Death March 6-25 : La Bataille de la Cité de Muno (3)

Traducteur : Hina-sama
Adapt : Soreyawari
Check : MissX


Wari desu~ Bon oui je sais ça faisait trop longtemps pour Death March, courage le voici enfin~


Ici Satou. Un de mes amis, au bout du rouleau à cause de sa recherche d’emploi s’est retrouvé dans un séminaire suspect. Il l’a soutenu jusqu’à ce qu’il soit au bord du désastre financier.
L’histoire du lavage de cerveau est vieille comme le monde. Ça arrive aussi dans le monde parallèle, mais la méthode est un peu différente.

◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆

Grâce à Pochi, nous sommes devenus proches de la famille du baron, et avec l’aide de Ossan, je vérifie plusieurs choses avec le baron, mais…

« Donc, vous n’avez pas publié de décret pour collecter des cadeaux de félicitations auprès du peuple ?
– Bien sûr que non. J’ai entendu par le consul que cette année nous avons eu de mauvaises récoltes. Si nous faisions ce genre de choses, le peuple mourrait de faim. »

En fait, les gens sont en train d’abandonner enfants et personnes âgées.

« Savez-vous que tous les villages vendent leurs propres habitants au point que même les marchands les évitent ?
– Fumu, je ne peux pas dire que tous les villages sont prospères, mais nous ne récoltons pas de taxes au point qu’ils meurent de faim. Et cette année, conformément à la suggestion du consul, de la nourriture aurait dû leur être distribuée pourtant. »

Les villageois que j’ai rencontrés sont tous maigres, du serf au chef du village. Je ne pense pas que ce dernier détourne la nourriture.

« Une fille s’est jetée devant notre calèche aujourd’hui. Le cocher a raconté que les calèches ne devaient pas s’arrêter même si cela devait tuer un civil se faisant renverser. Est-ce vrai ?
– Malheureusement, c’est la vérité. »

Oh, il le confirme.
Cependant, le visage du baron devient sombre. Ce n’est pas du tout l’attitude de ‘les roturiers sont des déchets’.

« Satou-sama, il y a une raison à cela. L’année précédant l’année dernière, la calèche dans laquelle ma sœur et moi étions montées a percuté un enfant. Nous sommes descendues immédiatement pour l’aider, mais nous avons été encerclées en un instant et failli être kidnappées.
– Parlez-vous du moment où nous nous sommes rencontrés ? Les enfants et les personnes qui vous encerclaient ne faisaient-ils pas partie d’un groupe de voleurs appelé Les Rebelles de Muno qui se cachait dans la cité ? C’est le consul qui m’a dit plus tard que c’était des voleurs.
– Vous étiez merveilleux à cet instant. »

J’ignore la fille et le héros qui se mettent à flirter. De plus, d’après la fille, la même situation s’est reproduite cinq fois après ça. Les filles se sont retrouvées directement impliquées dans le même incident deux fois. Le reste s’est produit avec les servantes et les officiers de hauts-rangs. Surtout dans le dernier incident impliquant un officier de haut-rang, sa calèche a été délibérément renversée par une attaque sur le côté.
C’est étrange. Bien qu’il soit possible qu’ils aient déjà été exterminés, il n’y a en ce moment personne d’affilié à l’organisation appelée Les Rebelles de Muno dans toute la cité. Évidemment, puisqu’il y a des organisations clandestines ici, il est difficile de dire si ce sont des voleurs simplement en regardant leurs Récompenses et Châtiments, mais il n’y a personne d’affilié avec un [Voleur].

« La taxe d’immigration est-elle aussi une suggestion du consul ?
– En réalité, il y a eu des incidents dans lesquels les enfants et les filles des villages de ce territoire ont été enlevés et forcés à devenir des esclaves dans d’autres territoires. À la suggestion du consul, il a été décidé de mettre en place pour empêcher cela une forte taxe pour les personnes qui ne sont pas officiellement marchands d’esclaves ou ne possèdent pas un document de permission du chef du village. »

Alors, ça partait d’une bonne volonté, hein ? Aucun noble ne voudrait que sa population décroisse, donc il y a probablement aussi ce côté utile.

« Maintenant que j’y pense, je n’ai pas vu de soldats ou de chevaliers aux portes ?
– Umu, nous avons reçu une demande des villageois et marchands quant à l’augmentation des victimes des voleurs, alors nous avons effectué une sortie de toute l’armée pour les subjuguer. J’ai approuvé le plan, puisque le consul a dit que cela ne poserait pas problème même si les voleurs attaquaient tant que les portes sont fermées. »

Ok, j’ai des doutes.
Ne vient-il pas de dire que des voleurs ont attaqué la calèche à l’intérieur de la cité plus tôt ? À l’heure actuelle, il n’y a même pas 10 soldats à l’intérieur de la cité. Il n’y a qu’un seul chevalier. Les forces restantes sont trop peu nombreuses, même si toute l’armée devait rejoindre la subjugation. Pour être franc, c’est impensable.

« Est-ce que ça ira avec les voleurs qui se cachent dans la cité ?
– Ça ira, puisque le consul l’a dit.
– De plus, peu importe le nombre de voleurs qui attaquent, je les exterminerai avec cette épée sacrée. »

Le faux héros complète les paroles du baron. Après ça, il recommence à flirter avec la jeune demoiselle. Je les ignore.

Le consul, hein. Ils lui font vraiment confiance.

Hmm ? Maintenant qu’on en parle, celui que tout le monde appelle [Le Consul] ne peut être que celui-là.
Je recherche le consul sur la carte. Sur tout le territoire, pas seulement dans la cité.

« Si possible, j’aimerais rencontrer Consul-sama en personne.
– Mais bien sûr, il est juste un peu occupé en ce moment. Il travaille dans un bâtiment séparé à côté de celui-ci. Une fois son travail fini, il se montrera sûrement. »

Le bâtiment séparé, hein. Il n’y a aucun consul là. Ce qui veut dire, que celui qu’ils appellent Consul est sûrement le démon.
Pour l’instant, demandons son nom et vérifions s’il est dans une prison ou non.

« Tout le monde l’appelle Le Consul depuis un moment, mais je me demande, quel est son nom ?
– Fumu, quel est son nom, je me le demande. Je suis désolé, je l’appelle toujours Consul, alors j’ai oublié son nom. Ce sont des choses qui arrivent avec l’âge. »

J’essaye de demander à la fille.

« J’ai dû l’appeler par son nom pendant mon enfance, mais je l’appelle souvent Consul ces derniers jours, alors je ne m’en souviens pas.
– Je suis désolée, je l’ai toujours appelé Consul depuis le début. Alors, je ne sais pas. »

Les servantes ne le connaissent pas non plus.
Des situations comme ça sont normalement impossibles. Ça aurait été compréhensible si celui qu’ils oublient est une personne qui n’a pas beaucoup de présence, mais c’est trop anormal que personne ne connaisse le nom d’un supérieur administratif.

Et la chose la plus étrange est que—

Je regarde les personnes qui ont répondu à mes questions.

—Aucun d’entre eux ne pense que c’est anormal.

◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆

« Hmm ? Qu’est-ce que c’est ? »

Le faux héros regarde du côté opposé au balcon et pose une question.
Il y a beaucoup de portes de la taille d’une personne menant au balcon dans cette salle, et elles sont toutes ouvertes. Puisque la salle est au dernier étage du bâtiment sur un terrain surélevé, il devrait faire froid, mais il semblerait que l’air qui passe entre la salle et l’extérieur est bloqué par un sort appelé Rideau d’Air.
Il n’est pas seulement bloqué, je me demande quel est ce fort sentiment d’enfermement.

Et la vue dégagée du balcon donne sur la rue centrale en entier depuis les portes du château aux portes principales.
Ce dont le héros veut probablement parler est l’ombre noire qui semble être des gens se répandant dans la rue centrale comme des graines.

S’est-il passé quelque chose ?

Une des servantes dit « Je vais demander », et quitte la salle.
De ce que je vois sur la carte, dans deux cimetières, sont apparus environ dix squelettes chacun.
Bien entendu, tous les clones du démon sont dans la forêt, en dehors de celui qui est dans le bâtiment séparé.

Je cherche la cité et trouve le coupable. Des personnes qui peuvent utiliser [Magie Fantôme] se trouvent près des squelettes.
Comme ces personnes n’ont pas de statuts anormaux, elles ont probablement été payées par le démon qui agit comme consul pour déclencher du tapage.

Il semble que les squelettes ne font que provoquer la peur des citoyens, ils ne les tuent pas bien qu’ils les attaquent. Cependant, beaucoup de personnes ont remarqué les squelettes et fuient vers les portes principales ou celles du château.
On n’y peut probablement rien, vu le passé de cette cité, mais il est certain que c’est aussi parce qu’ils sont guidés par des personnes cachées parmi la foule.

Les autres vont également vers le balcon comme attirés par le héros.
Nous les suivons ensuite.

Arisa tire sur ma manche.

« Hé, ne pensez-vous pas que le consul est derrière tout ceci ?
– Oui. À ce propos, ce type est aussi un démon.
– Un dé…démon ? Quelle est votre source ? »

Mince, j’étais perdu dans mes pensées alors j’ai répondu sans réfléchir.
Oh et puis, ça ne fait rien.

« Il n’y a pas de consul dans le château. À la place, il y a un clone du démon de niveau 1.
– De niveau 1 ? C’est impossible. Le corps principal doit être tout près. »

Autant lui raconter l’histoire entière.

« Le corps principal est dans la forêt près de la cité.
– Qu—
– L’armée composée des mille braves du baron se sont battus contre trois mille demi-gobelins là-bas, mais a été anéantie parce qu’ils se sont entretués, stimulés par la magie mentale du démon. Les 10 autres Clones sont dans la forêt en train de créer des zombies. Une centaine de zombies avancent en groupe vers la cité de Muno. De plus, ceux qui se cachent dans la forêt transforment les voleurs et les animaux en zombies.
– Sérieux ?
– Sérieusement sérieux. »

Ça fait longtemps que je n’ai pas utilisé cette phrase.
Il me semble avoir parlé à Arisa de la Carte et de Recherche… mais peut-être pensait-elle que ce n’était efficace que sur une centaine de mètres.
Je ne lui ai pas dit que ça pouvait couvrir tout le territoire, puisque je ne voulais pas qu’elle devine que c’est une compétence unique.
Oups. Je dois lui en dire un peu plus. Je lui communique tous les détails sur le démon les uns après les autres.

« A… alors, vous allez nonchalamment entrer là où se trouve un démon de niveau 30, seul ? »

Arisa hausse les sourcils et s’approche de moi.

« Non, eh bien, je suis déjà entré. Et le corps principal est dans la forêt, non ?
– Vous avez oublié le squelette d’avant ? Clonage c’est dédoubler son corps, non ? Que feriez-vous si le corps principal peut échanger sa place avec le Clone ? »

J’ai l’intention de le vaincre quand ça arrivera.

« Eh bien, nous avons une épée sacrée si cela arrive. Puisqu’il y a le faux héros et ses amis.
– Plutôt que de compter sur de telles personnes, vous auriez dû emmener Liza-san et les autres aussi. Nous aurions pu faire quelque chose en cas d’attaque.
– Les démons maîtrisent parfaitement la magie offensive, alors j’étais inquiet que Liza et les autres puissent être manipulées.
– Mou… ne vous ai-je pas dit qu’il fallait donner la priorité à votre sécurité plutôt qu’à celle de vos esclaves ?! »

Je calme Arisa qui enrage à force d’inquiétude.
Dans ces moments-là, je devrais détourner le sujet et éviter la dispute.

« Arisa, même si le démon est l’instigateur, ne trouves-tu pas que tout le monde est dans un état étrange ?
– À ce propos, c’est très probablement causé par la magie mentale du démon.
– Mais personne ne porte un statut anormal, tu sais ?
– C’est justement pour ça, c’est la raison pour laquelle la magie mentale est interdite. »

En y repensant, ce démon est la première chose qui possède la magie mentale que je vois depuis Arisa.

« Si vous utilisez à répétition la magie mentale comme (Confiance), l’inhibition cognitive (Brouillage) et la manipulation du bon sens (Incitation) pendant longtemps, il est possible de laver le cerveau des gens.
– Laver le cerveau ?
– Voyons voir, si vous utilisez la magie en instillant [Les Corbeaux sont blancs] aux gens, tôt ou tard, quand vous leur demanderez [De quelle couleur sont les corbeaux ?], ils répondront [Blanche]. Les mensonges peuvent devenir la vérité si vous préparez le terrain avec des bases simples grâce la magie. Évidemment, il y a des différences individuelles. »

Plutôt que de la fantasy, ça ressemble davantage à un genre de nouvelle religion.

« Il y a un moyen de l’annuler ?
– Ça serait difficile. Ce serait faisable en prenant patiemment notre temps. Ce serait impossible à défaire à l’aide d’un unique sort. »

On dirait qu’il y a des sorts pour annuler la manipulation de la conscience, mais cela semble difficile pour un sort qui a altéré les sens.
Bien qu’apparemment, il existe un moyen de laver le cerveau dans le sens inverse, ça prendrait du temps.

 

Chapitre Précédent <~~  Sommaire  ~~> Chapitre Suivant

Publicités

7 commentaires sur “Death March 6-25 : La Bataille de la Cité de Muno (3)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s