Dragon Maken War 53 : Les ombres gardiennes (9-10-11)

Traducteur & Adapt : Ilanor
Check : Miss X


On en apprend un peu plus sur le passé d’Azell et le devenir des adorateurs du Roi des Dragons-Démons tandis que quelque chose se profile à l’horizon…

À vous de le découvrir en lisant ce chapitre ! ^^

Amicalement vôtre,
Nekoyashiki-san


Partie 9

« Qu’est-ce que l’épée… »

Azell s’appuya sur le cadre de la fenêtre. Il murmurait dans sa barbe en regardant le ciel nocturne.

Il avait souvent entendu cette question, longtemps avant. Cela faisait 220 ans depuis que la Guerre des Dragons-Démons s’était achevée, et pourtant il se répétait les questions et les réponses dont il avait discutées auparavant avec ses professeurs.

Il y avait cinq personnes qu’Azell considérait comme ses professeurs, et chacun avait sa propre réponse à cette question.

‘L’épée est une merveilleuse arme meurtrière. Elle permet à un petit gamin squelettique comme toi de tuer un adulte. C’est une invention vraiment vicieuse.’

‘Est-ce que c’est bien de me laisser tenir une telle chose ?’

‘N’est-ce pas évident ? Je te laisse tenir l’épée car tu désires réaliser ces intentions meurtrières.’

‘…’

C’étaient ces opinions qui avaient le plus influencé Azell. C’est pourquoi il pensait à l’épée strictement comme à un outil. Peut-être était-ce car il s’agissait du premier professeur d’Azell. Ce dernier avait deviné que l’homme était un noble, et il ne considérait pas l’épée comme le faisait un mercenaire typique. Ses opinions étaient libres.

Son second professeur prit la parole.

‘Il est au-delà des capacités de la plupart des gens de contrôler leur propre corps parfaitement. Nous sommes des êtres vivants très peu performants. Quelle réussite si quelqu’un pouvait parfaitement contrôler quelque chose qui n’est pas son propre corps. Quel exploit serait-ce de parfaitement maîtriser l’outil qu’on appelle l’épée.’

Il considérait l’épée, ou, plus précisément, les armes, comme un moyen d’atteindre l’état de sensation absolue. Après avoir perdu un bras et un oeil, il avait réalisé que les dons innés des hommes étaient limités, et il avait donc recherché la sensation absolue. Parmi tous ses professeurs, le deuxième professeur d’Azell était le seul qui pouvait être appelé un vrai chercheur de la vérité.

Son troisième professeur continua.

‘Le chemin de l’épée est la seule échappatoire pour une âme perdue comme la mienne. Ne deviens pas comme moi, Azell.’

C’était l’héritier d’un royaume déchu. Il avait tout perdu à cause de l’armée du Roi des Dragons-Démons. Il s’était vengé sur ceux qui avaient été directement responsables, mais il avait toujours senti que cela était futile. Dans un âge de ténèbres, c’était un héros qui inspirait l’espoir aux gens, comme un rayon de soleil. Cependant, il souffrait toujours, et, ayant tout perdu, il était tourmenté.

Pour lui, l’épée et l’escrime étaient des connexions qui le reliaient à son passé dévasté et à ses souvenirs. Ses compétences extraordinaires à l’épée faisaient trembler les soldats du Roi des Dragons-Démons. Pourtant, il ne maniait pas l’épée pour sa puissance, ou la vérité. C’était un souvenir de ceux qu’il aimait, morts. Elle le reliait au passé tandis que ses souvenirs devenaient troubles dans ces temps de folie.

Son quatrième professeur n’était pas un épéiste. Non, en fait, il n’utilisait pas d’arme. Il n’avait même pas appris d’art martial avant de rencontrer Azell. Il ressemblait à une bête sauvage. Cependant, il avait une opinion intéressante sur les épées et les armes.

‘C’est un objet qui représente la taille des intentions meurtrières des hommes.’

‘Quoi ?’

‘Les humains sont faibles, pourtant, ils ont un désir incroyablement grand de tuer ceux qui leur font peur. N’est-ce pas la raison pour laquelle ces objets ont été créés ?’

‘… J’imagine qu’on pourrait l’interpréter comme ça ?’

‘Le faible peut tuer le fort. C’est quelque chose qui arrive plutôt souvent même dans la nature. Cependant, pas aussi souvent que chez les humains. Les armes et même les arts martiaux sont les résultats ultimes des efforts des hommes pour surpasser leurs désavantages.’

À sa connaissance, son cinquième professeur était un épéiste aux techniques des plus extraordinaires. C’était un homme rusé qui respectait l’épée plus que quiconque.

‘L’épée est ma vie, et mon âme.’

‘C’est tellement vieux-jeu, vieil homme.’

‘Est-ce que tu essaies dire que le neuf est mieux que le vieux ? Les jeunes hommes comme toi sont trop frivoles. J’ai dédié ma vie entière à l’épée. Ce serait étrange si ma lame n’avait pas un tel poids.

‘…’

‘Depuis l’époque où je n’étais qu’un gamin imberbe jusqu’au moment où mes cheveux sont devenus blancs à cause de l’âge, j’ai tout donné à l’épée. Bien sûr qu’elle est ma vie et mon âme.’

… C’étaient des hommes qui maniaient l’épée. Ils pariaient leurs vies actuelles sur l’épée. Ils pariaient leurs idéaux de demain sur l’épée. Chacun d’entre eux avait sa propre réponse. Azell pensait à ces temps-là, un sourire silencieux sur le visage.

Partie 10

Ils étaient poursuivis.

Nibéris n’était pas habitué à des situations comme celle-ci. C’était étrange qu’un adorateur de du Roi des Dragons-Démons n’ait jamais été pourchassé auparavant, mais en réalité, elle n’avait jamais agi que dans le cadre d’un plan bien conçu. Ses subordonnés avaient travaillé dur pour rassembler des informations et lui préparer la scène. Elle avait tranquillement travaillé dans ces conditions.

En fait, c’était une fleur d’intérieur. Elle avait un potentiel extraordinaire, et elle l’avait réalisé afin d’atteindre un niveau époustouflant en magie. Elle ne pouvait pas comprendre pourquoi son organisation était aussi effrayée par le monde. Ils maniaient une puissance si grande, et pourtant pourquoi devaient-ils se cacher, terrifiés par le monde ?

Bien sûr, la prophétie disait qu’ils ne pouvaient se montrer jusqu’au retour du Roi des Dragons-Démons. S’ils faisaient un faux pas par mégarde en affrontant les humains, ils se feraient déborder par leurs troupes. Leur organisation pourrait se faire détruire.

Pourtant, y avait-il une raison pour laquelle ils ne pouvaient régner dans l’ombre ? Même s’il y avait des gens s’opposant à eux, ne pouvaient-ils pas écraser leurs ennemis avec leur puissance ? Serait-il aussi difficile que ça de remplir la haute société d’adorateurs du Roi des Dragons-Démons ?

Nibéris avait toujours eu une sensation de désagrément dans son coeur, et elle réalisait maintenant qu’elle avait eu tort.

« Kook… !

– Mademoiselle, n’essayez pas de bloquer chaque coup. Concentrez-vous sur la fuite ! »

Duran lui donna un conseil en courant à ses côtés.

Il y avait des êtres à la magie puissante qui les poursuivaient, et ces êtres lançaient leur magie à l’aveuglette. De plus, il n’y en avait pas qu’un.

‘Si c’était en un contre un, je pourrais… !’

Kwha-hwahng ! Kwahhhhhng !

Des attaques magiques explosaient les unes après les autres dans les environs, et le son des explosions retentissaient.

Nibéris avait invoqué sa bête démoniaque de ténèbres, voyageant à grande vitesse comme si elle glissait sur le sol. Un instant avant, elle avait essayé sa magie de vol pour bondir en avant, mais elle avait été humiliée en étant abattue.

Il s’agissait du Comte Magicien Dragon-Démon Michael. Il était connu comme le saint patron du royaume de Rulain. De plus, trois de ses étudiants et cinq chevaliers pourchassaient Nibéris et Duran.

Duran, Nibéris, ainsi que leurs autres compagnons, se déplaçaient à deux fois la vitesse d’un cheval au galop. Normalement, ils auraient dû perdre le groupe de Michael depuis, longtemps, et comme ils étaient leurs seuls poursuivants, ils n’auraient pas eu à fournir tant d’efforts pour s’enfuir comme ils le faisaient maintenant.

Le problème venait des êtres qui se déplaçaient à une vitesse terrifiante. Ces êtres les encerclaient.

Shweeeee…!

Ces êtres portaient des robes blanches recouvrant tout leur corps. Ils ressemblaient à des fantômes. C’étaient les ombres gardiennes.

Le problème étant qu’ils n’étaient pas des fantômes. Ils possédaient de vrais corps, se déplaçaient incroyablement vite et n’arrêtaient pas de disparaître en attaquant, comme s’ils changeaient de dimension.

Cheng ! Too-hahk !

Duran reçut l’attaque d’une ombre gardienne. Elles avaient sorti des épées fantomatiques et transparentes de leurs robes. Chaque fois que leurs lames heurtaient celle de Duran, des étincelles jaillissaient.

Ce n’était pas le seul problème.

Puh-puhng! Puh-buh-buh-buh-buhng !

Chaque ombre gardienne utilisait un style particulier. L’une d’entre elles tirait des flèches énergétiques, et l’autre attaquait à l’aide de la magie.

Ils avaient tous une mobilité terrifiante, une grande variété d’attaques. De plus, elles étaient toutes puissantes. Même Nibéris ne pouvait négliger sa défense. Elles donnaient toutes l’impression d’être folles, mais il y en avait au moins vingt dans la poursuite. En plus, elles travaillaient étonnamment bien ensembles. Contrairement aux humains, les ombres gardiennes fonçaient têtes baissées sans se préoccuper de leurs vies, donc elles étaient très difficiles à gérer.

« Les ombres gardiennes sont vraiment… vraiment énervantes ! »

Michael menait les magiciens et les ombres gardiennes. S’il n’y avait qu’un seul des deux groupes, Nibéris pensait qu’elle aurait pu s’en occuper sans trop de difficultés.

Cependant, les deux travaillant ensemble étaient vraiment dérangeants. Son groupe avait un désavantage numérique, et la nature spéciale des ombres gardiennes était terrifiante pour un magicien.

« Kook ! »

Nibéris lâcha une attaque vers une ombre gardienne qui s’approchait par le côté comme un fantôme. Elle avait levé une grande barrière tout autour de son groupe, pourtant cette ordure avait utilisé une méthode inconnue pour y entrer. Cela ressemblait à de la sorcellerie à chaque fois qu’il sautait dans l’espace.

C’est à ce moment qu’une ombre gardienne apparut derrière Régina, qui courait aux côtés de Nibéris.

« Attention ! »

Nibéris réagit presque instinctivement. L’ombre gardienne attaqua Régina, qui s’était figée, à l’aide d’un rayon de lumière magique.

Pah-haht !

« Ahhk… ! »

Elle baissa sa garde pour attaquer, et Nibéris se prit une flèche magique au bras. Duran enragea quand il vit cela.

« Mademoiselle ! Comment osez-vous ? »

Des étincelles s’échappèrent des yeux dissimulés par le casque.

Ils devaient parcourir une grande distance, donc Duran avait conservé ses forces. Il avait concentré sa puissance sur la défense et la fuite. Cependant, à ce moment, sa magie déferla comme la houle enragée, et une onde de choc se propagea dans les environs.

Kwah-kwah-kwah-kwah-kwah !

Les ombres gardiennes aux alentours furent balayées en une seule attaque.

« Je… Je vais bien. »

Nibéris parlait en calmant sa respiration. Elle n’était pas habituée à la douleur. Elle avait toujours pu écraser ses ennemis, donc elle avait rarement senti une menace sur son corps. La seule fois où elle avait été secouée, c’est lorsqu’elle avait entraîné son esprit.

C’était pour cela qu’elle avait presque perdu le contrôle en se faisant blesser par la flèche. Pourtant, elle endurait en serrant les dents. Même en ayant vécu protégée, sa fierté ne lui pardonnerait pas de laisser son esprit être perturbé par la simple blessure d’une flèche.

Régina, qui s’était figée, lui dit.

« M-Merci.

– … Ne détourne pas ton attention. Le moment où tu baisseras ta garde, tu mourras. »

Nibéris répondit froidement en fixant Régina du regard. Elle avait donné une opportunité à ses ennemis en protégeant sa subordonnée. Le fait qu’elle ait été blessée était humiliant.

‘Sans cet homme, rien de cela ne serait arrivé. L’homme au nom souillé du péché. Je vais m’assurer de lui rendre cette humiliation.’

La colère de Nibéris envers Azell lui permettait de surmonter sa douleur et de continuer à fuir…

Partie 11

Un garçon dormant à l’ombre d’un arbre ouvrit les yeux. Ses yeux avaient l’air endormis, sous le chapeau qui recouvrait sa tête. Son âge devait être de 15 ou 16 ans environ.

« Ah-mmm. Qu’est-ce que c’est ? »

Le garçon scruta les alentours.

Hoo-ooh-ooh….

Les ombres gardiennes se déplaçaient lentement tandis que leurs robes blanches traînaient derrière elles. Le jeune homme était aussi un de ceux qui avaient été choisis par les ombres gardiennes.

« Que se passe-t-il ? »

Il posa une question, mais les ombres gardiennes ne lui répondirent pas. Après avoir fixé du regard le garçon, elles disparurent.

« Hmmm. Ont-elles été envoyées pour me protéger ? »

Il inclina la tête, sans comprendre, mais n’était pas énervé par l’absence de réponse. Il savait que les ombres gardiennes étaient d’horribles partenaires de conversation.

« Bon, je vais y aller. »

Le garçon bailla, se leva, puis commença à marcher.

Après avoir été choisi par ces êtres, il avait régulièrement expérimenté des choses qu’il ne pouvait pas expliquer. La situation présente en était un parfait exemple. Personne ne lui avait dit exactement là où il devait aller, ni quand il devrait y être : il sentait juste un tiraillement dans une direction, et il avait l’impression qu’il devait partir par là.

「Prophétie…」

Il entendit soudain la voix d’une ombre gardienne à côté de lui. Le garçon, surpris, se retourna pour faire face à l’ombre gardienne.

« Quoi ? »

「L’être prophétisé…」

« Est-ce que vous dites que l’homme de la prophétie s’est montré ? »

Aucune réponse ne lui parvint cette fois-ci. L’ombre gardienne avait dit quelques mots ambigus, puis s’était tue.

Cependant, c’était assez pour le garçon.

« Ha. Il est vraiment venu pendant ma vie, à un moment où elle n’avait presque plus aucun sens ? »

Le garçon était abasourdi, et murmurait dans sa barbe. Il marcha ensuite dans la direction que ses sens lui indiquaient.

 

Chapitre précédent <~ Sommaire ~> Chapitre suivant

Publicités

6 commentaires sur “Dragon Maken War 53 : Les ombres gardiennes (9-10-11)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s