Dungeon Defense – Volume 2 Chapitre 1 (Partie I)

Traducteur : JetonS

Adapt : ———
Check : ———


Hey hey la compagnie ! Beaucoup d’entre vous se demandaient la corrélation entre le prologue et le dernier chapitre du volume précédent, héhé, je fais durer le suspens, vous ne connaitrez la vérité qu’à la fin du volume 2 ! Gniark gniark gniark

Ah, et aussi, pour ceux qui sont fans de Ouroboros Record, sachez que je reprendrai la traduction à la fin du Volume 2 de DD. Soyez patient !


 

dd17

 

Chapitre I – De bons amis (Partie I)

Ce Novel est traduit par JetonS de l’équipe Soreyawari & Co. Si vous lisez sur un site autre que Soreyawari.com, c’est que le Novel a été volé. Ne soutenez pas les voleurs, lisez sur le site original.


▯ Plus Faible Seigneur Démon, Rang 71, Dantalian

Calendrier Impérial : Année 1505, Mois 9, Jour 20

Niflheim, Place d’Hermès


Ce Novel est traduit par JetonS de l’équipe Soreyawari & Co. Si vous lisez sur un site autre que Soreyawari.com, c’est que le Novel a été volé. Ne soutenez pas les voleurs, lisez sur le site original.

 

« J’ai tout entendu. Tu t’es disputé avec ta charmante succube, hein ? »

« Les rumeurs se répandent vite. »

« J’ai une oreille attentive. »

Barbatos était venue me rendre visite chez moi.

Pour une raison quelconque, cet honorable Seigneur Démon, qui était classé rang 8, s’était pris d’affection pour moi. Je devais probablement remercier l’incident avec Paimon, quand je lui avais coupé l’herbe sous les pieds. M’enfin, ce n’était pas l’unique raison.

« Vas-y confesse. Pourquoi vous êtes-vous battus ? »

« Tu ne vois pas que j’appose encore de la glace ? Ça ne fait même pas 20 minutes depuis que Lapis Lazuli m’a giflé. Honnêtement, je ne veux parler à personne pour l’instant. »

« Oh, le pauvre mâle. »

Barbatos souris narquoisement.

C’était un peu irritant.

« Penses-y. Ton amante est une succube au sang-mêlé. C’est un rebut qui mériterait d’être exécutée rien qu’au moindre contact avec un Seigneur Démon. Si cette gosse te frappe, ce qu’elle fait est équivalent à mettre sa vie en jeu. Quel méfait as-tu fait qui mérite une telle réaction ? »

« Tu dis que c’est de ma faute ? »

« Ouais. De par mes expériences de vie, les mâles sont toujours plus susceptibles d’être fautifs que les femelles. »

« Tu dois te complaire dans ta féminité. »

Barbatos ricana.

Normalement, nous ne pourrions pas échanger des mots familiers de manière aussi franche.

Barbatos était le Seigneur Démon au rang 8. Elle était à la tête d’une armée de 6,000 soldats et de nombreux partisans la suivaient. Elle menait le grand groupe politique connu sous le nom de Faction des Plaines.

De l’autre côté, j’étais le Seigneur Démon au rang 71. Non seulement je n’avais aucun partisan, je ne faisais partie d’aucune faction. Je débordais d’argent, mais c’était tout ce que j’avais. Comparé à Barbatos, je n’étais qu’un insecte.

Malgré tout, j’avais l’impression que Barbatos voulait devenir mon amie. Comment étais-je supposé réagir quand Barbatos me parlait sur un ton aussi amical ? J’étais plus que disposé à la divertir.

« Dantalian. Nous ne sommes pas encore amis, mais je crois que notre relation ne se résume pas qu’à de simples connaissances. »

« C’est un honneur. »

« Je suis sérieuse. »

Barbatos sourit.

Cette expression qu’elle affichait était la raison pour laquelle même lorsqu’elle disait qu’elle était sérieuse, je ne la croyais pas.

« La plupart des Seigneurs Démons sont des déchets. Personne n’a d’avenir. Et pourtant, tu es la première jeune pousse en 60 ans à paraitre talentueux. Je voulais te montrer ma bienveillance en tant qu’ainée dans cette entreprise commerciale. »

Une ainée, hein.

Barbatos menait le groupe connu sous le nom de ‘Faction des Plaines.’ Cette faction tenait son nom du fait que la plupart des adhérents avaient leur château situé dans des plaines. Leur localisation les prédisposait à faire des rencontres avec les humains fréquemment.

Ainsi, Barbatos devint un des Seigneurs Démons les plus hostiles envers les humains. Si les armées des Seigneurs Démons envahissaient un jour le monde des humains, alors Barbatos serait, sans aucun doute, celle qui les dirigerait. Elle avait un réseau d’information éparpillé dans le monde des humains qu’elle consolidait constamment en prévision d’une guerre massive.

De l’autre côté, Paimon, le Seigneur Démon que j’avais démoli, était connue pour être la dirigeante de la ‘Faction des Montagnes.’ Comme le nom littéral le suggérait, cette faction était constituée de Seigneurs Démons dont le château était situé dans des régions montagneuses, où ils rencontraient que très rarement des humains.

La Faction des Plaines et la Faction des Montagnes étaient des rivaux de toujours.

On devrait les renommer en Faction Agressive et Faction Modérée.

Lorsque Barbatos s’appelait ‘ainée’ et m’appelait ‘jeune pousse,’ elle me leurrait indirectement dans sa propre faction. Elle me parlait en ayant une idée derrière la tête.

Je jetai un coup d’œil rapide à Barbatos.

dd18

« Que veux-tu dire ? »

« Si tu essaies de casser avec ta charmante succube, je peux te donner un coup de main. Et puis d’abord, il ne fait aucun sens pour un rebut de faire l’amour avec un Seigneur Démon. Ce n’est pas trop tard, tu peux me demander de l’aide. »

« …… »

Nous nous regardâmes l’un l’autre dans les yeux.

« Tu me dis de casser avec Lapis ? »

« Pourquoi ? Embarrassé ? Ne t’inquiète pas. Les roturiers s’excitent vite par ici, mais ils se calment tout aussi vite. Donne-leur un an et ils auront oublié que tu as forniqué avec un rebut. »

Barbatos avait parlé comme si rien de ce qu’elle avait dit n’était important.

Je fronçai les sourcils.

« Tu n’es pas celle qui décide de la relation entre moi et Lapis, je suis le maitre du jeu. Ne probe pas trop profondément dans la vie amoureuse de quelqu’un d’autre. »

« D’habitude, je ne suis pas aussi indiscrète. Mais tu n’es pas un gosse normal. Tu es un bleu prometteur qui a giflé Paimon. En tant qu’ainée, j’ai l’obligation de me montrer bienveillante envers la réputation de mon cadet. »

Barbatos croisa les jambes.

Des cuisses blanches entrèrent dans mon champ de vision.

« Bien sûr, ce ne sera pas facile de casser avec cette amante que tu apprécies tout particulièrement. Je comprends. Mais chaque épreuve d’amour que tu surmontes te rendra plus fort, gamin. »

« …… »

« Le seul but de l’amour est de révéler ta faiblesse. Les gens ne grandissent pas en aimant ou en recevant de l’amour, ils grandissent en jetant leur amour. »

« Hou. »

Je courbai les coins de mes lèvres.

« Est-ce vraiment ainsi ? »

« Bien sûr. Crois-moi. Malgré mon apparence, j’ai vécu plus de 500 ans. Le montant d’amants que j’ai eus dépasse les 1,000. Si tu écoutes mes conseils, de magnifiques femmes te donneront des fellations même si tu es couché. »

Barbatos sourit.

C’était un sourire qui était digne d’un chat des rues sournois.

« Bref, dis-moi comment tu en es arrivé à ce stade. Parle et laisse ton esprit se reposer. Si tu confesses tout, tu te sentiras plus léger.

Je restai silencieux un instant.

Ce qu’il s’était passé pour que Lapis Lazuli me gifle.

La situation derrière cet événement était plus complexe que vous ne l’imaginiez. Elle contenait une histoire complexe et emmêlée, je ne savais même pas par où commencer.

J’ouvris ma bouche lentement.

« Un mois auparavant, une vieille dame m’a rendu visite. »

« Hmm. »

« Au début, je pensais qu’elle était une clocharde. Son apparence était pitoyable et sale, après tout. Mais je découvris bientôt qu’elle n’était pas qu’un clodo ordinaire. Cette vielle dame était…… »

Je fermai les yeux une seconde.

Je me souvenais de la scène entière très distinctement.

« Cette vieille dame était la mère de Lapis. »

Ce Novel est traduit par JetonS de l’équipe Soreyawari & Co. Si vous lisez sur un site autre que Soreyawari.com, c’est que le Novel a été volé. Ne soutenez pas les voleurs, lisez sur le site original.


▯ Plus Faible Seigneur Démon, Rang 71, Dantalian

Calendrier Impérial : Année 1505, Mois 9, Jour 3

Niflheim, Palais du Gouverneur


Ce Novel est traduit par JetonS de l’équipe Soreyawari & Co. Si vous lisez sur un site autre que Soreyawari.com, c’est que le Novel a été volé. Ne soutenez pas les voleurs, lisez sur le site original.

 

« Je vois. Vous êtes la mère biologique de Lala. Qu’est-ce qui vous amène ici ? »

« Oui, oh grand seigneur. Votre humble serviteur a reçu des nouvelles de sa fille, celle-ci a vagabondé les rues plusieurs années en recherche de sa fille. Malgré le manque de courtoisie, celle-ci a dévié son chemin ici, à votre altesse. »

Une femme pleine de rides parla.

 Je lui versai personnellement un verre de thé. Elle insista que ce fût trop d’honneur et essaya de refuser plusieurs fois, mais malgré mon apparence, je mettais l’accent sur le respect des ainés. De plus si cette personne était la mère de Lapis Lazuli, alors d’autant plus. N’est-elle pas ma belle-mère ?

« Ne refusez pas ma gentillesse. »

« M-merci beaucoup. »

La vieille dame, comme si elle n’avait pas d’autre choix, reçut soigneusement le premier verre de thé. Malgré ses actions, je ne sentis aucune aversion.

« Vous avez dit que vous avez parcouru les villes en recherche de Lala, n’est-ce pas ? »

« Oui, votre altesse. »

« A ma connaissance, Lala est devenue une orpheline à un très jeune âge. Quand elle a pris connaissance de ce qui l’entourait, ses parents n’étaient plus à ses côtés. Cela peut sembler malpoli, mais je pensais que vous aviez abandonné Lala et étiez partie de votre propre gré…… »

« Oh non. C’est un malentendu. »

La vieille dame commença à verser des larmes.

« Cette humble servante a été bannie de son village au moment où elle a donné naissance à cette enfant. Le maire a chassé celle-ci du village. Une succube qui a eu un contact matrimonial avec un vulgaire humain ne sera jamais acceptée par les siens. C’est la règle du village. »

J’écoutai la vie de cette vieille femme sans dire un mot.

« Celle-ci a donné naissance à son enfant en une froide journée d’hiver. La conscience de votre humble servante chancelait encore lorsque le maire a ordonné le départ de celle-ci. Cette humble servante a supplié une fois de plus…… pour une semaine, ou au moins une journée. Mais sans résultat. Celle-ci a été expulsée du village sans pouvoir nourrir au sein son enfant rien qu’une fois…… »

La vieille femme baissa sa tasse de thé et se mit à genoux.

Elle rampa vers moi et me saisit les mains.

« Oh grand seigneur. La seule chose que cette femme d’humble naissance a laissé derrière pour cette enfant est son nom, Lapis Lazuli. Son père avait les mêmes yeux couleur lapis, et c’est ainsi que m’est venu son nom. Cette enfant est certainement la fille de cette humble femme. S’il vous plait, si celle-ci pouvait voir le visage de sa fille…… voir si sa fille se porte bien…… c’est l’unique souhait de cette femme d’humble naissance. »

L’imploration de cette vieille femme me toucha droit au cœur.

Une succube qui avait donné naissance à une enfant à cause de son affection pour un humain.

Par nature, les mariages entre un démon et un humain étaient interdits. Cette vieille dame, pour avoir violé un tel tabou, avait été exilée et avait perdu sa fille. Pour une cicatrice formée en une seule nuit d’amour estive, ce n’était que trop sévère.

« Je vois. Je vais arranger une rencontre pour vous et Lapis. »

« Es-est-ce vrai ?! Merci beaucoup. Merci du fond du cœur, votre altesse ! »

« Une mère souhaite rencontrer son enfant. Je ne fais qu’accorder un désir légitime. Il n’y a aucune raison de me remercier. »

J’appelai Lapis Lazuli à venir dans la salle.

Peu après, Lapis Lazuli, qui portait le même uniforme soigné, arriva. Lala jeta un coup d’œil à la vieille femme mais il semblerait qu’elle n’avait pas reconnu qui était cette femme.

« Est-ce que votre altesse a convoqué celle-ci ? »

« Lala. Mon éternelle amante et loyale sujet. »

« ……Pourquoi votre altesse agit de cette façon ? Lorsque votre altesse commence à imiter ce ton, celle-ci ne peut s’empêcher de se sentir anxieuse. »

« Examine cette vieille femme ici. Tu la reconnais ? »

« Celle-ci s’excuse, mais cet individu est étranger à la connaissance de celle-ci. »

« Regarde plus soigneusement. Tu ne la reconnais pas ? »

« Celle-ci est incapable de comprendre le raisonnement de votre altesse. »

Ce fut alors que la vieille dame commença à s’approcher de Lapis Lazuli.

Tout en poussant un cri, la vieille dame embrassa Lala.

« Aah…… ! Mon enfant ! C’est vraiment mon enfant ! »

A cause de la soudaine situation, Lapis Lazuli se figea. Plutôt que confuse, elle avait du mal à traiter l’information. C’était ce genre de sentiment, Lala se tourna vers moi.

« Votre altesse. Veuillez expliquer. »

« Comme tu l’as entendu, cette personne est ta mère biologique. Bien sûr, nous devons encore confirmer la véridicité des faits, mais je suis sûr qu’une personne sensée ne mentirait pas en présence d’un Seigneur Démon, surtout lorsque la vérité est susceptible d’éclater au grand jour à tout moment. »

Je me sentis plutôt fier.

Une orpheline s’était réunie avec son parent. Même moi, le grand pessimiste, étais touché par cette réunion. J’attendis patiemment que les mots ‘merci’ sortent de la bouche de Lapis Lazuli.

Mais.

« …… »

Lapis Lazuli agissait bizarrement.

Une émotion singulière s’installa dans ses yeux en un instant. Ce n’était qu’un court instant. Par approximation, c’était pendant la durée d’un clignement d’œil. Le visage de Lapis Lazuli paraissant indifférent – peut-être un peu trop indifférent.

Je ne savais pas quelle était exactement cette émotion.

Ce n’était certainement pas le genre d’expression qu’une personne devrait avoir pour une première rencontre avec sa mère, en des décennies.

Je me décidai rapidement.

« Lapis Lazuli. »

« Oui, votre altesse. »

« A genou. »

Sans poser de questions superflues, Lapis Lazuli s’agenouilla. La vieille dame semblait confuse par l’ordre soudain que je lui avais donné, elle balada son regard incrédule entre Lapis et moi.

J’approcha de Lazuli et balaya ma main droite. Ce n’était pas une blague. J’avais mis de la force dans mon bras et je l’avais giflée. Lapis Lazuli, incapable de résister à ma force, s’écroula sur le sol. Aussitôt que cet événement eut lieu, la vieille dame poussa un cri aigu.

« Qu-qu’est-ce que votre altesse ! Que fait votre altesse ?! »

« Silence, succube faible d’esprit. Un autre mot et je trancherai cette langue pour te l’enfoncer dans tes oreilles. »

J’ignorai les cris de la vieille dame et saisis les cheveux de Lapis Lazuli. Je soulevai le corps de Lala de force. Lapis Lazuli ne poussa pas un seul cri et me regarda avec des yeux dénues d’émotion.

« Avoue. Que complotes-tu ? »

« …..Celle-ci a découvert pour la première fois que votre altesse est bien plus violent que celle-ci ne pensait. »

« Tu es assez éhontée pour instaurer un tel piège. As-tu été aveuglée par ma grâce royale ? J’ai autorisé une vulgaire paysanne telle que toi à te tenir à mes côtés, et tu penses pouvoir rameuter ta famille ? Parle. Suis-je ton seigneur ou ta bourse ? »

Je jetai un rapide coup d’œil à la vieille dame et vit ses lèvres trembler.

Elle ne semblait pas comprendre ce qui se déroulait devant elle.

« Ta mère n’est pas venue te chercher. Tu es celle qui es allée chercher ta mère en première. Toi et ta mère avez concocté cette farce pour me ridiculiser, n’est-ce pas ? »

« Ce n’est pas possible…… grand seigneur, c’est un malentendu ! »

La vieille dame poussa des cris stridents.

« Votre humble serviteur rencontre sa fille pour la première fois aujourd’hui ! Il n’y a eu aucune rencontre au préalable et nous n’avons pas comploté contre votre altesse. Veuillez croire en la sincérité de celle-ci ! »

« Je connais très bien les ruses de ta fille. Toujours à essayer de me tromper et à me poignarder dans le dos lorsqu’elle en a l’occasion. Et encore une fois c’est pareil. Vivre dans la luxure n’est pas assez pour toi, tu as rameuté ta mère. Honteuse femme. »

Je giflai les joues de Lala une fois de plus.

Une fois, deux fois, trois fois, je continuai à la frapper.

A chaque fois, la vieille dame poussa des cris encore et encore. Mais ça s’arrêtait là. Une fois que je sortis la dague, la vieille dame se dépêcha de sortir de la salle et s’échappa.

« …… »

La salle de réception se fit silencieuse.

Lapis Lazuli se leva et s’dépoussiéra sa jupe. Le visage de Lala restait dénué d’expressions, elle ne semblait ressentir aucune douleur de ses joues rouges et gonflées.

« ……Merde. »

Tack.

J’enfonçai le couteau dans la table.

« C’était un mensonge. Ta mère nous a ridiculisé avec son mensonge, Lala ! Elle n’est pas venue parce qu’elle s’inquiétait pour toi, elle espérait vivre à tes dépends comme un parasite. »

« Il semble que oui. »

Parla calmement Lapis Lazuli.

« Celle-ci a été officiellement élevée au rang de la maitresse de votre altesse Dantalian. De surcroit, votre altesse fait partie des plus riches du continent. La mère de celle-ci s’est rapprochée de votre altesse et visait notre richesse. »

« Oser s’enfuir alors que sa propre fille se fait battre…… ! »

C’était un test extrême, mais simple.

Qui n’avait pour but que de confirmer les vraies intentions de la vieille femme.

Si cette vieille femme avait vraiment parsemé les terres pendant 40 ans à la recherche de sa fille, elle ne se serait jamais tenue à l’écart et elle n’aurait jamais toléré une telle violence. Elle aurait essayé de m’arrêter même au péril de sa propre vie.

Toutefois, cette vieille harpie s’était enfuie beaucoup trop facilement. Que signifiait ce geste ? Il signifiait que cette vieille femme, en tant que mère, ni n’aimait ni ne chérissait Lapis Lazuli.

Il y avait une grande chance qu’elle était venue nous rendre visite pour l’argent. Elle avait rampé jusqu’ici pour s’accrocher à sa fille et vivre une vie de luxure. Mon cœur bouillonna de rage.

« Pour quelqu’un qui a irresponsablement copulé avec un homme, qui a irresponsablement mis au monde un enfant, et qui s’est enfuie irresponsablement du village de son propre gré – elle essaie maintenant de jouer la mère ! Jusqu’où l’apathie d’une personne qui a abandonné son enfant pendant 40 ans peut aller ! »

« Votre altesse. »

« Je vais la tuer ! »

Criai-je.

« Je vais lui trancher la langue, briser ses membres, et la jeter dans une porcherie. Je veux la punition divine pour cet individu méprisable. Si les Dieux négligent leurs devoirs, ce n’est que justice pour moi de la punir à leur place ! »

« Votre altesse. »

Lapis Lazuli me regarda droit dans les yeux.

« Calmez-vous. Il n’y a aucune raison pour votre altesse de se salir les mains. »

« Non, c’est plus qu’une raison, Lala. Tu es mon amante. Que ce soit une couverture ou non, tu restes ma fiancée. La moquerie que tu reçois devient mon humiliation. La moquerie que je reçois devient ton humiliation. Comment puis-je me calmer ?! »

« …… »

« Ne t’inquiète pas. Comment pourrais-je t’ordonner de tuer ta propre mère. Attends patiemment. Je vais m’occuper de tout. Je m’assurerai que des ordures de ce genre n’apparaitront plus devant toi. D’abord corrompre les gardes et…… »

Slap.

Je ne compris pas ce qui m’arriva sur le coup.

C’était parce qu’un imprévu s’était produit.

« Seigneur Dantalian. »

« …… »

« Celle-ci vous a dit de vous calmer. »

L’émotion dans ma poitrine disparut.

Lala m’avait giflé.

L’action en elle-même n’avait que peu d’importance. Ne l’avais-je pas aussi giflé juste à l’instant ? Un œil pour un œil et une dent pour une dent. Elle avait tous les droits de me gifler. Cependant, le fait que ‘Lazuli m’avait frappé’ était le souci.

« Lala…… »

« Est-ce que votre altesse s’est calmée ? »

« Je suis désolé. Je ne t’ai pas frappé parce que je le voulais. Je m’excuse de balancer ma main telle une brute. Je le suis sincèrement. Mais je devais m’assurer de la sincérité de ta mère. »

Parlai-je d’une voix douce.

« Si je ne l’avais pas fait, je pense qu’à la fin, tu serais celle la plus attristée. Au prix d’endosser le rôle de méchant, je voulais garantir ta sécurité. Je le jure, je n’avais pas de motif ultérieur. »

« Celle-ci sait, mais ce n’est pas le souci. »

Lapis Lazuli secoua la tête.

« Il n’y a aucune raison de s’excuser pour la violence envers celle-ci. Celle-ci est une paysanne. Rien que rester aux côtés de votre altesse Dantalian est un privilège immérité. Le fond du problème réside autre part. »

« Que veux-tu dire par le fond du problème…… ? »

« Est-ce que votre altesse l’ignore ? »

Ce genre de questions me rendait fou.

L’autre personne avait la réponse mais je ne l’avais pas. D’un point de vue logique, je devrais au moins avoir accès à la question, mais pour une raison quelconque mon interlocuteur me cachait et la réponse et la question. N’était-ce pas extrêmement injuste ?

« Lala. Je souhaite en débattre avec toi. »

« Ce n’est pas un débat. »

Lapis Lazuli me fit une courbette.

« Ce n’est qu’un simple test. »

Et Lala quitta la salle.

Sans me demander la permission d’être excusée.

Je me trouvai soudainement seul dans cette salle et je regardai éperdument devant moi. Ce fut alors qu’une fenêtre à demi transparente apparut.

.

[Les points d’affection de Lapis Lazuli baissent de 1.]

 .

Pendant un long moment, je fixai la notification. Il n’y avait personne dans cette salle pour entendre mes mots, je murmurai faiblement dans l’air.

« ……Quel était le problème ? »

Des chants d’oiseaux se firent entendre à travers la fenêtre.

Ce Novel est traduit par JetonS de l’équipe Soreyawari & Co. Si vous lisez sur un site autre que Soreyawari.com, c’est que le Novel a été volé. Ne soutenez pas les voleurs, lisez sur le site original.


▯ Plus Faible Seigneur Démon, Rang 71, Dantalian

Calendrier Impérial : Année 1505, Mois 9, Jour 20

Niflheim, Place d’Hermès


Ce Novel est traduit par JetonS de l’équipe Soreyawari & Co. Si vous lisez sur un site autre que Soreyawari.com, c’est que le Novel a été volé. Ne soutenez pas les voleurs, lisez sur le site original.

 

« Quel était le problème ? »

Barbatos me regarda comme si elle ne trouvait plus les mots.

C’était le visage d’une personne qui voulait se mordre la langue pour se suicider.

« Tu as essayé de tuer la mère de ton amante ! »

Hm.

« ……Et ? »

« Oh, Déesse Perséphone. Bon Dieu. Pourquoi n’as-tu pas encore réclamé ce simplet à tes côtés. »

Barbatos se couvrit le front avec sa main.

« Dantalian. Tu veux savoir ce que j’en pense de manière vraiment, vraiment honnête ? »

« Une réponse honnête vaut largement mieux qu’une réponse hypocrite. »

« Avant d’entendre ton histoire, je t’ai sincèrement conseillé de casser avec ta charmante succube, hein ? Mais maintenant j’ai des doutes. Sale attardé mental. Si tu te fais gifler par un rebut, tu mérites de te faire gifler des centaines de milliers de fois. »

« Oi. T’aurais fait quoi toi alors ? »

J’abaissai la poche de glace.

La joue qui s’était faite frappée par Lala était encore brulante.

« Voilà l’histoire, il y a une fille que tu aimes plus que tout. Mais cette fille, en dépit de sa volition, est née dans ce monde suite à une erreur de ses parents. Aussitôt qu’elle a quitté le ventre de sa mère, une étiquette de ‘rebut’ lui a été collée sur le front. Même toi, Barbatos, tu la méprises. »

Barbatos fronça les sourcils.

« Je n’ignore pas les gens en fonction de leur statut social. Je les différencie. »

« Tu veux dire discriminer. Bref, passons. Pour résumer, la coupable de la vie bordélique de Lapis Lazuli était cette vieille chouette. Qu’étais-je supposé faire ? Qu’aurais-tu fait ? »

Les gens que je méprisais plus que tout était ce groupe d’individus qui concevait des enfants irresponsablement. Mon père l’avait fait, et ma mère aussi.

Les gens normaux ne comprendraient jamais combien il était frustrant pour un enfant d’avoir la vie ruinée à l’âge de 10 ans. Cependant, comparé à Lala, une vie telle que la mienne était une bénédiction. Sa vie à elle, avait été froissée tel un papier d’aluminium depuis sa naissance.

« Je ne peux pas pardonner cette vieille femme. La pardonner serait injuste. Merde. Je n’aurais pas dû prendre en considération Lapis et j’aurais dû tuer cette femme à l’instant même. »

« Dantalian…… »

Avec un effet sonore, un hologramme apparut devant moi.

 .

[Vous avez déçu votre interlocuteur.]

 .

[Les points d’affection du Seigneur Démon Barbatos baissent de 3.]

.

« T’es un mec tordu, n’est-ce pas. »

Barbatos me regarda avec des yeux pleins de sympathie.

« Tu as l’air parfaitement en bonne santé mais ton cerveau est défectueux. Tu ne réalises même pas que tu as tout d’un patient psychiatrique, hein ? »

« Je suis parfaitement normal. »

« Il n’existe que deux types de personnes qui se proclament normaux. L’un est un meurtrier, l’autre est un meurtrier en devenir. »

Barbatos courba légèrement son dos.

Elle me fixa sérieusement.

« Tout le monde fait des erreurs dans sa vie. Bien sûr, s’ils font des erreurs, une punition doit les attendre. Jusque-là, tout va bien. Mais quand tu parles de punition, tu parles d’exécution. Et tu veux exécuter la mère biologique de ton amante, par-dessus tout. »

« Si une putain mérite la mort, je suis plus que ravi de leur accorder ce privilège. »

Barbatos poussa un soupir.

« ……T’as dit que le nom de ton amante est Lapis Lazuli ? Mince, quelle fille admirable. Comment a-t-elle fait pour te supporter ? Si c’était moi, je t’aurais tranché les couilles et je me serais barré depuis longtemps. Vous deux devriez vraiment casser. »

« Tu es de mon côté, ou de celui de Lala ? »

« Je ne sais pas, imbécile. »

Barbatos se gratta la tête.

« J’espérais l’apparition d’un bleu compétent depuis un tel temps, mais je me retrouve avec un patient psychiatrique ? Aaah, est-ce mon destin…… Si tu mets de côté ses aléas sentimentaux, il a l’air correct, mais comment diable suis-je supposée remettre de l’ordre dans le cerveau d’une telle personne…… »

 « Bonjour ? Je peux entendre tout ce que tu dis. »

« Bien sûr, je voulais que tu l’entendes. Mr. LeDéchet, je pense dans la forme d’un présent progressive, j’hésite vraiment à devenir ta nouvelle nourrice. Quelle profonde merde. »

Barbatos se couvrit le front et gémit.

Elle contemplait jusqu’où elle comptait s’immiscer dans la vie de quelqu’un d’autre.

Les problèmes des autres, c’était comme un marais sans fond, plus vous y réfléchissiez, plus vous vous enfonciez. Barbatos faisait l’expérience de ce sentiment gênant.

Elle avait d’être arrivée à une conclusion.

« ……Ok. Continue à parler. »

Barbatos semblait s’être résignée à son destin.

« Continuer à parler ? A propos de quoi ? »

« Sale idiot. Je parle de ta querelle amoureuse. De ce que tu m’as raconté, tu ne sembles pas avoir de gros soucis avec ta charmante succube. Vous vous êtes disputé, mais ce n’est pas assez gros pour qu’elle te largue. Quel genre de merdier as-tu vomi pour qu’elle s’antagonise ainsi contre toi ? »

« Tu parles comme si tu sais que je suis le fautif. »

« Ouais. J’en suis certaine. Si tu penses que c’est injuste, alors prouve ton innocence, tss…… »

Barbatos regarda à travers la fenêtre.

Le soleil était encore haut dans le ciel.

Comme si elle baignait dans la lumière du soleil, Barbatos fronça les sourcils. Sa peau brillait sous la lueur des rayons.

Pour être tout à fait honnête, elle était séduisante.

Même le soleil semblait ravi de baiser les jambes de Barbatos. En tout cas, il préférait ses jambes à mon crâne. Si son corps n’était pas celui d’une enfant, j’en serais presque tombé amoureux.

« ……Oi. Qu’est-ce que tu regardes ? »

Barbatos me fixait de la même manière que les gens fixaient un morceau de viande pourri.

Je répondis honnêtement.

« J’admirais tes jambes. »

« Ce n’est pas gratuit, si tu veux les admirer, alors paie. »

« Tu peux admirer mes jambes en retour. »

« Redis-le-moi une fois que tu auras épilé tes jambes. »

Je haussai les épaules.

« J’ai reçu des informations. »

Barbatos inclina sa tête.

« Quel genre d’information ? »

« Une courte lettre. Il n’y avait ni nom, ni destinataire écrit dessus. Seulement deux phrases écrites avec une plume d’oie. Le contenu était mémorable. »

Je sortis un bout de papier de ma poche et le lui passai.

.

Vous avez un ennemi.
10 jours à compter de celui-ci, une armée de 2,000 hommes va envahir votre château de Seigneur Démon.

.

« Hmm. »

Barbatos grogna.

« Une menace directe, hein. »

« Je le vois plus comme un avertissement qu’une menace. »

« Pourquoi ? A première vue, on dirait un bluff. »

« Lis entre les lignes, Barbatos. Ce ne sont que deux phrases, mais ce sont deux phrases qui contiennent beaucoup de sous-entendus. D’abord, ‘Vous avez un ennemi.’ Cette phrase dit subtilement ‘Je ne suis pas votre ennemi.’ »

C’était trop doux pour être une lettre de menace.

C’était la raison pour laquelle lorsque nous avions reçu cette lettre il y avait un mois, Lala et moi avions longuement réfléchi sur son contenu.

Qui, avec quelle intention, nous enverrait une telle lettre.

« En nous appuyant sur le style d’écriture, le personnage qui a écrit cette lettre est un personnage de la noblesse et a reçu une bonne éducation. En analysant la courbure des mots, on peut aussi savoir si la personne est droitière ou ambidextre. »

« ……Tu arrives à tout analyser ? »

« Ce ne sont rien d’autre que des hypothèses. »

Je m’adossai contre le fauteuil.

Je continuai à parler en prenant une position plus confortable.

« Il y a aussi une grande chance que la personne soit influente. »

Barbatos fronça les sourcils.

« Aah ? Pourquoi influente ? »

« Si tu possèdes des yeux, alors lis. »

 .

10 jours à compter de celui-ci, une armée de 2,000 hommes va envahir votre château de Seigneur Démon.

.

« Il y a une virgule entre le 2 et le 0. C’est pourquoi, il y a de grandes chances que la personne soit influente. »

« …… »

Barbatos affichait une expression perdue.

Il semblerait que ce gosse violent, ce Seigneur Démon, ne soit pas doué avec son cerveau. Je soupirai et lui expliquai gentiment.

« Les gens normaux ne mettent pas de virgule quand ils écrivent des nombres allant vers les milliers. Ils écrivent la plupart du temps 2000 sans mettre aucun symbole. Mais la personne qui a écrit cette lettre a ajouté une virgule. »

Ce qui voulait dire que la personne avait l’habitude de manipuler de grandes quantités d’argent.

Une personne pour qui 1,000,000 était une somme normale.

« Il ne fait aucun doute que cette personne lit des livres de compte fréquemment. Son identité pourrait être un secrétaire des finances d’un territoire quelconque, ou un marchand qui occupe une position élevée. »

« Tu penses…… »

Barbatos sourit amèrement et regarda la lettre.

« Ton cerveau n’est pas qu’un objet de décoration. »

« Ne sois pas si facilement impressionnée. Il y a encore 5 vérités dissimulées derrière cette affaire. Mais si je devais détailler chacune d’entre elles, je mourrais d’ennui, donc je ne vais pas le faire. »

Les secrets étaient comme le sexe.

Quand vous enleviez les habits de votre partenaire, vous retirez chaque habit couche par couche. Quelle satisfaction en tireriez-vous si vous déchiriez ses habits d’un coup ?

Ce n’était qu’à moitié déshabillé qu’on atteignait le summum de la beauté. Une femme à moitié nue était plus séduisante qu’une femme déshabillée, les secrets étaient similaires. On ne pouvait savourer son goût à sa juste valeur qu’en révélant quelques indices.

C’est si bon. (TL Note : En français dans le texte original)

« Ce mec est un enfoiré de pervers, hein ? »

Après avoir écouté mes goûts en matière d’esthétiques, le visage de Barbatos se tordit.

« Bref, tu dis qu’il y a de grandes chances que le coupable est un marchand, n’est-ce pas ? »

« Mmh. Du moins, en apparence. »

Je me grattai le front.

« Heureusement, j’ai beaucoup d’amis marchands. Si, par pur hasard, la personne qui m’a envoyé cette lettre était vraiment un marchand et ne faisait que blaguer, il me serait plus que facile de remonter à sa source. »

« Hm ? Comment ? »

Je répondis naturellement.

« Je te l’ai dit. Les marchands sont mes amis. »

Ce Novel est traduit par JetonS de l’équipe Soreyawari & Co. Si vous lisez sur un site autre que Soreyawari.com, c’est que le Novel a été volé. Ne soutenez pas les voleurs, lisez sur le site original.


Hey hey la compagnie, je n’ai pas de check, donc si jamais vous remarquez des fautes d’orthographes, n’hésitez pas à me le signaler dans l’espace commentaire ! Merci !

Si vous appréciez la traduction, ou que vous voulez lire quelques chapitres en avance, n’hésitez pas à aller faire un tour sur mon Patreon !


Chapitre Précédent <~~ Sommaire ~~> Chapitre Suivant

 

Publicités

10 commentaires sur “Dungeon Defense – Volume 2 Chapitre 1 (Partie I)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s