Death March 4 Interlude 2: Les Amies de Yuni

Traducteur & Adapt: Soreyawari
Check: Nekoyashiki-san


Salut! Chapitre sponsorisé par une certaine personne dont je ne connais malheureusement pas le pseudo, mais qu’on aimerait beaucoup remercier et qu’on ne savait pas si on pouvait mettre son vrai nom…

Donc merci beaucoup à lui! Et du coup on retrouve le volume 5 et Satou samedi!

Mise à jour: Merci Coxwen7!


 

Je me suis faite de nouvelles amies aujourd’hui.

Ce sont des filles demi-humaines appelées Pochi-chan et Tama-chan.
Tous les demi-humains que j’ai rencontrées jusqu’ici avaient des yeux comme ceux de chats de gouttière prêts à montrer les crocs, ils faisaient peur. Mais ces filles sont différentes.

Ma journée commence tôt, parce qu’on me réprimanderait si je n’arrive pas à l’auberge de la porte avant l’aube. Quand le ciel commence à s’éclaircir, je quitte l’orphelinat pour la rue principale.
Il fait sombre, mais je n’ai pas peur. Parce que je suis avec d’autres enfants qui courent jusqu’à leur lieu de travail.

J’entre par la porte de derrière vu que le grand portail pour les chariots est fermé. La porte de derrière est aussi fermée, mais comme je suis petite, j’arrive à me glisser dans la petite ouverture.

Je me dirige vers la porte des employés en traversant la cour. Le niveau de l’eau est bas quand je jette un coup d’oeil aux réservoirs d’eau. Je dois les remplir avant que la propriétaire ne se réveille !
Je prends un seau et je vais au puits.

« Kuu~~~~~, lourd~~~~. »

Pesant de tout mon poids dessus, je tire sur la corde reliée au seau. Puiser de l’eau est un dur travail. Particulièrement pour quelqu’un d’aussi léger que moi.
Je me demande s’il viendra un jour où je pourrai puiser de l’eau sans effort comme Martha-san ?

« Intrus ?
– Personne suspecte nanodesu~. »

Je suis surprise par les voix qui proviennent de la pénombre et lâche la corde.
Ah, alors que j’étais sur le point d’y arriver…

Je me tourne en direction des voix.
Là, il y a 4 lumières qui flottent et des voix insouciantes !

« Kyaa——!
– Unyaa——
– Nyuu—— »

Je n’ai pas pu réprimer mon cri. Mais n’importe qui aurait été surpris s’il était dans le noir.
Encouragée par ce fait, je réprimande sévèrement ceux qui sont dans le noir.

« N’élevez pas la voix aussi soudainement ! Je dois tout puiser depuis le début maintenant !
– Désolée~?
– Nanodesu~. »

Ceux-ci s’excusent sincèrement me faisant perdre ma tension.
Le soleil se lève petit à petit et je peux voir les visages de ces filles.

Ces filles sont des filles-bêtes.

Je suis surprise au début et crie “Ne vous approchez pas !”.
Mais Pochi et Tama ne s’en préoccupe pas.

« Je vais aider~
– Nodesu~. »

En disant cela, elles se mettent à puiser de l’eau à ma place. Pochi tire rapidement sur la corde comme si de rien n’était.
Je me demande à quel point les enfants hommes-bêtes sont forts. Ou peut-être que ses filles sont spéciales ?

Une fois que Pochi a finit de puiser l’eau, cette fois c’est Tama qui dit, “Injuste~? Tama va le faire aussi~”, et se met à puiser l’eau. Ces filles doivent croire que c’est un jeu ou quelque chose comme ça !

Oh mon dieu, je suis désolée, Yuni est une mauvaise fille.
J’ai utilisé les deux qui s’amusent joyeusement jusqu’à ce que le réservoir soit plein d’eau. De plus, pas seulement pour puiser, elles m’aident aussi pour porter l’eau.

Comme remerciement, aujourd’hui je vais partager mon repas avec ces filles.

Je romps le pain noir que j’ai reçu pour le petit déjeuner et l’amène aux deux avec de la soupe. Le travail est dur ici, mais c’est sympa parce que j’ai des repas délicieux.

Même sans garniture, la soupe est bien meilleure que le fin bouillon servi parfois à l’orphelinat, même le pain noir légèrement acide va bien avec.

Il n’y a pas d’amer fruit de gabo cuit à la vapeur ou de feuilles de gabo marinées comme seul nourriture !

Ces deux-là seront sûrement ravies !

En pensant ainsi, je vais à l’étable.

Il y a une grande femme-lézard en plus des deux ici !
Je suis assez effrayée pour presque lâcher le bol de soupe, mais je ne peux pas gâcher l’important repas ! Je le supporte frénétiquement.

« Yuni~?
– Nanodesu~. »

Les deux filles m’accueillent.

Mais, attendez ?

Hey, c’est quoi ce que vous avez dans les mains ?

« Viande~?
– Fromage nanodesu~. »

Impossible~~~~!
Eh ? Eh ? C’est un mensonge, n’est-ce pas ?
On ne peut pas manger de viande même après beaucoup d’années, n’est-ce pas ?

Comment est-ce que des esclaves, deux esclaves demi-humaines en plus, peuvent avoir ce genre de choses si chères ? (ndc : Satou ! L’homme qui renverse l’échelle sociale ! ^^)
De plus, c’est un sacré morceau !? Hein ?

Je me retiens pour ne pas baver.
Ça a coulé un peu, mais je l’essuie immédiatement.

« Je pensais manger avec vous… »

“Je vais partager ça avec vous”, leur donner comme si je leur suis supérieure, ce serait assez comique.

« Ara, n’es-tu pas la petite aide ? C’était quoi ton nom déjà ? Comme tu es là déjà, pourquoi ne mangerions-nous pas ensemble ? »

De derrière la fille-lézard, deux filles apparaissent. Celle qui s’est mise à parler est une fille aux cheveux violets du même âge que moi, et l’autre est une Onee-san aux cheveux noirs avec un visage navrant.

La fille aux cheveux violets parle de manière si autoritaire que je me demande si elle a le même âge que moi, mais elle, Arisa, l’a vraiment. Elle coupe la viande séchée et la motte de fromage et partage avec moi.

La fille-lézard, appelée Liza, s’apprête à dire quelque chose, mais Arisa dit “Ça ira, la part de la petite fille est triviale. Maître nous donnera sûrement son consentement ! S’il est en colère alors je serais la seule réprimandée, moumantai.” (ndt: apparemment référence de Digimon, une phrase Cantonaise du personnage Terriermon qui veut dire “relax~” ou “détends-toi”), et Liza-san comprends. Je n’ai pas vraiment compris ce qu’Arisa a dit, mais maintenant c’est le moment de savourer le goût de cette viande et de ce fromage.
Je gonfle mes joues comme un écureuil en profitant pleinement du goût à de multiples reprises. Je suis sûre que je me rappellerais de ce jour pendant longtemps, et je suis confiante que même les fruits de gabo prendraient le goût de la viande et du fromage !

Plutôt que de partager mon repas en remerciement, j’ai pu manger des choses délicieuses à la place.
De plus, après le repas, Pochi et Tama m’aident à prendre soin des chevaux. Les deux sont vraiment fortes.
Même Liza-san qui s’ennuyait, aide à changer le foin dans les boxes des chevaux.

Je pensais que les demi-humains étaient effrayants, je me trompais ?

Il y a des bonnes choses et aussi des mauvaises choses.
La propriétaire nous a dit à moi et Martha d’acheter du bois pour faire du feu au vendeur de bois.

Umm ? Doit-on vraiment ramener ces deux paquets jusqu’à l’auberge ?
Martha-san dit “Yosh ! Faisons de notre mieux~.” mais tu ne vas pas porter ça facilement tu sais ?

Cependant, je suis une employée, je ne vais pas me plaindre. Si je me plains imprudemment je pourrais me faire virer, et je ne sais pas si j’arriverais à trouver un autre travail. Dans le futur, si possible, je ne veux pas devenir une courtisane à un coin de la rue.

Je soulève le bois de toutes mes forces.
Mes pieds chancellent, mais je ne perdrais pas.
Vu que Martha-chan porte un ballot de bois encore plus gros que le mien !

Portant le bois.

Oui, le portant.

… Portant le bois.

Alors que je suis sur le point de m’évanouir, le poids disparaît soudainement.

Je lève les yeux et un homme inconnu a pris mon bois.
Non, ne prenez pas ça ! Je sois ramener ça à la maison !

Avant que j’ai pu me plaindre, Martha-san le remercie.
J’ai dit inconnu, mais quand je le regarde à nouveau, en fait c’est un des clients de l’auberge. C’est la personne qui m’a généreusement donné un pourboire juste parce que j’ai monté de l’eau dans sa chambre ce matin. Apparemment il s’appelle Satou-san.

Satou-san ne porte pas seulement mon bois mais aussi celui de Martha-san.
Un homme est fort après tout. Il porte ça sans verser une goutte de sueur. Je n’avais pas remarqué avant, mais Pochi et Tama qui portent de grands sac-à-dos sont avec lui. Donc le maître de ces deux est cet homme. Ça pourrait être bien d’être son esclave, je pense ce genre de choses. (ndc : il les traite si bien que les gens veulent devenir esclave ! XD Mais bon, il a un train de vie proche d’un riche marchand ou un noble et est sympa ! Qui ne serait pas charmé ? ^^)

Quand j’arrive à l’auberge, je continue de m’occuper des chevaux. Pochi et Tama m’aident aussi comme ce matin.

C’est okay.

C’est okay ?

Mais.

« S’il vous plaît ne faites pas ça, je serais réprimandée par la propriétaire si je laisse un client m’aider ! »

Le maître qui porte une robe qui a l’air si chère, s’il vous plaît ne m’aidez pas à prendre soin des chevaux.

Arrêtez de faire cette tête déçue.
C’est comme si je faisais quelque chose de mal !

« Assiette ! »

Je déclare et tourne la carte.
L’assiette est dessinée sur le verso de la carte.

« Oui~ C’est la troisième ! »

Je récupère précieusement la carte que j’ai travaillé si dur à obtenir.

C’est un objet pour apprendre les lettres apparemment. Au début, Martha-san qui peut lire les lettres nous apprenait, mais au milieu, Arisa a inventé ce jeu.

Après ça, tout le monde est absorbé par le jeu ! C’est la première fois que j’y joue.
J’ai toujours voulu apprendre à lire les lettres, mais c’était comme dire, “je voudrais voler dans le ciel”. Ça ressemblait tant à un rêve…

Mais à présent, c’est différent !
En seulement quelques heures, j’ai appris à lire 7 lettres !

Les choses amusantes ne durent pas longtemps, ils disent, mais c’est trop là.
Alors que je me suis faite de nouvelles amies, demain Pochi et Tama vont quitter cette Cité de Seryuu.

Mais j’ai fait une promesse aux deux. Je vais absolument apprendre les mots et leur écrire une lettre !
Je ne connais pas combien coûte l’envoi d’une lettre, mais j’ai des économies secrètes de deux pièces de cuivre. Si j’ai autant, alors je devrais pouvoir envoyer une lettre. (ndc : Elle est choupinette ! ^^)

Dans la soirée, alors que j’ai fini mon travail, Satou-san me donne un sac plein de cubes de bois. Quand je regarde à l’intérieur, bien qu’ils sont un peu moins bien, c’est la même chose que les cartes d’apprentissage.
Il dit, “c’est pour te remercier d’avoir jouer avec les filles.”, et me les donne. Je voulais le remercier immédiatement, mais je ne sais pas comment exprimer cette gratitude.

Ah oui, les cartes en bloc de bois que Satou-san m’a donné sont devenues extrêmement populaire à l’orphelinat. Certains enfants plus vieux intéressés ont demandé des chutes de bois du magasin de bois et des enfants bon en art ont dessiné les images.

Même si une semaine ne s’est pas écoulée depuis, nous avons déjà fini de faire 3 sets.

Ce serait sympa si tout le monde devenait capable de lire les lettres en un an~
C’est mon rêve. (ndc: bouleversement éducationnel initié ! ^^)

Ce serait bien si ça arrivait vraiment.
Le travail est dur comme toujours, mais après ce jour, je vois plus de rêves joyeux tous les jours.

 

Chapitre précédent <~ ~  Sommaire  ~ ~> Chapitre suivant

Publicités

4 commentaires sur “Death March 4 Interlude 2: Les Amies de Yuni

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s