Dragon Maken War 24 : L’écart de 220 ans. (2-3)

Traducteur : Ilanor
Adapt : Soreyawari
Check :Soreyawari


Salut ! Ce n’est toujours pas le sponsorisé, mais le rattrapage de lundi (–‘). Mais bon, promis, cet aprèm ou ce soir le sponsorisé arrive, et puis ça reprendra comme normal. Pour ceux qui se posaient la question, c’est déloyal comme technique pour se raser… ^^’ Bonne lecture !


« Bon, je peux faire ça… »

Pour un pratiquant avancé de l’Ordre Spirituel, un rasoir n’était qu’une décoration. En observant son reflet sur l’eau, il passa sa main sur sa joue une fois, provoquant la chute nette de toute la barbe hirsute qu’il laissait pousser.
Si les soldats le voyaient, ils seraient jaloux de cette méthode. Après qu’il eût fini de se raser, il se sécha avec une serviette et enfila les vêtements proprement pliés. Puis il ramena ses cheveux vers l’arrière et les attacha. Il semblait à moitié décent maintenant…
Après avoir pris un bain et mis des vêtements décents, il ne ressemblait plus du tout au même homme. Ses cheveux cramoisis flamboyaient, et c’était un splendide jeune homme aux yeux bleus.

« Je dois rapidement me muscler… » (ndt : Il n’est pas un peu narcissique sur les bords ? ^^’)

Azell observa son reflet à la surface de l’eau, et commença à poser pour accentuer ses muscles, mais les lignes de ceux-ci n’apparaissaient pas encore. (ndt : Comme quoi, on peut être un héros de guerre et s’admirer dans la glace…)

‘Je n’aurais jamais pensé que ce serait aussi difficile.’

Avant d’hiberner, son corps était parfaitement entraîné, comme une statue de marbre. Cependant, c’en était un façonné par de longues heures d’entraînement depuis son enfance, donc Azell n’était pas sûr de pouvoir recréer ses muscles dans un court laps de temps. Maintenant qu’il avait essayé, ce n’était pas aussi facile qu’il l’avait pensé. Il avait pu s’épaissir, mais cela prenait beaucoup de temps de façonner ses muscles à son goût.

« Enfin, il n’y a pas de travail facile dans ce monde… »

En grommelant, il se dirigea vers l’infirmerie, surprenant Rick.

« Es-tu vraiment Azell ?
– Oui. Tu n’as pas besoin d’en rajouter.
– Tu sembles être une personne complètement différente. Sans la couleur de tes cheveux, je ne t’aurais pas reconnu. »

Les cheveux d’Azell étaient d’un rouge qui semblait brûler et étaient très voyants. Ils étaient très fragiles quand il s’était réveillé, mais ils étaient maintenant très soyeux. Cela rendait bien. (nda : c’est juste moi, ou l’auteur insiste vraiment sur les cheveux d’Azell ?)

Soudainement, Azell posa une question.

« Je suis content que tout le monde soit en rentré en vie. Par hasard, saurais-tu ce qui est arrivé à Sire Giles ?
– Il est arrivé il n’y a pas longtemps et se repose. Il est rentré après avoir rassemblé beaucoup de ses hommes.
– Heureusement. »

Azell soupira de soulagement.

Soudainement, Rick baissa le ton et posa une question.

« Donc Azell, que s’est-il vraiment passé ? »

Quand Azell avait proposé le Rituel du Tueur de Dragons, il s’était déjà évanoui. Après cela, il n’avait pas pu entendre une bonne explication de la part d’Arrieta. Puis il avait entendu diverses histoires de l’équipe d’exploration qui était rentrée, et il avait du mal à en croire la majorité.
Azell prit la parole.

« C’est comme tu l’as entendu. Les enfoirés de l’Ombre du Dragon ont utilisé une méthode pour impliquer un dragon dans la capture de la princesse. Je ne sais pas si c’est à cause d’une rancune ou pour une autre raison, mais un autre dragon s’est montré et ils se sont battus. C’est ce qui s’est passé.
– Du début à la fin ça sonne comme des mensonges, mais j’ai tout vécu…
– N’est-ce pas ainsi que le monde fonctionne ? Tu pourras t’en vanter plus tard. »

Azell lui tapota l’épaule.

Partie 3

« Waou, vous semblez beaucoup plus jeune que je ne le pensais ! »

Enora écarquilla les yeux en parlant. Sa réaction fit rire Azell avec amertume, et il s’enquit.

« Tu pensais que j’avais quel âge avant ?
– Aux alentours de 40 ans ?
– … »

Arrieta et maintenant Enora disaient la même chose, donc son apparence précédente devait vraiment le vieillir. Il se jura de ne plus jamais se laisser pousser la barbe.

Azell questionna.

« Quoi qu’il en soit, n’est-ce pas un peu tôt pour toi de te lever et bouger, petite demoiselle ? »

Enora avait revêtu son uniforme de servante (ndt : Le même qu’avant ? (angel)), tout en portant encore des bandages. Puisqu’elle venait le chercher, elle avait sûrement déjà recommencé son travail.

‘C’est une petite fille, mais elle a un sens aigu du professionnalisme. Ahlala…’

Pendant qu’il l’admirait, Enora le fixait, les mains sur les hanches.

« Bon, on ne dirait pas, mais je sers en tant que servante royale comme la fille de la famille hautement considérée, les Balnay. Donc vous ne pouvez juste pas m’appeler ainsi.
– Argh, maintenant que j’y pense… »

Sauf cas particulier, n’importe qui ne pouvait pas servir pas la famille royale en tant que servante. Il fallait au moins être la fille d’une famille noble. Il devinait que ce fait n’avait pas changé même aujourd’hui.

Enora remarqua l’expression d’Azell se décomposant, donc elle feignit la générosité en prenant la parole.

« J’imagine que comme vous m’avez sauvée, je peux vous pardonner, cependant, vous ne pouvez pas m’appeler petite demoiselle. (ndt : Pourquoi est ce que j’ai eu l’image de Louise disant :’Sois reconnaissant !’)
– Puis-je vous appeler Mademoiselle Enora ?
– Je peux vous permettre cela.
– Oh, pardonnez mes mauvaises manières, mademoiselle Enora.
– Ça ira si vous en êtes conscient. Vous êtes plutôt pas mal une fois lavé et rasé. Pourquoi ne pas vous prendre soin de vos cheveux ?
– Mes cheveux ?
– Oui. Ils sont complètement hirsutes, donc ce n’est pas très beau. Coupez-les s’il vous plait.
– C’est vrai ? »

Azell se gratta la tête, comme s’il était gêné. Enora parla.

« Gardez un peu de temps plus tard.
– Euh ?
– Je vous couperai personnellement les cheveux. »

Quand elle vit qu’Azell ne réagissait pas à part en clignant des yeux, Enora frappa sa poitrine avec fierté.

« Ne vous fiez pas à mon apparence, je m’occupe des cheveux de la princesse. Oncle, un homme comme vous ne recevra jamais un service pareil pendant tout le reste de votre vie. Donc vous devriez être honoré.
– Wow, j’en suis vraiment honoré ! Mais je ne pense pas que vous devriez m’appeler ‘oncle’… (ndt : Un peu compliqué à traduire en français : Enora l’appelle oncle dans le sens où il est plus âgé qu’elle, et il en est vexé, mais on n’a pas d’équivalent en français…)
– Quel âge avez-vous ?
– Mmmm. J’ai environ 26 ans ? (nda : x) à 220 ans près~ )
– Donc vous êtes un oncle.
– … »

Évidemment, il était normal pour une fille de 12 ans de considérer un homme de 26 ans comme un oncle, pourtant il ne pouvait s’empêcher de se sentir blesser. (ndt : Je m’y perds avec son âge moi… / nda : x) elle fait plus de dégâts que le dragon…)

« Quoiqu’il en soit, la princesse nous attend, donc suivez-moi s’il-vous-plait. »

‘Je ne suis même pas marié, et je me fais appeler oncle…’ (ndt : Bah moi à 18 ans c’est déjà le cas…)

Azell suivit Enora en se plaignant intérieurement.
Il arriva à la chambre d’Arrieta, et contrairement à la fois où il l’avait vue en prison, elle semblait propre. Enora avait pris soin d’elle, donc elle avait une apparence de princesse.

« Je suis désolée d’avoir mis aussi longtemps à vous appeler. Je pensais dîner avec vous, mais le commandant m’a invitée.
– C’est heureux que je n’ai pas été appelé.
– Le commandant le voulait, mais je l’ai arrêté. J’imagine que j’ai fait le bon choix. »

Arrieta riait espièglement, et indiqua à Azell un siège. Puis elle fixa intensément son visage.
Aucun mot n’était prononcé. Azell se sentait gêné, donc il toussota.

« Y a-t-il quelque chose sur mon visage ?
– Non, je suis juste surprise que vous soyez plus jeune que ce que je pensais.
– Ne vous l’avais-je pas déjà dit ? J’ai 26 ans.
– Mais vous ne les faisiez pas. Maintenant, je peux vous croire. »

Très vite, Enora prépara le thé. Arrieta parla quand elle vit Azell porter la tasse à ses lèvres.

« J’avais raison de penser que vous êtes un noble.
– Pardon ?
– Vos manières pour boire le thé semblent très naturelles. Quelqu’un ne pourrait faire cela sans être correctement éduqué.
– Vraiment ? »

Azell inclina calmement la tête, cependant il était intérieurement étonné.
Quand il était jeune, il était un orphelin d’origine inconnue, mais après être devenu le héros de la Guerre des Dragons-Démons, il était devenu un membre de la haute société.
Par conséquent, il avait travaillé dur sur ses manières. Il y avait mis beaucoup d’efforts, autant que dans l’escrime. C’était visible par la façon dont il buvait son thé, et les détails de sa conduite.

‘Je n’avais pas réalisé que ce serait aussi difficile.’

Il préférerait déguiser son escrime, puisqu’il pouvait parfaitement la dissimuler. Il avait appris de nombreux styles, donc il était capable de facilement cacher ses vraies techniques.
En revanche, il était difficile de dissimuler sa conduite. Il avait dû travailler dur pour apprendre ses manières, donc il ne connaissait pas vraiment d’autres manières de boire son thé.
Arrieta prit la parole avec une expression dubitative.

« Pourtant… Quelque chose me dérange.
– De quelle partie parlez-vous ?
– La manière dont vous buvez votre thé m’évoque une sensation d’ancienneté.
– Vraiment ?
– L’étiquette pourrait être celle d’une région particulière, ou d’un pays étranger, cependant elle semble similaire à celle du Royaume Nadick que j’ai apprise, enfant.
– … »

Azell continuait à avoir des sueurs froides intérieures. C’était quelque chose auquel il n’avait pas pensé. Après 220 ans, le langage lui-même n’avait pas changé, mais le vocabulaire, si. Les mots qu’Azell avait utilisés dans son temps avaient changé un petit peu, ou alors des mots entièrement nouveau étaient apparus. Azell avait l’esprit vif et était plutôt rapide à réagir. Il avait utilisé la technique de l’Ordre Spirituel sur des personnes normales, et s’en était servi pour combler l’écart entre les langues par télépathie.
En revanche, le changement de l’étiquette était son angle mort. La noblesse mettait l’importance sur le fait de se différencier des gens du commun au travers de leurs manières de parler et de leurs mouvements. Selon la région et l’époque, il était inévitable qu’elle change. Après la chute de l’Empire Nadick, 7 royaumes avaient émergé, et aujourd’hui, l’étiquette d’Azell ne pouvait être vue que comme disparate. (ndt : hétérogène.)

‘Heureusement que je n’ai pas agi comme un noble !’

Les nobles étaient pointilleux sur leur manière de parler et leur conduite, mais ils ne les imposaient pas au commun. Les manières d’un noble étaient ce qui le différenciaient des gens du commun.
Par conséquent, l’étiquette de base pour parler avec quelqu’un d’un statut plus élevé que le sien était restée la même. Comme Azell était un homme du peuple, il n’y avait aucun problème dans la manière dont il traitait Arrieta. S’il avait agi comme un noble, il se serait retrouvé dans une situation gênante.
Heureusement, Arrieta n’approfondit pas davantage ce sujet.

« Hmm. J’imagine que vos souvenirs ne sont pas revenus.
– Oui.
– C’est malheureux. »

Arrieta sourit faiblement. Il était évident pour elle qu’Azell avait un secret qu’il pouvait difficilement révéler. Ses actions étaient trop absurdes pour qu’elle continue à croire ses mensonges.
Cependant, Arrieta décida d’enterrer ses doutes. Azell était son bienfaiteur, et c’était une personne en laquelle elle voulait avoir confiance.

‘Je veux lui faire confiance ?’

Ses propres pensées la surprirent. Avait-elle déjà pensé à quelqu’un de cette manière ? (ndt : Flag romance, te voilà !)

‘C’est vraiment un homme étrange.’

Elle avait rencontré de nombreuses personnes en tant que Princesse métisse. Il y en avait qui l’admiraient, la craignaient, la jalousaient, ou la haïssaient.
Cependant, c’était la première fois qu’elle rencontrait quelqu’un comme Azell. La manière dont il la regardait était inconnue et pourtant agréable. Malgré elle, elle voulait lui raconter les histoires qu’elle gardait enfouies au fond d’elle-même.

Arrieta prit la parole.

« Y aurait-il par hasard quelque chose que vous voudriez ? Vous m’avez aidée, donc je veux vous donner une récompense.
– Mmmm. Laissez-moi voir. »

Azell y pensa brièvement, puis il parla.

« Je voudrais que vous preniez en charge les faux frais du voyage (ndt : Les faux frais sont les frais divers que l’on a quand on voyage, genre les cafés, les pourboires, etc…), et une carte de statut me permettant de voyager librement dans le pays. Et aussi, pensez-vous que je puisse vous demander une épée ?
– C’est tout ? »

Arrieta fut abasourdie.
Parmi tous, la Princesse Métisse lui disait qu’elle allait le récompenser, cependant il ne voulait que cela.
Azell répondit.

« Cela suffira. Dès le début, je ne l’ai pas fait pour être récompensé.
– Vous avez un talent pour constamment me surprendre. »

Chapitre Précédent <~~  Sommaire  ~~> Chapitre Suivant

Publicités

10 commentaires sur “Dragon Maken War 24 : L’écart de 220 ans. (2-3)

  1. ce que je comprends pas, c’est qu’il cache qui il est, je comprend qu’il ne s’en vante pas spécialement, surtout lorsqu’il venait de sortir, mais s’acharner à cacher son identité va juste rendre les choses plus compliquées

    J'aime

    1. Bah euh, ça lui évite l’asile ?
      Il est pas encore assez puissant pour que ce soit crédible, même si je suis d’accord avec toi pour dire que c’est bizarre que personne ne se rappelle qu’Azell avant d’être noble s’appelait Azell Zestringer… ^^’

      J'aime

  2. « Je ne suis même pas marié, et je me fais appeler oncle…’ (ndt : Bah moi à 18 ans c’est déjà le cas…) »

    Je connais quelqu’un qui est plus jeune que ça niéce donc…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s