes comme ça, la Princesse et Chika auront beaucoup de problèmes. »

Elle rit tout en sympathisant pour elles.

« Quoi qu’il en soit, parliez-vous de quelque chose avant mon arrivée ? demanda Lilith. »

Le groupe lui expliqua leur conversation.

« Oh, qu’est-ce qui a bien pu se passer ?
– Je ne sais pas. J’aimerais lui demander, mais il est difficile à aborder en ce moment…
– Bon, c’est moi qui vais lui poser la question.
– Shinobu ?
– Ouais, n’est-ce pas moi la plus qualifiée pour cela?
– Je ne sais pas vraiment sur quoi tu te bases, mais est-ce que ça ira ?
– Laissez-moi faire ~ »

Ceci dit, elle se dirigea vers Vale.

Vale était en train de réfléchir sur les choses que lui avait racontées le Maître de Guilde Judom Lankars.

(Donc, les Evila ont un nouveau Roi, et ce nouveau Roi a envoyé de multiples demandes de paix, mais notre roi n’a fait que les ignorer…)

On lui avait également dit ceci : Avant de sacrifier ses filles, de faire venir des étrangers pour jouer aux Héros, n’y avait-il pas autre chose que le Roi aurait pu faire ?

Et on lui avait aussi dit qu’il était encore trop immature.

(Pourquoi le royaume a-t-il ignoré… non, j’en comprends la raison. Il y a toujours une grande chance que nous soyons trahis comme avant.)

Quand le précédent Roi des Evila avait demandé des pourparlers de paix et que [Victorias] avait accepté, c’était un piège, et beaucoup d’Humas avaient été tués. C’est pourquoi le roi n’avait pu que refuser ces nouvelles offres.

(Mais…)

« C’est exactement pour ça que nous devons communiquer » avait dit Judom.

(Et les héros sont-ils vraiment dignes de confiance ?)

Judom avait affirmé que les habitants d’un autre monde seraient incapables de sympathiser avec la population. Pour l’instant, tout allait bien. Avec leurs capacités physiques élevées et leurs attributs magiques, les héros devraient être en mesure de surmonter facilement la plupart des obstacles.

Mais pourtant le jour viendra où ils auront un vrai choix à faire. Au moment où, leur vie en danger, ils penseront leurs pouvoirs inutiles devant l’ennemi, les héros pourront-ils rester des héros ?

Pourront-ils se battre au péril de leur vie pour un autre monde ? De tels philanthropes existent-ils vraiment ? Quand Judom lui avait dit cela, l’esprit de Vale était devenu vide.

C’était parce que l’argument de Judom se tenait. Il avait une certaine vérité. Ils utilisaient toujours le mot «jeu». «Comme un jeu…», «Si c’était un jeu, alors…», «Contrairement à un jeu…». Chaque fois que Vale entendait ces mots, il sentait que ces gens avaient trop peu de résolution.

(Je pensais que c’était parce qu’ils étaient encore jeunes, et qu’ils n’étaient pas habitués à se battre… mais…)

Si c’était une erreur ? S’ils considéraient cela comme un jeu, et que cela confirmait cette erreur ? Si c’était un jeu, se prépareraient-ils correctement ? Ce n’était pas impossible, il le sentait.

(Le vrai danger, c’est que, surpassés, ils ne veuillent plus se battre…)

Vale lui-même était encore plus fort qu’eux individuellement pour le moment. Mais ils avaient le pouvoir de le vaincre en un instant s’ils travaillaient ensemble. Ils étaient un atout majeur. Mais il y avait toujours quelqu’un de plus fort.

Les Evila étaient probablement nombreux à pouvoir facilement s’occuper d’eux.

(Si… Si quelqu’un dans leur groupe venait à mourir… voudront-ils…)

Voudront-ils toujours se battre pour nous ? Les questions sans réponses se suivaient. Judom disait qu’ils devaient renvoyer les Héros dans leur monde d’origine sains et saufs.

(Que devrais-je…)

Alors qu’il fermait les yeux pour réfléchir, Vale remarqua une présence derrière lui.

«  Qu’est-ce qui se passe, Vale ?
– … Shinobu-sama ? »

Derrière lui se trouvait Akamori Shinobu.

« Vous manquez d’énergie ces derniers temps, quelque chose ne va pas ? Tout le monde est inquiet.
– … Je m’excuse.
– Eh ? Non, ce n’est rien, vous n’avez pas à vous excuser. »

Shinobu s’assit à côté de lui et demanda à nouveau.

« Alors, quelque chose ne va pas ?
– Haa… eh bien… »

Il ne pouvait pas le dire. Qu’il avait des doutes sur la personne à côté de lui. Mais il voulait savoir si elle pouvait risquait sa vie.

(S’ils apprennent la réalité de la mort, quitteront-ils le pays… ? Même après les avoir entraînés jusqu’ici…)

Il n’arrivait qu’à penser à de tristes questions qu’il ne pouvait pas poser.

« Peut-être vous inquiétez-vous de quelque chose nous concernant ? »

Les épaules de Vale se tendirent en guise de réponse. Shinobu sentit cette brusque réaction.

« Ah ~ Comme je le pensais. Alors, qu’est-ce que c’est ? Est-ce que quelque chose va nous arriver ? »

Ce n’est pas comme si Shinobu était particulièrement vive. C’est juste qu’elle avait remarqué que Vale évitait les quatre Héros dernièrement. Alors qu’elle regardait Vale, elle se sentit un peu désolée pour lui.

« … Je ne peux pas le dire.
– … Je vois. Alors ne dites rien.
– … Pardon ? »

Vale fronça les sourcils.

« Ça n’a pas l’air d’être quelque chose à résoudre immédiatement, vous avez encore du temps, non ?
– C-c’est…
– Ou alors, si vous n’obtenez pas de réponse maintenant, ce sera la fin du monde ? »

Shinobu montra une expression sérieuse pendant une seconde.

« U-une telle chose ne se produira pas aussi soudainement !
– Alors tout va bien, non ?
– …
– Je ne sais pas ce qui vous inquiète, mais vous devriez faire les choses que vous avez à faire !
– Les choses que je dois faire? »

Tous vous renvoyer dans votre monde ? faillit-il dire.

« Et c’est nous rendre plus forts.
– P-plus fort ?
– Bien sûr. On ne sait pas quand les Evila vont attaquer, non ? Donc, ce que vous devez faire est de vous préparer à cette possibilité en nous rendant tous les quatre plus forts.
– Shinobu-sama …
– Pour être honnête, j’ai un peu peur. Cet endroit peut ressembler à un jeu, mais ce n’est pas un jeu. »

Encore une fois, le mot «jeu, mais cette fois il lui sentit un certain poids.-

« Je ne veux vraiment pas mourir, et je pense que je pourrais fuir sous le coup de la peur. »

C’était un fait. Il en était de même pour tout le monde.

« Cependant, si on se serre les coudes, on va sûrement s’en sortir ! »

En entendant ces paroles, une petite lumière apparut dans l’esprit vide de Vale. Il se leva de sa chaise et fit face à la jeune fille.

« Allons-y, Shinobu-sama ! Comme vous l’avez dit, nous devons faire ce que nous pouvons pour le moment !
– Ouais, c’est ça, l’esprit ! »

Shinobu se sentit heureuse du fond de son cœur de voir Vale reprendre du poil de la bête. Vale fut capable d’effacer certains de ses doutes.

(C’est vrai, je ne peux pas abandonner. J’ai besoin de croire au Roi, aux Héros. Encore une fois… je vais aller voir Judom-sama encore une fois !)

Sous une forte résolution, il sortit de la salle de repos.

Mais il n’avait pas remarqué que la réponse qu’il avait obtenue à ce moment n’avait rien résolu. S’il devait réaliser la vérité, le choc n’en serait que plus grand.

Il ne se rendait compte de rien. Qu’il le veuille ou non, la vérité frapperait et priverait tout le monde de tout.

Chapitre précédent <~ Sommaire ~> Chapitre suivant

Publicités

2 commentaires sur “Konjiki no Wordmaster 23 : La détermination de Vale

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s